L’été israélien n’est pas le printemps arabe

Le mouvement social qui se déroule en Israël est paradoxalement la conséquence de sa bonne santé économique. Israël a traversé la crise financière de 2008 mieux que la plupart des pays développés et connaît une croissance vigoureuse depuis plusieurs années. Le chômage est au plus bas, la monnaie parmi les plus solides du monde, les caisses de l’Etat sont remplies et les entreprises tournent à plein rendement. Bien qu’aucun des observateurs traditionnels n’ait prévu le mouvement de protestation, il arrive à point nommé pour les classes moyennes en particulier, qui sentent que le moment est bien choisi pour réclamer plus de justice sociale.

C’est la crise du logement qui a déclenché le mouvement. Les prix de l’immobilier flambent, mais le niveau des salaires est tellement bas que même un couple de diplômés universitaires ne dispose pas de suffisamment de moyens pour acquérir un modeste trois-pièces à crédit. Le coût de la vie ne cesse d’augmenter et les chaines de distribution semblent fixer les prix de manière arbitraire, si bien qu’on a l’impression que la concurrence est absente.

Le style du mouvement est bon enfant, et tout en protestant les manifestants expriment leur attachement au pays, leur joie d’y vivre et leur intention de s’y épanouir. Ce que ce mouvement a de particulier comparé à ce qu’on a l’habitude d’observer dans les pays occidentaux, c’est qu’il n’est dirigé contre personne. Les sondages révèlent que 87 % de la population soutiennent le mouvement. On pourrait penser que dans ces conditions c’est le gouvernement qui est visé, mais ce n’est pas le cas non plus. L’opinion publique est consciente que la cherté de l’immobilier et le pouvoir exorbitant des cartels sont le résultat d’une politique vieille de plusieurs décennies. Qui plus est, le gouvernement est d’accord avec les manifestants, et le Président de L’Etat a reçu une délégation du mouvement pour la féliciter de son initiative et lui exprimer son soutien.

Les manifestants ont installé leurs innombrables tentes en plein Tel-Aviv et dans une douzaine d’autres villes, et campent depuis quelques semaines. Ils sont bien organisés, ont improvisé des tribunes pour les orateurs, mais aussi pour des artistes qui se produisent à titre gracieux. Il y des garderies d’enfants, des cuisines de fortune, des centres de presse, des écrans géants et un courant humain permanent de militants qui interpellent les passants pour leur expliquer leurs revendications. Il n’y aucun signe de violence, et la police n’est visible nulle part. Il y a quelques jours plus de trois-cent mille manifestants ont défilé dans les artères principales de Tel-Aviv sans provoquer le moindre incident.

Ce mouvement éminemment politique n’a aucun lien avec la vie politicienne. Toutes les sensibilités sont présentes, mais aucune ne se manifeste en tant que telle. Bien au contraire, les slogans qui fleurissent dans cette kermesse ont comme point commun de ne se référer à aucune idéologie quelle qu’elle soit.

Certains veulent voir dans ce mouvement une analogie avec les évènements qui agitent le monde arabe. Mais l’été d’Israël est fondamentalement différent du printemps arabe. Il ne s’agit pas ici de revendiquer la démocratie, mais au contraire de l’exercer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *