Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Sortir Israël de l’impasse

La Cisjordanie est sous contrôle israélien depuis la tentative arabe de liquider Israël en 1967, lors de la Guerre des Six-Jours. En septembre de la même année, la Ligue Arabe décrétait à Khartoum ses fameux « Trois Non », à savoir “non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à la négociation avec Israël”.  C’est suite à cette ukase sans équivoque que fut mise en œuvre la colonisation de la Cisjordanie, poursuivie ensuite par tous les gouvernements israéliens sans exception.

Au fil du temps, la Cisjordanie a fini par constituer un problème à la fois moral et juridique eu égard à l’occupation d’un territoire dont Israël est responsable en vertu du droit international. Mais vu l’absence de volonté politique des dirigeants palestiniens – et de leur obsession à vouloir détruire l’Etat juif – la colonisation s’est transformée petit à petit en dispositif dont la finalité est de définir une fois pour toutes la frontière orientale d’Israël. Mais l’hostilité du monde arabe, la pression internationale, les dissensions au sein de la société israélienne elle-même, tout cela  pourrait à terme devenir intenable. Le processus de paix étant bloqué, il semble de plus en plus probable qu’Israël se verra tôt ou tard dans l’obligation de prendre une initiative unilatérale.

Une manière de le faire pourrait être d’annexer la Cisjordanie, en partie ou en totalité, et d’octroyer la citoyenneté aux palestiniens qui y vivent. Il est possible que beaucoup de palestiniens en seraient d’accord, et deviendraient donc des citoyens israéliens à part entière. Cependant cela risquerait de mettre en péril le caractère juif de l’Etat d’Israël, et donc sa raison d’être. Bien que les Juifs resteraient majoritaire, la démographie palestinienne  pourrait assez vite étouffer la démocratie israélienne. Le Moyen-Orient finirait dans ces conditions par compter un Etat arabe en plus, et un Etat juif en moins. Mais comme il n’y en a qu’un seul, le peuple juif se retrouverait errant comme devant.

A cela il y a peut-être une solution, déjà évoquée par le passé mais qui mériterait peut-être d’être réactualisée vu l’impasse actuelle. Elle consisterait à proposer  la citoyenneté israélienne à tous les Juifs du monde, mais sans obligation d’émigrer comme le stipule actuellement la « Loi du Retour » [1]. Ceux que cela intéresserait introduiraient une demande auprès des ambassades d’Israël, en précisant qu’ils souhaiteraient acquérir la nationalité tout en continuant à résider dans leurs pays respectifs. Les israéliens non-résidents devraient alors être autorisés à participer aux élections législatives (ce qui n’est pas le cas actuellement), ce qui rétablirait l’équilibre entre Arabes et Juifs à la Knesset[2]. Cette accession à la citoyenneté aurait en plus l’avantage de resserrer les liens entre Israël et la Diaspora.

Israël est entouré d’ennemis, mais a acquis auprès de la Communauté Internationale son rang de nation parmi les nations en vertu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Cependant plus de la moitié du peuple juif vit encore en Diaspora et ne projette pas de s’établir en Israël dans un avenir prévisible. Cependant  la « Loi du Retour » constitue un engagement de l’Etat juif à maintenir ses portes ouvertes quoi qu’il arrive. Mais comme il n’y a pas de droit sans devoir, il y a anomalie à ce qu’Israël soit engagé envers la Diaspora, sans qu’elle-même soit tenue à quoi que ce soit. Un appel d’Israël consistant à offrir aux Juifs la nationalité correspondrait à l’essence même du sionisme, qui est de préserver le seul endroit au monde où les Juifs ne sont ni persécutés, ni détestés, ni tolérés, tout simplement parce qu’ils sont chez eux.

Beaucoup de Juifs soutiennent Israël en lui portant assistance d’une manière ou d’une autre, mais nombreux sont aussi ceux qui n’ont pas la possibilité de manifester leur appui autrement que par des mots. Prendre la nationalité israélienne serait  donc pour ceux-ci un moyen simple de poser un geste fort, et de mettre ainsi leurs actes en accord avec leurs paroles.

