Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La Palestine ou l’art d’arriver en retard

Le journaliste Alain Frachon a récemment publié dans Le Monde.fr un article intitulé ” Faisons un rêve : un “oui” israélien à l’ONU “. Il se demande si soixante-quatre ans après la Résolution 181 de l’ONU de 1947 les Palestiniens obtiendraient enfin réparation.

Quelle étrange dialectique, quand on a à l’esprit que les israéliens ont dit “oui” en 1947. De quoi et de qui les palestiniens sont-ils censés obtenir réparation ? Y ont-ils droit du fait qu’ils ont refusé de partager la Palestine? Et si l’on considère que les palestiniens ont été abusés par le monde arabe qui leur a fait accroire qu’ils allaient chasser les juifs, n’est-ce pas à ce monde arabe de réparer ? Nous sommes en plein syllogisme.

S’il y a une partie qui à droit a réparation relativement à la Résolution de l’ONU de 1947, c’est bien Israël, qui malgré l’hostilité de l’ensemble du monde arabo-musulman est encore toujours disposé à partager la Palestine. Pas à n’importe quelles conditions, bien entendu, ni sans négocier avec les principaux intéressés.

Il y a quelque chose de surréaliste dans l’initiative palestinienne à vouloir s’imposer maintenant comme membre à part entière à l’ONU alors que cette possibilité leur a été offerte en 1947. Que de sang versé depuis, alors qu’il eût suffit qu’ils acceptent alors ce qu’ils réclament aujourd’hui.

Alain Frachon dit que les palestiniens ont raison de ne pas vouloir négocier directement avec Israël, parce que les accords d’Oslo n’ont débouché sur rien. Qu’est ce qui lui permet de suggérer que c’est la faute à Israël, malgré l’Intifada, malgré le retrait du Sud-Liban, malgré celui de Gaza, malgré les initiatives de paix de tous les gouvernements israéliens de tous les bords ?

Alain Frachon évoque le courage politique d’Yitzhak Rabin reconnaissant la légitimité du mouvement national palestinien. Qu’en est-il du courage de Benjamin Netanyahou, qui a accepté le principe de deux Etats pour deux peuples et qui a gelé les constructions en Cisjordanie dans l’espoir de négocier avec Mahmoud Abbas, qui pour sa part ne s’est manifesté que neuf mois plus tard juste pour dire qu’il ne voulait pas se mettre à table?

Le Président Obama a beaucoup de soucis ces jours-ci, notamment concernant la situation économique de son pays. Il vient de se débarrasser d’un poids en admettant qu’il avait fait fausse route en ce qui concernait le conflit israélo-palestinien. Il faut donc l’encourager maintenant parce qu’il est sur la bonne voie. Ce qui serait bien à ce stade, c’est qu’en guise d’échange de bons procédés, Benjamin Netanyahou déclare solennellement qu’Israël ne laissera jamais tomber l’Amérique.

4 comments to La Palestine ou l’art d’arriver en retard

  • Bonsoir Mr Horowitz et merci pour ce bel article.
    Mr Frachon fait partie des gens qui voient les Palestiniens avec des lunettes roses et les Israéliens avec des loupes déformantes. Il y en a des millions comme lui.
    Ce n’est pas lui qui changera la physionomie du conflit qui nous oppose aux Palestiniens depuis la nuit des temps.
    Par contre, Obama en a le pouvoir. Et je suis inquiète de voir qu’un homme aussi avisé que vous n’ait pas vu le piège gros comme l’Amérique toute entière que ce monsieur tend aux Israéliens mais surtout aux Juifs américains.
    Obama se fout d’Israël comme de sa première chemise! Par contre, il veut avoir un 2ème mandat.
    Il a vu que son candidat, dont la victoire était quasi certaine, dans la 9è circonscription de N.Y, se faire battre par un bleu… républicain. Grâce à quoi? Ou à qui plutôt? Au vote juif.
    Depuis des décennies, les Juifs de cette circonscription votaient, comme presque partout dans le pays, démocrate.
    Cette année, pour sanctionner Obama, ils ont voté républicain et le candidat de ce parti s’est trouvé, bien étonné, en tête du scrutin.
    Obama a analysé la situation, il sait que les Juifs américains lui en veulent de son virage à 180° vers l’islam. Il a rectifié le tir JUSTE pour ça.
    Il est viscéralement anti israélien, anti juif mais hélas les Juifs américains vont encore une fois fermer les yeux et voter pour lui. Pourquoi? Parce qu’il aura réussi à les berner, les endormir avec sa berceuse à 2 balles.
    Par contre, il y en a un qui attend son heure. Il a eu une standing ovation paraît il à l’ONU, Abbas. Il sait lui ce que veut Obama, ils en ont parlé maintes fois je suis sûre. Il sait qu’il est de leur bord. Il sait que Obama attend lui aussi sa réelection.
    Il y a paraît il un Palestinien qui aurait lâché le morceau après le discours d’Obama et de Sarkozy. Il aurait dit que tous avaient appelé à la patience en disant qu’une fois qu’ils auraient gagné leurs élections respectives, ils allaient rectifier le tir.

    Alors Mr Horowitz ce n’est pas Netanyahou qui devrait déclarer, d’ailleurs il l’a fait en Amérique devant la Chambre des Représentants. Non Obama devrait le dire et le redire. Mais il y a un os…. il ne le pense pas et il attend d’être réélu pour se débarrasser du problème d’Israël, il l’a au travers du gosier!!!

    Excusez la longueur et ne croyez surtout pas que je veux montrer… non, c’est juste ce que je ressens au fond de moi… L’intuition féminine, vous savez. Doublé d’une maman juive. Avec une petite cerise, on trouve toujours que je vois le tableau noir… et parfois, il est vraiment noir.

    Merci pour vos articles. Il y en a certains que je vous emprunte car ils sont toujours de qualité. Merci pour cela.

    Martine Sroussi

  • […] Le Président Obama a beaucoup de soucis ces jours-ci,notamment concernant la situation économique de son pays. Il vient de se débarrasser d’un poids en admettant qu’il avait fait fausse route en ce qui concernait le conflit israélo-palestinien. Il faut donc l’encourager maintenant parce qu’il est sur la bonne voie. Ce qui serait bien à ce stade,c’est qu’en guise d’échange de bons procédés,Benjamin Netanyahou déclare solennellement qu’Israël ne laissera jamais tomber l’Amérique.source […]

  • akry

    » Qu’est ce qui lui permet de suggérer que c’est la faute à Israël » ? la propagande rabâchée, la mauvaise foi anti-israélienne, la haine du juif sous ses habits neufs d’antisionisme. Anything else ?

  • […] Le Président Obama a beaucoup de soucis ces jours-ci,notamment concernant la situation économique de son pays. Il vient de se débarrasser d’un poids en admettant qu’il avait fait fausse route en ce qui concernait le conflit israélo-palestinien. Il faut donc l’encourager maintenant parce qu’il est sur la bonne voie. Ce qui serait bien à ce stade,c’est qu’en guise d’échange de bons procédés,Benjamin Netanyahou déclare solennellement qu’Israël ne laissera jamais tomber l’Amérique.source […]