Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

La Palestine observe, Israël construit

L’admission de la Palestine au statut d’Etat observateur aux Nations-Unies  est une victoire diplomatique pour l’Autorité Palestinienne. Mais les effets secondaires sont tels que cette avancée pourrait constituer un recul pour le processus de paix. Du point de vue de la communauté internationale il n’y a là aucun changement de fond, puisque l’ONU avait déjà adopté en 1947 le principe de deux Etats en Palestine, l’un juif et l’autre arabe. Mais du point de vue israélien cette initiative renforce l’impression que les palestiniens ne veulent en aucun cas entendre parler de fin du conflit, qu’il s’agisse des modérés ou des partisans de la violence.

Même si Israël acceptait de faire certaines des concessions que réclament les palestiniens, cela ne pourrait s’accomplir qu’au moyen de négociations directes. Il n’en est cependant pas question pour l’Autorité Palestinienne, tétanisée comme elle l’est par l’idée même de négocier, parce que ce qu’elle craint par-dessus tout,  c’est qu’Israël lui propose un arrangement acceptable.

Il est vrai que certains dirigeants palestiniens désirent  être perçus comme œuvrant pour l’amélioration du sort de leur peuple, et qu’ils sont même disposés à faire des efforts dans ce sens. Le problème est qu’ils ne veulent en aucun cas payer ce qu’ils considèrent comme le prix ultime, qui serait de mettre un terme au conflit. Toute la stratégie arabe  en la matière consiste depuis les origines à ne jamais aller au-delà d’un cessez-le-feu, de manière à ne jamais reconnaître le droit de l’Etat Juif à l’existence.

Qu’il s’agisse  de l’armistice de 1948 ou de l’arrêt récent des bombardements du Hamas, les palestiniens ne considèrent les cessations d’hostilités que comme des pauses de guerre, qui elle doit continuer à tout prix jusqu’à la liquidation d’Israël. Les accords d’Oslo, censés paver la route de la paix, n’ont été pour les palestiniens que l’occasion de préparer l’Intifada , consistant à enterrer toute perspective de paix sous des milliers de juifs explosés dans des autobus ou des lieux publics, en Israël ou ailleurs. Même après sa déroute de la Guerre des Six-Jours en 1967, le monde arabe a adopté la résolution dite des “Trois Non “: Non à la  paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à la négociation avec Israël.

Nous en sommes, au fond, toujours là.

Le gel des constructions israéliennes en Cisjordanie est une condition que pose l’Autorité Palestinienne pour revenir à la table de négociations, mais c’est un non-sens complet. D’une part la seule manière de déterminer où se situe la frontière entre Israël et la Palestine consiste à en débattre entre les principaux intéressés; d’autre part le gouvernement israélien a gelé les constructions pendant dix mois en 2010 sans que l’Autorité palestinienne ne se manifeste, ce qui démontre à quel point les palestiniens sont empêtrés dans leur marasme.

Cela va faire quatre ans que le gouvernement israélien actuel est au pouvoir, or si l’Autorité Palestinienne s’était mise à table dès le début, les contours de la Palestine auraient peut-être été définis et  la question résolue, ou au contraire, du point de vue palestinien, la mauvaise foi d’Israël démontrée. Quoi qu’il en soit, l’obsession de l’élimination d’Israël aboutit à une réalité sur le terrain qui consiste à ce que les palestiniens préfèrent laisser Israël continuer à construire sur ce qu’ils considèrent comme leurs terres, plutôt que d’arrêter ces constructions par des frontières mutuellement consenties.

Quand il s’est avéré il y a plus de trente ans que le Président Sadate était sérieux dans son désir d’aboutir,  Israël a restitué le Sinaï à l’Egypte. Nul ne peut prédire aujourd’hui sur quoi de véritables pourparlers entre israéliens et palestiniens pourraient déboucher, mais l’Histoire démontre qu’Israël a su faire les gestes qu’il fallait quand la paix était à la clé. Quoi qu’il soit, et même si les positions semblent inconciliables, seul un face-à-face serait à même de le démentir et de déclencher une dynamique où les deux côtés se dépasseraient sous l’effet d’un moment de grâce, ou chacun pourrait donner plus qu’il ne l’avait envisagé au départ.