[1] La loi du retour garantit à tout Juif le droit d’immigrer en Israël.

[2] Parlement de l’Etat d’Israël.

12 comments to Sortir Israël de l’impasse

  • Cela fait très longtemps que je suis en faveur de cette initiative. Cela m’a d’ailleurs valu d’être insulté sur ce site-même par une de vos commentatrice : je voulais soi-disant “le beurre et l’argent du beurre”.
    Je comprends l’hostilité des Israéliens : nous ne sommes pas sous le feu des terroristes. Par ailleurs, permettre aux non-résidents de voter des lois pour les locaux me semble injustifié.

    Un aménagement juridique devrait pouvoir être trouvé, une nationalité israélienne aménagée donnant des droits et des devoirs limités mais réels.

  • Une alternative à cette solution serait d’établir une constitution qui établira une fois pour toutes les frontières d’Israël de façon défendable donc avec la Judee, la Samarie et le Golan et reprenant les termes de l’accord Weitzman Faycal.
    En étendant la juridiction de l’état Juif celui-ci serait aussi un havre de sécurité pour les minorités opprimées du Moyen Orient tels les Bahai,Druzes,Circaciens,Samaritains etc…Comme il était écrit dans le temple de Salomon et la grande synagogue de Bruxelles : L’étranger qui n’appartient pas à ton peuple,Israël, mais qui priera dans cette maison, tu exauceras les voeux qu’il t’adressera.

  • gilbert farache

    Le peuple juif est confronté sur toute la planète à une haine irrationnelle dont la virulence prend des proportions inquiétantes pour sa securité.Il semble que cette menace qui pousse tous les Juifs de la diaspora à rejoindre Sion soit un miracle divin necessaire pour accomplir la realisation du temps messianique de la paix universelle.Les guerres genocidaires entre musulmans,entre chretiens et entre musulmans et chretiens qui de deroulent sous nos yeux
    sont egalement une preuve que les predictions prophetiques se realiseront bientôt.

  • Muriel

    C’est la première fois que j’entend cette pensée et je dois dire qu’elle suscite mon enthousiasme et qu’elle a attrapé mon attention toute entière. Merci Daniel.

  • Alain Ziegler

    J’adore cette idée dont je me demande si, en droit, elle résisterait à l’action forcément défavorable des pays d’origine des juifs.

    • Administrator

      Alain: Beaucoup de pays acceptent le principe des nationalités multiples. Jusqu’à 2008 il était interdit à un Belge de solliciter une autre nationalité, mais un amendement a mis fin à cela. Il y a de nombreux arméniens et libanais qui conservent leur nationalité sans jamais avoir mis les pieds en Arménie au Liban. Récemment les gouvernements espagnols et portugais ont légiféré de manière à ce que les Juifs descendants des expulsés de l’Inquisition il y a 500 ans puissent récupérer la nationalité de leurs ancêtres, ce qui leur donne libre accès à l’Union Européenne. etc..Ceci dit mon idée n’implique aucune obligation de la part des Juifs, et chacun devrait faire une balance entre sa conscience et ses intérêts

  • Laurent Grossmann

    Salut Daniel,

    C’est une solution originale mais impraticable! Pour commencer, cela poserait légitimement la question de l’allégeance des juifs au pays ou ils seraient nés, et resident. Ensuite, il reste des pays qui interdisent une seconde nationalité. Aussi, je ne connais pas de citoyens ayant le droit de voter pour deux (ou trois, ou plusieurs) parlements étrangers différents. Il me semble qu’on ne peut voter qu’exclusivement dans son pays de résidence.

    Pour terminer, quand bien même cela serait possible, les campagnes électorales israéliennes deviendraient un événement mondial, une machine avec de branches dans chaque pays du monde qui compterait des juifs parmi ses résidents! Quel coût!

    L’idée a le mérite d’être originale!

