Réponse à Eytan à propos de Leibowitz

Accuser Leibowitz d’incohérence ou de provocation est une manière d’éluder le débat d’idées. Il est plus intéressant de s’attaquer à des points précis et d’essayer de les réfuter. La difficulté c’est que la plupart de ceux qui s’y frottent s’égarent dans une confusion entre foi et raison, ou opposent de l’émotion à des arguments.

La puissance intellectuelle de Leibowitz réside dans son imperturbable logique. Il est vrai qu’il lui est arrivé d’avoir des écarts de langage injustifiables, mais à d’autres occasions ses formules ont fait mouche parce qu’elles illustraient une réalité dérangeante.

Dans son cycle sur le « Guide des Égares » de Maïmonide,  un des élève de Leibowitz défend l’idée de l’intervention divine en relevant que « l’historiographie de la Thora nous enseigne que la Providence  veille sur le sort du peuple juif de manière spécifique. »

Réponse de Leibowitz : « A moi la Torah m’apprend que Jéroboam ben Yoash, le plus conquérant des Rois, celui  qui compte parmi les plus aguerris  qui ait jamais régné sur Israël, qui « rétablit la frontière d’Israël depuis Hamat jusqu’à la mer de la Plaine » et dont « les victoires permirent de restituer Damas à Israël» (Melakhim 2 Chap 14),  fut aussi un mécréant qui précipita le peuple d’Israël dans le péché, ce qui ne l’empêcha pas de prospérer tout au long de quarante deux ans de règne. Par opposition, je lis aussi dans la Thora que Josias Ben Amon, le seul Roi d’Israël véritablement vertueux (צדיק),  qui préserva le judaïsme et la Torah, qui servit Dieu de toute son âme, qui extirpa l’idolâtrie,  fut assassiné à trente-neuf ans, entraînant dans sa chute l’asservissement d’Israël. Voilà l’historiographie que je trouve dans la Torah, ce qui fait que je n’arrive pas du tout à comprendre comment vous en arrivez à voir un quelconque lien entre Histoire et foi. »

Le « Guide des Égares » ne figure pas dans la bibliographie du judaïsme orthodoxe, mais c’est pour des raison identiques à celles qui font que ces milieux se méfient de Leibowitz. Vous abondez dans mon sens en le relevant, parce que cela démontre qu’il y a bel et bien continuité entre Maïmonide et Leibowitz. Le « Guide des Égarés » que vous traitez de quantité négligeable, dont vous dites qu’il « n’intéresse que les milieux académiques » comme si c ‘était un anomalie,  a été écrit à l’âge de la maturité intellectuelle de Maïmonide, à un stade où il avait intégré l’essentiel du savoir philosophique, religieux, et scientifique de son temps. C’est le couronnement de sa pensée à la lumière de laquelle tout ce qu’il a écrit précédemment s’éclaire.

Des ouvrages de Maïmonide ont été brûlés en place publique après sa mort, mais cela en dit plus long sur les incendiaires que sur les incendiés. Comme disait le poète Heinrich Heine, « Là ou on brûle des livres on finit tôt ou tard par brûler des hommes. »  

Les sommités que vous citez en rapport avec la Kabbale sont toutes apparues de nombreux  siècles après la clôture du Talmud. Il est vrai que l’on murmure que la tradition mystique de la Kabbale date depuis la création du monde, mais le fait est que les Tanaïm  tout comme Maïmonide s’ont sont bien passés.

Tout dans la Torah est affaire d’interprétation, mais  si vous pensez que la Révélation est un fait historique, alors l’honnêteté intellectuelle commande que vous vous serviez des mêmes outils que pour démontrer n’importe quelle autre événement.

La question de savoir pourquoi accomplir les Commandements est centrale. Si c’est en vue d’obtenir quelque chose, alors c’est proche du paganisme, qui depuis l’aube de l’humanité tend à amadouer les Dieux pour obtenir une bonne vie. C’est ce qui dans le judaïsme s’appelle « emouna lo lishma » (la foi intéressée). Ce n’est pas proscrit par la Halakha, parce que Hazal estimaient que la foi intéressée finissait par mener à la « emouna lishma » (la foi pour elle-même).

לעולם יעסוק אדם בתורה ובמצווה, אפילו שלא לשמה, שמתוך שלא לשמה – בא לשמה

 

A quoi sert la pensée de Yeshayahu Leibowitz ?

L’on a tendance à qualifier Yeshayahu Leibowitz de philosophe, mais quand il s’agissait de judaïsme  il se limitait à enseigner une méthode et non pas à formuler des concepts ou à innover de quelque manière que ce soit. C’est cela qui rend sa doctrine si difficile à réfuter. Il expliquait à ses contradicteurs que rien de ce qu’il avançait n’était nouveau, et les confondait avec une virtuosité éblouissante en puisant dans les sources les plus traditionnelles du Talmud.

Son maître à penser était Maïmonide, considéré comme le plus grand des penseurs juifs depuis l’Antiquité,  or c’est à travers cette filiation qu’il faut appréhender Leibowitz. Les faiblesses que l’on peut trouver chez lui en matière de judaïsme ne sont donc jamais que les faiblesses de Maïmonide lui-même.

Il est important de comprendre qu’au Moyen-âge il y eut deux courants majeurs dans la pensée juive, qui, s’ils n’ont pas conduit à un schisme, sont néanmoins très éloignés l’un de l’autre du point de vue conceptuel.

Il y eut  d’une part Yehuda Halevy, père spirituel du sionisme religieux, relayé plus tard par le Rav Kook, et d’autre part Maïmonide, relayé lui par Leibowitz. Alors que le Rav Kook était un mystique imprégné de Kabbale, Leibowitz considérait celle-ci comme une intrusion de l’idolâtrie dans le judaïsme. Maïmonide n’a pas connu la vague kabbalistique qui n’a commencé à se répandre que vers le douzième siècle, mais il est probable qu’en tant que rationaliste il ne l’aurait jamais avalisée.

Certains se demandent à propos de Leibowitz à quoi peut bien servir une pensée qui ne donne aucune réponse aux questions existentielles du présent.   A cela Leibowitz aurait sans doute répondu que cette question n’a aucun sens si on la pose dans le contexte du judaïsme, parce qu’il ne faut pas chercher chez Dieu de réponse aux questions du passé, du présent ou de l’avenir. Attendre qu’il résolve des questions existentielles revient à croire que Dieu doit servir à quelque chose, alors que dans le judaïsme c’est l’homme qui doit servir Dieu.

Leibowitz aimait à dire que Dieu n’était ni un service de santé ni un parti politique. Quand un rescapé de la Shoah lui confiait qu’il avait cessé de croire après la guerre, Leibowitz lui rétorquait que c’était qu’avant la guerre il n’avait pas cru non plus en Dieu, mais seulement en l’aide de Dieu, ce qui n’est pas pareil.

Quelle est la signification profonde du premier verset de la Torah qui dit « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » ? D’après Leibowitz la seule chose que nous pouvons déduire de cette formulation cryptique c’est que Dieu ne fait pas partie du monde, puisque qu’Il était avant que le monde ne fût(אדון עולם אשר מלך בטרם כל יציר נברא).

Cela signifie que même si l’on considère que tout procède de Dieu, le monde tel que nous le connaissons n’obéit qu’aux lois de la Nature. C’est cela, selon Maïmonide, la Providence universelle.  La Providence individuelle quant à elle c’est le libre arbitre, qui fait que contrairement à tout ce que nous connaissons du Cosmos, l’homme a l’incompréhensible faculté de vouloir, ce qui est à l’image de Dieu (צלם אלוהים).

Croire que Dieu intervient dans la  Nature ou dans l’Histoire est une impasse  logique et confine à la superstition. Leibowitz insistait pour dire que n’importe qui doué de bon sens pouvait constater qu’il n’y avait aucune corrélation entre la pratique religieuse et ce qui nous arrive, à nous, à nos proches, à nos ennemis ou au monde en général. (צדיק ורע לו, רשע וטוב לו).

Tout cela n’enlève rien à la valeur de l’impressionnant corpus du judaïsme.  Ce monument d’intelligence a été construit au fil de millénaires par nos Anciens et constitue la colonne vertébrale et la raison d’être du peuple juif. Cette œuvre faite par des hommes pour des hommes doit donc continuer à être enseignée et enrichie pour que vive le peuple juif.  C’est d’ailleurs ce qu’a fait Leibowitz toute sa vie tout en sachant que les 613 Commandements de la Torah n’avaient aucun rapport  avec la marche du monde, dont il était convaincu que seule la science pouvait percer certains des secrets (עולם כמנהגו נוהג).

La conception de Leibowitz de la religion est la seule acceptable pour un esprit rationnel. Ceci par opposition à toute construction intellectuelle qui reposerait sur la Révélation comme fait historique, ce qui ne saurait être pris en compte par aucun système de pensée.

L’enseignement de Leibowitz comme celui de Maïmonide a consisté à remettre Dieu à sa vraie place, qui est celle de la transcendance, et qui n’est donc pas de ce monde. Par conséquent la réponse à la question « à quoi sert la pensée de Yeshayahu Leibowitz ? » est qu’elle sert à penser.

Ce n’est pas rien.

La journaliste se trompe-t-elle ?

Le « Times of Israel » a récemment publié un article avec pour titre « Un amendement peu remarqué du droit fiscal a-t-il transformé Israël en paradis pour les criminels ? ».

Il s’agit d’une analyse par la journaliste Simona Weinglass du panier d’avantages dont bénéficient les Olim Hadashim[1].

Le titre de l’article est accrocheur et perfide. Le point d’interrogation censé donner une apparence de neutralité au propos n’y change rien. C’est un procédé consistant à médire de manière subliminale.

Par ailleurs, l’on peut se demander quel instrument de mesure la journaliste applique pour estimer que l’amendement en question a été « peu remarqué ».

Il suffit de faire une recherche minimale dans la presse de l’époque pour découvrir qu’il a au contraire fait l’objet de beaucoup de publicité et suscité de nombreux commentaires.

Sur la première page on lit « En 2008, la Knesset a adopté un amendement exemptant les nouveaux immigrants de payer des impôts sur les revenus étrangers, dans le but d’encourager l’Alyah. »

Le lecteur non averti en déduira que cette exemption date de 2008, or il n’en est rien. Il ne s’agit pas d’un nouveau train de mesures, mais bien d’une mise à jour de dispositions existantes liées à la « Loi du Retour ».

C’est ainsi que le Ministère de l’immigration et de l’Absorption a décidé en 2008 d’allonger une exemption existante depuis de nombreuses années, qui passe ainsi de cinq à dix ans.

Cette exemption, ainsi que d’autres stimuli, s’applique désormais aux Israéliens revenant au pays après une absence prolongée aussi bien qu’aux Olim. A cela il faut ajouter la dispense de déclaration de revenus étrangers, la gratuité de l’Oulpan[2], le régime de taxation à l’achat d’un véhicule et d’autres prérogatives du même ordre.

Plus loin dans l’article un économiste relève que « l’idée était d’encourager l’Alyah des personnes riches en transformant Israël en paradis fiscal ». C’est faux. Le fait d’accorder des avantages ponctuels et limités dans le temps à des Olim n’est en rien un critère de paradis fiscal.

Qu’il y ait des Olim qui abusent de la loi en exploitant ses failles est possible, mais ne la rend pas illégitime : c’est une faiblesse inhérente à tout subside étatique dans n’importe quel domaine et dans n’importe quel pays.

D’une manière générale, les Etats qui tentent d’attirer des personnes privées ou des sociétés au moyen d’avantages fiscaux n’enfreignent en rien le droit international.

Plus loin encore on apprend qu’un professeur de droit fiscal condamne les exemptions dont jouissent les Olim en arguant qu’ils « viennent en Israël pour pouvoir échapper à l’impôt d’autres pays ». On ne voit pas sur quoi cette affirmation se base.

Des Olim qui auraient des obligations fiscales où un contentieux dans leur pays d’origine restent comptables de la période qui précède leur Alyah.

Qu’ils continuent à avoir une activité professionnelle en dehors d’Israël ou en Israël même, ils sont et restent des contribuables comme les autres.

Quant à l’efficacité des privilèges liés à la « Loi du Retour », l’article ne conclue ni dans un sens ni dans l’autre, mais ce qu’il faut retenir c’est que ces dispositions sont dans le droit fil de la politique de l’Agence Juive depuis sa création, qui est d’encourager l’Alyah de tous les Juifs, même celle des riches.

[1] Nouveaux immigrants bénéficiant du régime de la « Loi du Retour » votée par la Knesset en 1950

[2] Système d’enseignement de l’hébreu aux immigrants

L’ONU et la colonisation de la Judée-Samarie

La Résolution 2334 de l’ONU condamnant la colonisation de la Judée-Samarie  par Israël est conforme à la position traditionnelle des Etats membres. Ce qui est nouveau, c’est la décision des Etats-Unis de ne pas y opposer de veto. C’est un geste bête, méchant et lâche du Président Obama, qui a eu pour effet de faire basculer la presque totalité de l’opinion publique israélienne dans un même dégoût.

L’année dernière l’ONU a adopté vingt Résolutions contre Israël, et prononcé trois condamnations contre le reste du monde.  Les membres du Conseil de Sécurité font ainsi de l’antisémitisme sans le savoir, tout comme ce Monsieur Jourdain du « Bourgeois Gentilhomme » qui parlait en prose, lui aussi sans le savoir.

Le coup bas d’Obama en fin de règne était inévitable, parce que la vérité est qu’il a été hostile à Israël dès sa prise de fonction. La stupidité de ce geste n’est cependant pas exceptionnelle, étant donné que beaucoup d’observateurs avertis s’accordent pour qualifier Obama comme ayant été le Président comme le plus incompétent que l’Amérique ait jamais connu en matière de politique étrangère.

Poser qu’Israël viole le droit international en construisant sur des terres domaniales ayant appartenu à l’Empire turc et occupées ensuite par les Britanniques est une absurdité.

Israël est en faveur de la création d’un Etat palestinien à ses côtés – et non pas à sa place – mais il n’existe aucun document sur lequel on puisse se baser objectivement pour délimiter où s’arrête Israël et où commence la Palestine.  Israël ne déterminera donc ses frontières qu’en concertation avec ses voisins, et avec personne d’autre, fût-ce l’ONU.

Les voisins d’Israël sont – entre autres – le Hezbollah et le Hamas, tous deux financés et armés par l’Iran et ayant pour vocation de détruire Israël.  L’Autorité palestinienne quant à elle est amorphe, et bien qu’ayant la possibilité de négocier avec Israël, elle s’y refuse. Même quand Obama a imposé à Israël de geler la colonisation en 2013 l’Autorité palestinienne s’est défilée.

C’est ainsi que la frange la plus radicale du côté israélien s’engouffre dans le vide juridique concernant les frontières de la Palestine, ce qui est – littéralement – de bonne guerre quand il n’y pas à qui parler de l’autre côté.

Les implantations  israéliennes constituent une arme de guerre comme une autre. Personne ne peut nier que la colonisation du Sinaï a été décisive pour emmener l’Egypte à signer un traité de paix avec Israël. En maintenant le Sinaï comme monnaie d’échange jusqu’à ce moment historique Israël n’a fait que faire preuve de bon sens.

Cependant la stratégie des territoires occupés comme monnaie d’échange n’est pas efficace contre ceux qui nient le droit à l’existence d’Israël . Pour eux il n’y aucune différence entre les implantations le long de la ligne verte, les colonisations sauvages, et Tel Aviv ou Haïfa. C’est pour cela que ni le retrait du Liban ni celui de Gaza n’ont pu créer de climat favorable à la paix.

La Résolution 2334 est scélérate parce qu’elle fait l’impasse sur la doctrine de destruction d’Israël par ses ennemis. L’Unesco a d’ailleurs récemment abondé dans ce sens en adoptant un texte qui nie tout lien entre le peuple  juif et Jérusalem.

Le fil conducteur entre le texte de l’Unesco et la Résolution 2334 de l’ONU saute aux yeux: il s’agit de dénier au peuple Juif le droit à la souveraineté en réécrivant l’Histoire.

Ury Avnery et les “Trois Non” de Khartoum

Uri Avnery est un écrivain et journaliste israélien aujourd’hui âgé de 93 ans. Il a récemment publié sa biographie, qui couvre donc l’Histoire d’Israël sur près d’un siècle.

Ci-dessous un passage où il évoque la réunion d’urgence de la Ligue Arabe à Khartoum en 1967 suite à la Guerre des Six-Jours.

Tome II, page 120.

Fin août 1967, le gouvernement israélien reçut un cadeau inespéré. Les leaders du monde arabe –Rois, Princes et Présidents – se réunirent à Khartoum, capitale du Soudan, et décrétèrent les fameux « Trois Non » : Non à la paix avec Israël, Non à la reconnaissance d’Israël, Non à la négociation avec Israël. Cela procura un prétexte légitime à Israël pour ne pas ouvrir de négociation, ni pour rendre les territoires conquis. Qu’est-ce qui mena les leaders arabes à une conduite d’une stupidité aussi monumentale ? Pour saisir cela il faut prendre en compte le fond psychologique : cette guerre leur avait infligé une défaite tellement cuisante que l’humiliation en était insoutenable, et leur pouvoir commençait à vaciller dangereusement. Il leur sembla qu’une démonstration d’orgueil national, fût-elle artificielle et sans substance, rétablirait leur prestige. 

Ce passage est caractéristique de la déconnexion mentale d’idéologues comme Avnery qui, quand la réalité ne leur convient pas, échouent dans un déni qui a au moins pour eux l’avantage d’être politiquement correct. Qu’était censé faire Israël après avoir repoussé les armées arabes qui s’apprêtaient à rayer le pays de la carte ?

S’excuser de s’être défendu ?

Personne ne peut nier que le monde arabe n’a eu de cesse que de chercher à liquider Israël dès sa création. Plus de vingt nations se sont liguées à l’époque pour l’éliminer par tous les moyens : guerre, terrorisme ou asphyxie économique. Ces dictatures ou théocraties comptaient – et comptent encore toujours – parmi les plus sanguinaires, les plus arriérées et les plus cruelles du monde.

Elles affamèrent leurs peuples pour consacrer leurs ressources à une folle course aux armes entre 1947 et 1967 afin de réaliser leur fantasme de Solution Finale de la question juive au Moyen-Orient. Elles empruntèrent à la tradition antisémite les clichés les plus éculés afin de donner à leurs enfants le goût du sang juif dès l’âge de raison. Tout cela pour aboutir au Jour J de la liquidation d’Israël prévue pour juin 1967. Ce fut la Guerre des Six-Jours.

La coalition arabe ouvrit les hostilités après une longue et méticuleuse préparation, alimentée par la conviction profonde de mener une guerre sainte. Ahmed Choukeiry, leader de l’OLP à l’époque, fut dans les semaines précédant la Guerre des Six-Jours, porté en triomphe dans les capitales arabes aux cris de « les Juifs à la mer » vociférés par des foules en délire.

Après cela, après que le monde arabe eut subi une défaite militaire sans précédent dans l’histoire moderne, après seulement six jours de combats, après des dizaines de milliers de soldats arabes fauchés en pleine jeunesse par la folie de leurs dirigeants, après les « Trois Non » de Khartoum, après que ces potentats réunis en conclave eussent juré devant le monde entier qu’ils étaient déterminés à continuer la lutte contre Israël quoi qu’il arrive, Ury Avnery en arrive – en dépit du bon sens – à estimer que c’était Israël qui ne voulait ni la paix ni rendre les territoires conquis.

C’est ainsi, que selon lui, les « Trois Non » constituèrent un « cadeau » pour Israël, qui pouvait donc continuer à guerroyer contre les Arabes la conscience tranquille.

Le fait qu’Israël ait accepté de rendre le Sinaï à l’Egypte contre la simple reconnaissance de son droit à l’existence ne semble pas avoir ébranlé la conviction d’Avnery que c’était Israël le fauteur de guerre.

Il est vrai que cela correspond aux divagations de ses acolytes qui à Paris, à Londres ou ailleurs portent et colportent la détestation d’Israël.

Avnery fut un temps le seul député de son parti à la Knesset. Un contre cent-vingt, aimait-il à dire. Seul contre tous, donc.

Encore heureux.

Ury Avnery et les Juifs orientaux

Uri Avnery est un écrivain et journaliste israélien âgé de 93 ans. Il a récemment publié sa biographie, qui couvre donc l’Histoire d’Israël sur près d’un siècle.

Dans un passage où il évoque les Israéliens originaires du monde arabe, il s’interroge sur leur orientation politique, majoritairement à droite.

Page 444, tome I

“L’adhésion de la communauté juive orientale au camp nationaliste anti-arabe était pour moi incompréhensible. Le sort des Juifs du monde musulman avait été infiniment meilleur que celui de leurs frères de l’Europe chrétienne. Ils n’avaient rien vécu de comparable à l’Inquisition, à l’expulsion d’Angleterre ou d’ailleurs, aux massacres des Croisés, aux pogroms d’Europe de l’Est, sans parler de la Shoah.”

Avnery estime que les Israéliens d’origine orientale se sont trompés en ralliant la droite, mais il ne se pose à aucun moment la question de savoir si lui, ashkénaze allemand, a légitimité à penser à leur place.

La même question se pose d’ailleurs pour les immigrants d’URSS, qui se situent eux aussi massivement à droite de l’échiquier politique. Faut-il s’étonner qu’ils aient développé une détestation viscérale de tout ce qui ressemble à la gauche après avoir été persécutés en tant que Juifs dans la patrie même du socialisme ?

Il est vrai, les Juifs orientaux n’ont pas eu un sort aussi apocalyptique que ceux du monde chrétien, mais en déduire qu’ils n’avaient pas de raison d’en vouloir aux régimes arabes est une contre-vérité.

Au Moyen-âge, le statut de « dhimmi » leur interdisait de posséder des armes, de témoigner au tribunal ou  de monter à cheval. Ils devaient porter des signes distinctifs, étaient assujettis à une taxe spéciale et leurs habitations devaient être plus basses que celles des musulmans.

Au Yémen, les Juifs avaient pour tâche de vider les fosses d’aisance et de dégager les cadavres d’animaux.

Une grande partie de tout cela n’était plus d’application au 20e siècle, mais cette humiliation est restée ancrée dans la mémoire collective des Juifs d’Orient. Ce n’est qu’en ayant ce passé de “dhimmi” à l’esprit que l’on arrive à comprendre comment près d’un million de Juifs ont pu disparaître du monde arabe en moins d’une décennie.

La manière dont ils ont été chassés diffère d’une région à l’autre, mais le dénominateur commun est un antisémitisme remontant à l’époque du Prophète. Celui-ci avait voulu rallier les Juifs à l’islam, mais il s’est retourné contre eux quand il a compris qu’il n’y parviendrait pas.

Des communautés juives vivant depuis des temps immémoriaux en terre arabe ont été traquées, expulsées ou éliminées d’une manière ou d’une autre après la création de l’Etat d’Israël.

A noter qu’ils n’ont jamais bénéficié du statut de réfugiés de l’ONU, contrairement aux Palestiniens qui le conservent d’une génération à l’autre.

Clinton ou la sanction des élites

La victoire de Trump sur Clinton est encore plus invraisemblable qu’il n’y paraît, pour autant qu’on ne se limite pas au strict décompte des voix. Après tout les deux protagonistes se sont départagés les électeurs à peu près à égalité, et Clinton a même eu légèrement plus de voix que son rival, qui l’a néanmoins remporté grâce à ce système électoral qui ne repose pas sur la proportionnelle intégrale.

Sur 200 organes de presse, 194 étaient opposés à Trump. Le budget dont il disposait était la moitié de celui de Clinton. Celle-ci avait des milliers de militants rémunérés faisant du porte-à-porte jusqu’à la dernière minute. La quasi-totalité de Hollywood, de l’intelligentsia et des milieux artistiques la soutenaient, et certaines des vedettes les plus populaires au monde apparaissaient à ses meetings sur le podium à côté d’elle.

Elle avait le soutien indéfectible de son ex-président de mari et d’un président en exercice. Les deux se sont démenés sans compter, aux frais du contribuable en ce qui concerne Obama.

Clinton avait le support du parti Démocrate, son parti depuis toujours, alors que Trump, naguère membre du parti démocrate lui-même et aficionado de Clinton, n’a rallié le parti républicain qu’en 2012. Il s’est même vu désavoué en pleine campagne électorale par des figures historiques du parti tels que les ex-présidents Bush et autres républicains notoires qui ont tenté de torpiller sa candidature.

La plupart des instituts de sondages étaient tendancieux et ont essayé d’induire le public en erreur. Quelques heures avant les éléctions le New York Times titrait “Hillary Clinton a 85 % de chances de gagner“. Etc… Et pourtant…

Quand en 2002 il a fallu choisir en France entre Le Pen et Chirac pour l’élection présidentielle, beaucoup d’électeurs on dit qu’ils iraient voter Chirac “en se bouchant le nez”. C’est probablement de cette manière que certains électeurs ont voté pour Clinton. Mais ce qui est exaspérant en Amérique comme ailleurs dans le monde libre, c’est que les bien-pensants choisissent de refouler la poussière sous le tapis au lieu de prendre acte du réel.

Obama a d’ailleurs fait une sorte de mea culpa en commentant la défaite de Clinton : “nous n’avons pas voulu voir ni entendre certaines choses”. Cela sous-entend qu’il aurait aussi du dire certaines choses. Par exemple que la porosité des frontières et l’immigration illégale est encouragée par les élites parce que cela arrange les riches mais dérange les pauvres, exactement comme en Europe.

Lors de la campagne électorale de 1952 le candidat Eisenhower eut ce mot pour discréditer Nixon : “Achèteriez-vous une voiture d’occasion chez cet homme ?” Certains électeurs traditionnels du parti républicain ont repris cela à leur compte pour se détourner de Trump.

Trump a pour lui de ne pas prétendre faire d’idéologie, au lieu de quoi il dit préférer se servir de son bon sens. Certains courants peu recommandables lui ont donné leur appui, mais à cela l’on peut répliquer qu’il est sidérant d’entendre les gens se plaindre de ce que les politiques soient « tous pourris »“, que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient », et que ces promesses ne sont donc jamais tenues… sauf quand il s’agit de Trump, dont il faut soudain croire qu’il fera ce qu’il a promis. C’est pourtant simple : pour gagner les élections la recette de Trump est qu’il ne faut pas mentir plus que l’adversaire, mais mieux.

“Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts” disait de Gaulle. Cela s’applique évidemment aux relations israélo-américaines, dont la tendance de fond est favorable à Israël depuis des décennies.

Cela n’a pas toujours été le cas, et il fut même une époque où la France était plus proche d’Israël que l’Amérique, jusqu’à ce que de Gaulle estime qu’il valait mieux vendre son âme aux rois du pétrole que de se solidariser avec les Juifs.

Obama, qui est un idéologue qui se fiche du réel, a fait tout ce qu’il pouvait pour nuire à Israël mais sans y réussir vraiment, parce que son pouvoir était limité par les puissants garde-fous de la démocratie américaine. Trump ne peut donc pas être pire qu’Obama de ce point de vue-là, et a même des chances d’être meilleur, parce que c’est l’intérêt bien compris des Etats-Unis.

Le bilan d’Obama en politique intérieure est débattable, mais il y a quasi-unanimité pour estimer que sa politique étrangère à été catastrophique. Les yeux doux qu’il a fait aux régimes arabes n’ont servi à rien, et l’Amérique est détestée plus que jamais par eux, même plus que sous Bush, ce qui n’est pas peu dire. Obama a voulu s’en consoler en flirtant avec l’Iran, et voilà que l’Iran le hait encore plus que les Arabes.

Quoi qu’il en soit, l’ère Obama est révolue grâce à Hillary Clinton. C’est peut-être ce que l’Histoire retiendra d’elle.

Uri Avnery ou l’art de se tromper

Uri Avnery est un écrivain et journaliste israélien âgé de 93 ans.  Il a récemment publié sa biographie, qui couvre donc l’Histoire d’Israël sur près d’un siècle. Cet énergique intellectuel a été de tous les combats d’Israël, depuis l’adhésion à l’Irgoun jusqu’à son militantisme pacifiste, en passant par le journalisme d’investigation et ses mandats de député à la Knesset. Ce qui est intéressant c’est qu’en essayant de démontrer le bien-fondé de ses convictions il nous donne l’occasion de les réfuter au moyen de son propre récit. Cet homme reste actif malgré son grand âge, mais ce qui est plus actuel c’est que ses idées persistent chez une partie de la gauche israélienne.

Page 188:

“Israël se situe en Asie. Notre espace naturel est arabo-musulman. Notre culture immémoriale est sémite et nous parlons une langue intimement liée à l’arabe, qui est à des années-lumière des langues européennes. J’avais la conviction que notre avenir était liée aux arabes et au continent Afro-asiatique. Si nous décidions de nous définir dans cet espace comme une bouture, comme une greffe sur un corps étranger, ce serait une calamité. Plus de soixante ans se sont écoulés depuis, mais je n’ai pas changé d’avis.”

Cette vision est une belle illustration de négation du réel. Quand le réel ne nous convient pas alors remplacons-le par une fiction, et alors tout redevient cohérent.

Dire que la culture immémoriale du Yishouv  était sémite est un outrage à l’Histoire. Pratiquement tous les pères fondateurs du sionisme étaient Ashkénazes, ainsi que la majorité des pionniers. Avnery parle l’hébreu avec un accent allemand, pratique l’anglais, est féru de littérature occidentale mais ne parle pas l’arabe. La culture britannique est d’ailleurs plus proche de son coeur que toute autre, et son rêve aurait été d’être gentleman anglais. Il s’est certes intéressé aux différentes ethnies de Palestine, mais indépendamment des sympathies qu’il ait pu éprouver à leur égard il n’a rien de commun avec le monde arabe. Contrairement aux aspirations personnelles d’Avnery, il faut garder à l’esprit que l’Etat d’Israël s’est dès le départ voulu une démocratie à l’occidentale, une nation de tradition juive, mais aussi héritière du Siècle des Lumières.

Que voulait donc Avnery ?

Qu’Israël se fonde dans un Moyen-Orient imaginaire au lieu de prendre acte de la réalité sur le terrain? Fallait-il que la nation israélienne en formation  qu’était le Yishouv se calque à tout prix sur ses voisins dans le seul but de s’intégrer? Renoncer à la démocratie,  à l’Etat de droit,  à l’égalité entre femmes et hommes,  à la liberté d’expression, au respect des cultes, à la protection sociale, au système de santé, à la libre circulation? Fallait-il qu’Israël laisse derrière soi ces acquis de la modernité au nom d’un hypothétique apaisement avec le monde arabo-musulman,  qui n’aurait d’ailleurs probablement jamais eu lieu si l’on considère le marasme d’alors qui n’a fait qu’empirer depuis? C’est cela que voulait Avnery ? Eviter la guerre entre Israël et ses voisins mais être mêlé aux conflits entre Arabes? S’allier aux Hachémites contre les Palestiniens ou aux Palestiniens contre les Hachémites? à l’Iraq contre l’Iran ou à l’Iran contre l’Iraq, à la Syrie contre le Liban ou au Liban contre la Syrie ? Aux Chrétiens contre les Musulmans ou aux Musulmans contre les Chrétiens? Aux Chiites contre les Sunnites aux Sunnites contre les Chiites ? Etc..?

Page 193

“C’est ainsi que cinq ou six ans avant l’avènement de l’Etat d’Israël j’en vins à conclure que celui-ci ne pourra se maintenir et se développer autrement qu’en faisant partie intégrante d’une entité régionale plus large.”

L’Histoire a démenti la prédiction d’Avnery sur toute la ligne. 67 ans après la Déclaration d’indépendance Israël est une démocratie certes perfectible, mais infiniment plus avancée que toutes les nations qui l’entourent. Contrairement à la prophétie d’Avnery, Israël s’est maintenu et développé sur tous les plans de manière exceptionnelle, alors que ses voisins se sont enfoncés dans un marasme dont on ne voit pas la fin. L’on pourrait opposer à cela qu’Israël a du faire face à des guerres à répétition, mais le fait est que ses voisins n’ont cessé de guerroyer entre eux ou d’être déchirés par la guerre civile, sans aucun lien avec le conflit israélo-arabe. Il faut faire preuve de beaucoup d’imagination pour estimer que si Israël avait été lié de manière organique à ses voisins il aurait échappé à l’embrasement de la région. Il est beaucoup plus logique de conclure que c’est justement parce qu’Israël relève d’un autre culture, d’une autre civilisation et d’autres alliances qu’il n’a pas été entraîné dans le chaos du Moyen-Orient.

La biographie d’Ury Avnery est certes l’histoire d’un homme de bonne volonté, mais qui s’est beaucoup trompé. Nul mieux que lui-même n’aurait pu le démontrer .

Socialisme et antisémitisme

Le Parti Travailliste britannique a récemment été secoué par la révélation que l’antisémitisme qui sévissait dans ses rangs était d’une ampleur insoupçonnée.

Une cinquante de militants ont été exclus pour leurs outrances anti-juives ou anti-israéliennes. Il est bien entendu tout à l’honneur du parti de s’être attaqué au mal, mais la question est de savoir s’il s’agit d’une dérive d’individus en mal de publicité, ou si la promotion de ce délire relève d’une ligne politique visant à ragaillardir une gauche déprimée.

Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste, prétend être anti-sioniste et non pas antisémite, mais cette subtilité sémantique ne convainc pas grand-monde. Son amitié proclamée pour le Hezbollah ainsi que pour le Hamas, sa défense d’un vicaire banni par l’Eglise pour propagation de textes antisémites, le soutien à un négationniste notoire [1], l’invitation au Parlement d’un prédicateur islamiste [2]accusant les Juifs de fabriquer du pain azyme avec du sang d’enfants chrétiens, tout cela laisse peu de doutes sur les idées du socialiste Jeremy Corbyn.

Le Parti Travailliste britannique est travaillé en ce moment par un antisémitisme rabique. Naz Shah, députée, affirme que l’Etat d’Israël est comparable à l’Allemagne nazie, et que le Sionisme équivaut  à Al-Qaeda.

Ken Livingstone, ex-maire de Londres, nous apprend qu’Hitler était l’allié des Juifs. Khadim Hussain, maire de Bradford, propage la théorie comme quoi les Israéliens auraient créé Daesh pour forcer l’Occident à envahir le Moyen-Orient. Vicki Kirby, notable de Surrey, fait remarquer que « les Juifs ont de grands nez et massacrent les opprimés ».

Benazir Lasharie, conseillère municipale a Kensington, accuse Israël de financer l’Etat Islamique. Bob Campbell, militant de Middlesbrough, affiche sur Facebook l’image d’un rat affublé d’une étoile de David avec pour libellé « La Véritable Peste ».

Dave Rich, militant, fait circuler l’image d’un drapeau israélien frappé de la Swastika[3]. Gerry Downing, militant, se répand à propos de « la dérangeante question juive » et des sionistes qui dominent le monde. Aysegul Gurbuz, conseillère régionale, qualifie Hitler de « plus grand homme de l’Histoire ». Elle espère voir l’Iran «rayer Israël de la carte» et exprime son « dégoût » des « Juifs trop puissants ». Viki Kirbi, militante, appelle Hitler le « dieu des sionistes ».

Cette énumération n’est pas exhaustive mais donne une idée de ce qui se trame dans l’un des plus anciens, des plus prestigieux et des plus représentatifs des membres de l’Internationale Socialiste, organisation dont il n’est pas inutile de mentionner que le Fatah fait partie.

Mais qu’en est-il de la gauche en France ? L’extrême gauche n’a plus à faire ses preuves de ce point de vue-là parce que son instrumentalisation de l’antisémitisme comme procédé unificateur n’est pas un secret et a d’ailleurs démontré son efficacité en ralliant de nombreux islamistes animés par la seule haine des Juifs. Pierre-André Taguieff [4] note dans son ouvrage « Une France antijuive ? » que « dans les manifestations violentes dont l’orientation antijuive est avérée, on assiste au spectacle d’une collusion pratique entre islamistes de toutes obédiences et milieux d’extrême gauche comme le NPA, le Front de gauche, etc. ».

Concernant la gauche traditionnelle, Taguieff relève que des icônes de l’humanitarisme bien-pensante ont mis leur notoriété médiatique au service du national-islamisme du Hamas, sous couvert d’un « soutien à Gaza », c’est-à-dire à une dictature. Ces personnages publics se sont transformés dans les années 2000 en propagandistes anti-israéliens. Le plus célèbre d’entre eux, Stéphane Hessel, en est venu à hurler « Israël assassin ! » à Paris, début janvier 2009, au milieu d’une masse de manifestants pro-Hamas insultant et maudissant les Juifs et l’État juif, sans se sentir gêné d’un tel compagnonnage.

