Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Gideon Levy ou le droit de critiquer Israël

Gideon Levy est un chroniqueur  du  journal israélien Haaretz, où il dit régulièrement son rejet de l’establishment de son pays tout en reconnaissant volontiers qu’il y jouit d’une liberté d’expression totale. Il fait indéniablement preuve de courage en affichant ses opinions en Israël, mais est en même temps conforté par une audience de par le monde, puisque ses positions sont répercutées dans des organes irréductiblement hostiles à Israël. Alors qu’il revendique son attachement à Israël, il sert d’alibi à ceux-là mêmes qui sont déterminés  à liquider son pays, avec ou sans occupation.

Bien qu’à mon avis que Gideon Levy fasse fausse route du point de vue de la pensée, force m’est de reconnaître qu’elle est d’une grande cohérence, et que son inquiétude pour Israël parait sincère. Cette contestation s’inscrit d’ailleurs dans la tradition juive de par ses accents divinatoires. Il est tellement pénétré par ses analyses que plus il est isolé, plus il raidit  sa posture, tel le prophète Jérémie prédisant la chute de Jérusalem.  Il  est doué d’une espèce de force tranquille qui fait qu’il ne doute jamais de rien. Quant à ses contradicteurs, tout se passe comme s’il mesurait la justesse de ses idées à l’aune de l’irritation de ses adversaires.

Gideon Levy dit que l’occupation israélienne est illégale – comme si lui savait avec précision où se trouvaient les frontières d’Israël – mais omet de tenir compte de ceux qui donnent le ton dans l’autre camp – Hezbollah, Hamas, Iran -, qui estiment eux que Tel-Aviv et Haifa sont également en territoire occupé.

Israël s’est retiré de Gaza et du Sud-Liban avec le résultat que l’on sait. Gideon Levy pense néanmoins qu’Israël n’a pas à poser de conditions pour mettre fin à l’occupation. Pourtant cela tombe sous le sens qu’Israël craint de se retrouver dans la situation d’avant 1967, où il n’y avait pas d’occupation, mais où le pays était néanmoins harcelé par des voisins armés jusqu’aux dents.

Gideon Levy emboîte le pas à des  nations qui condamnent  Tsahal, alors que ces mêmes nations sont d’une barbarie sans nom chaque fois qu’ils se trouvent dans des situations analogues. L’Allemagne et le japon sont encore aujourd’hui subordonnés à des conditions imposées par les Alliés en 1945. Quand ceux-ci ont mis un terme à la guerre ils l’ont fait dans des conditions épouvantables pour les civils allemands et japonais. Pourtant personne de sensé ne doute aujourd’hui que les Alliés défendaient une juste cause. Ils ont occupé l’Allemagne pendant des décennies, et n’ont mis fin à cette occupation qu’après avoir acquis la certitude que l’Allemagne ne constituait plus un danger.

Gideon Levy suggère que la paix soit imposée de l’extérieur alors que cette doctrine s’avère d’une inefficacité patente, particulièrement ces temps-ci. Pour ma part j’ai la conviction qu’Israël fera le moment venu les concessions qui s’imposeront. Non pas sous la pression de puissances étrangères ni sous l’impulsion d’un homme providentiel, mais poussé par le bon sens du peuple israélien.

La dialectique de Gideon Levy est d’une simplicité biblique : quand les palestiniens commettent des crimes c’est parce qu’Israël les y accule. Ils ne sont donc jamais coupables de rien, tout comme l’enfant qui assassine ses parents et puis en appelle à la clémence du juge en tant qu’orphelin . Gideon Levy absoud le camp palestinien de tout, puisque la cause est toujours bonne dès lors que l’on est sous occupation. Il omet de rappeler que le monde arabo-musulman est pour quelque chose dans l’enlisement de cette occupation, et surtout des évènements 1967 qui en sont l’origine.

Gideon Levy est pris d’autisme lorsqu’il est reçu et acclamé de par le monde par des ennemis d’Israël qui camouflent à peine leur antisémitisme, rebaptisé antisionisme pour la circonstance. Il est vrai qu’il ne sympathise pas avec les islamistes, mais il n’en reste pas moins que sa dialectique les sert abondamment dans leur acharnement contre Israël.

