Y a-t-il des valeurs universelles ?

Yeshayahou Leibowitz, juif de stricte observance, scientifique et philosophe, était un continuateur de Maïmonide, mais aussi un intellectuel du vingtième siècle qui ne pouvait reprendre tels quels tous les présupposés du Moyen-âge. La différence réside en ce que Maïmonide se voulait rationaliste en posant qu’il était possible de démontrer l’existence de Dieu de manière quasi-certaine.

Leibowitz, comme la plupart des penseurs modernes, croyants ou pas, réfute ces démonstrations mais pose que l’impossibilité de prouver l’existence de Dieu n’empêche pas qu’on le considère comme une valeur suprême. Cette posture oxymorique peut rendre perplexe, parce que cela signifie que pour Leibowitz on peut construire une vision du monde en faisant l’impasse sur la Raison.

A cela Leibowitz répond qu’aucune valeur n’est rationnelle. Ce qui donne le vertige dans son enseignement c’est la déconstruction des valeurs quelles qu’elles soient, dont il dit qu’elles sont discrétionnaires, et que prétendre qu’il y aurait des valeurs universelles est un non-sens. Bien qu’elles soient le propre de l’homme, les valeurs reposent donc sur des décisions arbitraires. Par conséquent il n’y aurait aucune valeur opposable à autrui, ni individuellement, ni collectivement, ni localement ni universellement.

L’idée qu’il n’existerait pas de valeur universelle est dérangeante pour un esprit moderne, parce que l’homme occidental est convaincu que les valeurs sont liées à la Raison et qu’elles en découlent de manière logique. Cela implique que tous les hommes devraient déboucher sur une même morale simplement en suivant le fil de la Raison. Leibowitz s’inscrit en faux contre l’idée que Raison et Morale seraient liées. Il dit que bien que les hommes aient en commun la faculté de formuler des valeurs, les valeurs elles-mêmes peuvent différer entre cultures de manière irréductible parce qu’irrationnelles. Cette conception est pessimiste, parce qu’il faut en conclure que les guerres sont l’expression non pas d’intérêts divergents, mais de valeurs mutuellement exclusives. Ce qui renforce cette idée c’est que les guerres, comme les valeurs, sont le propre de l’homme.

La question de fond consiste donc à se demander de quoi relève ce penchant à s’imposer à soi-même des valeurs alors qu’elles ne sont en rien indispensables à la vie, et lui sont même souvent antinomiques.

La réponse à cela est probablement une question.

L’allumage sexuel ou la question du premier pas

On a beaucoup évoqué la question du harcèlement sexuel ces temps-ci, et d’une manière générale les cas où les hommes de pouvoir faisaient pression sur des femmes en vue de relations intimes. Ces comportements sont réprimés par le Code pénal, et les femmes peuvent porter plainte le cas échéant, mais le principal obstacle dans ce genre d’affaires est que ces comportements étant par définition intimes, il est difficile pour les plaignantes de démontrer qu’elles ne sont pas consentantes. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup hésitent à se manifester. En l’absence de preuves c’est donc parole contre parole, or on ne peut raisonnablement condamner l’agresseur présumé sur seule base d’une accusation non étayée. Ce serait la porte ouverte à tous les abus.

Cependant les hommes ont si longtemps pu commettre des abus sexuels en toute impunité qu’il y a comme un retour de balancier dans l’opinion publique, de telle sorte que la présomption de sincérité de la plaignante semble parfois peser plus lourd que la présomption d’innocence de l’accusé. Il faut donc que ces présomptions s’équilibrent, et éviter que la justice soit influencée par une empathie hors de propos.

Mais pour appliquer une égalité rigoureuse, il faudrait peut-être aller plus loin. Il y a dans le monde de l’entreprise, de la fonction publique, de la politique, du show-business ou d’autres milieux un nombre important de femmes ou d’hommes qui obtiennent des avantages en échange de prestations sexuelles. C’est souvent injuste par rapport aux autres employés, et peut constituer un dommage pour l’institution qui les emploie. Quand un (e) employé (e) propose à son supérieur hiérarchique, dans le cadre et sur les lieux du travail, un service sexuel en échange d’un bonus à charge de l’entreprise, considère-t-on cela comme une agression sexuelle doublée d’une tentative de corruption ? Qu’est censé faire celui ou celle à qui le « deal » sexuel est proposé ? Se taire et continuer à travailler avec la personne en question ? Dénoncer les faits sans preuves à l’appui ? Risquer que l’incident soit divulgué ultérieurement de manière tendancieuse ?