Edgar Morin[4], homme de gauche, philosophe et Juif honteux, admet dans son ouvrage « Autocritique » que le salut des Français lors de le Deuxième Guerre Mondiale lui semblait incompatible avec la survie des Juifs. Au cours de l’été 1940 il pensait que « mieux valait le salut de 40 millions de Français que celui de 500 000 Juifs. Il se disait « prêt a accepter l’immolation des Juifs si le salut des autres Français était à ce prix – si la fatalité de l’Histoire l’exigeait. »

La gauche, sociale-démocrate ou pas, extrême ou pas, pense peut-être que se servir de l’antisémitisme afin de galvaniser les masses populaires est un prix acceptable pour que triomphe le socialisme. Cette dérive de type staliniste semble toujours d’actualité pour cette mouvance pseudo-humaniste qui se cherche, mais qui ne se trouvant pas finit par lâcher les Juifs comme on lâche du lest d’un ballon en perdition pour retarder le moment où il va s’écraser.

[1] Ecrivain britannique, blogueur et activiste politique juif et antisémite.

[2] Raed Salah.

[3] Emblème nazi.

[4] Sociologue, politologue et historien français.

 

L’AFP ou la culture du mensonge

Il y a une semaine, par une belle soirée d’été, deux terroristes abattaient froidement de paisibles citadins venus prendre l’air sur des terrasses de café à Tel-Aviv. l’Agence France Presse (AFP), reprise par la quasi-totalité des médias français, relataient la tragédie  au moyen d’une dépêche que chacun qui s’intéresse au conflit israélo-palestinien devrait apprendre par cœur. Ce cas d’école de la propagande anti-israélienne est une fascinante illustration de la collaboration entre certains médias et les ennemis d’Israël. En voici la teneur:

Tel-Aviv : une fusillade près du QG de l’armée fait quatre morts.

Quatre personnes ont été tuées mercredi 8 juin dans une fusillade en face du ministère de la Défense et le QG de l’armée israélienne à Tel-Aviv. Deux hommes ont fait feu sur des terrasses de café, la police locale parlant d’une “attaque terroriste”.

En analysant ce texte mot à mot il est facile d’en discerner la malveillance. Ce tissu de contrevérités et de fabrications démontre sans aucun doute possible l’intention de l’AFP de nuire à Israël.

Une fusillade: Ce n’était pas une fusillade, mais une mise à mort délibérée de civils innocents. En qualifiant ce massacre de “fusillade” L’AFP escomptait  que le lecteur se le représente comme un tir croisé entre camps ennemis. En réalité il n’y a eu là nulle fusillade, mais bien des tueurs déterminés à massacrer un maximum de badauds à bout portant.

Près du QG de l’armée: Les menteurs de service de l’AFP caractérisaient l’incident comme acte de guerre en insinuant que c’était le QG l’Armée qui était visé. En fait ce QG n’avait rien à voir avec cette affaire, et les meurtriers ne s’y sont intéressés à aucun moment. Toutes les vidéos montrent que dès leur arrivée dans le secteur ils se sont dirigés d’un pas ferme vers les terrasses de café.

Quatre personnes ont été tuées. L’AFP voulait faire accroire que les victimes étaient des dommages collatéraux, puisque la dépêche dépeignait le bain de sang comme un affrontement entre palestiniens et la puissante armée israélienne.

 Deux hommes ont fait feu sur des terrasses de café: L’AFP voulait donner l’impression que cet épisode était un dénouement regrettable d’une bataille qui aurait débordé sur des civils alors que la cible initiale était militaire.

La police locale parlant d’une “attaque terroriste”: En mettant le vocable “attaque terroriste” entre guillemets l’AFP signalait qu’elle ne considérait pas cette information comme digne de foi. En réalité le Shabak (Services de Sécurité Intérieure) a immédiatement et formellement identifié les tireurs  comme étant des islamistes venus sur place avec pour seul objectif d’assassiner des Juifs.

En fait il se peut que l’AFP ne cherche peut-être que le bien d’Israël en nous faisant partager sa vision du conflit avec les palestiniens.  La moindre des choses est donc de lui rendre la politesse en lui expliquant comment mettre fin au terrorisme en France:  Il suffirait d’interdire aux femmes de voter, de lapider les homosexuels, de fermer les théâtres, de museler la presse, d’abroger la loi sur la laïcité et de laisser l’Iran exterminer Israël, et tout ira bien.

Le chef de l’opposition israélienne à Paris

“Avoda”, le Parti israélien membre de l’Internationale socialiste fut la maison idéologique de nombreux hommes politiques de gauche, dont Ben Gourion et Itzhak Rabin. De nos jours c’est Itzhak Herzog qui est le dirigeant de cette formation, ce qui fait de lui également le chef de l’opposition au Parlement.

C’est à ce titre que Herzog a récemment fait une visite officielle en France, où il a été reçu par le président François Hollande. A propos du conflit israélo-palestinien il a fait la déclaration suivante: “La tentative de créer un Etat palestinien aujourd’hui est irréaliste. Un Etat palestinien ne peut être édifié maintenant, car les Palestiniens ne disposent pas actuellement d’un leadership qui contrôle l’ensemble de leurs territoires et qui pourrait suivre une telle démarche”.

Cette mise au point est intéressante pour quiconque serait tenté de croire qu’il existe une divergence de fond entre le chef de l’opposition et le gouvernement en place concernant l’avenir des territoires occupés.  En réalité Herzog a la même analyse que Benjamin Netanyahu, à savoir que Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité Palestinienne, n’a aucune intention d’aboutir à un accord avec Israël. Au lieu de cela il se cantonne dans un immobilisme prudent tout en comptant sur l’Iran, le Hamas, le Hezbollah, Al Qaeda ou Daesh pour venir à bout d’Israël.

Il est avéré depuis longtemps que l’opinion publique israélienne est majoritairement en faveur d’une fin de l’occupation en échange de frontières sûres et reconnues. L’occupation de la Cisjordanie est exigeante, pèse sur l’économie, pose un problème moral et est un facteur de tension au sein de la société israélienne elle-même.

Mais bien que le gouvernement d’Israël tout comme la gauche travailliste soient favorables à la création d’un Etat palestinien, ils sont d’accord pour estimer que les leaders palestiniens n’en ont ni la vision, ni la volonté ni le courage politique, ce qui rend la chose irréaliste dans la situation actuelle.

Il faut comprendre que quand la France fait pression sur Israël pour promouvoir la solution de “deux Etats pour deux peuples”, il y a un de ces peuples qui n’en veut pas, or ce n’est pas celui que l’on croit.

Que ce soit la volonté des Palestiniens ou celle de ses leaders que de refuser de partager la Palestine avec les Juifs depuis 1947, le fait est qu’ils ne veulent pas s’asseoir autour d’une table pour négocier leur propre indépendance. Ils préfèrent courir le monde pour promouvoir la fiction d’une Palestine de papier et perpétuer le conflit plutôt que d’assumer les droits et les devoirs d’une Palestine réelle vivant en paix à côté d’Israël.

Gaza et Molenbeek, même combat.

Le monde découvre avec stupeur l’existence de Molenbeek, cette obscure commune de l’agglomération bruxelloise devenue sanctuaire islamiste et repaire d’assassins. Il est vrai qu’après les attentats de Paris les autorités belges sont intervenues de manière musclée, mais le rôle des forces de l’ordre est comparable à celui des pompiers: on les appelle généralement quand l’incendie s’est déjà déclaré, c’est-à-dire trop tard.

Dans un société démocratique, prévenir le terrorisme consiste à ne pas transiger sur certains principes. De ce point de vue l’Europe a failli en fermant les yeux sur l’islamisme, dont les objectifs sont pourtant clairs. Penser que Paris pouvait échapper à cette calamité est d’un coupable aveuglement.

Tous les musulmans ne sont pas islamistes, mais il n’en est pas moins vrai que tous les islamistes vivent comme des poissons dans l’eau parmi les musulmans. Il y a une espèce d’omerta qui tétanise ces populations, dont on ne distingue pas bien si elle repose sur une adhésion tacite, une complaisance criminelle ou une terreur indicible.

Il y a une sorte de schizophrénie en Europe à ne pas admettre que les forces islamistes qui appellent à liquider Israël sont les mêmes que celles qui mettent des salles de spectacles et des restaurants à feu et à sang à Paris.

Le grand public a pu croire que les attentats visant l’Hyper Casher ou Charlie-Hebdo signalaient ce qu’il fallait ne pas être pour se sentir en sécurité en France. Le grand public a pu le croire, mais les autorités sont impardonnables de l’avoir cru. Certains ont même cru bon de suggérer que ne plus porter de kippa et ne plus s’en prendre au Prophète rétablirait le calme. Ces jours-ci le gouvernement belge a même franchi un nouveau pallier: ne plus aller au cinéma, ni aux compétitions sportives, ni à l’école. Pour le moment il semble encore permis de respirer, mais allez savoir ce que les politiciens vont encore trouver avant d’aller à l’essentiel.

Nous savons depuis la Shoah que l’antisémitisme est le plus sûr indice d’une société qui perd ses repères. Aujourd’hui c’est l’antisionisme – avatar de l’antisémitisme – qui joue ce rôle. Le parti-pris antisioniste d’une majorité d’intellectuels et de journalistes en Europe est inquiétant non seulement pour Israël, mais pour le monde libre lui-même. Faire une différence entre le Hezbollah, le Hamas et l’Iran d’une part, et Daesh et Al Qaeda d’autre part n’a aucun sens, parce que l’islamisme est une idéologie qui n’a ni feu ni lieu. Son ennemi est le genre humain tout entier, ce qui inclut les terroristes eux-mêmes, qui considèrent la mort – celle des autres comme la leur – comme valeur suprême.

Si l’Europe ne prend pas la mesure de ce fléau, les choses n’en resteront pas là, parce que les Djihadistes ne savent que trop bien avec quelle facilité ils peuvent opérer dans un Etat de droit. C’est pour cela qu’il y va de l’intérêt de l’Europe que de soutenir l’Etat d’Israël et de cesser de le stigmatiser avec des directives bêtes et méchantes comme l’étiquetage de produits de Cisjordanie. Il n’est pas anodin de noter que les  responsables politiques français ont voté cette ignominie qui a englouti des fortunes en commissions spéciales et en consultants, alors qu’au même moment des Djihadistes s’apprêtaient à exterminer des Parisiens à la Kalachnikov.

Ces mêmes Djihadistes qui de Tel Aviv à Paris sèment la mort partout où il y a des vivants; qui non seulement prônent que la fin justifie les moyens, mais que les moyens sont en eux-mêmes une fin; qu’il s’agit moins pour eux de s’emparer du monde que de le quitter avec éclat; que le paradis au ciel vaut bien l’enfer sur terre.

l’Europe a le devoir de soutenir cette minuscule démocratie qu’est l’Etat d’Israël confronté à une guerre dont l’Europe n’entend que les bruits de bottes mais qui deviennent de plus en plus audibles. A bon entendeur salut.

Israël et Europe, même combat.

אברהם בורג או צערו של טרוצקי

יוסף בורג, אביו של אברהם בורג, היה בקי בתרבות גרמניה, דובר שפות, רב וד”ר למתמטיקה. הוא חמק בדוחק ממחנות המוות ב-1939 בברחו מגרמניה כמהגר לפלסטינה, לפני שננעלה המלכודת הנאצית

מעת שהתבסס במה שעתיד היה להפוך למדינת ישראל, הוא הקים בה משפחה בה שילב את ערכי המודרנה, הציונות והדת, והשתתף בכל מאבקיה כפטריוט, חבר כנסת ושר

האב והבן לבית בורג מהווים בפני עצמם סיכום של מהות הציונות. דור ראשון שעבר רדיפות וייסד את מדינת היהודים, ודור שני המניב יהודי חדש החי בליבה של מדינה בין האומות

אברהם בורג הוא אדם חריף ובעל אישיות חזקה, אך עם זאת ניתן לראות בו כשלוחה של אביו. כקצין בצנחנים, יהודי שומר מצוות, פוליטיקאי מחונן ויושב ראש הכנסת והסוכנות היהודית, הוא מהווה על פי המסלול שעבר, את כל מה שהיהודי המתחדש יכול היה לחזות כדוגמא לאפוס הציוני

מזה כעשר שנים, עם זאת, אברהם בורג שינה את עורו ודוחה אף את עצם הרעיון של מדינה יהודית. כעת הוא תומך במפלגת חד”ש, מפלגה פוםט-קומוניסטית, מכריז על קץ הציונות, קורא לביטול חוק השבות מתנגד לכל קשר רשמי בין מדינת ישראל ליהודי התפוצות

לאברהם בורג עומדת הזכות להשקפת עולם משלו. עם זאת, התכחשות בקנה מידה כזה בהחלט מעוררת חלחלה. כאשר הוא מתבטא אודות תולדות הציונות, הוא אמנם מכיר בכך שישראל נהגה באופן סביר בפותחה את דלתותיה בפני פליטי וניצולי השואה לאחר מלחה”ע השניה, אך כעת דעתו היא שתקופה זו חלפה, וכי אין להיאבק עוד באנטישמיות כבתופעה ייחודית, אלא כי מאבק כזה צריך להיכלל במסגרת פעילות הומניסטית בקנה מידה נרחב יותר

אברהם בורג מחזיר אותנו מאה שנה אחורנית, לימים בהם האינטלקטואלים היהודים שניזונו ממאורות הדור, נחלקו לשני מחנות: חלקם חשבו שכדי לבער את אי-הצדק, נכון היה להזדהות עם ברית המועצות ולשאוף לכינון סדר עולמי חדש, בעוד אחרים חשבו כי במהלך ההמתנה לכך, על היהודים לקחת את גורלם בידיהם, אחרת ייעלמו לפני שתוגשם המהפכה

אחת ההתגלמויות של אנשי המחנה הראשון היה טרוצקי. למחנה השני השתייך בן גוריון. ההמשך ידוע: הקומוניסטים היהודים נרדפו ע”י הקומוניסטים שאינם יהודים, ותנועות כגון הבונד [1] שקעו כליל. לגבי מדינת ישראל, לידתה הועילה רבות למיליוני יהודים, ואילו דעתה של ההיסטוריה על ההרפתקה הקומוניסטית היא שמדובר בקטסטרופה

מה שמקומם בעמדותיו של אברהם בורג, הוא שהוא מפגין אנוכיות בלתי מתקבלת על הדעת כלפי היהודים השואפים לעלות ארצה

בעוד הוא ומשפחתו סגרו את המעגל בן אלפיים השנים, של שיבת העם היהודי למכורתו, הוא מתכוון לטרוק את הדלת בפני אלו שלא התמזל כך מזלם. גם אם מאות אלפי ניצולי שואה חיים עדיין, הוא מכריז בקלות יתרה כי לילדיהם אין מה לחפש בישראל

אברהם בורג מתיר לעצמו לקבוע היכן מתחילה הציונות והיכן היא מסתיימת, היכן מתחילה האנטישמיות והיכן היא מסתיימת. הוא מתהדר בהכחשה של מציאות בה ישראל היא עדיין מקום מפלט עבור יהודים רבים התרים אחר זהותם בעולם המקיא אותם מקרבו מעט יותר מדי יום ביומו. הוא מסרב להביט במציאות, המראה כי הרחם ממנה יצאה המפלצת הנתעבת [2], עדיין פורייה
הוא מעלה על הדעת את אותם היהודים שהעריכו כי עתידם מובטח ערב גירוש ספרד, אלו שהאמינו כי הם גרמנים כמו כל היתר ערב השואה, או שחשבו שצרפת תערוב לאזרחותם לפני עליית משטר וישי

ואגב הנקודה האחרונה הזאת, קיימת גם איזו ציניות אצל אברהם בורג, בכך שהוא רוכש לעצמו מחד אזרחות צרפתית, ומנהל מאבק כדי להערים קשיים על יהודי צרפת המבקשים לרכוש לעצמם אזרחות ישראלית מאידך
כאמור לעיל, אברהם בורג זכאי להחזיק בדיעותיו, אך לאחרים ישנה גם כן הזכות לסבור כי דעותיו הן בגדר שערוריה הן כלפי המתים והן כלפי החיים בישראל
===
[1] ההתאחדות הכללית של הפועלים היהודים בליטא, פולין ורוסיה
[2] התייחסות לנאציזם בחיבור מאת ברטולד ברכט

לוסי אהריש, הפאסיונאריה של ישראל

לוסי אהריש היא סמל שחשיבותו עילאית מבחינת ישראל. אינטלקטואלית צעירה זו שהשלימה תואר במדעי המדינה ובעיתונות היא כריזמטית, רהוטה, אמיצה ופיקחת. היא מנהלת קריירה עיתונאית מבריקה במספר מדיות, ביניהן I24 News. דבריה תופסים את הצופים ‘בקישקעס’ ומלמדים אותם לעתים קרובות יותר אודות המציאות הישראלית מאשר העיתונות הרבגונית שבה עיתונאים מכל קצווי הקשת מתחרים זה בזה בסיסמאות

כאשר מבקשים ממנה להגדיר את זהותה, היא משיבה כי היא ישראלית, אישה, ערבייה ומוסלמית ‘בסדר זה’, היא מקפידה. אך כאשר מתעקשים היא מצהירה כי היא “לא ערבייה, לא יהודייה, לא נוצרית, לא מוסלמית, לא דרוזית, לא בודהיסטית, לא צ’רכסית, לא שמאלנית ולא ימנית, נמאס לה לראות ילדים נחטפים, נרצחים או נשרפים חיים, היא לא רוצה יותר לשמוע את צרחות הסירנה או לראות טילים הקורעים את הרקיע וצריך לתת את הדעת על הזעם הזה ועל השנאה הזאת שמכלה אותנו”‘

לאהריש יש נימת דיבור, רעננות ועזות ללא תקדים בעולם המדיה הישראלי. למרות הדיעות הקדומות שהיו עלולות לטרפד את התקדמותה, היא הצליחה לרכוש לעצמה דריסת רגל בנחישות ובהתמדה. בתכניותיה היא מראיינת באופן שורשי ונוקב נציגי חמאס, קנאים יהודיים וידוענים מארה”ב, כל אחד בשפתו הוא, שבהן היא שולטת ללא רבב

אהריש מקפידה שלא לייצג איש מלבד עצמה. היא ערבייה מוסלמית, אך היא מסרבת להיכלא בתוך קלישאות. מחד, היא אינה חוששת למתוח ביקורת על התנהלותם של מנהיגים פלסטינים, התנהלות שלדעתה אינה משיגה דבר וחצי דבר, ומאידך היא מוקיעה את האפלייה שחווים ערביי ישראל

ישראל היא ביתה של אישה יצאת דופן זו, ללא חשש וללא הסתייגויות, בדיוק כפי שהיא ביתם של מיליוני אזרחיה, ערבים או יהודים. אך אהריש אינה בעלת נטיות התאבדות ואינה נלחמת בטחנות רוח. היא מתפתחת באופן תוסס ורענן במרחב הציבורי הישראלי; היא אדם כשרוני ומבריק שחיוניותה לא תדעך גם אם מאבקה יגיע למבוי סתום

אהריש מהווה נכס ייחודי עבור החברה בישראל, ויהיה זה בזבוז עצום אם ביום מן הימים היא תחליט לעזוב את הארץ כדי להתרחק מעויינותם של חוגים מסויימים. היא מתוקפת לעיטים קרובות על ידי ימניים מסוימים, שמאלנים מסוימים, וערבים רבים ללא קשר להשקפותיהם

כל זה אינו מונע לישראלים רבים להיות מרותקים להופעותיה במדיה. אם יום אחד היא תחליט לשכון תחת שמי ארץ אחרת, יהיה זה סימן רע מאד לישראל. אישה שאפתנית זו רחוקה עדיין מלמצות את כל הפוטנציאל שלה, ולפיכך אם למרות הכל היא תחוש תשוקה להתרחק, אזי יהיה זה אולי רעיון טוב להציע לה את תפקיד שגריר ישראל באו”ם

Lucy Aharish or Israel’s Pasionaria

Lucy Aharish is a symbol of paramount importance to Israel. This charismatic, eloquent, courageous and smart intellectual is a graduate of political science and journalism, and leads a brilliant career as a columnist in several media, among which I24 News. Her appearances fascinates viewers who often learn more from her about Israeli reality that from the versatile press where commentators  mainly compete between them with slogans.

