Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

BDS ou le nouvel antisémitisme

La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) appelle le monde entier à exercer des pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël.

Cette ignominie initiée par des ONG palestiniennes en 2005 ne mérite ni considération ni dialogue, parce qu’elle a pour objectif la liquidation pure et simple de l’Etat d’Israël.

Ce mouvement est par ailleurs doublement illégal : d’une part il se fonde sur l’antisémitisme, et d’autre part ce boycott est une infraction pénale dans la majeure partie du monde occidental.

En France les personnes appelant au boycott d’Israël tombent sous le coup de la loi parce que cette incitation est assimilée à une  «provocation publique à la discrimination envers une nation», punissable d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Un des aspects les plus choquants – et aussi les plus absurdes – de cette initiative est l’ostracisme académique. Non seulement la quasi-totalité des étudiants palestiniens d’Israël font leurs études dans les universités locales, mais tous les étudiants quels qu’ils soient jouissent sur les campus de la liberté d’expression la plus totale, en particulier quand il s’agit de s’opposer au gouvernement.

BDS s’attaque aux universités israéliennes mais se désintéresse des milieux académiques arabo-musulmans, bien connus pour leur ouverture et leur tolérance.

BDS ne s’intéresse pas non plus aux système éducatif du Hamas à Gaza, pas plus qu’il ne s’intéresse au sort des palestiniens en général, que le monde arabe tient enfermé dans des camps en leur refusant les droits humains les plus élémentaires, à commencer par la citoyenneté.

Le boycott d’Israël n’a pour le moment que peu de succès, mais Israël doit être vigilant parce que l’antisémitisme a fait ses preuves en tant que slogan fédérateur, et a la propriété de mettre beaucoup de monde d’accord du moment qu’il s’agit de s’attaquer aux Juifs.

Ce boycott est à double tranchant pour ceux qui tentent de l’appliquer. Les universités israéliennes sont à la pointe dans les disciplines les plus diverses, de l’irrigation à la médecine, de l’éducation à l’informatique, de la nanotechnologie à la recherche spatiale, de l’archéologie à la physique nucléaire, de la littérature comparée à l’histoire de l’Art.

Dans le domaine de l’industrie Israël détient le record mondial par habitant en matière d’innovation technologique, exporte son savoir-faire dans le monde entier, et il n’y pratiquement pas une seule machine au monde qui fonctionne sans l’un ou l’autre brevet ou composant israélien.

En attendant le plus grand préjudice que BDS est susceptible d’infliger à Israël est de l’ordre de la diffamation. Ben-Dror Yemini, intellectuel et politologue israélien de renom,  explique que « Le problème n’est pas la critique d’Israël. Le problème est le tissu de mensonges à propos d’Israël, qui constitue le plus grand obstacle à la paix. Au plus gros le mensonge, au plus crédible il apparaît aux masses. Les Nazis avaient déjà déterminé que les Juifs étaient les plus grands ennemis du Troisième Reich, qu’ils dominaient l’Union Soviétique, les Etats-Unis et la Grande Bretagne. De nos jours Israël est accusé de génocide, alors que ce sont les tueurs islamistes qui appellent à l’extermination des Juifs. ».

Le combat contre BDS concerne tous ceux qui pensent que la pérennité d’Israël est essentielle non seulement pour les Juifs, non seulement pour les palestiniens, mais aussi pour l’ensemble du Moyen-Orient, pour autant qu’on lui souhaite de sortir un jour de sa faillite spirituelle et économique.

Hannah Arendt estimait qu’être juif signifiait « d’abord et avant tout une appartenance politique et nationale », et que  « lorsque l’on est attaqué en qualité de Juif, c’est en tant que Juif que l’on doit se défendre ».

C’est pour cette raison, et bien qu’Israël compte de nombreux amis à travers le monde, que la défense d’Israël doit être assurée en premier lieu par les Juifs eux-mêmes, pour autant qu’ils se disent partie prenante du projet sioniste. C’est à eux de monter au créneau où qu’ils se trouvent, d’abord parce que c’est leur devoir moral, et ensuite parce que c’est leur devoir tout court.

Que ces Juifs aient ou non l’intention d’émigrer un jour en Israël, ils doivent garder à l’esprit que la « Loi du Retour » constitue un engagement de la part d’Israël de maintenir ouvertes ses portes à tout Juif qui désire s’y établir. Cette obligation a un prix non seulement en sang et en larmes, mais aussi en effort au quotidien pour que vive l’Etat juif.

Et pour ceux parmi ces Juifs de la Diaspora qui n’ont pas les moyens d’assister Israël dans son combat, la dignité la plus élémentaire commande de lui être inconditionnellement solidaire.

5 comments to BDS ou le nouvel antisémitisme

  • gilbert farache

    L’unanimité des opinions encourageant le haine des Juifs,est evidente dans tous les domaines.Rien ne peut convaincre les descendants d’Esav et d’Ismael d’abandonner leurs combats pour détruire notre peuple et le faire disparaître.Cette haine les aveugle au point qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils detruisent les fondements de leurs fois criminelles.
    Notre lutte ,à 15 contre 3000,ne doit pas faiblir.Nous savons qu’elle finira par triompher avec l’aide de l’Eternel,qui nous a prouvé qu’elle est toujours presente dans le moments les plus critiques tout au long de notre histoire,même quand parmi nous,des Juifs égarés ne se sentent pas solidaires de leurs frères.

  • gilbert farache

    Je viens de lire les commentaires des lecteurs de Mediapart.Ils sont instructifs .Ils apportent la preuve que l’influence d’editorialistes comme Plenel est d’une nocivité importante.Que l’Etat juif soit victime d’une guerre permanente sous toutes les formes,imposée par le monde islamique depuis 1948,peu importe.C’est son existence même qui le rend coupable de vaincre et de se defendre.Car depuis toujours les agressions arabes sont considerées comme de l’auto defense.

  • gilbert farache

    Croyez vous Daniel que vos reponses sur mediapart vont convaincre les anti-israeliens/juifs qui vomissent leurs slogans sur ce torchon ? Leur haine est l’heritage des Drumont et des Daudet,des Ford et des Kennedy,des membres de la famille royale britannique,et de tant d’autres.Les victoires d’Israel exacerbent leur impuissance à reiterer les genocides de l’inquisition et des du nazisme,ce dernier ayant reçu le soutien militaire des musulmans pendant ses années de pouvoir et après sa defaite pour sauver ses agents en les accueillant en Syrie et en Egypte.
    Et le silence des journalistes de mediapart ne peut être plus convaicant de leur connivence avec leurs lecteurs.

  • Administrator

    Ce n’est pas parce qu’il y sur le site de Médiapart des antisémites qu’il faut leur laisser le champ libre. Ce qui est vrai, c’est que cette chronique-ci était surtout destinée aux Juifs de la Diaspora.

  • gilbert farache

    Les commentaires de ces antisemites congenitaux sur vos tentatives d’explications ne sont-ils pas suffisants pour vous convaincre de l’inutilité de discuter ? Ils trouveront toujours un media pour propager leurs elucubrations destinées surtout à tenter de calmer la violence islamique.Ils auront bientôt la honte de capituler et la guerre chez eux.
    Si c’est aux Juifs de la diaspora que vous vous adressez pour les inciter à plus de solidarité,je remercie ces antisemites car la peur qu’ils leur inspire est plus convaincante que votre article.Sans cette recrudescence planétaire d’attaques anti juives ,ils continueraient à se vautrer dans le materialisme ephemère qui leur fait oublier les persecutions qui ont frappé notre peuple exilé.