Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Daniel Cohn Bendit en Israël

Les pacifistes à tous crins retardent  l’avènement de la paix au lieu de l’accélérer. Ils font penser à cette intelligentsia des années 1960, à ces gens bien, cultivés, de bonne foi, courageux, qui ont continué à se fourvoyer en soutenant l’URRS alors que les gens simples savaient depuis longtemps ce qu’il fallait en penser.

Aragon n’avait toujours pas compris en 1960 ce que Gide avait découvert trente ans plus tôt. Sartre proclamait lors d’un retour d’URSS que la liberté d’opinion y était totale. Cet aveuglement est de même nature que celui qui affecte aujourd’hui une certaine catégorie d’intellectuels, en Israël ou ailleurs, qui ne représente pas grand-monde, mais qui préférerait changer de peuple plutôt que d’opinion.

Daniel Cohn-Bendit, le mythique et par ailleurs sympathique  frondeur de mai 68, vient de faire un tour en Israël où il a rencontré les leaders du mouvement social qui agite en ce moment le pays. Il leur a fait la leçon en leur expliquant que leurs revendications ne devaient pas se limiter au plan social, mais qu’il fallait les lier à la question des implantations en Cisjordanie. Il leur a rappelé que l’Etat d’Israël consacrait huit pourcent de son budget à la défense, alors qu’ailleurs la norme était plutôt de deux pourcent. Il suffirait donc d’après lui de démanteler les colonies, ce qui entraînerait ipso-facto la paix, ce qui permettrait au gouvernement israélien de réduire le budget de la défense pour le réallouer aux impératifs sociaux.

Le problème, c’est que Cohn-Bendit, qui connaît pourtant bien l’Histoire, a omis de vérifier le budget de l’armée israélienne d’avant 1967, autrement dit à une époque où il n’y avait pas d’occupation, à moins que l’on considère que Tel-Aviv soit un territoire occupé. Or ce budget n’était pas de huit pourcent, mais de dix, soit encore plus élevé qu’aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que si Israël n’avait pas eu de budget de la défense aussi imposant en 1967, le pays aurait été liquidé par la coalition arabe qui encerclait Israël et qui s’apprêtait selon ses propres dires à jeter les juifs à la mer.

Beaucoup de temps s’est écoulé depuis, et on pourrait arguer que la situation a évolué, mais Cohn-Bendit fait preuve de peu de rigueur intellectuelle en faisant mine de croire qu’en si Israël évacuait la Cisjordanie, alors l’Iran, le Hamas et le Hezbollah ne menacerait plus l’Etat Juif et que le budget de la défense deviendrait donc superflu. 

On aurait aimé que Daniel Cohn-Bendit prenne de la graine, et ne fasse pas aujourd’hui ce qu’il reprochait naguère à Aragon.

1 comment to Daniel Cohn Bendit en Israël

  • Muriel

    S’il est vrai que démanteler les colonies n’aurait pas pour effet d’éliminer la menace du Hamas, du Hezbollah et de l’Iran, on pourrait se demander avec curiosité quelle cause à effet cela donnerait ? Daniel, peut-être une idée pour un prochain article ? Il me plairaît de lire cet article, et après Gide Sartre Aragon de découvrir par référence à qui cheminerait ton raisonnement. Darwin, Nietzsche, Freud, défoule-toi, on lira:-) !