When asked to define her identity, Aharish says she is an Israeli, a woman, an Arab and a Muslim, “in that order,” she emphasizes. But when compelled to respond more accurately she exclaims she is “neither an Arab nor a Jew. Neither Christian, nor Muslim nor Druze nor Buddhist nor Circassian. Neither left nor right. Neither religious nor secular. That she doesn’t want to see children kidnapped and murdered. That she doesn’t want to see children burnt to death. That she doesn’t want to hear sirens or see missiles launched … That she wants us to open our eyes to the rage and hatred that are eating us alive.”

Aharish’s tone, freshness and fervor is unprecedented in Israeli media. Despite the prejudices that could have hindered her way up, she managed to overcome them through years of work and perseverance. During her shows she challenges her guests with both disarming and insightful style, whether they are Hamas representatives, Jewish fundamentalists or prominent Americans. She does it in their native languages, which she masters to perfection.

Aharish stresses she represents herself only. She claims she is an Arab Muslim, but refuses to be locked into clichés. On the one hand, she vigorously slams Palestinian leaders’ strategy, which she deems a non-starter, but, on the other hand, she strongly criticizes the discrimination of Israeli Arabs.

Israel is home to this lady just like it is for millions of Arab and Jewish citizens. But Aharish is neither suicidal nor quixotic. She comes across flamboyantly on the Israeli public arena, she is talented and bright, so she is unlikely to let herself corner if she realizes that her struggle may lead to a dead end.

Aharish is under relentless attack by a certain right, a certain left and also from many Arabs. As she is a unique asset for Israeli society, it would be a considerable waste if she chose to leave Israel in order to get away from domestic hostility.

This does not take away that many Israelis admire her, support her and approve of her stance. If she decided to leave it would be a very bad sign for the Israeli democracy. This ambitious woman is far from having deployed her full potential, so if she nevertheless felt an urge to go abroad, it might be a good idea for the government to offer her the position of Israel’s ambassador at the United Nations.

Netanyahu and the Grand Mufti

A media storm has stricken the Prime Minister of Israel Benjamin Netanyahu following his statements at the Zionist Congress gathering in Jerusalem. Netanyahu said that “Hitler had no intention of exterminating the Jews at that time.[1] He wanted to expel them. The Grand Mufti of Jerusalem[2] went to meet Hitler in order to tell him “If you expel the Jews, they will all go there [to Palestine].” Hitler asked him “then what should I do with them ?” “burn them,” replied the Grand Mufti.

Journalists, chroniclers, intellectuals and historians of various horizons became plagued by a collective hysteria. Netanyahu was accused of ignorance, Holocaust denial, inciting hatred, clearing the Nazis and political opportunism. Even the German Chancellor felt she had to emphasize that the Germans were indeed responsible for the Holocaust. Almost no one bothered to actually focus on Netanyahu’s statements with discernment or to verify them, even though his sources are freely available.

Mohammed Amin al-Husseini was Grand Mufti of Jerusalem from 1921 until the proclamation of the State of Israel in 1948. Close to the Muslim Brotherhood, he did not only favor the liquidation of the Palestinian Jews, but also to that of Jews worldwide. He is one of the spiritual fathers of the radical Islam of our times, which calls for the eradication of Israel and the extermination of Jews wherever they may be. Mohammed Amin al-Husseini is nevertheless worshipped by the Palestinians as a national hero and remains a reference on religious matters.

Not surprisingly was the Grand Mufti impressed by the Nazis when they came to power in 1933, so much so that he became the greatest collaborator in the Arab world.[3] As a reward he was consecrated « Honorary Aryan » and swore allegiance to Hitler, declaring “the Arab nations are convinced that Germany will win the war. They are Germany’s natural allies because they have common enemies, namely the British, the Jews and the communists. Therefore they are wholeheartedly prepared to cooperate with Germany and join them in the war, namely by forming an Arab legion.” He fulfilled this promise by creating an Arab section of the Waffen SS.[4]

The philosopher Hannah Arendt recalls that during Eichmann’s trial[5]the Grand Mufti’s connections with the Nazis were public knowledge since he was expecting them to help him implement a variation of the Final Solution in the Middle East.”[6]

After the war the Grand Mufti took refuge in Paris under the complacent eye of the local authorities, even though he was wanted by Great Britain and Yugoslavia as a war criminal. France refused to extradite him by fear of the Arab world, and ended up by letting him escape with the complicity of the Foreign Ministry[7] which provided him a false passport.

Dieter Wisliceny, one of Eichmann’s aides, testified at the Nuremberg trials that “The Grand Mufti had suggested exterminating the Jewish people to Hitler, Ribbentrop, and Himmler on many occasions because he considered this was the best way to solve the Palestinian problem.”[8] Numerous comments aired by the Grand Mufti from his exile in Germany reveals his support for the Final Solution.[9] In his radio broadcasts aimed at the Arab world he incited them to “kill the Jews wherever they are, because that is God’s will.”

There is no doubt that when the Nazis came to power they firmly intended to get rid of the Jews. However It may well be that they never thought through where this could lead a decade later. They were convinced at the time that by making life impossible for the Jews these would end up leaving, as they had done during their expulsion from Spain five centuries earlier.

The 1935 Nuremberg racial laws brought about a general boycott on Jews, their dismissal from civil service, disbarment of lawyers, exclusion of doctors, banning of artists, firing of journalists, a ban from health resorts, cinemas, libraries and public transport, not to forget random pogroms.

During this period, Eichmann was instructed to take Zionism on board as a means to promote emigration of the Jews to Palestine. He contacted Zionist circles in order to speed up the process, and in 1937 he traveled to Palestine to inquiry about the issue, after which he undertook to intensify the emigration. His achievements were highly praised by his superiors, and his methods were seen as a model for handling Jewish affairs. He was entrusted with organizing compulsory emigration through a mixture of terror and chicanery.[10]

The “Haavara” was an agreement finalized in 1933 between the Nazi regime and the Zionist Federation of Germany. It consisted in facilitating transfer of Jewish property to Palestine in order to encourage Jews to settle over there. From the Nazi point of view this was a smooth way to rid Germany of the Jews. Werner Otto Von Hentig, a high-level official in charge of Palestinian affairs strongly supported the creation of a Jewish state in Palestine. More than 50.000 Jews managed to emigrate based on this agreement, which remained in force until 1942, the year of the Wannsee Conference.

In 1938, Eichmann drafted a memorandum to support Jewish emigration outside Europe[11] and was instructed to coordinate the deportation of four million people to Madagascar. He created a dossier outlining the transportation of one million Jews per year. The plan would deprive them from their belongings in order to finance the logistics, after which they would be forced to emigrate. The SS would be in charge of deporting the Jews to the island and administrating it. However Madagascar was then under British control, and since the Germans never managed to drive them out, this plan was never enacted.

Eichmann continued to support emigration by other means, and worked with Zionist smugglers in order to drive Jews to Palestine. Furthermore the Nazis also envisioned expelling Jews to Russia once the Red Army would be defeated.[12]

The Grand Mufti’s meeting with Hitler was driven by his concern regarding the consequences of a possible expulsion of the Jews from the Reich, many of whom were likely to end up in Palestine, thus strengthening the Yishuv.[13]

However this prospect was no longer an option in 1941 because the British had barred the Jews to immigrate in Palestine by means of the White Paper[14]. As no other country was prepared to welcome Jews anyway, the Nazis concluded that the only remaining solution, which had to be final, consisted in systematically and industrially exterminate them.

Netanyahu rightly pointed out that at the time of the meeting between the Grand Mufti and Hitler the Nazis were still expelling Jews, although it is true that random killings of civilians had already begun wherever the Nazis took control.

What Netanyahu wanted to highlight was that the Grand Mufti and Hitler had theorized their anti-Semitic psychosis long before the Holocaust, but that the Grand Mufti was the first to envision a genocide as early as in the 1920’s with regard to the Jewish presence in Palestine. Netanyahu never stated the Grand Mufti gave Hitler the idea of the Final Solution, but rather that he played an important role by campaigning relentlessly against Jewish emigration from Germany.

Finally, Netanyahu wanted to portray the implacable nature of the fascist, Nazi, and anti-Semitic ideology incarnated by the Grand Mufti, who is at the heart of the current Intifada of the Knives.

[1]“That time” refers to the meeting between the Grand Mufti and Hitler in 1941. Most commentators seem to have ignored this point. Without this Netanyahu’s sentence would have had a quite meaning.

[2] A mufti is a Muslim cleric who has the authority to issue fatwas. In each state of the Ottoman Empire, the Grand Mufti was the supreme religious authority in the country.

[3] Study by Matthias Küntzel published in the Jewish Political Studies Review

[4] A Nazi paramilitary and police organization

[5] A Nazi war criminal responsible for the logistics of the Final Solution

[6] Eichmann in Jerusalem : Report on the Banality of Evil by Hannah Arendt

[7] Tsilla Hershco: « The History of an Escape [archive] », Controverses, n°1, March 2006.

[8] Zvi Elpeleg, Hamufti Hagado 1989, pp. 74,75

[9] Zvi Elpeleg, Through the Eyes of the Mufti: The Essays of Haj Amin

[10] David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann

[11]David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann.

[12]                 David Cesarini(September 5, 2013). Adolf Eichmann.

[13]                 The term Yishuv refers to the Jewish community in Palestine before the creation of the state of Israel.

[14]                 In May 1939, when the Jews were being persecuted by the Third Reich, the British reduced their access to Palestine by draconian measures.

Lucy Aharish ou la pasionaria d’Israël

Lucy Aharish est un symbole de première importance pour Israël. Diplômée de sciences politiques et de journalisme, cette jeune intellectuelle est charismatique, éloquente, courageuse et intelligente. Elle mène une brillante carrière de chroniqueuse dans plusieurs médias, dont I24 News. Ses interventions prennent les téléspectateurs aux tripes et nous apprend souvent plus sur la réalité israélienne que cette presse versatile où journalistes de tous bords se font concurrence à coups de slogans.

Quand on lui demande de définir son identité elle répond qu’elle est israélienne, femme, arabe et musulmane, “dans cet ordre”, précise-t-elle. Mais quand on la pousse dans ces retranchements, elle finit par s’écrier qu’elle “n’est ni arabe ni juive ni chrétienne ni musulmane ni druze ni bouddhiste ni circassienne ni de gauche ni de droite. Qu’elle en a assez de voir des enfants enlevés, assassinés ou brûlés vifs. Qu’elle ne veux plus entendre hurler des sirènes ni voir des missiles déchirer le ciel. Qu’il faut prendre conscience de cette rage et de cette haine qui est en train de nous détruire.”

Aharish a un ton, une fraîcheur et une intensité sans précédent dans le monde médiatique israélien. Malgré les préjugés qui auraient pu entraver son ascension, elle a réussi à s’imposer à force de persévérance. Lors de ses émissions elle interpelle avec un naturel désarmant et incisif aussi bien des représentants du Hamas que des fondamentalistes juifs que des personnalités américaines, le tout dans leurs langues respectives, qu’elle maitrise à la perfection.

Aharish prend soin de ne représenter qu’elle-même. C’est une arabe musulmane mais elle refuse de se laisser enfermer dans des clichés. D’une part elle ne craint pas de critiquer la politique des dirigeants palestiniens, dont elle estime qu’elle ne mène à rien, et d’autre part elle fustige la discrimination que subissent les arabes d’Israël.

Israël est la maison de cette femme sans peur et sans reproche, tout comme celle de ses millions de concitoyens arabes ou juifs. Mais Aharish n’est ni suicidaire ni donquichottesque. Elle évolue avec panache dans l’espace public israélien, mais c’est quelqu’un de talentueux et de brillant qui ne se laissera pas consumer si son combat mène à l’impasse.

Elle constitue un atout unique pour la société israélienne, or ce serait un immense gâchis si d’aventure elle choisissait de s’expatrier pour échapper à l’hostilité de certains milieux. Elle est en effet la cible à la fois d’un certaine droite, d’une certaine gauche et de beaucoup d’arabes toutes tendances confondues.

Cela n’empêche pas de nombreux israéliens d’être subjugués lors de ses interventions publiques. Si un jour elle décidait de partir sous d’autres cieux ce serait très mauvais signe pour Israël. Cette femme ambitieuse est loin d’avoir déployé tout son potentiel, alors si malgré tout elle éprouvait le désir de s’éloigner alors ce serait peut-être une bonne idée de lui proposer le poste d’ambassadeur d’Israël à l’ONU.

Netanyahu et le Grand Mufti

Un orage médiatique s’est abattu ces jours-ci sur le Premier Ministre d’Israël Benjamin Netanyahu suite à ses propos tenus en anglais lors d’une conférence du Congrès Sioniste à Jérusalem. En voici la traduction:

“Hitler n’avait pas l’intention d’exterminer les Juifs à cette époque [1]. Il voulait les expulser. Le Grand Mufti de Jérusalem[2] alla trouver Hitler pour lui dire “si vous expulsez les Juifs ils iront tous là-bas [en Palestine]. Hitler lui demanda “mais alors que dois-je faire d’eux”? Les bruler, répondit le Grand Mufti “.

Suite à cela, journalistes, chroniqueurs, intellectuels d’obédiences diverses et historiens de tous bords ont été pris d’hystérie collective. Netanyahu a été accusé d’ignorance, de négationnisme, d’incitation à la haine, de déculpabilisation des Nazis et d’opportunisme politique. La Chancelière d’Allemagne s’est même crue obligée de préciser que c’étaient bien les Allemands qui avaient été responsables de la Shoah. En réalité, pratiquement personne ne s’est donné la peine d’écouter avec discernement les propos de Netanyahu ni de les vérifier, alors qu’il s’agissait d’une vérité à la portée de tous.

Mohammed Amin al-Husseini fut le Grand Mufti de Jérusalem de 1921 jusqu’à la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948.   Proche des Frères musulmans, il était non seulement favorable à la liquidation des Juifs de Palestine, mais aussi à celle des Juifs du monde entier. C’est le père spirituel de l’islamisme radical de notre époque, qui appelle à éradiquer Israël et à exterminer les Juifs où qu’ils soient. Mohammed Amin al-Husseini est considéré par les Palestiniens comme un héros national et une référence en matière religieuse.

C’est tout naturellement que le Grand Mufti fut séduit par les Nazis dès leur arrivée au pouvoir en 1933, et qu’il devint le plus grand des collaborateurs dans le monde arabe[3]. En récompense, il obtint le titre d'”Aryen d’honneur” et prêta allégeance à Hitler en déclarant que “les nations arabes sont convaincues que l’Allemagne va gagner la guerre. Ils sont les alliés naturels de l’Allemagne puisqu’ils ont les mêmes ennemis, à savoir les Anglais, les Juifs et les communistes. Ils sont donc prêts à coopérer de tout cœur avec l’Allemagne et à participer à la guerre, notamment en constituant une légion arabe“. Il mit cette promesse en pratique en créant une section arabe de la Waffen SS[4].

La philosophe Hannah Arendt releva au cours du procès Eichmann [5]que “les connexions du Grand Mufti avec les nazis étaient de notoriété publique, parce qu’il espérait qu’elles l’aideraient à exécuter une variante de la Solution Finale au Proche-Orient[6].

Après la guerre, le Grand Mufti se réfugia à Paris sous l’œil complaisant des autorités, bien qu’étant recherché comme criminel de guerre. La France ne l’inquiéta pas, refusa de l’extrader, et craignant le monde arabe, finit par le laisser s’échapper avec la complicité du Quai d’Orsay[7], qui lui fournit un faux passeport.

Dieter Wisliceny, adjoint d’Eichmann, témoigna au tribunal de Nuremberg que “le Grand Mufti avait suggéré à plusieurs reprises à Hitler, Ribbentrop et Himmler d’exterminer le peuple Juif, considérant que ceci constituait la meilleure solution pour résoudre le problème palestinien[8]. Les nombreux commentaires du Grand Mufti diffusés à partir de l’Allemagne exprimaient son soutien à la Solution Finale[9]. Dans ses émissions radiophoniques en direction du monde Arabe, il incitait à “tuer les Juifs où qu’ils se trouvent parce que c’est la volonté de Dieu”.

En accédant au pouvoir en 1933, les Nazis avaient fermement l’intention de se débarrasser des Juifs, tout en n’imaginant peut-être pas où cela allait les mener une décennie plus tard. Ils étaient persuadés à cette époque qu’en rendant la vie impossible aux Juifs, ceux-ci finiraient par partir, comme ce fut le cas lors de l’expulsion d’Espagne cinq siècles plus tôt.

