Avigdor Feldman, avocat

Avigdor Feldman est un avocat considéré par ses pairs comme le meilleur pénaliste d’Israël. Au cours d’une interview avec la journaliste d’investigation Ilana Dayan il dépeint de manière saisissante la profession d’avocat telle qu’il l’a vécue au cours de sa longue carrière. Les extraits ci-dessous n’en constituent pas une traduction littérale, mais donnent néanmoins une idée de ce qu’il faut bien considérer comme une confession sans concessions :

« Le jeu pour l’avocat consiste à être dans le déni de ce qui pourrait être gênant pour le client, et à retenir de manière sélective ce que celui-ci lui dit. Personne ne dit la vérité dans le monde de la justice, pas plus les innocents que les coupables. L’avocat le sait et le juge le sait, tant et si bien que tout procès est une mystification.

Le mensonge que je défends n’est pas le mien : c’est celui du client. Je l’examine, je le défend, je le rend crédible et esthétique. Un mensonge doit être esthétique sinon il ne passe pas.

Il m’est arrivé plus d’une fois d’obtenir l’acquittement de gens coupables, de gens dangereux, de gens mauvais. Parfois cela m’angoisse et m’effraie, mais l’alternative serait de quitter cette profession. Je ne le fais pas parce que je suis paresseux, que j’ai peur et que je ne sais rien faire d’autre.

Je ne prends pas forcément des dossiers auxquels je crois. Je les prends par une espèce de gloutonnerie intellectuelle, là où je peux déployer mes talents. C’est un métier fait d’imposture et de tricherie envers soi-même et envers les autres.

Il est vrai qu’à de rares occasions il m’est arrivé d’aider des minorités, des gens en détresse, des gens traqués, des gens opprimés. Peut être est ce qui finalement m’a permis de continuer, mais c’est peu de chose comparé au reste. »

Comments are closed.