Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Le grand-Rabbin de France et la loi Avia

Haïm Korsia, grand-rabbin de France, exprime dans un article paru dans « Times of Israel » sa déception de ce que la loi proposée par la députée Laetitia Avia contre les dérapages des réseaux sociaux ait été recalée par le Conseil Constitutionnel. Il estime que la violence des échanges sur Internet « a atteint des paroxysmes et des surenchères intolérables ».  

Pour mémoire, ce projet de loi faisait obligation aux opérateurs des réseaux sociaux de retirer sous vingt-quatre heures tout propos haineux.  Au cas où cette loi aurait été adoptée il n’aurait donc plus été nécessaire de porter l’affaire devant les tribunaux.  Les opérateurs devenaient juges en la matière et pouvaient retirer de tels propos à leur seule discrétion.  

Quand l’on fait observer à Korsia qu’il n’existe pas de définition de « propos haineux »,  il objecte que  c’est « indéfinissable comme la beauté ou le charme, que l’on reconnaît pourtant immanquablement et sous les cultures les plus différentes, quand on y est exposé. A-t-on besoin d’une définition juridique et universelle de la beauté ? »

Cette explication venant d’un homme pourtant cultivé est d’un obscurantisme confondant. Il va donc de soi pour Korsia que ce qui est beau, charmant ou haineux fait l’objet d’un consensus tellement universel qu’il serait vain d’en discuter.  L’on comprend que dans ces conditions il estime que n’importe réseau social est compétent pour trancher en la matière.

Mais quand bien même il serait possible de se mettre d’accord sur ce que sont des propos haineux, au nom de quoi justifierait-on de les retirer ? Depuis quand est-il interdit de haïr ? Quelqu’un qui publierait par exemple une phrase du genre « je hais Hitler » devrait-il être censuré ?

Korsia s’insurge par ailleurs contre ce qu’il dénonce comme un « double standard », qui fait que le racisme et l’antisémitisme en ligne ne jouirait pas « de la même attention et détermination que la pédopornographie ou l’apologie du terrorisme ». C’est évidemment  une contrevérité, parce que le racisme et l’antisémitisme – en ligne ou ailleurs – tout comme la pédopornographie et l’apologie du terrorisme, constituent des infractions pénales, donc nul besoin de Loi Avia.   

Korsia est un homme respectable, mais ses idées ne sont pas toujours lumineuses. En 2004 il a voulu inviter l’antisémite Dieudonné à Auschwitz, mais il en a été dissuadé par Joseph Sitruk, grand-rabbin de France à l’époque. Maintenant Korsia veut s’attaquer à liberté d’expression, ce qui ne laisse pas de surprendre chez ce guide spirituel qui se veut pourtant moderne.

3 comments to Le grand-Rabbin de France et la loi Avia

  • Julien LEVINGER

    D’accord Daniel, les arguments de Haïm Korsia frisent le ridicule.
    Néanmoins, sache que les discours racistes et antisémites sur les réseaux sociaux, qui sont des infractions en France, sont quasiment impossibles à réprimer légalement à ce jour du fait de la nationalité des réseaux sociaux.
    C’est cette anomalie que la loi AVIA tentait de faire disparaître, s’inspirant de la législation en vigueur en Allemagne.

  • דוב קרבי dov kravi

    Une déception de plus. Korsia ne voit-il pas où nous en sommes rendus ?

  • Administrator

    Je suis conscient du problème que constitue ce déferlement de boue dans les réseaux sociaux, et de la difficulté de l’endiguer du fait de la nature même de l’Internet. Mais laisser l’Etat se décharger de son rôle en confiant à des sociétés privées la police de la parole est inacceptable. Selon quels critères ? Les censeurs de Facebook recevront-ils une charte du bien et du mal sur laquelle se baser pour retirer des propos jugés « haineux » ?
    Je pense que la véritable raison pour laquelle la Loi Avia a été envisagée relève de la lâcheté d’un Etat qui craint d’appliquer la loi. La semaine dernière une manifestation « antiraciste » (en réalité explicitement raciste) a été interdite pour cause de Covid 19, mais les autorités ont laissé faire en arguant qu’il arrive que « l’émotion mondiale dépasse les règles juridiques ». Ca sent le Vichy.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>