Les lois raciales de Nuremberg de 1935 entrainèrent pour les Juifs le boycott, la révocation de la fonction publique, la radiation des avocats, l’exclusion des médecins, la mise au ban des artistes, le renvoi des journalistes, l’interdiction des stations thermales, des cinémas, des bibliothèques et des transports publics, le tout accompagné de pogroms.

Au cours de cette période, Eichmann fut chargé de prendre en compte le sionisme comme moyen de promouvoir l’émigration des Juifs vers la Palestine, et noua des contacts avec des milieux sionistes afin d’accélérer le processus. En 1937 il fit un voyage en Palestine pour étudier la question, après quoi il entreprit de stimuler l’émigration. Ses exploits furent applaudis par ses supérieurs et ses méthodes prises comme modèle pour la gestion des affaires juives. Il reçut la charge d’organiser l’émigration forcée avec un mélange de terreur et de chicanerie[10].

La “Haavara” fut un accord conclu en 1933 entre le régime nazi et la Fédération sioniste d’Allemagne, consistant à faciliter le transfert de biens juifs vers la Palestine afin d’inciter les Juifs à s’y établir. Cette formule était du point de vue nazi un moyen élégant de se défaire des Juifs du Reich. Werner Otto Von Hentig, haut fonctionnaire en charge des questions palestiniennes, soutint d’ailleurs avec force la création d’un État juif en Palestine. 50 000 Juifs parvinrent à y émigrer grâce cet accord, qui resta en vigueur jusqu’en 1942, année de la Conférence de Wannsee.

En 1938 Eichmann établit un mémorandum pour encourager l’émigration juive hors d’Europe[11] et fut chargé d’organiser la déportation de quatre millions de personnes à Madagascar. Il produisit un dossier prévoyant le transport annuel d’un million de juifs. Le plan prévoyait de les spolier pour financer la logistique, après quoi ils seraient forcés d’y émigrer. La SS s’occuperait du ramassage en Europe et de l’administration de l’île. Mais comme Madagascar était sous le contrôle des britanniques et que les Allemands n’arrivaient pas à les en déloger, ce plan ne vit jamais le jour.

Eichmann continua néanmoins à soutenir l’émigration par d’autres moyens, et travailla avec des passeurs sionistes pour expédier des Juifs en Palestine. Par ailleurs les autorités nazies envisagèrent un temps de les expulser vers la Russie, une fois que l’Armée rouge serait vaincue[12].

La démarche du Grand Mufti chez Hitler fut donc bel et bien l’expression de son inquiétude par rapport aux conséquences d’une éventuelle expulsion massive de Juifs du Reich, dont un nombre non négligeable risquait d’aboutir en Palestine et de renforcer ainsi le Yishouv[13].

Il s’avéra plus tard que cette perspective n’était plus à l’ordre du jour en 1941, parce que les Britanniques avaient verrouillé la Palestine au moyen du Livre Blanc[14] et qu’aucune autre puissance n’était disposée à accueillir les Juifs. C’est alors que s’imposa chez les Nazis la conviction que la seule solution restante, qui devait être finale, serait d’exterminer les Juifs de manière systématique et industrielle.

Netanyahu a donc raison de rappeler qu’au moment de la rencontre entre le Grand Mufti et Hitler, les Nazis en étaient encore à expulser les Juifs, même s’il est vrai que des tueries avaient commencé, encore que les meurtres de civils par les Allemands faisaient rage partout où ils mettaient les pieds.

Ce que Netanyahu a voulu mettre en évidence dans son discours, c’était que le Grand Mufti et Hitler avaient théorisé leur délire antisémite bien avant la Shoah, mais que le Grand Mufti avait été le premier des deux à envisager un génocide dès les années 1920, eu égard à la présence juive en Palestine. Netanyahu ne dit en revanche pas que c’est le Grand Mufti qui a donné à Hitler l’idée de la Solution Finale, mais bien qu’il a eu un rôle important dans sa promotion en s’opposant à l’émigration juive vers la Palestine.

Enfin Netanyahu a voulu rappeler la nature irréductible du courant fasciste, nazi et antisémite incarné par le Grand Mufti, dont l’idéologie irrigue et inspire en ce moment même l’Intifada des couteaux.

[1] “Cette époque” renvoie à l’entrevue entre le Grand Mufti et Hitler en 1941. La plupart des commentateurs semblent avoir ignoré ce point. Sans cette précision la phrase de Netanyahu aurait eu un tout autre sens.

[2] Un mufti est un religieux musulman qui a l’autorité d’émettre des fatwas. Dans chaque État de l’Empire ottoman le Grand Mufti était la plus haute autorité religieuse du pays.

[3] Etude de Matthias Küntzel publiée dans Jewish Political Studies Review

[4] Organisation paramilitaire et policière nazie

[5] Criminel de guerre nazi responsable de la logistique de la Solution Finale

[6] Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal de Hannah Arendt

[7] Tsilla Hershco: Histoire d’une évasion [archive], Revue Controverses, n°1, mars 2006.

[8] Zvi Elpeleg, Hamufti Hagado 1989, p. 74,75

[9] Zvi Elpeleg, Through the Eyes of the Mufti: The Essays of Haj Amin

[10] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann

[11] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann.

[12] David Cesarini(2013-09-05). Adolf Eichmann.

[13] Le Yishouv désigne la communauté juive en Palestine avant la création de l’État d’Israël.

[14] En mai 1939, alors que les Juifs sont persécutés par le Troisième Reich, les Britanniques leur réduit l’accès à la Palestine de manière draconienne.

Lettre ouverte à Louise

Je partage beaucoup de valeurs avec vous, certainement en ce qui concerne  Israël et la judéité. J’ajoute que j’admire votre vitalité, votre énergie et votre belle plume.

Aujourd’hui j’éprouve le besoin de vous dire en toute amitié que je suis consterné par votre lecture des propos récents de Nadine Morano.

Votre hostilité au premier des ministres a déclenché chez vous une inflation verbale inouïe. Il se peut que vous ayez raison de penser que Manuel Valls a instrumentalisé l’incident à des fins politiques, mais dire que sa condamnation des déclarations de  Morano constitue une “mise à mort symboliquement aussi sanglante que celle des islamistes qui lapident et décapitent” est démesuré.

Vous comptez parmi celles et ceux qui savent ce que les mots veulent dire. Vous comprenez mieux que beaucoup d’autres que quand les ennemis d’Israël qualifient Tsahal de Nazie il y a là non seulement une dérive sémantique ignoble, mais aussi une dangereuse relativisation.

Toute forme de lynchage est à rejeter, mais affirmer que Valls a offert Morano  à la vindicte populaire est pour le moins discutable. Quoi qu’il en soit, poser comme vous le faites qu’il y a sanglante équivalence entre la démagogie éventuelle d’un homme politique français d’une part, et la banalisation islamiste de la lapidation et de la décapitation d’autre part, est proprement insoutenable.

Quant au fond de la polémique, Nadine Morano a tort, mille fois tort.

Tout citoyen a le droit d’exprimer son inclination envers ce qu’il considère comme la nature profonde de la nation à laquelle il appartient. Estimer que la France est un pays aux racines judéo-chrétiennes et tenir à perpétuer cet héritage est une aspiration respectable. Privilégier une vision politique plutôt qu’une autre est non seulement un droit mais une nécessité pour que vive la démocratie. Pratiquer l’une religion ou l’autre,  ou n’adhérer à aucune, relève de la conscience individuelle. Ces principes découlent de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, dont la France est signataire. Que l’on soit français depuis des générations ou pas n’y change rien, parce qu’il s’agit de règles de la vie en société au présent. A chacun de décider s’il veut s’y conformer, en échange de quoi il est citoyen parmi les citoyens en droit comme en devoir.

Mais personne ne peut décider d’être blanc.

La couleur de la peau ne peut en aucun cas constituer un filtre d’exclusion pour quoi que ce soit dans une civilisation digne de ce nom, or c’est ce qu’exige Nadine Morano  en déclarant dans un même souffle que les racines culturelles de la France et la couleur de la  peau sont autant de critères de sélection qui doivent avoir leur expression dans la politique d’immigration de la France.

Etre blanc n’est pas un trait culturel. Etre blanc n’est pas une valeur. Etre blanc n’est pas une philosophie. Etre blanc n’est pas une religion. Etre blanc n’est même pas beau, mais cela n’engage que moi.

Modernité et sexualité

Le dépucelage hors-mariage entre personnes consentantes est considéré comme une abomination dans beaucoup de cultures. Le couple est exposé au crime d’honneur, à la prison ou à la peine capitale. En revanche, dans le monde occidental, ce même acte ne peut même pas faire l’objet d’un procès-verbal dans un commissariat de quartier.

L’homosexualité est un délit stigmatisé par les trois grandes religions monothéistes, mais en Occident les homosexuels ont maintenant droit au mariage civil, comme les hétérosexuels.

Ces exemples démontrent que la sexualité a perdu de sa sacralité dans le monde libre. Mais alors se pose la question de savoir comment il se fait que les délits sexuels y soient jugés plus sévèrement que les autres types d’atteinte à l’intégrité physique. Il y a un paradoxe à ce que d’une part la sexualité consentie soit considérée comme le plaisir par excellence, et que d’autre part elle soit condamnée au plus haut degré quand elle est contrainte.Le droit et la morale courante font d’ailleurs une distinction radicale entre la notion de coups et blessures d’une part et celle d‘agression sexuelle d’autre part.

Il y a quelques années un ministre israélien compétent et prometteur était invité à célébrer l’anniversaire d’une employée dans les locaux de son ministère. Il lui a demandé s’il pouvait l’embrasser, ce qu’elle a accepté, mais au lieu de la bise traditionnelle il lui a collé un baiser sur la bouche. Cela a eu pour conséquence la démission du ministre, sa vie privée jetée en pâture, des écoutes téléphoniques, un procès, et sa carrière brisée.

Récemment un journaliste de la télévision israélienne a révélé qu’il avait vécu un cauchemar après avoir passé une nuit avec une admiratrice, suite à quoi elle l’avait accusé d’avoir abusé d’elle. La vie du journaliste a basculé. Il a été arrêté, fait l’objet d’un lynchage médiatique et été traîné dans la boue par une féministe notoire. Finalement le parquet a jugé qu’il n’y avait pas matière à inculpation, et rendu le journaliste à sa vie.

Cinq ans plus tard, il lutte toujours pour laver sa réputation, parce que son dossier a été clos “faute de preuves”, et non pas “faute de culpabilité”, cette subtilité sémantique étant suffisante pour barrer la route à tout procès en diffamation. Mais même dans le cas où il s’avère qu’une personne a inventé de toutes pièces une agression sexuelle, l’attaquer en justice pour dénonciation calomnieuse est extrêmement difficile.

Ces temps-ci un chauffeur de taxi de Tel-Aviv refusait de prendre en charge une cliente parce qu’elle avait l’intention de fumer durant la course. Il l’a invitée à sortir du véhicule, mais celle-ci refusant d’obtempérer, il a appelé la police. Elle s’est alors mise à s’administrer à elle-même des claques sonores et à hurler au téléphone que le chauffeur l’agressait sexuellement.

La police a accouru et a appréhendé le chauffeur. Ce que la cliente n’avait pas prévu, c’était que le taxi était équipé d’une caméra, et que la scène avait été filmée d’un bout à l’autre. Au vu de la vidéo la police a relâché le chauffeur. Mais que se serait-il passé sans la caméra ? Difficile à évaluer, mais même si la bonne foi du chauffeur aurait été reconnue, ce n’aurait pu se faire qu’au bout d’un processus long et pénible pour lui et sa famille.

Dans le monde d’aujourd’hui une simple plainte pour attouchement non sollicité suffit pour déclencher une enquête féroce. La présomption d’innocence est souvent foulée aux pieds, et le suspect peut voir sa vie ravagée même si au bout du compte il est blanchi. Des épisodes comme l’affaire d’Outreau et les tribulations de Dominique Strauss Khan démontrent qu’il arrive que l’appareil judiciaire perde sa sérénité quand il est confronté à ce genre d’affaire, en particulier quand la presse s’acharne sur les présumés coupables.

Pour la plupart des organisations féministes, le simple fait de porter plainte suffit pour attester de la bonne foi de la victime, et la Justice peut se contenter de moins de preuves que pour n’importe quel autre type de délit. A partir de là, c’est à l’accusé de prouver qu’il est innocent, et non au tribunal de prouver qu’il est coupable. Il est vrai que s’adresser à la Justice peut constituer une démarche douloureuse, mais il est tout aussi vrai qu’elle ne l’est pas du tout quand la plainte est mensongère et qu’elle est fabriquée avec l’intention de nuire dans le cadre d’un conflit entre personnes.

Il arrive qu’une personne cède à des pressions à caractère sexuel de la part d’un détenteur de pouvoir. Mais dans le cas contraire, quand c’est la personne subordonnée qui cherche à séduire dans le but d’obtenir un avantage – le plus souvent financier – ce n’est pas catalogué comme délit, alors qu’en bonne logique cela devrait relever de la corruption.

L’abus sexuel existe depuis la nuit des temps. Il a été ignoré, nié ou même encouragé dans toutes les civilisations, or c’est une bonne chose que cette époque soit révolue. Mais il ne faudrait pas tomber dans l’autre extrême, qui consisterait à donner à cette forme de délit une place à part du seul fait qu’il s’agisse de sexualité. Un simple coup de poing peut tuer, mais n’est jamais puni de longues années de prison. Deux poids et deux mesures, donc.

Il est clair que les délits sexuels peuvent avoir des effets ravageurs sur celles ou ceux qui en sont victimes. Il arrive que des vies soient détruites tellement le traumatisme est dévastateur. Mais au-delà de cette réalité empirique, il faudrait essayer de comprendre pourquoi la contrainte en matière sexuelle affecte si cruellement la psychologie humaine, alors que ce même contact est source de bonheur quand il est désiré.

La question est de savoir s’il s’agit là d’un phénomène culturel, ou bien de quelque chose de plus profond au niveau anthropologique, une terreur dont nous n’arrivons pas à saisir la nature malgré la libération sexuelle.

Michel Onfray et la crise des réfugiés

Confronté au déferlement actuel des réfugiés fuyant le monde arabo-musulman, il est du devoir du monde développé  de parer au plus pressé et de soulager cette misère dans la mesure du possible.

D’après le philosophe Michel Onfray ce serait l’Occident lui-même qui serait à la source de cette catastrophe. Il estime que les interventions en Afghanistan, au Moyen-Orient, en Lybie ou ailleurs ont déclenché une anarchie qui a fini par déstabiliser ces pays au point où leurs habitants cherchent à leur échapper par tous les moyens et en risquant leur vie. Cela soulève la question du droit d’ingérence, dont Onfray estime que c’est un  pseudo-droit, parce qu’il est à géométrie variable, et que quand des pays comme la France ou les Etats-Unis s’ingèrent, c’est qu’ils y ont intérêt, ce qui n’est sans doute pas faux.

Ceci dit l’on ne voit pas bien où est le mal si cela coïncide avec l’intérêt de populations  qui souffrent. Quand il y a 70 ans les Américains, les Canadiens, les Australiens, les Néo-Zélandais et d’autres jeunes venus du bout du monde ont débarqué en Europe pour  en chasser les Nazis, n’y avait-il pas d’intérêts matériels en jeu ? Etait-ce par humanisme pur ? Sans doute que non, mais il n’empêche que la cause était juste. D’ailleurs la défaite des Nazis n’a pas fait que des heureux: alors que l’Europe de l’Ouest a été libérée, l’Europe de l’Est est tombée sous la botte communiste.

Par ailleurs il y a une certaine condescendance à croire que tout est toujours la faute de l’Occident eu égard à son passé colonial. Les nations du tiers-monde ont leur logique à elles, leur histoire, leur politique et leurs aspirations. La vague islamiste qui balaie en ce moment la planète constitue une vraie pensée, aussi détestable soit-elle. C’est une vision du monde,  une spiritualité conquérante qui embrase les esprits jusqu’au sein même d’un Occident en déclin.

Onfray estime qu’au lieu de  mettre Saddam Hussein ou Kadhafi  hors d’état de nuire sans se soucier des conséquences, il aurait mieux valu laisser leurs peuples s’entretuer en paix.  Cela se peut, mais quand il laisse entendre que la tragédie  de ces  masses humaines actuellement en déroute sur les plaines d’Europe n’aurait pas eu lieu,  il se trompe.

En réalité ces centaines de milliers de réfugiés arabo-musulmans ou africains ne viennent que s’ajouter aux dizaines de millions qui y sont déjà. Il s’agit d’un mouvement de population dont la crise actuelle ne constitue qu’un pic. C’est ainsi que l’on peut s’attendre à ce que ce flux continuera aussi longtemps que les pays d’origine n’offriront aucune perspective d’avenir, autre que celle de mourir de faim ou de guerre.

Cette tragédie qui se déroule sous les yeux de nos télévision doivent rendre Israël plus attentif que jamais. Ce minuscule pays n’est qu’un ilot de stabilité au milieu d’un océan arabo-musulman pris dans un tsunami auto-destructeur.

Si l’Etat d’Israël n’avait pas été tout au long de son existence vigilant sur le plan éthique, stratégique, politique  et économique, s’il ne s’était pas  prémuni jour après jour des dangers qui le guettent, s’il n’avait pas veillé à étouffer dans l’œuf  les velléités  terroristes à  l’intérieur et à extérieur, alors les israéliens – tous les israéliens – juifs, arabes, chrétiens, druzes et  bédouins feraient aujourd’hui partie des masses en déshérence qui cherchent à échapper à la folie meurtrière qui s’est emparée de leurs pays d’origine, auxquels il semble inévitable que l’Occident finira tôt ou tard par devoir se  confronter, nonobstant  Onfray.