    Salut,

    Laurent

  • Administrator

    Laurent:
    La question est de savoir quelle solution est praticable, autre que le statu-quo consistant à gérer une population palestinienne sous occupation. Quant à la double allégeance, c’est un faux problème. Beaucoup de pays acceptent le principe des nationalités multiples. Jusqu’à 2008 il était interdit à un Belge de solliciter une autre nationalité, mais un amendement a mis fin à cela. Il y a de nombreux arméniens et libanais qui conservent leur nationalité sans jamais avoir mis les pieds en Arménie ou au Liban. Récemment les gouvernements espagnols et portugais ont légiféré de manière à ce que les Juifs descendants des expulsés de l’Inquisition il y a 500 ans puissent récupérer la nationalité de leurs ancêtres, ce qui leur donne accès à l’Union Européenne. Dans le monde d’aujourd’hui il est presque naturel d’avoir plusieurs références culturelles.

    Il n’y a pas d’objection légale à voter pour plus d’un Parlement. Les Belges qui ont fait Alyah votent pour la Knesset, et quand il y a des élections en Belgique ils sont appelés à voter à l’ambassade de Belgique.

    Quant au mécanisme des élections il y a un précédent qui peut servir d’inspiration sous la forme du Congrès sioniste.

    Je ne pense pas que ma formule soit facile à réaliser, mais, encore une fois, il faut se demander quelle est l’alternative.

  • Alain Ziegler

    Je suis à peu près d’accord avec ce que tu dis Laurent (bonjour Laurent!) mais il n’en reste pas moins que ton idée est très judicieuse, Daniel. The devil is in the details !!!! A creuser, il y a là une piste sérieuse.

  • gilbert farache

    L’alternative à cette proposition ( qui justifierait l’accusation courante de notre double allégeancee )est que tous les Juifs de diaspora decident d’accomplir ce qui apportera la paix mondiale,leur retour à Sion.C’est à cette condition que la mission messianique du peuple juif pourra s’accomplir,après des millenaires d’errance ,conséquence de ses erreurs depuis toujours.
    Dire que les Arabes vivent sous occupation est tomber dans le piège de la rhetorique occidentale.Pour eux et pour le milliard et demi de musulmans de la oumma,c’est toute la Palestine,l’Israel de 1947 inclus qui est occupée illegalement par les Juifs.Ce qui en doutent doivent ecouter et lire les discours de tous les dirigeants musulmans,de tous les prêcheurs ,de tous les extremistes vivant en Occident.
    Et un ambassadeur de France àLondres avait declaré que la disparition de ce petit etat de M… ramènerait la paix.

  • gilbert farache

    Un commentaire sur Mediapart propose de remplacer Israel par un Etat arabe et aux Juifs la possibilité de pouvoir y resider .Je suppose que cet intervenant espère que notre sort sera identique à celui des chretiens orientaux.

  • Samy Goldberg

    Comme le dit Laurent Grossman, l’idée est originale et cet enthousiasme à chercher des alternatives à la situation actuelle a le mérite de nous stimuler dans les changements.
    J’ai vécu personnellement 3 cas :
    1967 où j’ai été volontaire : arrivé en Israël le dimanche 4 juin, quelques heures avant le conflit, l’aéroport atait quasi vide. Les Israéliens sur place nous ont demandés si on était tombé sur notre tête d’être venu ! Le pays était vidé des touristes et des résidents étrangers.
    1973 , reparti pour un volontariat : les juifs du monde entier avaient rappelé leur famille et leurs enfants. Toutes les yeshivot étaient vides
    1991 : envoi des scud sur Israël en partance d’Irak : Nous avions hébergé une famille israélienne, fuyant leur pays, pendant une semaine !
    Première conclusion : Ne vous faites pas d’illusion, Israël, dans de bonnes conditions, est aimé … dans le cas contraire, le pays est pleuré et oublié…
    Deuxième conclusion : Beaucoup de nos connaissances font des démarches en vue de devenir israélien, ce n’est pas “un long fleuve tranquille”, c’est un parcours de combattant …
    Cela fait que l’idée de Daniel sur peinture est très belle mais en réalité il rêve !