Résilience et judéité

Les Juifs de la Diaspora sont des citoyens à part entière, du moins dans le monde libre. Ils perpétuent leurs rites ou leurs traditions dans la sphère privée comme le font les adeptes d’autres spiritualités. Mais cette situation ne date que depuis l‘Emancipation des Juifs, qui dans la foulée de la Révolution Française s’est étendue à tous les Juifs du monde occidental.

Avant l‘Emancipation, les Juifs n’ont jamais fait partie intégrante des peuples au sein desquels ils vivaient. Ils étaient au contraire un peuple dans le peuple, un corps étranger plus ou moins bien toléré selon les régimes et les époques.

Hannah Arendt[1] relève dans « Eichmann à Jérusalem[2] » qu’au vingtième  siècle encore « les Juifs d’Europe de l’Est étaient considérés comme un peuple distinct par leurs amis comme par leurs ennemis…   Je ne crois pas pour ma part m’être jamais considérée comme allemande – au sens d’appartenance à un peuple et non d’appartenance à un État, si je puis me permettre cette distinction[3] ».

Vers la fin de la seconde guerre mondiale cette intellectuelle de nationalité et de culture allemande ajoute qu’elle espère qu’émergera une Europe unie dans laquelle « les Juifs seraient reconnus en tant que nation européenne et représentés au Parlement[4]».

Les Juifs en exil ont de tous temps été un peuple dans le peuple partout où ils étaient établis. C’est ainsi qu’à Babylone la communauté juive eut pendant mille ans ses propres tribunaux, sa police, ses corporations, ses régions, ses académies, et même un souverain  avec pour titre officiel « l’Exilarque[5] ».

Dans la majeure partie du monde les Juifs étaient gouvernés par des institutions autonomes reconnues par le pouvoir local. Les décisions des tribunaux rabbiniques fonctionnaient sur base du droit talmudique[6] et avaient force de loi. Ils pouvaient même dans certains cas prononcer la peine de mort[7]. Des Juifs vivant en dehors de ce cadre étaient rarissimes et  finissaient le plus souvent par se convertir au christianisme ou à l’Islam. Quand au 17ème siècle Spinoza[8] est excommunié par les rabbins d’Amsterdam, il n’a pas vers qui se tourner. C’est pour cette raison qu’il est souvent considéré comme le premier Juif laïque.

Des théoriciens du sionisme des origines comme Ahad Ha’am[9] ou Bialik[10] avaient conscience du fait que l’Emancipation avait été une arme à double tranchant. Passer du statut de peuple dans le peuple à celui de citoyens à part entière partout dans le monde risquait d’entraîner une extinction de la judéité par le biais de l’assimilation.

Un peuple est une fiction à partir d’une conscience collective se référant à une continuité historique. Le sionisme est donc avant tout un mouvement de libération nationale de Juifs revendiquant un Etat au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Contrairement à une idée reçue, la résilience de la judéité en Diaspora est due à la persistance de l’appartenance à un peuple, et non pas à une religion.

A cela on oppose parfois que c’est la religion qui a permis de maintenir l’identité juive en Exil, mais cette manière de voir consiste à interpréter le passé à l’aune du présent. Aujourd’hui de nombreux Juifs sont non-pratiquants, voire athées, mais revendiquent leur appartenance au peuple juif, dont près de la moitié vit en Israël.

Israël n’est pas une théocratie, conformément au souhait de  Theodor Herzl[11] qui dans « l’Etat Juif[12] »  écrit  « nous ne laisserons pas prendre racine les velléités théocratiques de nos rabbins. Nous saurons les maintenir dans leurs synagogues de même que nous maintiendrons nos militaires dans leurs casernes. L’armée et le clergé doivent être honorés comme l’exige et le mérite leur fonction. L’État les respectera, mais ils n’auront rien à dire. »

La  Diaspora juive est en voie de disparition. Partout où la judéité n’est plus qu’une religion son déclin est inéluctable.  Les mouvances ultra-orthodoxes persisteront dans des enclaves aux Etats Unis ou ailleurs, mais c’est précisément parce quelles ne sont pas assimilables. Mais en dehors de cela, la résilience juive n’est plus pensable ailleurs qu’en Israël, l’Etat du peuple juif.

[1] Politologue, philosophe et journaliste juive allemande décédée en 1975.

[2] “Eichmann à Jérusalem”, Viking Press, 1963, chapitre “Les déportations des Balkans”

[3] Idem

[4] Compilation des écrits de Hannah Arendt sur la judéité. Editions Fayard 2011.

[5] Le “Chef de l’exil” était le représentant du judaïsme babylonien reconnu par l’État et s’accompagnait de privilèges et prérogatives.

[6] המשפט העברי, מנחם אלון,1973 הוצעת מגנס

[7] Idem

[8] Philosophe rationaliste d’origine séfarade portugaise mort en 1677.

[9] Penseur nationaliste juif et leader des Amants de Sion. L’un des pères de la littérature hébraïque moderne.

[10] Poète, essayiste et journaliste en langue hébraïque d’origine ukrainienne. Mort en Palestine en 1934.

[11] Journaliste et écrivain juif austro-hongrois, mort en 1904. Fondateur du mouvement sioniste.

[12] Ouvrage de référence du sionisme publié par Theodor Herzl en 1896.

Translate »