Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Yeshayahou Leibowitz ou l’extrémisme de la raison

Yeshayahou Leibowitz, scientifique et philosophe israélien mort en 1994,  racontait  de manière enjouée que quand il lui arrivait d’avoir des échanges avec des chrétiens éclairés, certains admettaient qu’il n’était pas établi que Jésus ait jamais existé, mais que ce qui était en revanche sûr, c’était que les juifs l’avaient crucifié.

Il pensait qu’après que le criminel de guerre Eichmann eut été capturé par les israéliens, il aurait fallu lui procurer le meilleur avocat possible pour démontrer que son client n’était ni coupable ni responsable de quoi que ce soit parce que celui-ci n’avait fait qu’obéir à des ordres. Qu’Eichmann avait certes été un rouage du nazisme,  mais que  celui-ci, comme les autres formes d’antisémitisme, n’était que le produit de deux mille ans de christianisme, dont l’essence était de liquider le judaïsme. Il pensait donc que le nazisme n’avait fait que reprendre à son compte un dessein d’inspiration chrétienne.

Leibowitz était un sioniste fervent parce qu’il pensait que le monde chrétien avait failli vis-à-vis des juifs. Il estimait que ceux-ci étant un peuple à part entière, ils avaient droit à l’autodétermination et « en avaient assez d’être gouvernés par les goys », comme il aimait à dire. Le sionisme avait donc été pour lui la réponse adéquate à cette anomalie, et malgré les critiques virulentes qu’il adressait parfois au monde politique israélien il était convaincu qu’Israël avait accompli toutes les promesses du sionisme en créant un Etat.

Cependant, tout en étant juif de stricte observance, Leibowitz ne considérait pas le judaïsme comme une vérité universelle. Il partait du point de vue que toute valeur humaine était tautologique, c’est-à-dire qu’elle reposait sur un raisonnement en circuit fermé. Il appliquait cela au judaïsme en disant que la Thora avait été écrite par les juifs, et qu’ensuite les juifs l’avaient déclarée sacrée, et la boucle était bouclée. Il n’y avait donc pour Leibowitz ni miracle ni Révélation externe, mais un mode vie qu’il n’était pas question d’imposer à qui que ce soit. C’est ainsi qu’il disait que pratiquer le judaïsme ne reposait sur rien d’autre que sur la décision de pratiquer le judaïsme.

Il pensait d’une manière générale que toutes les valeurs humaines étaient arbitraires. A la question de savoir pourquoi lui-même avait choisi de se soumettre aux 613 commandements de la Thora il répondait que c’est une démarche comparable à celle consistant à se consacrer à la Science,  à l’Art, à la famille, à la Patrie,  aux nécessiteux, aux malades, à l’écologie, etc.  Quand on lui objectait qu’il était possible d’argumenter en faveur de ces choix-là, il répondait qu’il n’en était rien, parce qu’à tout argument on pouvait toujours opposer un « pourquoi », ce qui finissait par déboucher sur une impasse de la Raison. Par exemple, disait-il à propos de l’humanisme, y a-t-il une raison objective de considérer l’homme comme valeur suprême ? Personne, d’après lui, n’était en mesure d’apporter de réponse rationnelle à cette question.

Leibowitz était radical sur le point de la séparation entre la religion et l’Etat.  Il y avait là un paradoxe, parce qu’on aurait tendance à penser qu’en tant que juif pratiquant  il aurait aimé que la religion eût son mot à dire dans les affaires de la Cité. Mais il pensait qu’Israël ne pourrait être gouverné par la Loi juive que si tous ses citoyens seraient de stricte observance, et que de toutes manières cette utopie exigerait une révision en fonction de la modernité, en particulier en ce qui concernerait le statut de la femme. Par ailleurs, même dans l’hypothèse où tous les juifs seraient pratiquants en Israël, les non-juifs n’auraient aucune raison de s’imposer ce mode de vie. Il estimait en conclusion que l’Etat d’Israël, juif et démocratique, devait aussi être laïque afin d’aménager un espace acceptable pour la religion, qu’elle soit juive ou autre.

