Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La nostalgie de Günther Grass

Günther  Grass, prix Nobel de littérature et intellectuel de premier plan, vient de faire tomber un tabou. Désormais un ancien de la Waffen SS peut se répandre dans les médias pour accuser les juifs de menacer le monde.  Pour mémoire, la Waffen SS dont Günther  Grass fit naguère partie était un corps d’armée dont le principal critère de sélection consistait à être dévoué corps et âme à l’idéal nazi.

Günther  Grass nous apprend sous la forme d’un poème de son crû que les juifs veulent éradiquer le peuple iranien. Cela a de quoi surprendre, parce que d’une part il ne nous communique pas ses sources, et que d’autre part on a surtout entendu jusqu’à présent que le président Ahmadinejad et l’ayatollah Khamenei, les deux principaux leaders d’Iran, appelaient à la liquidation d’Israël.

Il faut savoir que l’Iran ne se limite pas à une logorrhée antisioniste, mais agresse quotidiennement Israël par le biais du Hezbollah et du Hamas, deux organisations criminelles qui se spécialisent dans l’assassinat de civils juifs.

Par ailleurs le régime iranien professe un négationnisme de la Shoah et entretient une  propagande antisémite tous azimuts. Cela doit ranimer de la nostalgie chez Günther  Grass. On peut en effet imaginer qu’il ne se remet pas de ce que grâce à Israël les juifs ne sont plus la vermine que la Waffen SS exterminait.  L’Etat Juif a même l’outrecuidance de le déclarer « persona no grata », ce qui est quand même un comble pour quelqu’un qui a adoré Hitler.

Mais aucune réaction, aucune pétition, aucune protestation ne peut avoir un effet aussi décisif que la lettre que Günther  Grass a reçue du vice-ministre de la Culture iranien, qui lui rend hommage pour avoir « dit la vérité », en espérant que cela « réveillera la conscience occidentale endormie ». Cette lettre, rendue publique par les médias iraniens  bien connus pour leur indépendance,  est la punition la plus terrible que l’on puisse imaginer pour un intellectuel qui se dit de gauche. Ceci parce qu’un compliment provenant du régime iranien est en soi une injure à l’intelligence, et devrait constituer un signal d’alarme pour quiconque  dispose d’un minimum de bon sens.

La faute de Günther  Grass consiste a s’être trompé en confondant la dictature iranienne et la démocratie israélienne. Cependant il ne viendrait à l’idée de personne de douter de son quotient intellectuel ou de sa culture. Ce n’est donc pas de ce côté-là qu’on trouvera l’explication de sa poétique insulte à l’Etat juif.  Une hypothèse plus vraisemblable est que Günther  Grass est resté attaché ses racines idéologiques, et que l’idée que les juifs disposent d’une force de dissuasion est insupportable pour cet érudit allemand qui a tout vu, tout lu, tout appris, mais rien compris.

7 comments to La nostalgie de Günther Grass

  • Igal

    Günter Grass fait la même erreur d’appréciation que Samarago en 2002.
    De ce fait, il se disqualifie d’être porteur d’idées objectives.
    C’est très difficile de comprendre comment ces illustres plumes dérivent et ne savent plus
    se dominer. Et de ce fait dérapent comme des mauvais chauffards.
    Grass a exagéré et sera jugé par l’histoire comme Saramago.
    Ils terminent leur vie sans panache et seront oubliés.
    On a beau chasser le naturel, il revient au galop.
    Son passé à refait surface.
    Shabbat Shalom

  • gilbert farache

    Arrivé aux portes du purgatoire,Grass ne peut plus supporter d’avoir menti sur son passé pendant plus de 50 ans.Il veut leguer à la posterité le temoignage du nazime,ideologie qui justifiait l’extermination des Juifs en les accusant
    de tous les crimes imaginaires.En reprenant le même thème de culpabilité envers Israel qu’il dit prêt à eradiquer un peuple,il veut en quelque sorte exonérer non seulement sa propre vie mais l’antijudaisme chretien (Ashton,Dieudonné,Joly ! ) de toute responsabilité dans la nouvelle “liberté d’expression”.
    Encore une fois,il n’ y a pas de remède possible ,la calomnie disputant à la bêtise la diffusion de la haine endemique multimillenaire.Cette haine se traduit par l’assassinat de nos enfants,partout sur la planète,de l’Ukraine à la Thailande en passant par Buenos Aires , Toulouse et Jerusalem.En la denonçant,nous les informons que le temps de l’impunité est revolu.Car notre retour à Sion après le 4ème et dernier exil est le signe qu’une eventuelle tentative de l’alliance d’Esav et Ishmael de nous detruire se heurtera à une force invicible qui la disloquera et la reduira à néant.

  • Kravi

    Daniel, le tabou est levé depuis un certain temps déjà : l’irrésistible humoriste Dieudonné en a fait son fonds de commerce en invitant sur la scène son complice Faurisson pour lui faire remettre un prix par un comédien déguisé en déporté. Son film « l’Antisémite » vient de sortir : les commentaires suivant la critique du film sur un site de cinéma sont édifiants. Notons que Dieudonné et sa clique (Meyssan, Soral et consorts) sont régulièrement invités en Iran.
    Cette nébuleuse brune rouge verte est très en phase avec l’air du temps (flatus) pestilentiel qui, s’il n’est pas encore majoritaire, commence à devenir très inquiétant dans sa détestation d’Israël, alibi cachant mal un antisémitisme virulent.

  • Igal

    Günter Grass fait la même erreur d’appréciation que Samarago en 2002.
    De ce fait, il se disqualifie d’être porteur d’idées objectives.
    C’est très difficile de comprendre comment ces illustres plumes dérivent et ne savent plus
    se dominer. Et de ce fait dérapent comme des mauvais chauffards.
    Grass a exagéré et sera jugé par l’histoire comme Saramago.
    Ils terminent leurs vie sans panache et seront oubliés.
    On a beau chasser le naturel, il revient au galop.
    Son passé à refait surface.
    Shabbat Günter Grass

  • Kravi

    PS : au reste, je ne comprends pas comment de tels comportements ou un tel film peuvent ne pas tomber sous le coup de la loi. On me répondra « liberté d’expression », mais sommes-nous tellement confusionnés — je parle de la la confusion des valeurs — pour ne pouvoir faire la différence dans une cour de justice ? si c’est le cas, il n’y a plus grand-chose à espérer dans ce pays.

  • Muriel

    Niklas, Joëlmartin, Bergac … je ne sais pas comment il se fait qu’on ne voit pas leurs commentaires ici, j’ai tout lu et après avoir vomi j’ai eu bcp de gratitude pour le rôle que tu joues Daniel. Je n’ai qu’une chose à ajouter : shayn zeyt men auss.

  • Samy Goldberg

    Att Danielou
    ————
    C’est triste a dire,mais réalité.Ce qui semble èvident pour la majorité des juifs,de part le monde,et pour la majorité des Israeliens.N’est pas évident pour le reste du monde.Attention c’est le reste du monde,qu’il faut convaincre.