להוציא את ישראל מהמבוי הסתום

.יהודה ושומרון נמצאים תחת שליטה ישראלית מאז הניסיון הערבי לחסל את ישראל ב-1967, בימי מלחמת ששת הימים

.בספטמבר אותה שנה הצהירה הליגה הערבית בחרטום על “שלושת הלאווים” הידועים שלה –”לא לשלום עם ישראל, לא להכרה בישראל, לא למשא ומתן עם ישראל”

.היתה זו החלטה שרירותית זאת, ללא כל פשרה או הסתייגות, שהזניקה את מפעל ההתנחלויות ביהודה ושומרון, אותו המשיכו לפתח כל ממשלות ישראל ללא יוצא מן הכלל

עם חלוף הזמן, יהודה ושומרון הפכו לבעיה, הן ברמה המוסרית והן המשפטית, בכל הנוגע לתפיסת שטח שישראל אחראית לו על פי המשפט הבינלאומי. אך לאור היעדר הנכונות הפוליטית מצד המנהיגים הפלסטיניים – ולאור רצונם הכפייתי להשמיד את המדינה היהודית – ההתנחלויות הפכו בהדרגה למכשיר שנועד להגדיר באורח סופי וקבוע את גבולה המזרחי של ישראל. אך עויינותו של העולם הערבי, הלחץ הבינלאומי, המחלוקות בלב החברה הישראלית עצמה – כל אלה יכולים בסופו של דבר ליצור מצב שאין לעמוד בו. היות שתהליך השלום תקוע, נראה כי סביר יותר ויותר להניח שישראל תעמוד ביום מן הימים בפני הצורך לנקוט יוזמה חד צדדית

.אחת הדרכים לעשות זאת, היא לספח את יהודה ושומרון, באופן חלקי או מלא, ולהעניק אזרחות לפלסטינים החיים שם. ייתכן כי פלסטינים רבים יסכימו לך, ויהפכו איפוא לאזרחי ישראל באופן מלא

עם זאת, כרוך בכך סיכון כלפי אופייה היהודי של מדינת ישראל, ולפיכך כלפי הבסיס לקיומה; גם אם היהודים יוותרו בגדר רוב, הדמוגרפיה הפלסטינית עלולה להחניק את הדמוקרטיה הישראלית במהירות. במקרה כזה, המזרח התיכון יכלול מדינה ערבית אחת נוספת, ומדינה יהודית אחת פחות. אך היות שקיימת רק מדינה יהודית אחת – העם היהודי ימצא עצמו תלוש ונודד,כקדם

ייתכן שקיים לכך פיתרון, שהועלה כבר בעבר, אך מן הראוי לעוררו לאור המבוי הסתום בהווה. הפיתרון הוא להציע למכלול יהודי העולם אזרחות ישראלית, אך ללא הכרח לעלות לארץ כמתחייב מנוסחו העכשווי של חוק השבות [1]. המעוניינים בכך יוכלו לפנות בבקשה לשגרירויות ישראל, ולציין כי הם מעוניינים לקבל אזרחות ישראלית אך להמשיך ולהתגורר איש איש במדינתו. הישראלים שאינם תושבי ישראל יקבלו זכות להשתתף בבחירות לרשות המחוקקת (וזה אינו המצב כעת), ובכך יושב על כנו האיזון בין ערבים ליהודים בכנסת [2]. המשאב האזרחי הזה טומן בחובו גם את היתרון של חיזוק והידוק הקשרים בין ישראל לתפוצות

.ישראל מוקפת באויבים, אך היא זכתה להכרה בקרב הקהילה הבינלאומית כמדינה בין מדינות – בזכות עיקרון ההגדרה העצמית של עמים. עם זאת, למעלה ממחצית העם היהודי עדיין חי בתפוצות ואינו מתכנן להתבסס בישראל בעתיד הנראה לעין

חוק השבות מהווה התחייבות מצד המדינה היהודית לשמור על שערים פתוחים ליהודי התפוצות – אך היות שאין זכויות ללא חובות, קיימת אנומליה בכך שישראל מתחייבת כלפי התפוצות, מבלי שאלה האחרונות מחוייבות לדבר מה. קריאה מצד ישראל הכוללת הצעת אזרחות ליהודי העולם, תעלה בקנה אחד עם מהות המפעל הציוני – היינו לשמר את המקום היחידי בעולם שבו היהודים אינם נרדפים, אינם שנואים, אינם נסבלים – פשוט משום שהם נמצאים בביתם שלהם

יהודים רבים תומכים בישראל ומסייעים לה בצורה כזאת או אחרת, אך קיימים גם רבים שאינם יכולים להביע את תמיכתם למעט באמצעות מס שפתיים. נטילת האזרחות הישראלית תהווה עבורם איפוא אמצעי פשוט לנקיטת מחווה רבת עוצמה, ותאפשר להם לפעול באורח העולה בקנה אחד עם מילותיהם

[1] חוק השבות מבטיח לכל יהודי את הזכות לעלות לישראל

[2] הכנסת היא בית הנבחרים הישראלי

Barenboïm et Ahmadinejad, même combat

Wagner fut un compositeur de premier rang  et un novateur en musique, mais ce n’est pas pour cette raison qu’Hitler l’avait choisi comme un des emblèmes du Troisième Reich. C’était également un écrivain qui avait théorisé l’antisémitisme post-chrétien au moyen d’écrits appelant à l’élimination des Juifs. Il leur reprochait notamment la décadence de la culture européenne, et avait appelé à la “déjudaïsation” de l’Allemagne bien avant l’avènement du nazisme. Son ouvrage  “Les Juifs dans la Musique” fut une contribution majeure à la rationalisation de l’antisémitisme moderne.

En juillet 2001 le chef d’orchestre Daniel Barenboïm s’apprêtait à donner un concert en Israël, mais face au tollé quant à son intention de jouer du Wagner il retira cette partie-là du programme. Le concert eut donc lieu, mais au bout de quelques rappels il demanda au public s’il désirait malgré tout entendre du Wagner. Il y eut de vifs échanges dans la salle, au bout desquels une partie du public en sortit la rage au cœur, ce qui n’empêcha pas Barenboïm d’entamer un extrait de “Tristan et Isolde”.

Même s’il est vrai qu’il faut dissocier l’art de l’artiste, Barenboïm aurait dû comprendre qu’il avait l’obligation morale de respecter l’ostracisme concernant Wagner en Israël, dès lors qu’il y avait encore des rescapés de la Shoah en vie.

L’argument  comme quoi ceux-ci n’étaient pas obligés d’assister à ses concerts ne tient pas, parce que les prestations de Barenboïm, enfant du pays, ne passent pas inaperçues. Il avait donc le droit de jouer du Wagner, mais aussi le devoir de ne pas choquer.

Edward Saïd était un intellectuel américain d’origine palestinienne qui s’est distingué toute sa vie par une hostilité obsessionnelle envers Israël. Ami de Barenboïm, il co-fonda avec lui un orchestre composé d’Arabes et d’Israéliens, avec pour vocation d’établir un pont entre jeunes musiciens  qui autrement n’auraient sans doute jamais eu l’occasion de se connaître. Initiative louable si elle n’avait pas été conçue avec pour objectif de discréditer Israël et d’attiser les passions au lieu de les réduire.

Un des évènements hautement symboliques de cet orchestre fut un concert devant un public palestinien en Cisjordanie. Mais Barenboïm, qui déclarait ne pas vouloir connoter politiquement son orchestre, aurait dû comprendre qu’il avait l’obligation morale de le faire jouer également devant des Juifs de ce même territoire. Finalement il s’avère que ceux-ci  n’y avaient pas droit du seul fait d’être juifs.

La République Islamique d’Iran est une théocratie qui ignore la liberté d’expression, réprime les opposants, pratique la torture, la lapidation, les amputations, discrimine les femmes et les minorités. Ce régime est en guerre ouverte contre Israël par le truchement du Hezbollah et du Hamas, organisations terroristes armées et financées dans le but explicite de rayer Israël de la carte.  Par ailleurs l’Iran est soupçonné par la communauté internationale de développer une arme nucléaire avec Israël pour cible.

La Chancelière d’Allemagne projette ces jours-ci une visite en Iran en vue d’un rapprochement diplomatique et économique entre les deux nations. Barenboïm s’apprête à être du voyage afin de célébrer cet évènement à la tête de l’orchestre de Berlin. Mais il devrait comprendre que se produire sous la bannière de l’Allemagne dans un Iran qui projette d’assassiner six millions de Juifs est un geste qu’il est probablement seul à ne pas en mesurer le poids symbolique.

Le comble c’est qu’aux dernières nouvelles ce sont les autorités iraniennes elles-mêmes qui récusent Barenboïm  parce qu’il est juif, ce qui a le mérite d’être cohérent, puisqu’il  fait  partie de ceux qui sont visés par cette nouvelle Shoah que le régime iranien appelle de ses vœux.

Mais Barenboïm a des atouts dans la vie : en plus d’être un immense musicien, il est à la fois citoyen d’honneur de la Palestine et citoyen de déshonneur d’Israël.

Sortir Israël de l’impasse

La Cisjordanie est sous contrôle israélien depuis la tentative arabe de liquider Israël en 1967, lors de la Guerre des Six-Jours. En septembre de la même année, la Ligue Arabe décrétait à Khartoum ses fameux « Trois Non », à savoir “non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à la négociation avec Israël”.  C’est suite à cette ukase sans équivoque que fut mise en œuvre la colonisation de la Cisjordanie, poursuivie ensuite par tous les gouvernements israéliens sans exception.

Au fil du temps, la Cisjordanie a fini par constituer un problème à la fois moral et juridique eu égard à l’occupation d’un territoire dont Israël est responsable en vertu du droit international. Mais vu l’absence de volonté politique des dirigeants palestiniens – et de leur obsession à vouloir détruire l’Etat juif – la colonisation s’est transformée petit à petit en dispositif dont la finalité est de définir une fois pour toutes la frontière orientale d’Israël. Mais l’hostilité du monde arabe, la pression internationale, les dissensions au sein de la société israélienne elle-même, tout cela  pourrait à terme devenir intenable. Le processus de paix étant bloqué, il semble de plus en plus probable qu’Israël se verra tôt ou tard dans l’obligation de prendre une initiative unilatérale.

Une manière de le faire pourrait être d’annexer la Cisjordanie, en partie ou en totalité, et d’octroyer la citoyenneté aux palestiniens qui y vivent. Il est possible que beaucoup de palestiniens en seraient d’accord, et deviendraient donc des citoyens israéliens à part entière. Cependant cela risquerait de mettre en péril le caractère juif de l’Etat d’Israël, et donc sa raison d’être. Bien que les Juifs resteraient majoritaire, la démographie palestinienne  pourrait assez vite étouffer la démocratie israélienne. Le Moyen-Orient finirait dans ces conditions par compter un Etat arabe en plus, et un Etat juif en moins. Mais comme il n’y en a qu’un seul, le peuple juif se retrouverait errant comme devant.

A cela il y a peut-être une solution, déjà évoquée par le passé mais qui mériterait peut-être d’être réactualisée vu l’impasse actuelle. Elle consisterait à proposer  la citoyenneté israélienne à tous les Juifs du monde, mais sans obligation d’émigrer comme le stipule actuellement la « Loi du Retour » [1]. Ceux que cela intéresserait introduiraient une demande auprès des ambassades d’Israël, en précisant qu’ils souhaiteraient acquérir la nationalité tout en continuant à résider dans leurs pays respectifs. Les israéliens non-résidents devraient alors être autorisés à participer aux élections législatives (ce qui n’est pas le cas actuellement), ce qui rétablirait l’équilibre entre Arabes et Juifs à la Knesset[2]. Cette accession à la citoyenneté aurait en plus l’avantage de resserrer les liens entre Israël et la Diaspora.

Israël est entouré d’ennemis, mais a acquis auprès de la Communauté Internationale son rang de nation parmi les nations en vertu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Cependant plus de la moitié du peuple juif vit encore en Diaspora et ne projette pas de s’établir en Israël dans un avenir prévisible. Cependant  la « Loi du Retour » constitue un engagement de l’Etat juif à maintenir ses portes ouvertes quoi qu’il arrive. Mais comme il n’y a pas de droit sans devoir, il y a anomalie à ce qu’Israël soit engagé envers la Diaspora, sans qu’elle-même soit tenue à quoi que ce soit. Un appel d’Israël consistant à offrir aux Juifs la nationalité correspondrait à l’essence même du sionisme, qui est de préserver le seul endroit au monde où les Juifs ne sont ni persécutés, ni détestés, ni tolérés, tout simplement parce qu’ils sont chez eux.

Beaucoup de Juifs soutiennent Israël en lui portant assistance d’une manière ou d’une autre, mais nombreux sont aussi ceux qui n’ont pas la possibilité de manifester leur appui autrement que par des mots. Prendre la nationalité israélienne serait  donc pour ceux-ci un moyen simple de poser un geste fort, et de mettre ainsi leurs actes en accord avec leurs paroles.

[1] La loi du retour garantit à tout Juif le droit d’immigrer en Israël.

[2] Parlement de l’Etat d’Israël.

Histoire de Demain

Yuval Harari est professeur d’Histoire à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Il a récemment écrit « Précis de l’Histoire Humaine », et « Histoire de Demain ». Ces ouvrages sont remarquables, parce que bien que reposant sur une remarquable érudition multidisciplinaire, ils sont abordables pour quiconque s’intéresse au passé ou à l’avenir de l’espèce humaine. Ces ouvrages n’existent pas en traduction en française, mais l’on doit espérer que cela ne tardera pas. Ci-dessous des extraits que j’ai trouvé utile de traduire de l’hébreu.

La Religion de l’Information

La valeur suprême de la Religion de l’Information est le flux de l’information. Si la vie n’est qu’un flux d’information, et si nous trouvons qu’il est bon de prolonger la vie, de la promouvoir dans le monde entier et de lui donner de nouvelles dimensions, alors nous devons stimuler l’extension, la dissémination et le flux de l’information.

L’Homo-Data

La vertu première imposée à l’Homo-Data est d’optimiser le flux de l’information en se connectant à un maximum de réseaux, de consommer et de générer le plus d’information possible, ceci le plus rapidement possible. Tout comme les autres religions qui réussissent, la Religion de l’Information est missionnaire. Par conséquent la deuxième vertu consiste à se connecter, et aussi à engager le reste du monde à se connecter, y compris ceux qui ne le veulent pas. Par « reste du monde » l’on n’entend pas seulement les êtres humains, mais toute chose vivante ou inerte. Non seulement mon ordinateur et mon corps doivent être branchés, mais aussi ma voiture, ma machine à laver, mon frigo, mes lampes, mes robinets, mes vaches, ma volaille, et les arbres de la jungle. Tout doit être relié à l’Internet-de-toute-chose, amasser et diffuser de l’information vers les autres choses.

Le frigo surveillera la quantité de tomates et de concombres et commandera des produits frais quand le tiroir à légumes sera vide. Les lampes communiqueront la quantité d’énergie dont elles ont besoin et s’éteindront quand il le faudra. Les arbres communiqueront le taux d’oxygène, l’humidité et la pollution de l’air ambiant. Il ne faudra négliger aucun endroit ni aucun objet au monde susceptible de recevoir ou de donner de l’information.

Il est important de ne pas confondre entre cette nouvelle valeur que constitue la « liberté de l’information » et la désormais désuète « liberté d’expression ». La liberté d’expression est octroyée à l’homme et va de pair avec les valeurs de droit à la vie privée, à l’individualisme et à l’autonomie. Elle est basée sur le principe que chaque homme dispose d’un espace intérieur absolument libre, source de l’autorité et du sens du monde. L’on peut penser et ressentir ce que l’on veut sans craindre de sanction. De plus l’on peut exprimer ses pensées et ses sentiments parce que c’est sur cette base qu’est défini ce qui est bon, ce qui est beau et ce qui est acceptable. Mais la liberté d’expression inclut aussi le droit de ne partager ses pensées ou ses sentiments avec personne. Les autres ont pour leur part le devoir de respecter notre intimité et de s’abstenir de chercher à savoir ce qui s’y passe.

Par contre, la « liberté de l’information » a été octroyée à l’information elle-même, et non pas à l’homme. Elle est en opposition radicale aux idéaux de la vie privée, de l’individualisme et de l’autonomie. La Religion de l’Information est que c’est l’information qui doit être libre, et non pas l’homme. Elle n’aime pas que l’on s’enferme pour écrire son journal intime et qu’on ne laisse personne lorgner vers lui. Elle exige de partager l’information et de ne rien dissimuler. Son slogan est « l’information veut la liberté » (Congrès des  » Hackers Réunis » en Californie en 1984).

BDS ou le nouvel antisémitisme

La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) appelle le monde entier à exercer des pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël.

Cette ignominie initiée par des ONG palestiniennes en 2005 ne mérite ni considération ni dialogue, parce qu’elle a pour objectif la liquidation pure et simple de l’Etat d’Israël.

Ce mouvement est par ailleurs doublement illégal : d’une part il se fonde sur l’antisémitisme, et d’autre part ce boycott est une infraction pénale dans la majeure partie du monde occidental.

En France les personnes appelant au boycott d’Israël tombent sous le coup de la loi parce que cette incitation est assimilée à une  «provocation publique à la discrimination envers une nation», punissable d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Un des aspects les plus choquants – et aussi les plus absurdes – de cette initiative est l’ostracisme académique. Non seulement la quasi-totalité des étudiants palestiniens d’Israël font leurs études dans les universités locales, mais tous les étudiants quels qu’ils soient jouissent sur les campus de la liberté d’expression la plus totale, en particulier quand il s’agit de s’opposer au gouvernement.

BDS s’attaque aux universités israéliennes mais se désintéresse des milieux académiques arabo-musulmans, bien connus pour leur ouverture et leur tolérance.

BDS ne s’intéresse pas non plus aux système éducatif du Hamas à Gaza, pas plus qu’il ne s’intéresse au sort des palestiniens en général, que le monde arabe tient enfermé dans des camps en leur refusant les droits humains les plus élémentaires, à commencer par la citoyenneté.

Le boycott d’Israël n’a pour le moment que peu de succès, mais Israël doit être vigilant parce que l’antisémitisme a fait ses preuves en tant que slogan fédérateur, et a la propriété de mettre beaucoup de monde d’accord du moment qu’il s’agit de s’attaquer aux Juifs.

Ce boycott est à double tranchant pour ceux qui tentent de l’appliquer. Les universités israéliennes sont à la pointe dans les disciplines les plus diverses, de l’irrigation à la médecine, de l’éducation à l’informatique, de la nanotechnologie à la recherche spatiale, de l’archéologie à la physique nucléaire, de la littérature comparée à l’histoire de l’Art.

Dans le domaine de l’industrie Israël détient le record mondial par habitant en matière d’innovation technologique, exporte son savoir-faire dans le monde entier, et il n’y pratiquement pas une seule machine au monde qui fonctionne sans l’un ou l’autre brevet ou composant israélien.