Leibowitz excellait dans de nombreux domaines,  mais tout ce qu’il abordait passait au crible de son redoutable intellect, ce qui pouvait parfois être dérangeant.

On peut dire que Leibowitz était en quelque sorte un extrémiste de la raison.

6 comments to Yeshayahou Leibowitz ou l’extrémisme de la raison

  • Micha Haklai-Zajdman

    Quelle “plaisir” que je peux employer ton blog comme “plateforme” pour ecrire ce que je veux, ce que je pense sans me faire “crucifier” par “certains”!!!!!

    As earlier mentioned in my comment to Daniel’s post, I again would like to emphasize that he should have mentioned already in his first sentence that Prof. Leibowitz was a great believer. This is very important, especially due to the fact as being such, Prof. Leibowitz could see, feel and especially “prophesize” what we notice – till nowadays – is happening in the OCCUPIED TERRITORIES. Prof. Leibowitz didn’t think nor believe that the “holy places” should be venerated and that human lives should be sacrificed for these so-called “Holy Places”. He believed as a deep believer in G’d and that people should believe in G’d. What we do see too often is our youth – our young soldiers – lose their humanity while serving in these OCCUPIED TERRITORIES: from a bench pupil in high school, a young soldier can very easily be sitting on a Court bench (sometimes even for false accusations) for having committed a war crime: Guys, THERE ARE NO SPECIFIC RULES IN THE ARMY AS HOW TO BEHAVE IN THE OCCUPIED TERRITORIES: EVERY SOLDIER IS SUPPOSED TO USE HIS/HER OWN JUEDGEMENT. How many times have we seen pictures posted on Facebook of soldiers standing and laughing around a handcuffed and blindfolded Arab????? Such behaviour is THE cause of the OCCUPATION. I want to believe that these soldiers WOULD NEVER HAVE BEHAVED LIKE THAT IN ANY OTHER SITUATION, THAT THEIR MINDS WOULD NOT HAVE BEEN SCREWED UP IN THE WAY IT IS BECAUSE OF SERVING WHERE WE ARE HATED AND DO NOT BELONG. I do agree, however, that Prof. Leibowitz got carried away by calling our soldiers’ mentality in the OCCUPIED TERRITORIES a “Judeo-Nazi” mentality – here has gone too far. As for his discussions he held with Father Marcel Dubois………… well that’s another topic.

  • Leibowitz était un “orthopraxe” comme l’explique bien Daniel : il pratiquait fidèlement sans vraiment croire aux mythes fondateurs de la religion.
    En cela il s’écarte de la pensée juive talmudique ou de celle des commentateurs post Talmud.
    Si l’on considère que le judaïsme religieux se définit en continuité de ces lignes, il s’écarte alors définitivement du judaïsme religieux pour créer un dérivé bien à lui comme l’étaient le Karaïsme, voir, le Christianisme…

  • Micha Haklai-Zajdman

    ‎@Mr. Perez: est-ce qu’il fallait ABSOLUMENT que les immigrants russes vivent dans des TERRITOIRES OCCUPES????????? N’y a-t-il pas assez de place pour vivre DANS Israel meme? Oui, j’accepte que tous les gouvernements – et oui, j’accuse aussi… l’Avoda – qui voulaient occuper les TERRITOIRES OCCUPES ont vendu la des maisons ou plutot des villas + piscines – de l’immobilier a des prix ridiculement bas qui n’ont rien de commun avec la realite. Mr. Perez, votre commentaire concernant la fille de Prof.Leibowitz ne m’a pas convaincu que nous avons quoi chercher dans “ces” endroits. Et ne venez pas avec l’argument “que c’est pour des raisons stategiques”, car nous savons et vous et moi que la prochaine guerre ne sera pas une guerre conventionelle, ce sera une guerre electronique, des fusees, etc. Nous en avons deja eu la preuve en 1991 ou nous avons ete attaques par l’Irak. Sauf nous faire hair et boycottes par le monde et faire de nos soldats des etres “immondes”, nous ne faisons RIEN de productif dans ces territoires. Et une petite faveur: ne comparez svp pas mes commentaires et ceux qui pensent comme moi avec les Netourei Karta – c’est INSULTANT d’etre compares a cette bande de parasites et de traitres qui vont visiter Ahmedinadjad.