Jabotinsky, intellectuel et figure majeure du sionisme disait en 1923 à peu près ceci dans son manifeste “La Muraille d’acier” : “Notre credo est pacifique,  mais c’est une autre question que de savoir si nos objectifs peuvent être atteints pacifiquement. Cela ne dépend  pas de nos relation avec les Arabes, mais de la relation des Arabes au sionisme. Tant qu’ils auront la moindre illusion qu’ils peuvent se débarrasser de nous, ils n’y renonceront pas. Ce n’est que quand aucune brèche n’apparaîtra de notre  côté que les extrémistes arabes perdront leur ascendant. C’est alors, et alors seulement,  que les modérés seront disposés à discuter avec nous. Dans ces conditions, et dans ces conditions seulement, les deux peuples pourront vivre en bon voisinage et en paix. ”

Près d’un siècle plus tard cette doctrine n’a pas pris une ride.

9 comments to La Palestine observe, Israël construit

  • Muriel

    Que faudrait-il pour qu’ils n’aient plus “la moindre illusion de pouvoir se débarrasser de nous” ? Je me demande si l’homme de la rue en Palestine a cette illusion ? Je pense que non…

  • Monsieur Horowitz ,
    L’essentiel c’est l’éducation que nous donnons à nos enfants pour faire face à ce problème; et nous n’en parlons pas assez ! On ne peut plus l’aborder avec nos leviers mais avec de “l’imagination de circonstance” .Néanmoins : le ” voleur” qui rentre chez le coiffeur pour le voler doit être acceuilli par une paire de ciseaux de coiffeur …pratique, simple , audacieux et éfficace .
    Je ne suis pas hélas coiffeur.

    Vos chroniques ont toujours le ton “juste”, je vous lis toujours avec plaisir ; merci.
    Bien à vous
    daniel

  • gilbert farache

    Un conflit entre enemis trouve toujours une solution car aucun d’eux ne veut prendre integralement la place de l’autre.La rivalité de l’Islam avec le peuple juif existe depuis son apparition , sa cause est la volonté de se substituer en tant qe revelation monotheiste.Tant que ce credo defini par le Coran n’est pas remis en cause,l’existence physique des Juifs sera menacée.L’Etat d’Israel et ses victoires depuis 1948 est devenu obsessionnellement pour les musulmans,et pas seulement pour ses voisins arabes,la preuve que la prediction coranique ne s’est pas encore accomplie et ne le sera jamais .Comment peut-on donc croire qu’eune relation pacifique est possible ? Au contraire ,la rivalité s’exacerbe du fait de l’acceptation et même l’ecouragement de la revendication islamique par les nations chretiennes,car depuis 2000 ans le christianisme l’a partagée jusqu’au genocide hitletien .
    Depuis Abraham et Isaac,qui malgré leurs concessions ne purent vivre pacifiquement avec Abimelek,les Hébreux furent voués à l’errance au cours de leur histoire.L’outrance anti-juive contemporaine manifestée sous toutes les formes,par la violence verbale et physique presque partout sur la planète,est probablement le prelude à un cataclysme qui eliminera les causes de cette rivalité irrationnelle .

  • Igal

    Super Daniel.
    Tu peux devenir notre ambassadeur Onusien.
    Se sont succédés des leaders de tous bords en Israël et avant sa création.
    Tous ont préconise le dialogue et plus, leur slogan de campagne électorale était
    très clair: la paix à tout prix. Les Weitzman, Dayan, Rabin-Peres, Barak, Oulmert sont allés très loin
    et à la dernière minute lorsqu’il a fallu adosser la signature finale, es arabes ont tout fait craquer.
    Aujourd’hui 65 ans plus tard, ils s’agenouillent auprès des instances internationales pour être reconnus,
    chose qu’ils ont agressivement rejeté lors du ” partage” en 1947.
    Heureusement le peuple juif n’est pas dupe, et je suis certain que même les super colombes tels que les Uri Avneri, Zahava Galon, Beilin et j’en passe , dûment mandatés par n’importe quel gouvernement
    ne sauront jamais empocher un traité de paix même au prix de leur concéder la lune.
    Comme je l’ai très souvent exprimé, la paix se cultive. Point a la ligne.
    Tout passera par l’éducation et l’instruction. Hélas ils n’ ‘ont sont pas au rendez vous de l’histoire et ils continueront vouloir nous leurrer. On ne tombera pas dans leur panneau.
    Kol touv Daniel

  • kravi

    Bonjour Daniel,
    vos chroniques, que j’attends avec impatience, sont toujours justes et coïncident avec mes propres réflexions. A la longue, ça pourrait presque agacer.
    Cordialement.