En attendant le plus grand préjudice que BDS est susceptible d’infliger à Israël est de l’ordre de la diffamation. Ben-Dror Yemini, intellectuel et politologue israélien de renom,  explique que « Le problème n’est pas la critique d’Israël. Le problème est le tissu de mensonges à propos d’Israël, qui constitue le plus grand obstacle à la paix. Au plus gros le mensonge, au plus crédible il apparaît aux masses. Les Nazis avaient déjà déterminé que les Juifs étaient les plus grands ennemis du Troisième Reich, qu’ils dominaient l’Union Soviétique, les Etats-Unis et la Grande Bretagne. De nos jours Israël est accusé de génocide, alors que ce sont les tueurs islamistes qui appellent à l’extermination des Juifs. ».

Le combat contre BDS concerne tous ceux qui pensent que la pérennité d’Israël est essentielle non seulement pour les Juifs, non seulement pour les palestiniens, mais aussi pour l’ensemble du Moyen-Orient, pour autant qu’on lui souhaite de sortir un jour de sa faillite spirituelle et économique.

Hannah Arendt estimait qu’être juif signifiait « d’abord et avant tout une appartenance politique et nationale », et que  « lorsque l’on est attaqué en qualité de Juif, c’est en tant que Juif que l’on doit se défendre ».

C’est pour cette raison, et bien qu’Israël compte de nombreux amis à travers le monde, que la défense d’Israël doit être assurée en premier lieu par les Juifs eux-mêmes, pour autant qu’ils se disent partie prenante du projet sioniste. C’est à eux de monter au créneau où qu’ils se trouvent, d’abord parce que c’est leur devoir moral, et ensuite parce que c’est leur devoir tout court.

Que ces Juifs aient ou non l’intention d’émigrer un jour en Israël, ils doivent garder à l’esprit que la « Loi du Retour » constitue un engagement de la part d’Israël de maintenir ouvertes ses portes à tout Juif qui désire s’y établir. Cette obligation a un prix non seulement en sang et en larmes, mais aussi en effort au quotidien pour que vive l’Etat juif.

Et pour ceux parmi ces Juifs de la Diaspora qui n’ont pas les moyens d’assister Israël dans son combat, la dignité la plus élémentaire commande de lui être inconditionnellement solidaire.

“Corps et Esprit” de Yeshayahu Leibowitz

Quand les interlocuteurs de Leibowitz[i]  s’étonnaient de certaines de ses idées, celui-ci insistait pour dire qu’il n’avait jamais rien inventé ni rien trouvé d’original. Il aimait citer Goethe qui disait que “tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut seulement essayer de le penser encore une fois.” A propos du problème psycho-physique, il rappelait que deux mille quatre cent ans  avant lui, Aristote s’était déjà interrogé sur la question de savoir comment  l’esprit communiquait avec la matière.

Leibowitz pose donc dans son essai “Corps et Esprit” une question aussi vielle que la science, qui est celle de la dichotomie entre  esprit et matière, mais la manière dont il conduit sa réflexion sous-tend que son intime conviction est qu’au fond ce n’est pas une question scientifique.

Selon Spinoza le monde serait exclusivement déterminé par les lois de la nature. Le cosmos ne serait qu’une chaine de causalité, où tout, depuis le magma originel jusqu’à l’être humain, serait matériel, et  que la conscience ne serait qu’une illusion. Le monde ne serait que le produit d’algorithmes résolus par des atomes se combinant sans fin, comme le pensait déjà Démocrite. Deux siècles après Spinoza, Darwin avançait qu’il n’y avait aucune différence de nature entre les formes de vie les plus élémentaires et l’Homo Sapiens.

Descartes était d’avis que les hommes avaient une âme, mais  que les animaux en étaient dépourvus, et n’étaient en quelque sorte que des robots naturels qui fonctionnaient sans rien éprouver. Il y a aujourd’hui un courant qui reprend l’idée de Descartes concernant les animaux pour l’étendre à l’homme, qui ne serait lui non plus rien d’autre qu’un robot naturel, la différence avec l’animal ne résidant que dans le degré de complexité. L’homme, tout comme l’animal, tout comme le monde végétal,  tout comme la matière inerte, ne serait qu’un agencement de matériaux, comme si le monde n’était qu’un jeu de Lego dont les pièces s’assembleraient et se désassembleraient selon un déterminisme absolu.

Leibowitz est d’avis que l’homme échappe au déterminisme grâce à son esprit.  En tant que neurobiologiste il voit la pensée à l’œuvre au travers de l’activité cérébrale, mais constate que du point de vue scientifique ce phénomène est incompréhensible, puisque la pensée ne dégage aucun énergie et ne laisse aucune trace dans la matière.  Il estime par conséquent que le siège de la pensée n’est pas le cerveau, celui-ci n’étant que le relais entre le corps et l’esprit.

La question psycho-physique est donc relative à cet échange entre le cerveau – ordinateur de l’organisme –  et la pensée,  entité immatérielle quel que soit l’angle d’où on la considère.

Leibowitz note qu’alors que dans l’univers tout se meut, rien ne “veut”, excepté l’être humain. Celui-ci aurait une réflexivité lui permettant de transcender  la nature, ce qui suppose un dualisme entre matière et esprit. La question psycho-physique soulève donc la seule question philosophique sérieuse, qui est celle du libre arbitre. Leibowitz croit que nous en disposons, même si c’est une réalité dont nous ne comprenons pas la nature.

Comme Leibowitz a pour principe de poursuivre ses raisonnements jusqu’à l’épuisement – et parfois jusqu’à l’absurde –  il finit par conclure que bien que la question psycho-physique soit pertinente, nous n’en  connaîtrons jamais la réponse parce que cette quête aux confins de la science nous mène aux abords de la métaphysique.

Etymologiquement la métaphysique est une discipline qui traite de thèmes que l’on ne peut ranger parmi la physique. La métaphysique pose donc des problèmes par définition insolubles. La question est donc de savoir pourquoi l’homme se pose des questions insolubles. La réponse est que c’est une question métaphysique.

___________________________________________________________________________________________________________________________________

[1] Décédé en 1994.  Professeur de biochimie, philosophie, neuropsychologie, chimie organique et neurologie. Erudit de la pensée juive, il fut rédacteur en chef de la première encyclopédie universelle en langue hébraïque.

Les Juifs et la gauche

Quand des gauchistes s’embarquent en Méditerranée  dans une flottille avec pour objectif de forcer le blocus de Gaza, ils doivent être considérés comme des lâches, et non pas comme des activistes cherchant à se rendre utile. Au lieu de s’attaquer aux fanatiques du Jihad – ce qui demanderait un vrai courage – ces héros de pacotille s’en prennent à l’Etat d’Israël alors que celui-ci se fait bombarder à longueur d’année par le Hamas et ses associés sans le moindre début de raison.

Le phénomène de l’antisémitisme de gauche n’est pas nouveau. Il y a en effet une tradition qui remonte aux origines mêmes du socialisme. Proudhon, figure majeure de la gauche libertaire et contemporain de Karl Marx, disait  que «le Juif est l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie ou l’exterminer… Par le fer, par le feu ou par l’expulsion il faut que le Juif disparaisse ».

Les chrétiens accusaient les Juifs d’avoir tué Dieu, mais certains  socialistes ont fini par surenchérir en accusant les Juifs de vénérer le Dieu de l’Argent. Or comme l’argent et la propriété étaient d’après eux la cause de tous les maux, basculer vers l’antisémitisme coulait de source.

Michel Dreyfus [1] relève dans un ouvrage[2] qu’il y eut dès les origines du mouvement ouvrier un antisémitisme reprenant les stéréotypes du Juif exploiteur de la classe ouvrière, bourgeois capitaliste et cosmopolite, maître de l’argent et des banques avant de devenir celui de l’économie mondiale. Il cite des penseurs comme  Charles Fourrier, Pierre Leroux, Alphonse Toussenel, Auguste Blanqui, Gustave Tridon, Auguste Chirac, recensement d’où il ressort que l’antisémitisme n’a jamais été  le monopole d’une droite fascisante.

Michel Onfray [3] rappelle que cet antisémitisme-là se porte bien : « J’aimerais qu’on arrête, à gauche, d’être sur une position islamophile qui suppose un antisémitisme forcené. Il y a une tradition, à gauche, qui fait qu’on est islamophile par antisémitisme. Il  y a dans l’histoire de la gauche, depuis la création d’Israël, une complaisance pour les gens qui veulent en finir avec Israël.  

Michel Houellebecq [4] quant à lui estime que comme les écologistes « ne peuvent pas donner satisfaction aux musulmans sur tout, ils leur donnent au moins satisfaction sur le cas d’Israël en laissant tomber les Juifs »

Il est vrai que la gauche soutenait Israël lors de sa création en 1948, mais il y avait alors un consensus qui faisait que l’épopée sioniste était considérée en Occident comme un modèle de décolonisation réussie. A gauche comme à droite l’on estimait – à raison – que le sionisme en tant que mouvement de libération nationale avait démontré qu’après avoir  chassé les colons anglais, les Palestiniens juifs avaient été capables de créer des institutions, un Etat de droit et une démocratie sur une portion de la Palestine, terroir ingrat, pauvre et dénué de richesses naturelles. Les Palestiniens arabes quant à eux avaient refusé le plan de partage de  l’ONU, quitte à se lancer dans un combat ravageur  pour eux-mêmes, mais avec l’espoir de s’emparer un jour de la totalité de la Palestine et d’en chasser les Juifs, quitte à végéter en attendant.

L’air du temps avait conduit L’URSS à figurer parmi les premiers à reconnaître l’Etat d’Israël, espérant que celui-ci rejoindrait le bloc communiste. Cependant au vu de la montée en puissance d’Israël et de ses affinités avec le monde libre, l’URSS a été prise de panique, craignant que ses visées sur le Moyen-Orient ne fussent compromises.  Suite à l’intervention militaire franco-israélo-britannique en 1956 pour tenter de contrecarrer la nationalisation du Canal de Suez par l’Egypte, l’URSS se lança dans une intense campagne antisémite afin des gagner les faveurs du monde arabe.

De la Sibérie à Allemagne et de la Pologne à la Tchécoslovaquie, les régimes communistes se mirent à persécuter  les Juifs sous prétexte de connivence avec Israël. Une grande partie de la gauche à travers le monde emboîta le pas à l’URSS en travestissant son antisémitisme endémique en antisionisme ouvert.  Malgré ses divergences internes, le monde socialiste finit par se mettre à l’unisson pour déterminer que l’instabilité au Moyen-Orient était la faute aux Juifs, démontrant une fois de plus les vertus fédératrices de cette doctrine séculaire.

Il y en Israël une gauche qui peine à s’imposer dans le paysage politique. Certains  sont tellement démunis face à la désaffection de l’opinion publique à leur égard qu’ils se tournent vers l’étranger pour y trouver une écoute attentionnée. C’est ainsi que faute de faire valoir son point de vue au parlement israélien, l’intelligentsia de gauche se tourne vers ses semblables en Europe afin que ceux-ci poussent  leurs gouvernements à faire pression sur Israël, ceci sans tenir compte du sentiment de la majorité des israéliens.

Cette attitude est doublement indigne : d’abord parce que personne n’a le droit d’appeler à la rescousse l’étranger alors qu’il y a une démocratie crédible qui représente les forces vives de la nation ; ensuite parce que bien que ces intellectuels soient souvent de bonne foi, ils n’ont pas conscience que leurs équivalents à travers le monde sont tout sauf des amis des Juifs.

[1] Historien du mouvement ouvrier et du syndicalisme

[2] « L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours », Editions La Découverte.

[3] Philosophe français auteur d’une monumentale « Contre-histoire de la Philosophie ».

[4] Ecrivain, poète, essayiste et romancier français.

La France après Charlie-Hebdo

Au cours d’un sublime assaut, de valeureux moudjahidines [1] sont venus à bout des infidèles de Charlie- Hebdo retranchés dans leurs bureaux et armés de crayons, de feutres et de planches à dessiner.

Quarante-huit heures plus tard, d’autres moudjahidines se sont retrouvés piégés dans une superette casher sous la menace d’un bébé juif qui les tenait en respect.

Le tout s’est bien terminé pour un de ces dévots d’Allah, qui après avoir noyé quatre Juifs dans un bain de sang a lâchement été abattu par des commandos de la République. Il coule désormais des jours heureux au Paradis des guerriers du Coran.

Bien que ces intrépides résistants aient atteint leurs objectifs, Le MDF (Mouvement Djihadiste de France) s’apprête à porter plainte auprès de la Cour Internationale de Justice à La Haye.

Leurs dirigeants estiment en effet que la France s’en est prise aux guérilleros islamistes en les traquant de manière disproportionnée, en violation flagrante de la Convention de Genève relative aux lois de la guerre.

Le Ministre de l’intérieur a mobilisé des dizaines de milliers d’hommes équipés d’engins de mort, et lancé des véhicules blindés contre une poignée de héros ne se réclamant en tout et pour tout que de la Guerre Sainte. Pour mémoire, tout ce que l’on peut leur reprocher c’est de vouloir couper la tête à ceux qui ont une vision du monde différente de la leur.

Les responsables israéliens estiment qu’il est du devoir du monde libre d’intervenir. L’opinion publique israélienne presse en effet les autorités de Jérusalem d’alerter le Conseil de Sécurité de l’ONU et de soumettre une résolution autorisant l’envoi en France d’une force d’interposition entre les Djihadistes de Paris et la soldatesque française dont la brutalité dépasse l’imagination, que certains commentateurs n’hésitent pas à qualifier de nazis.

Les mots d’ordres du collectif  EFCO (En Finir avec la Civilisation Occidentale) préviennent que si la police s’avise de les empêcher d’exercer leur droit de terroriser ceux qui ne pensent pas comme eux, ils proclameront l’indépendance de la République Cynique de France et de Bagarre avec pour capitale Banlieue-les-Poubelles.

Une série de nations ont d’ores et déjà promis leur soutien à l’Etat islamique de France. Parmi ceux-ci la Talibanie, le Hamastan, le Royaume du Politiquement Correct et la République d’Ecologie, sans oublier le Gouvernement en Exil des Nostalgiques de Staline, avec à sa tête Don Quichotte de la Mélenchon.

Des personnalités israéliennes de premier plan font sous couvert d’anonymat part de leur inquiétude concernant la violation des droits des salafistes [2] de France. Il semble que dans divers endroits de la métropole  les forces de l’ordre tentent d’empêcher ces paisibles adeptes de l’islam radical d’appliquer la Charia.

Des sources proches du ministre israélien des Affaires étrangères rapportent que celui-ci aurait exprimé à son homologue français sa préoccupation concernant le comportement des autorités françaises.

Il lui aurait reproché d’avoir perdu toute empathie envers les ennemis de la France et l’aurait exhorté à faire un compromis historique avec la FICT (Fédération Islamiste des Coupeurs de Têtes).

Vivement ému par la sauvagerie des forces de l’ordre françaises, le Parlement israélien a décider de faire passer en urgence une loi permettant à tout djihadiste français de porter plainte à la Cour Suprême d’Israël.

Dès que la nouvelle a été connue, de nombreuses personnalités françaises ont annulé des voyages hors de l’Hexagone par crainte d’être exposés à des mandats d’arrêts internationaux émis par des tribunaux israéliens.

Israël est un ami traditionnel de la France, mais cette amitié ne doit pas tolérer une répression disproportionnée contre une poignée d’islamistes dont la seule aspiration est d’éliminer tout ce qui ne lui ressemble pas et de rendre caduque la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

===

[1] Combattants d’une armée islamiste

[2] Mouvement musulman fondamentaliste

Avraham Burg ou le chagrin de Trotski

Yosef Burg, le père d’Avraham Burg, était un érudit de culture allemande, polyglotte, rabbin et Docteur en mathématiques. Il échappa de justesse aux camps de la mort en 1939 en fuyant l’Allemagne pour émigrer vers la Palestine avant que le piège nazi ne se referme sur lui.

Une fois établi dans ce qui allait devenir l’Etat d’Israël, il y fonda une famille en y intégrant les valeurs de la modernité, du sionisme et de la religion, et fut de tous les combats en tant que patriote, député et ministre.

C’est ainsi que Burg père et fils résument à eux seul l’essence du sionisme. Une première génération qui fuit les persécutions, fonde l’Etat juif, et une deuxième qui produit un Juif nouveau, homme parmi les hommes au sein d’une nation parmi les nations.

Intelligent et doté d’une forte personnalité, Avraham Burg a néanmoins longtemps été une extension de son père. Officier parachutiste, Juif pratiquant, politicien surdoué, président de la Knesset et de l’Agence juive, il résume par sa trajectoire tout ce que le renouveau juif a pu façonner d’exemplaire au fil de l’épopée sioniste

Depuis une dizaine d’années Avraham Burg a cependant changé de bord et rejette l’idée même d’un Etat juif. Il soutient désormais le mouvement Hadash, avatar du parti communiste, proclame la fin du sionisme, appelle à l’abolition de la Loi du Retour, et d’une manière générale conteste tout lien formel entre l’Etat d’Israël et les Juifs de la Diaspora.

Avraham Burg a droit à sa vision du monde. Cependant on est pris de malaise devant un reniement d’une telle ampleur. Quand il s’exprime sur l’histoire du sionisme il est vrai qu’il reconnaît qu’il était normal qu’Israël ouvre ses portes aux rescapés de la Shoah après la Deuxième Guerre Mondiale, mais il est maintenant d’avis que cette époque est révolue, et que l’antisémitisme ne doit plus être combattu comme phénomène singulier, et que cette lutte doit s’inscrire dans une démarche plus largement humaniste.

Avraham Burg nous remmène un siècle en arrière, quand les intellectuels juifs nourris aux Lumières se divisaient en deux camps : les uns pensaient que pour éradiquer l’injustice il fallait s’identifier à l’URSS et hâter ainsi l’avènement d’un nouvel ordre mondial, alors que les autres pensaient qu’en attendant que cela arrive il fallait que les Juifs prennent leur destin en main sous peine de disparaître avant que la Révolution ne s’accomplisse.

Une incarnation du premier camp fut Trotski. Celle du deuxième fut Ben-Gourion. On connaît la suite : les communistes juifs furent persécutés par les communistes non-juifs, les mouvements tels que le Bund [1] sombrèrent corps et bien. Quant à l’Etat d’Israël, il vit le jour pour le plus grand bien de millions de Juifs et l’Histoire retient de l’aventure communiste qu’elle fut une calamité.