Si l’on est soucieux d’égalité en matière de sollicitations à caractère intime, il faut non seulement condamner le harcèlement sexuel par l’un, mais aussi l’allumage sexuel par l’autre. Il faut les condamner avec une rigueur égale parce que ces comportements sont les miroirs l’un de l’autre dans la mesure où ils ne tiennent pas compte des dispositions de la personne d’en face. Par ailleurs, il faut s’interroger sur la pertinence de la convention qui veut que ce soit à l’homme de faire ce qu’on appelle le « premier pas » dans le processus de séduction, parce que pour peu qu’il soit maladroit il peut arriver qu’il ne l’ajuste pas de manière appropriée. On pourrait évidemment totalement interdire ce « premier pas », mais il n’est pas sûr que ce soit ce que souhaitent les femmes, alors si elles le faisaient aussi souvent que les hommes cela contribuerait peut-être à rétablir un certain équilibre.

Ce serait aussi plus cohérent avec le désir d’égalité et l’égalité du désir entre genres.

Yeshayahou Leibowitz ou l’extrémisme de la raison

Yeshayahou Leibowitz, scientifique et philosophe israélien mort en 1994,  racontait  de manière enjouée que quand il lui arrivait d’avoir des échanges avec des chrétiens éclairés, certains admettaient qu’il n’était pas établi que Jésus ait jamais existé, mais que ce qui était en revanche sûr, c’était que les juifs l’avaient crucifié.

Il pensait qu’après que le criminel de guerre Eichmann eut été capturé par les israéliens, il aurait fallu lui procurer le meilleur avocat possible pour démontrer que son client n’était ni coupable ni responsable de quoi que ce soit parce que celui-ci n’avait fait qu’obéir à des ordres. Qu’Eichmann avait certes été un rouage du nazisme,  mais que  celui-ci, comme les autres formes d’antisémitisme, n’était que le produit de deux mille ans de christianisme, dont l’essence était de liquider le judaïsme. Il pensait donc que le nazisme n’avait fait que reprendre à son compte un dessein d’inspiration chrétienne.

Leibowitz était un sioniste fervent parce qu’il pensait que le monde chrétien avait failli vis-à-vis des juifs. Il estimait que ceux-ci étant un peuple à part entière, ils avaient droit à l’autodétermination et « en avaient assez d’être gouvernés par les goys », comme il aimait à dire. Le sionisme avait donc été pour lui la réponse adéquate à cette anomalie, et malgré les critiques virulentes qu’il adressait parfois au monde politique israélien il était convaincu qu’Israël avait accompli toutes les promesses du sionisme en créant un Etat.

Cependant, tout en étant juif de stricte observance, Leibowitz ne considérait pas le judaïsme comme une vérité universelle. Il partait du point de vue que toute valeur humaine était tautologique, c’est-à-dire qu’elle reposait sur un raisonnement en circuit fermé. Il appliquait cela au judaïsme en disant que la Thora avait été écrite par les juifs, et qu’ensuite les juifs l’avaient déclarée sacrée, et la boucle était bouclée. Il n’y avait donc pour Leibowitz ni miracle ni Révélation externe, mais un mode vie qu’il n’était pas question d’imposer à qui que ce soit. C’est ainsi qu’il disait que pratiquer le judaïsme ne reposait sur rien d’autre que sur la décision de pratiquer le judaïsme.

Il pensait d’une manière générale que toutes les valeurs humaines étaient arbitraires. A la question de savoir pourquoi lui-même avait choisi de se soumettre aux 613 commandements de la Thora il répondait que c’est une démarche comparable à celle consistant à se consacrer à la Science,  à l’Art, à la famille, à la Patrie,  aux nécessiteux, aux malades, à l’écologie, etc.  Quand on lui objectait qu’il était possible d’argumenter en faveur de ces choix-là, il répondait qu’il n’en était rien, parce qu’à tout argument on pouvait toujours opposer un « pourquoi », ce qui finissait par déboucher sur une impasse de la Raison. Par exemple, disait-il à propos de l’humanisme, y a-t-il une raison objective de considérer l’homme comme valeur suprême ? Personne, d’après lui, n’était en mesure d’apporter de réponse rationnelle à cette question.

Leibowitz était radical sur le point de la séparation entre la religion et l’Etat.  Il y avait là un paradoxe, parce qu’on aurait tendance à penser qu’en tant que juif pratiquant  il aurait aimé que la religion eût son mot à dire dans les affaires de la Cité. Mais il pensait qu’Israël ne pourrait être gouverné par la Loi juive que si tous ses citoyens seraient de stricte observance, et que de toutes manières cette utopie exigerait une révision en fonction de la modernité, en particulier en ce qui concernerait le statut de la femme. Par ailleurs, même dans l’hypothèse où tous les juifs seraient pratiquants en Israël, les non-juifs n’auraient aucune raison de s’imposer ce mode de vie. Il estimait en conclusion que l’Etat d’Israël, juif et démocratique, devait aussi être laïque afin d’aménager un espace acceptable pour la religion, qu’elle soit juive ou autre.

Leibowitz excellait dans de nombreux domaines,  mais tout ce qu’il abordait passait au crible de son redoutable intellect, ce qui pouvait parfois être dérangeant.

On peut dire que Leibowitz était en quelque sorte un extrémiste de la raison.