Réponse à Eytan à propos de Leibowitz

Accuser Leibowitz d’incohérence ou de provocation est une manière d’éluder le débat d’idées. Il est plus intéressant de s’attaquer à des points précis et d’essayer de les réfuter. La difficulté c’est que la plupart de ceux qui s’y frottent s’égarent dans une confusion entre foi et raison, ou opposent de l’émotion à des arguments.

La puissance intellectuelle de Leibowitz réside dans son imperturbable logique. Il est vrai qu’il lui est arrivé d’avoir des écarts de langage injustifiables, mais à d’autres occasions ses formules ont fait mouche parce qu’elles illustraient une réalité dérangeante.

Dans son cycle sur le « Guide des Égares » de Maïmonide,  un des élève de Leibowitz défend l’idée de l’intervention divine en relevant que « l’historiographie de la Thora nous enseigne que la Providence  veille sur le sort du peuple juif de manière spécifique. »

Réponse de Leibowitz : « A moi la Torah m’apprend que Jéroboam ben Yoash, le plus conquérant des Rois, celui  qui compte parmi les plus aguerris  qui ait jamais régné sur Israël, qui « rétablit la frontière d’Israël depuis Hamat jusqu’à la mer de la Plaine » et dont « les victoires permirent de restituer Damas à Israël» (Melakhim 2 Chap 14),  fut aussi un mécréant qui précipita le peuple d’Israël dans le péché, ce qui ne l’empêcha pas de prospérer tout au long de quarante deux ans de règne. Par opposition, je lis aussi dans la Thora que Josias Ben Amon, le seul Roi d’Israël véritablement vertueux (צדיק),  qui préserva le judaïsme et la Torah, qui servit Dieu de toute son âme, qui extirpa l’idolâtrie,  fut assassiné à trente-neuf ans, entraînant dans sa chute l’asservissement d’Israël. Voilà l’historiographie que je trouve dans la Torah, ce qui fait que je n’arrive pas du tout à comprendre comment vous en arrivez à voir un quelconque lien entre Histoire et foi. »

Le « Guide des Égares » ne figure pas dans la bibliographie du judaïsme orthodoxe, mais c’est pour des raison identiques à celles qui font que ces milieux se méfient de Leibowitz. Vous abondez dans mon sens en le relevant, parce que cela démontre qu’il y a bel et bien continuité entre Maïmonide et Leibowitz. Le « Guide des Égarés » que vous traitez de quantité négligeable, dont vous dites qu’il « n’intéresse que les milieux académiques » comme si c ‘était un anomalie,  a été écrit à l’âge de la maturité intellectuelle de Maïmonide, à un stade où il avait intégré l’essentiel du savoir philosophique, religieux, et scientifique de son temps. C’est le couronnement de sa pensée à la lumière de laquelle tout ce qu’il a écrit précédemment s’éclaire.

Des ouvrages de Maïmonide ont été brûlés en place publique après sa mort, mais cela en dit plus long sur les incendiaires que sur les incendiés. Comme disait le poète Heinrich Heine, « Là ou on brûle des livres on finit tôt ou tard par brûler des hommes. »  

Les sommités que vous citez en rapport avec la Kabbale sont toutes apparues de nombreux  siècles après la clôture du Talmud. Il est vrai que l’on murmure que la tradition mystique de la Kabbale date depuis la création du monde, mais le fait est que les Tanaïm  tout comme Maïmonide s’ont sont bien passés.

Tout dans la Torah est affaire d’interprétation, mais  si vous pensez que la Révélation est un fait historique, alors l’honnêteté intellectuelle commande que vous vous serviez des mêmes outils que pour démontrer n’importe quelle autre événement.

La question de savoir pourquoi accomplir les Commandements est centrale. Si c’est en vue d’obtenir quelque chose, alors c’est proche du paganisme, qui depuis l’aube de l’humanité tend à amadouer les Dieux pour obtenir une bonne vie. C’est ce qui dans le judaïsme s’appelle « emouna lo lishma » (la foi intéressée). Ce n’est pas proscrit par la Halakha, parce que Hazal estimaient que la foi intéressée finissait par mener à la « emouna lishma » (la foi pour elle-même).

לעולם יעסוק אדם בתורה ובמצווה, אפילו שלא לשמה, שמתוך שלא לשמה – בא לשמה

 

6 comments to Réponse à Eytan à propos de Leibowitz

  • Gyl

    “A quoi sert la pensée de Yeshayahu Leibowitz ”

    Il serait plus interessant de chercher à répondre à la question,plutôt que s’egarer dans les méandres de l’histoire.Car le rôle des philosophes, des enseignants, est de guider vers les solutions pratiques aux problèmes des peuples qui leur eviterait d’en souffrir.Quelque soit la connaissance encyclopédique de cette histoire elle ne sert à rien si elle se limite à des interpretations .

  • Administrator

    L’art de l’interprétation est au cœur du judaïsme. Il est proscrit dans la Halakha de se référer directement à la Torah. Le Talmud n’est d’ailleurs rien d’autre qu’une compilation d’interprétations.

  • Gyl

    C’est vrai . Mais interpreter doit être uniquement un moyen de refuser ce qui semble évident sans chercher le sens caché qui justifie ou réfute.Je me referai aux élucubrations de L pour confirmer mon opinion sur son influence : l’exemple de sa vie et ses enseignements ne servent à rien,en ce qui concerne le necessité pour le peuple juif de survivre dans un monde coalisé pour l’ exterminer.

  • Administrator

    Interpréter consiste à se servir de la raison quand le sens littéral est impensable. Par exemple, le premier homme date selon le décompte biblique de 5777 ans, or nous savons de manière certaine que c’est faux. Cela ne signifie pas que la Torah ment, mais qu’il ne faut pas prendre cette datation à la lettre, mais bien l’interpréter. A quoi cela sert ? Par exemple à permettre à des scientifiques, même religieux, de faire de l’anthropologie.

  • Itzhak

    Cette fin de phrase, de Gyl, me laisse perplexe : “en ce qui concerne la nécessité pour le peuple juif de survivre dans un monde coalisé pour l’exterminer.”
    Quelque chose du “judéo-centrisme” qui étreint de plus en plus et inexorablement l’esprit de nombreux juifs, et je trouve ça désolant ! Le peuple juif en situation de force grâce
    l’existence d’Israël pourrait se permettre d’accroître le champ de ses ennemis sur toute la terre entière ? Paroxysme de l’orgueil qui ne correspond pas du
    tout à l’éthique juive et que Leibowitz dénonça à sa manière !

  • Gyl

    Je ne comprends pas ta perplexité Itzhak .Est-ce une erreur de dire que le monde est coalisé contre nous ?Je ne sais pas ce qu’est le “judéo centrisme” mais je suis tout à fait d’accord avec toi sur la puissance militaire d’Israel,à laquelle j’ai pris part il y a longtemps,mais nous avions plus de peur que d’orgueil.Quand à l’ethique de L,elle est aux antipodes de celle de notre armée.