Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Belle du Seigneur: le paradoxe

« Belle du Seigneur » d’Albert Cohen est la démonstration ultime de l’absence d’amour chez les amoureux. Les ingrédients: la sexualité, le donjuanisme, la condition juive, l’humour, la dérision, la misanthropie, le vertige métaphysique. Mais, comme dans tout grand roman, ce n’est pas l’intrigue qui importe, mais la pensée qui l’enfante. « Belle du Seigneur » est une non-histoire d’un non-amour de non-héros. Il eût suffi, comme il est dit dans le texte, que Solal eût manqué de deux dents de devant pour que l’histoire n’eût aucune chance de se dérouler.

J’ai lu ce que d’autres en ont pensé, et  parfois été étonné qu’on pouvait y voir un hymne à l’amour, alors que l’amour en est absent. Bien avant de découvrir « Belle du Seigneur » j’avais lu « Le livre de ma Mère », qui en est l’image inversée.

« Belle du Seigneur » est un règlement de compte de la passion amoureuse, une déconstruction à ne plus s’en remettre, où les héros font tout sauf aimer. L’histoire des protagonistes peut se résumer avec une précisןon chirurgicale : Solal et Ariane ne s’aiment pas  et sont en même temps amoureux jusqu’à en mourir. Amoureux à mort, donc, mais  sans s’aimer.

Solal n’aime pas Ariane, pas plus que Don Juan n’aime les femmes. C’est est un prédateur qui poursuit des proies, mais une fois qu’il les a eues il n’en est même plus amoureux. Solal n’aime que ce qu’il met en scène, et comme tout bon acteur il finit par entrer en osmose avec son personnage, et préfère la mort plutôt que d’admettre qu’il n’aime pas, qu’il n’a jamais aimé Ariane, et que même le désir sexuel s’est envolé.

Quant à Ariane, elle est séduite par Solal et en tombe amoureuse parce qu’il lui renvoie une image qui la valorise. Il y a d’ailleurs là une allusion assez transparente au Livre de Samuel, quand le grand Roi David envoie le mari de Bethsabée se faire tuer à la guerre pour pouvoir coucher en toute quiétude avec sa jeune épouse.

Ariane succombe à Solal parce que son mari ne tient pas la comparaison. Mais ce qu’elle aime, c’est le reflet que lui renvoie son amant. Elle en devient dépendante comme ces femmes qui ne vont que dans les magasins qui ont des glaces amincissantes.

Avoir des rapports sexuels et aimer sont des choses différentes. En tant qu’homme il n’y a pas lieu de les confondre ni même de les associer, parce qu’un ne “fait” jamais l’amour. C’est cette dissociation radicale qui est difficile à intégrer, en partie parce que le langage lui-même s’y oppose. On dit : « faire l’amour », alors que l’homme baise. Le problème c’est qu’on ne peut pas non plus bannir « faire l’amour », parce dans la psyché féminine cela a une fonction essentielle.

L’amalgame ou même la proximité entre état amoureux et amour est à réfuter, parce qu’être amoureux n’est pas du tout aimer. C’est une manifestation du désir, du plaisir, de la séduction et autres mécanismes qui font qu’on se réjouit de la personne dont on est amoureux, mais sans l’aimer ni même lui vouloir du bien. Ce n’est pas une question de degré mais une question de nature. Il n’y a ni lien ni continuité entre état amoureux et amour.

L’idée qu’avoir des rapports sexuels avec quelqu’un qu’on aime serait différent – et de qualité supérieure – que de le faire avec quelqu’un qu’on n’aime pas est à rejeter. L’amour peut même constituer un  obstacle à cause de l’idéalisation de l’autre.  Beaucoup d’hommes font cette expérience et ont des problèmes d’érection face à la femme qu’ils aiment.

La sexualité peut être comparée au besoin de se nourrir. Il est permis par exemple de dire que deux amants peuvent manger ensemble, découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles recettes, de nouveaux restaurants, et tirer plaisir de ce partage. Ils peuvent même cuisiner l’un pour l’autre avec amour. Mais le manger n’est jamais consubstantiel à leur amour, si amour il y a. Il ne l’explique pas et ne saurait en être ni la cause ni le but, parce que désirer manger est un réflexe tout comme désirer baiser.

Ce n’est pas parce que la révélation sexuelle est instinctive qu’elle peut se produire à tout moment et avec n’importe qui – bien au contraire – mais les conditions de cette révélation sont d’un autre ordre que celles qui régissent l’amour. On peut être amoureux, trouver qu’aucun corps autre que celui sur lequel nous nous fixons ne peut nous apporter la plénitude, mais les règles de cette dépendance ne sont à mon avis pas celles de l’amour, mais celles du désir.

On peut même tomber amoureux d’autre chose que d’un être humain. Etre amoureux est l’expression d’un plaisir qui fait irruption dans notre existence. On s’amouracher d’une maison, d’un lieu, d’une œuvre d’art, d’un chien, ou encore d’un objet auquel on prête de la valeur sans trop savoir pourquoi.

4 comments to Belle du Seigneur: le paradoxe

  • JESS KOREN

    BRAVO ,BELLE ANALYSE. C’EST CLAIR ET NET .MICHEL ONFRAY A ECRIT UN EXELLENT LIVRE DANS LEQUEL IL DIT LA MEME CHOSE QUE TOI [EROTIQUE SOLAIRE] D’AILEURS IL EST EVIDENT QUE L’AMOUR EST AVANT TOUT CHASTETE.
    JESS

  • Muriel

    Je pense que cette analyse est exacte. Etre amoureux est un état mental et émotionnel qui se prête bien à se concrétiser dans le corps physique par un partage sexuel. Tu le décris très bien (et accessoirement Cohen et Onfray aussi;-).
    Aimer est de l’ordre d’une sefira supérieure et se rapporte au corps subtil ou Divin. L’amour tout comme la joie et la paix peuvent être plus qu’un état émotionnel.
    Je me pose la question de savoir si ce n’est pas juste là la raison et le sens de nos existences ici-bàs : trouver le lien et l’harmonie entre nos 4 corps, physiques, émotionnels, mentaux et Divins.
    Je crois que notre mission principale est d’apprendre à Aimer en allignant tout ça, et c’est un beau challenge, en tous càs je pense que le jeu en vaut la chandelle (cette expression n’est pas à entendre au sens érotique))).

  • Catherine

    Il est intéressant de signaler que “faire l’amour” au 17ème siècle signifiait “faire la cour” à une dame. En témoignent les pièces de Jean Racine qui utilisait l’expression en ce sens. C’est comme si nous avions toujours recouvert l’acte en lui-même d’un voile pudique, plus poétique, en référence directe avec le sentiment (l’amour) dont il devait s’accompagner. Les autres mots désignant le fait d’avoir un rapport sexuel sont soit familiers (ou parfois même vulgaires) soit pour ainsi dire “médicaux”.

  • helène

    ça fait 40 ans que je fais l’amour avec le même homme, à chaque instant de tous les moments que nous partageons, quand on marche dans les rues des villes du monde que nous aimons ensemble, assis au cinéma, dans un théatre, à la table d’amis, dans un petit restaurant de Bali ou de NY, quand nous dansons, quand nous regardons ensemble nos enfants et nos petits-enfants, quand nous marchons vers la synagogue, quand nous sommes dans le lit ensemble, chacun avec un livre ou regardant la télé, avec un vieux pyjama en pilou et des chaussettes faire l’amour est un état d’âme dirigé vers l’autre, qui nous habite, nous investit, nous “pénètre” à chaque seconde …