  • Zwi Brauner

    ….aux yeux des palestiniens ( et arabes ),Israel a toujours tort qu’importe l’époque, Pour les Israeliens

    les palestiniens ont toujours tort, ou plutot Daniel a toujours raison.

    Il faut être patient, c’est connu, les vendettas s’apaisent apres dix ou davantages de générations….

    …Et que les amis ( USA ) ne se mêlent surtout pas, car des ennemis nous on s’en charge !

  • Beer-Gabel Jacques

    Excellent comme d’habitude. Dommage que ce ne soit pas un message repris par la presse française ni même par l’ambassade d’Israël en France qui est d’une discrétion troublante;
    Très cordialement
    Jacques BG

  • A Zwi Brauner
    >…Et que les amis ( USA ) ne se mêlent surtout pas, car des ennemis nous on s’en charge !
    Hillary Clinton a l’art de ne pas manquer une occasion de se taire. Elle s’était déjà distinguée au cours de sa jeunesse par des positions qui avaient pour caractéristiques principales une ignorance abyssale. Elle doit s’être renseignée depuis, mais cela n’empêche pas de continuer à parler pour ne rien dire. Son ex-Président de mari n’a pas toujours été tendre avec Israël, mais il avait au moins pour lui d’être charismatique. Le charisme est un atout important, parce que quand un personnage politique se trompe il peut toujours le reconnaître et changer d’avis, et se servir ensuite de son charisme à bon escient. Mais quelqu’un comme Hillary Clinton ne laisse de traces que de ses inepties. Bill Clinton a fait ce qu’il pouvait en réunissant Barak et Arafat à Camp David, mais ce fut un échec. Au moins a-t-il essayé. Tout ce que Hillary Clinton a fait à ce jour consiste à se réclamer de la politique proche-orientale d’Obama, dont tout le monde, y compris Obama lui-même, convient que son premier mandat a échoué de ce point de vue-là. Tout ce qu’Obama est arrivé à faire a consisté à agrandir le fossé entre palestiniens et israéliens au lieu de le combler. C’est la politique d’Obama qui a fait que les négociations qui semblaient évoluer dans le bon sens (d’après les deux côtés) sous le gouvernement d’Olmert, ont été interrompues sous Netanyahu bien que ni palestiniens ni israéliens ne posaient de conditions préalables. Obama a fait un gâchis dans cette affaire, mais je ne désespère pas de lui, et il a quatre ans pour comprendre qu’il n’avait rien compris. Mais Hillary Clinton est une nullité complète, dont la seule bonne nouvelle en ce qui la concerne c’est qu’elle va bientôt être débarquée. Elle n’a aucun mérite personnel, et ne serait jamais arrivée là où elle est sans Bill Clinton.

  • Roger

    Pas très objectif tout ça….
    “Les Israeliens ont arrêté de constuire pendant 10 mois et les palestiniens n’ont pas bougé”. Sauf que les Israeliens n’ont pas arrêté les assassinats ciblés. Si on veut la paix, la première chose à faire est de dire : celui-ci à fait cela,celui-là cela.
    Et que 10 mois, c’est vraiment très peu pour décreter qu’on a essayé mais que c’est raté.
    En plus expliquer qu’on veut la paix avec son voisin et lui piquer dans le meme temps son garage et sa salle de bain, c’est quand même semi crédible.
    Regardez l’histoire des négotiations entre Israel et les Palestiniens.
    A chaque fois qu’il y a eu une lueur d’espoir que cela reprenne par des paroles de bonne volonté de part et d’autre, les Israelines ont fait des assassinats ciblés comme si pour eux c’était plus important que la paix.
    Il est certain que vouloir séparer la Cisjordanie de jérusalem Est est une preuve de son désir de négotier 😉
    De toute façon cet article est tellement subjectif que je me demande pourquoi je me donne la peine d’essayer de mettre l’eglise au milieu du village.