Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Boycotter Israël ou l’art du boomerang

La cour d’appel de Paris a récemment condamné une militante pro-palestinienne pour avoir diffusé une vidéo tournée dans un supermarché appelant au boycott des produits israéliens.
D’autre part l’Afrique du Sud envisage d’imposer l’étiquetage de produits provenant de Cisjordanie. D’après un haut-fonctionnaire du ministère du commerce sud-africain il ne s’agit pas de boycotter Israël, mais d’informer les consommateurs au sujet de la provenance des produits qu’ils achètent. Mais dans un même souffle il affirme que “l’Afrique du Sud ne reconnaît Israël que dans les frontières admises par l’ONU en 1948”.

Ce que ce fonctionnaire semble ignorer, c’est qu’il s’agissait en 1948 d’une résolution non- contraignante de l’ONU, que les juifs palestiniens ont acceptée, mais que les arabes palestiniens ont refusée. La plupart des nations arabes ont ensuite fait de la liquidation de l’Etat Juif une obsession et une priorité, mais le recours à la légitime défense d’Israël s’est soldé pour les agresseurs arabes par un changement de souveraineté en Cisjordanie, qui de l’occupation jordanienne est passée sous contrôle israélien en 1967.

Que l’on qualifie ou non la Cisjordanie de territoire occupé, il faut savoir qu’une occupation n’est pas en soi illégitime du point de vue du droit international. Dès lors qu’un pays est l’objet d’agression, ce qui est le cas d’Israël depuis sa création, il a le droit de se défendre et même de contrôler l’agresseur aussi longtemps que celui-ci constitue un danger. L’Allemagne a bien été occupée par la France en 1945, or nul ne songerait à dire qu’il y avait là une violation du droit international.

La propagande anti-israélienne et antisémite a un effet négatif sur Israël au plan diplomatique, mais cela ne change en rien les fondamentaux économiques. Selon le magazine belge “Vacature”, le capital à risque qu’investit Israël par personne et par an est de 170 dollars, à comparer avec 12 dollars pour la Belgique. Israël est à la première place mondiale pour le nombre de start-up, et n’en est pas loin pour les sociétés du Nasdaq. Boycott ou pas, Israël est l’enfant chéri des investisseurs du monde entier, qui se bousculent pour bénéficier de son dynamisme. L’industrie du High-tech en particulier est orientée vers l’export étant donné le sous-développement des voisins et la petite taille du marché local.

Il n’y a en Israël pratiquement pas de grèves depuis des années, et l’industrie connaît le plein-emploi. Une agence d’Etat étudie attentivement tous les projets à caractère technologique qu’on lui soumet, et investit dans des entreprises qui sans cela n’auraient pas les moyens de se construire. En ce moment même Israël est en passe de devenir le premier pays au monde à disposer d’un réseau couvrant l’ensemble du territoire de stations-services pour voitures électriques.

La longue période du service militaire est mise à profit par Tsahal (Armée de défense d’Israël), pour offrir aux jeunes la possibilité de combiner le service avec les études, ce qui aboutit à ce que de nombreux militaires passent au civil sans peine et se recyclent dans une économie insatiable de main-d’œuvre qualifiée.

Bouder le savoir-faire israélien pour des raisons politiques reviendrait pour beaucoup à se pénaliser soi-même. On ne voit en effet pas bien au nom de quoi des pays qui par exemple manquent d’eau se priveraient de la technologie israélienne d’irrigation du fait qu’il y des juifs qui vivent et travaillent paisiblement en Cisjordanie.

Boycotter Israël est non seulement moralement et juridiquement infondé, mais c’est aussi une forme d’autisme vis-à-vis d’une des plus grandes réussites des temps modernes en matière de mouvement de libération nationale.

3 comments to Boycotter Israël ou l’art du boomerang

  • Igal

    On aura tout dit du boycott ou plutôt des boycotts infligés contre Israel depuis sa création.
    On a même créer la ligue arabe presque spécialement pour cette “cause”,
    combien de grosses sociétés avaient dû accepter le diktat et boycotter systématiquement Israel, et se sont ravisées et depuis entretiennent de très bonnes relations et regrettent leurs jadis décisions.

    De nos jours, ceux sont les états sous pression d’organisations anti-israeliennes qui prennent le relais
    Or, c’est l’effet boomerang qui se produit. Quand on veut boycotter un produit made in Judea-Samaria, qui va en casquer???? c’est l’ouvrier qui est très souvent palestinien qui va être débauché et l’usine peut très simplement se relocaliser dans les frontières de la ligne verte.
    Il est grand temps que nos voisins en général se réveillent et réflêchissent à une entente basée sur des interêts communs et cherchent la solution politique. Le Moyen Orient a tout à gagner, et moins à en perdre.

  • kravi

    Excellemment dit, Daniel.
    Mais cet éclatant succès attise rancœurs et envies de ceux qui préfèrent se poser en victimes et continuer à rêver à de chimériques retours.
    Si les voisins d’Israël, encouragés par des dirigeants enfin préoccupés du sort de leur peuple et décidés à partager les rentes pétrolières ou charitables — quand les occidentaux comprendront-ils que l’UNWRA est la cause principale de la misère des arabes palestiniens ? — renonçaient à leurs mirages pour se tourner vers le développement, l’éducation et la coopération — y compris et en premier lieu avec Israël [sacrilège!]–, le Moyen-Orient et le monde en général s’en porteraient mieux.
    Par les temps qui courent, il est salutaire de rêver un peu…

  • Samy Goldberg

    Att Danielou.
    ————–
    Le rationel occidental,n’est pas le rationel musulman.La haine aveugle.Espérer un mieux dans les relations inter régional aux moyen-orient,est un leurre.Tant mieux pour les réveurs