Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

L’allumage sexuel ou la question du premier pas

On a beaucoup évoqué la question du harcèlement sexuel ces temps-ci, et d’une manière générale les cas où les hommes de pouvoir faisaient pression sur des femmes en vue de relations intimes. Ces comportements sont réprimés par le Code pénal, et les femmes peuvent porter plainte le cas échéant, mais le principal obstacle dans ce genre d’affaires est que ces comportements étant par définition intimes, il est difficile pour les plaignantes de démontrer qu’elles ne sont pas consentantes. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup hésitent à se manifester. En l’absence de preuves c’est donc parole contre parole, or on ne peut raisonnablement condamner l’agresseur présumé sur seule base d’une accusation non étayée. Ce serait la porte ouverte à tous les abus.

Cependant les hommes ont si longtemps pu commettre des abus sexuels en toute impunité qu’il y a comme un retour de balancier dans l’opinion publique, de telle sorte que la présomption de sincérité de la plaignante semble parfois peser plus lourd que la présomption d’innocence de l’accusé. Il faut donc que ces présomptions s’équilibrent, et éviter que la justice soit influencée par une empathie hors de propos.

Mais pour appliquer une égalité rigoureuse, il faudrait peut-être aller plus loin. Il y a dans le monde de l’entreprise, de la fonction publique, de la politique, du show-business ou d’autres milieux un nombre important de femmes ou d’hommes qui obtiennent des avantages en échange de prestations sexuelles. C’est souvent injuste par rapport aux autres employés, et peut constituer un dommage pour l’institution qui les emploie. Quand un (e) employé (e) propose à son supérieur hiérarchique, dans le cadre et sur les lieux du travail, un service sexuel en échange d’un bonus à charge de l’entreprise, considère-t-on cela comme une agression sexuelle doublée d’une tentative de corruption ? Qu’est censé faire celui ou celle à qui le « deal » sexuel est proposé ? Se taire et continuer à travailler avec la personne en question ? Dénoncer les faits sans preuves à l’appui ? Risquer que l’incident soit divulgué ultérieurement de manière tendancieuse ?

Si l’on est soucieux d’égalité en matière de sollicitations à caractère intime, il faut non seulement condamner le harcèlement sexuel par l’un, mais aussi l’allumage sexuel par l’autre. Il faut les condamner avec une rigueur égale parce que ces comportements sont les miroirs l’un de l’autre dans la mesure où ils ne tiennent pas compte des dispositions de la personne d’en face. Par ailleurs, il faut s’interroger sur la pertinence de la convention qui veut que ce soit à l’homme de faire ce qu’on appelle le « premier pas » dans le processus de séduction, parce que pour peu qu’il soit maladroit il peut arriver qu’il ne l’ajuste pas de manière appropriée. On pourrait évidemment totalement interdire ce « premier pas », mais il n’est pas sûr que ce soit ce que souhaitent les femmes, alors si elles le faisaient aussi souvent que les hommes cela contribuerait peut-être à rétablir un certain équilibre.

Ce serait aussi plus cohérent avec le désir d’égalité et l’égalité du désir entre genres.

2 comments to L’allumage sexuel ou la question du premier pas

  • Muriel

    Curieuse des feedbacks que tu auras de cet article, je voudrais juste en envoyer un mini pour inviter d’autres à me suivre. Je suis convaincue qu’il y a TRES rarement de réels abus dans les milieus que tu cites. Je ne crois ni à la “victime absolue” ni à celles qui ne savent pas du tout imposer de frontières, alors la conjugaison des deux chez la même personne j’y crois encore moins.

  • Charly Rozenberg

    Le harcèlement et l’abus sexuel est effectivement très difficile à prouver.
    Pas toutes les accusations sont exactes, pour toutes sortes de raisons: jalousie,
    rancune, vengeance et profit.
    Mais si l’accusé(e) est récidiviste la présomption de son acte jouera en faveur
    de la victime. Prenons le cas DSK: est il coupable ou est ce une machination diabolique
    politique de l’opposition ou de son propre parti. La femme de chambre a-t-elle été payé
    gros pour monter ce coup.Bizzare qu’elle est rntrée dans sa chambre quand il était encore
    là. Bizzare aussi qu’il est sorti de sa salle de bains tout nu, sachant sans doute qu’il y
    avait quelqu’un dans l’appartement. Connaissant DSK on a tendance a croire la femme.
    Mais comment est ce possible qu’un homme qui est à deux doigt de la présidence française
    est près à prendre de tels risques pour la baguatelle,difficile à croire surtout dans un
    pays où quand on offre une pipe on perd son trone (Clinton).
    Levinski, victime ou allumeuse
    Ne vous fiez pas aux apparences. Même Yves Letherme est collectionneur de maitresses.
    Ici on peut parler d’allumage plutôt que d’harcèlement vu que les deux sont consentants
    L’allumage est un peu plus poussé cher la femme quand elle montre sont beau corsage.
    Charly