  • goldberg Michel

    a

  • goldberg Michel

    Dan je veux te remercier pour tes articles pour ton Blog
    Je veux te féliciter pour ton courage tenace à parler de notre pays, des immenses personnalités qui vivent et qui le construisent et qui le forment .Avec des idéaux haut places. Avec leurs rêves et le réveil souvent difficilement acceptables.
    Tu parles bien de Yeshayaou Leibozitw.
    Il me semble quant même un peu légèrement.
    L’homme, tu me l’a bien explique, avait des dimensions immenses: Il a laisse un héritage important et aujourd’hui encore il a pas mal d’élèves et de disciples qui prennent sa relève et sa voix
    J’aurais aime que tu fasses la connaissance de l’un d’eux, il s’appelle B.Micael ou de son nom vrai nom Micael Birson.Pour moi une voix importante en Israel, pour d’autres personnes il est trop extrémiste trop de gauche.
    J’essaie par ces quelques mots de trouver un mot adéquat pour parler de Leibowitz.
    Il avait ce feu intérieur inextinctible qui brule chez quelques élus du destin.
    Il l’avait transfère un flambeau de raison de justice et de savoir
    Afin que nous puissions le suivre.
    Il faut aussi noter son courage de dire ce qu’il fallait dire sans peur sans compromis, son esprit de responsabilite,il se tenait responsable de ces paroles.
    Je ne peux que te demander de continuer ce Blog et t’en remercier
    Tu exprimes bien une partie de mes pensees.Tu m’incite à prendre mon stylo et écrire
    Michel

  • Cher Dan
    Il faut que je le redise pour moi ton blog m’est vital puisqu’il me faut réfléchir aux sujets de tes propos
    Il me semble important que tu parles de personnes bien concrètes et souvent vivantes
    Comme D,S.K comme Besancenot que je ne connaissais pas auparavant Eli Barnavi Shlomo Sand dont il me semble que tu n’a pas trouve l’exact portée de sa thèse comme cet imbécile de Hessel ainsi que de personnes ayant vécu et laisse des traces importantes comme Yeshiaou Leibowitz et Ramabam:
    Je voudrais reprendre le thème des valeurs humaines qui sont comme je te l’ai dit d’une importance capitale pour moi et sans doute pour une grande partie de l’humanité
    Je vais (-je voudrais dire évidemment) commencer par Pascal Blaise qui me dicte une partie de ma conduite depuis pas mal de temps: Il dit : Il n’y a que trois sortes de personnes: les unes qui servent Dieu, l’ayant trouve : les autres qui s’emploient à le chercher, ne l’ayant pas trouve; les autres qui vivent sans le chercher ni l’avoir trouve. Les premiers sont raisonnable et heureux, les derniers sont fous et malheureux, ceux du milieu sont malheureux et raisonnables.
    Les pensées nr 257
    Je me place dans les catégories de ceux des milieux et de la je suis en quête depuis longtemps des valeurs humaines devant être respectees par une grande partie de l’humanité mais surtout de valeurs avec lesquelles ma conscience et mon esprit puissent vivre en paix avec elles et qui ne soient pas en contradictions avec la volonté de tacher de faire du bien autour de moi. Je dis autour de moi dans la plus grande acceptation du terme je devrais prendre en compte l’avenir aussi.
    En fin de compte ce qui est important c’est ma conduite au jour le jour ma recherche continuelle et constante de ces valeurs sans être oblige de leurs donner un nom ou une classification être a l’écoute de ceux qui peuvent et qui tracent la route tout en prenant toujours garde.
    Il n’y a aucunes raisons possible que nous ne puissions pas vivre non dans un monde heureux auquel je ne crois pas mais dans un monde régis de manière non rationnelle mais humaine et sans doute exigeant beaucoup d’efforts de tout les composants