Mon propos n’est pas de faire changer d’avis Gideon Levy, mais bien d’attirer l’attention de ceux qui l’écoutent sur le caractère unilatéral de sa critique. Il le reconnait d’ailleurs lui-même d’une certaine manière, parce que quand on lui reproche son peu d’empathie pour ses concitoyens qui souffrent, il répond qu’il y a bien assez de monde pour s’en soucier, et que pour sa part il préfère se pencher sur le sort de l’autre camp. La démocratie israélienne, c’est aussi ça.

5 comments to Gideon Levy ou le droit de critiquer Israël

  • JESS KOREN

    Guidon Levy est un etre sensible intelligent et courageux possedant un coeur enorme, mais dans l’Israel d’aujourd;hui ,la compassion est considere comme une tare et l’essentiel est de ne pas etre un ‘frayer’. si il y avait plus de generosite plus d’emphatie plus d’humanite la paix viendrait ‘d’elle meme. Tsahal ne pourra jamais amener la paix . il manque en israel plus de gens comme Guidon Levy , de gens capable de reconnaitre les faits meme s’ils ne sont pas tres flatteur. les juifs n’ont pas systematiquement raison et chercher la verite ne devrait pas pour autant contribuer a l’antisemitisme. bien au contraire.

    • Je respecte Gideon Levy en tant qu’israélien qui aime son pays et le sert d’une manière qui lui semble adéquate. Mais ayant vécu l’essentiel de ma vie en Diaspora et connaissant l’antisémitisme je peux affirmer avec certitude qu’il est manipulé par des gens qui ne veulent du bien à Israël dans aucun cas de figure.

  • Patty

    Je crois que Gideon Levy a trouve un magnifique creneau pour gagner sa vie le mieux possible en tant que journaliste… Je crois que Jess est de bonne foi, ainsi que beaucoup parmi ceux qui ne connaissent pas ou pas assez les faits et l’histoire. Mais PAS Gideon Levy. Il sait bien ce qu’il fait et pourquoi. Entre son peuple et son portefeuille, il a fait un choix clair.

  • goldberg Michel

    Guidon levy
    est un personnage radical et sensible un peu comme les communistes de l’epoque .D’apres moi in ne voit qu’un cote de la montagne.
    Il a ce credit qu’il est serieux et un homme de terrain qui en a vu beaucoup et qu’il connait tres bien son sujet.
    Je tient ici a nommer B Micael qui dans la meme ligne que Guidon Levy est a mon avis une voix plus forte et plus importante encore .Dommage que Yediyot Hahahonot ai fait taire cette voix aux accents des grands prophetes et aux ton de j Swift
    Michel

  • Micha Haklai-Zajdman

    Ceux qui me connaissent savent que j’ai grandi a la Chomer. Quelque chose de cette education m’est restee aussi en Israel.

    Guidon Levy n’est pas un communiste, c’est un bonhomme qui vit la bonne vie a Ramat-Aviv, sort dans les endroits “in”. Je suis prete a jurer qu’il est finance par des groupes anti-Israeliens pour avoir le culot de se ballader dans le monde et salir Israel.

    Nous ne sommes pas des “anges”, je suis CONTRE l’occupation dans les Territoires (West Bank), je suis pour ANEANTIR a 100% le Hamas.

    Si vous en avez l’occasion, faites une fois un tour avec “MachsomWatch”, et vous vous rendrez compte que vraiment nous ne sommes pas des “anges”.C’est l’horreur de voir ces pauvres Palestiniens. Mais…… il faut avouer que certaines choses sont obligatoires pour des raisons de securite.

    Mais quand on veut critiquer, il faut vivre parmi cette population oppressee et PAS A RAMAT-AVIV et vivre la dolce vita comme Mr. Levy.

    LA SEULE A QUI JE DONNE CREDIT D’ECRIRE CE QU’ELLE VEUT ET COMMENT ELLE LE VEUT C’EST A AMIRA HESS. Elle a choisi de vivre parmi les Arabes, et elle sait mieux que n’importe qui de nous tous ce qui est permi ou interdit.