Ce qu’il y a de dérangeant dans les prises de positions d’Avraham Burg, c’est qu’il fait preuve d’un égoïsme inouï vis-à-vis des Juifs qui aspirent à l’Alyah.

Alors que lui et sa famille ont bouclé la boucle bimillénaire du retour du peuple juif à la souveraineté nationale, il entend claquer la porte à ceux qui n’ont pas eu cette chance. Alors qu’il y encore des centaines de milliers de survivants de la Shoah, il n’éprouve aucune gêne à proclamer que leurs enfants n’ont rien à chercher en Israël.

Avraham Burg se permet de déterminer où commence le sionisme et où il finit, où commence l’antisémitisme et où il finit. Il pontifie dans le déni d’une réalité d’un Israël qui demeure un recours pour de nombreux juifs  en quête d’identité dans un monde qui les vomit tous les jours un peu plus. Il fait l’impasse sur l’actualité qui montre que le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde [2].

Il fait penser à ces Juifs qui avant l’expulsion d’Espagne estimaient  leur avenir assuré, qui avant la Shoah croyaient être des allemands comme les autres, ou qui avant Vichy pensaient que la France était garante de leur citoyenneté.

A propos de ce dernier point, il y a par ailleurs un certain cynisme chez Avraham Burg à acquérir la nationalité française d’une part, et à mener un combat visant à entraver les Juifs français qui cherchent à acquérir la nationalité israélienne d’autre part.

Comme dit plus haut, Avraham Burg a droit à ses opinions, mais d’autres ont tout aussi bien le droit d’estimer que ses opinions sont autant d’outrages aux morts et aux vivants d’Israël.

===

[1] Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie

[2] Allusion au nazisme dans une pièce de Bertolt Brecht

 

Le réel a lieu en Israël

Le parti-pris anti-israélien de l’essentiel de l’Intelligentzia européenne relève d’un syndrome qui a fait son apparition après la Deuxième Guerre mondiale.

A l’époque, il apparaissait de façon criante que les communistes se fourvoyaient partout où ils étaient au pouvoir, mais de nombreux observateurs supposément instruits et avertis étaient frappés d’autisme quand il s’agissait de l’URSS.

Le Goulag, Staline, la pénurie, la corruption, la misère, la dictature, l’arbitraire, la violence, un organe nommé « La Vérité » qui mentait, tout cela était flagrant pour tout être doué de bon sens. Alors que l’Intelligentzia n’y voyait que du feu, beaucoup de petites gens subodoraient la faillite du communisme dès les années 1950.

Michel Onfray, philosophe attaché depuis plus d’une décennie à écrire une monumentale « Contre-histoire de la Philosophie », a récemment publié un ouvrage intitulé « Le réel n’aura pas lieu », où il analyse le « Don Quichotte » de Cervantès.

Il lui applique une grille de lecture qui fait penser à la Pierre de Rosette, cette stèle de l’Égypte antique qui a permis le déchiffrement des hiéroglyphes. Onfray aborde le personnage de Don Quichotte sous un angle inattendu, mais qui semble d’une telle justesse après coup, qu’on se demande pourquoi on n’a pas été capable de s’en apercevoir soi-même.

Le mot-clé de la thèse d’Onfray est celui de « dénégation ». Don Quichotte est possédé par la dénégation parce que le monde tel qu’il est ne lui convient pas.

Ce monde ne lui permet pas de se faire valoir, alors il en invente un autre, imaginaire, qu’il espère fédérateur et qu’il entend mener du bout de sa lance. Don Quichotte n’est pas un illuminé, mais un sale type, un lâche, un menteur et un danger public. Vu sous l’angle d’Onfray l’argument de la folie douce, des bonnes intentions ou de la naïveté ne tiennent plus.

Il faut être pris d’hallucination donquichottesque pour estimer que c’est le monde arabe qui a raison contre Israël. Les masses arabo-musulmanes ont pour grande partie perdu leurs repères, souffrent d’ignorance, dénient aux femmes les droits de l’homme, gaspillent leurs ressources au nom de la religion, sont menées par les régimes les plus corrompus, les plus cruels et les plus dégénérés de la terre.

Il faut être donquichottesque pour estimer que tout cela n’existe pas, mais que c’est Israël, seul Etat de droit et seule démocratie de la région, qui est un obstacle à la paix, que ce soit au Moyen Orient ou ailleurs.

Une fois qu’on a lu « Le réel n’aura pas lieu » on ne peut plus appréhender de la même manière des gens apparemment de bonne composition comme Hessel, Besancenot, Mélenchon, Edgar Morin, Cohn-Bendit, Rony Brauman, Régis Debray ou d’autres ennemis d’Israël.

Ces esprits pleins de complaisance pour ceux qui cherchent à détruire les Juifs sont passés maîtres à inverser la réalité du conflit israélo-arabe.

Quand Onfray évoque ceux qui ont cette passion furieuse pour les idées au détriment de la réalité, cette religion de l’idéal sans souci du réel, on ne peut s’empêcher d’appliquer cette démarche au sentiment pro-palestinien de beaucoup de fabricants d’opinion qui sont dans la dénégation de l’islamisme mais qui pointent un doigt accusateur en direction d’Israël.

Tout comme le Don Quichotte d’Onfray ils ne veulent pas voir ce qui est et préfèrent voir ce qu’ils veulent. Ils sont bien entendus émus par les tueries des islamo-fascistes un peu partout dans le monde, mais le seul endroit où ils pensent que ces fous de Dieu ont un point de vue, c’est Israël. C’est le seul coin de la planète où ils suggèrent que la solution à la peste islamiste consiste à leur donner ce qu’ils veulent.

Si ces Don Quichotte du politiquement correct refusent de confronter leurs idées à la réalité quand il s’agit d’Israël, alors c’est à désespérer des autres, qui sont soit ignares soit antisémites.

Dans ces conditions, il est exclu qu’Israël se laisse impressionner par des artifices comme la reconnaissance par l’Europe ou par l’ONU d’une Palestine dont personne ne connaît les contours mais dont tout monde connaît les intentions.

Israël a raison, mille fois raison de faire de la sécurité sa priorité absolue, et rien ne doit lui faire dévier de son souci principal, qui est de vivre.

 

Belle du Seigneur ou la fin du roman d’amour

Belle du Seigneur » d’Albert Cohen est une allégorie qui parle de l’absence d’amour chez les amoureux. C’est une non-histoire d’un non-amour d’un couple qui triche. Mais comme dans tout grand roman ce n’est pas le récit qui importe, mais la pensée qui en est la trame. Cet ouvrage est une vivisection sans complaisance de l’état amoureux, une déconstruction féroce qui met en scène des protagonistes qui ne s’aiment qu’eux-mêmes.

Le psychanalyste Jacques Lacan disait que l’amour consistait à<em> « vouloir donner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas »</em>. Cet aphorisme est sans doute excessif, mais peut probablement s’appliquer à l’état amoureux.

Cela semble en tout cas le propos d’Albert Cohen, qui tient à démontrer dans « Belle du Seigneur » à quel point l’état amoureux est loin de l’amour, que c’est une manifestation du désir, une course au plaisir et une mystification. La différence entre état amoureux et amour n’est pour Albert Cohen pas une question de degré, mais une question de nature.

Dans « Belle du Seigneur », la non-héroïne Ariane est mariée à un homme terne qui travaille sous l’autorité du non-héros Solal.

Ariane en tombe amoureuse parce que, contrairement à son mari, obscur et médiocre sous-fifre, Solal lui renvoie une image qui la valorise. Elle tombe en dépendance éperdue de ce regard, comme ces femmes qui ne s’examinent que dans des miroirs amincissants, qui passent et repassent devant, mais qui finissent par s’y abîmer, victimes d’un tournis narcissique.

Solal est dans « Belle du Seigneur » un homme de pouvoir, libre, beau et riche. Il est le supérieur hiérarchique du mari d’Ariane dans la Société des Nations, et abuse de son pouvoir pour l’envoyer en mission afin d’avoir le champ libre. Il y a peut-être là une allusion à ce passage de la Bible où le grand Roi David envoie le mari de Bethsabée au champ de bataille pour pouvoir coucher en toute quiétude avec sa jeune épouse.

Solal est, tout comme le Roi David, un prédateur qui sait comment subjuguer les femmes, mais veut d’abord se convaincre que gagner le cœur d’Ariane ne reposera jamais que sur des artifices vieux comme le monde. Il commence par se déguiser en vieillard, s’introduit chez Ariane pour la séduire, mais celle-ci confirme sa thèse en le chassant.

Plus tard Solal la conquerra avec les moyens les plus conventionnels et les plus éculés de l’esbroufeur qu’il est, qui estime que les femmes ne sont sensibles qu’à la force qu’on leur impose, qu’on leur oppose, ou que l’on met à leur disposition.

Solal est convaincu que les hommes sont invités à se signaler par ce biais, sans quoi ils sont disqualifiés par les femmes qui ne s’intéressent pas aux hommes pour ce qu’ils sont, mais pour ce qu’ils offrent. Que cela peut prendre des formes diverses, mais que le plus souvent cela se réduit à la capacité d’être un chef, de disposer de beaucoup d’argent, ou de ces deux attributs cumulés.

Ariane est conforme à la misogynie de Solal et réagit à ses procédés de manière prévisible, ce qui fait que Solal se fatigue d’elle comme de celles qui l’ont précédée.

Peu après Solal est limogé de son poste, perd son statut et aussi sa superbe, et finit par s’emmurer avec Ariane dans un palace de la Côte d’Azur où tous deux versent dans l’ennui au lieu d’être transportés par la passion, après quoi ils meurent sans jamais s’être parlés vrai.

« Belle du Seigneur » est un roman noir, mais pas d’une noirceur déprimante. C’est une ode au monde tel qu’il est. C’est le triomphe du corps sur l’âme, et un texte sublime de lucidité qui raconte le crépuscule d’un mythe et l’enterrement de la littérature amoureuse.

Précis de l’identité juive

Israël se définit comme Etat Juif, mais cette définition relève d’une identité, et non pas d’une religion. La religion juive est certes liée à la judéité, mais n’en est pas synonyme. Les Juifs étant un peuple, la judéité constitue l’ensemble de ce qu’on produit les Juifs, dont la religion. Il est vrai qu’en Israël celle-ci bénéficie de privilèges eu égard à l’Histoire, mais c’est également le cas de pays de tradition chrétienne comme le Royaume-Uni, la Norvège, le Danemark, l’Argentine ou la  Grèce, qui n’en sont pas pour autant des théocraties. La France quant à elle est dotée d’une loi séparant l’Eglise de l’Etat, mais cela n’empêche pas les jours fériés d’y être catholiques, ni la religion d’y jouir dans certains cas d’un statut officiel[1], ce qui fait que le clergé peut être payé par l’Etat et les évêques nommés par le Président la République.

De nos jours de nombreux Juifs à travers le monde sont athées tout en se revendiquant juifs à part entière.  Les ultra-religieux les appellent Apikorsim, référence à Epicure[2]. Mais alors que l’épicurisme a souvent une connotation péjorative, cette pensée est en réalité a l’opposé de l’acception courante, qui en est une caricature.

Epicure estimait que l’homme était autonome, maître de soi, de son corps, des ses actes et de ses pensées.  Quant au monde, il était soumis d’après lui aux seules lois de la Nature, qu’il se représentait comme un télescopage  d’atomes se combinant de manière aléatoire. Cette doctrine de l’absurde impliquait que l’aspiration au bonheur était la seule chose qui vaille.  Le bonheur ne consistait cependant pas pour Epicure à courir les plaisirs, mais plutôt à éviter la souffrance, à surmonter l’angoisse de la mort, à cultiver l’amitié, à se contenter des désirs naturels et nécessaires, et à ne pas hypothéquer la vie en escomptant l’immortalité. Epicure recevait indifféremment femmes, hommes et esclaves dans son Jardin[3], parce qu’il estimait que chacun était en mesure d’améliorer son sort en se cultivant. Il écartait par ailleurs toute idée d’intervention divine, et ne prétendait pas enseigner autre chose que ce que lui-même ne fût à même de comprendre. A noter que Maimonide[4] fait d’une certaine manière écho à cela en professant qu’on ne peut rien dire de Dieu[5], sauf qu’on ne peut rien en dire.

Les Apikorsim considèrent que la Thora[6] constitue un corpus dont chaque élément est imprégné par l’époque où il fut rédigé, ce qui en explique la diversité stylistique et l’hétérogénéité conceptuelle. Quoi que l’on en pense, il est établi que la tradition juive se nourrit de controverses, or  le Talmud[7] n’est rien d’autre qu’un gigantesque verbatim d’arguties et de palabres avec pour fil conducteur la raison.

Pour les Apikorsim ce n’est pas faire injure à la Thora que de la ranger parmi la littérature, pur produit de l’homme. Ils y  sont attachés autrement que les Juifs orthodoxes, fils spirituels des pharisiens. C’est ainsi qu’alors que les Apikorsim considèrent que la Thora fait partie du patrimoine de l’humanité, les orthodoxes estiment pour leur part qu’elle n’a de pertinence que pour les pratiquants. Les Apikorsim  adhèrent quant à eux à tout ce qui dans la Thora rejoint la pensée humaniste. Par exemple, ce qu’ils retiennent de la fête commémorant la Sortie d’Egypte[8], c’est le rejet de l’esclavage. Cette mise en évidence du droit à la liberté constitue d’ailleurs l’une des contributions les plus importantes du judaïsme à la civilisation occidentale.

La plupart des Juifs font circoncire leurs fils, célèbrent la bar-mitsva et se marient de manière rituelle tout en étant agnostiques. Beaucoup jeûnent à Yom Kippour et allument des bougies la veille de Shabbat en estimant contribuer ainsi à la continuité du judaïsme en tant que culture. L’adhésion au culte et la revendication de l’identité sont cependant deux démarches distinctes. Il est vrai que le peuple juif a une histoire particulière eu égard à la Diaspora, durant laquelle la religion a assuré la pérennité malgré l’éparpillement parmi les nations, mais à notre époque beaucoup délaissent la pratique, en particulier en Israël. C’était d’ailleurs déjà le cas pour la plupart des  pères fondateurs du sionisme,  qui revendiquaient d’autant plus leur identité qu’ils prenaient leurs distances par rapport à la religion.

Spinoza[9] avait estimé dès le dix-septième siècle que les Juifs avaient eu tort de se résigner à l’exil en attendant la venue du Messie, au lieu d’agir en vue d’une souveraineté nationale[10].  Mais tout en émettant cette idée il jugeait que seul un Etat laïque serait à même d’assurer la liberté intellectuelle et religieuse pour tous. C’est ce qui explique que Ben-Gourion,  Einstein et d’autres artisans de l’Etat juif étaient d’ardents spinozistes.  Ils considéraient d’ailleurs que leur maître à penser ayant été sioniste avant l’heure, il méritait qu’on lui fît une place dans le panthéon de la judéité après avoir été excommunié par la communauté juive d’Amsterdam.

En tant que penseur de la modernité, Spinoza considérait  que la Thora était avant tout un texte politique, posant en quelque sorte les fondements de la Constitution de la nation juive. Deux siècles plus tard, Moses Hess[11] affinait cette idée dans un ouvrage [12] où il développait les raisons en vertu desquelles il estimait que la finalité du judaïsme était la souveraineté nationale et non la pratique de la religion.

On ne peut parler d’identité juive sans évoquer en même temps l’antisémitisme, parce que cette parole circule à nouveau librement, en particulier en Europe, cette fois-ci  en imputant aux Juifs la responsabilité des troubles au Moyen-Orient. Selon une étude commanditée par l’Anti-Defamation League, un quart de la population mondiale nourrirait actuellement des sentiments antisémites. Il apparaît entre autres que l’idée que ce phénomène serait lié au conflit israélo- palestinien est un mythe. La Hongrie figure parmi les nations les plus antisémites du monde, mais il n’y dans ce pays ni arabes ni musulmans, ou presque[13].

Ni la Renaissance, ni les Lumières, ni la Révolution Française ni le Socialisme ne sont venus à bout de l’identité juive, qui renaît de plus belle depuis la création de l’Etat d’Israël. Après être sortis des ghettos au dix-neuvième siècle, la rapidité avec laquelle les Juifs ont rallié l’élite intellectuelle, artistique, scientifique et politique a suscité une perplexité durable dans le monde entier.

L’antisémitisme se présente à première vue comme un rejet du Juif, mais si les Juifs n’existaient pas il est clair que les antisémites les inventeraient. En réalité l’antisémitisme est une doctrine du rejet de l’Autre quel qu’il soit. Les Juifs d’abord, les autres ensuite. Les islamistes ont intégré cela depuis longtemps, qui ont fait du rejet une religion.

A bon entendeur salut.

[1] Concordat D’Alsace-Moselle

[2] Philosophe grec de l’antiquité que l’on oppose souvent à Platon.

[3] Référence à l’école de philosophie d’Epicure.

[4] Penseur juif du douzième siècle et référence majeure du judaïsme.

[5] « Le Guide des Egarés », traité philosophique de Maïmonide.

[6] La Torah prise au sens large est une vaste collection de textes rédigés, recopiés, amendés, commentés et revus par de nombreux auteurs au fil de trois millénaires.

[7] Corpus de la Loi Orale

[8] Pâque juive

[9] Philosophe juif d’Amsterdam d’origine marrane.

[10] Traité Théologico-Politique chapitre III

[11] Philosophe allemand proche de Marx et théoricien du sionisme

[12] Rome et Jérusalem

[13] L’on dénombre 0.2 % de musulmans en Hongrie, à comparer à près de 10 % en France, soit cinquante fois plus.

ISIS et HAMAS, même combat

Mehdi Nemmouche est un Djihadiste français arrêté à Marseille il y a quelques mois, puis extradé vers la Belgique pour répondre du meurtre de quatre personnes liquidées au hasard au Musée Juif de Bruxelles. Mohammed Merah quant à lui est un autre Djihadiste français qui a descendu sept personnes à bout portant à Toulouse et à Montauban. Ces assassins ne sont pas de cas isolés, mais participent au contraire d’une pandémie. Ils n’ont pas tué sur un coup de folie ou à l’occasion d’une échauffourée, mais  ont prémédité leur massacre de manière réfléchie, forts de leur conviction que bien qu’innocentes, leurs victimes ne méritaient pas de vivre.

Le Hamas n’est qu’une variante de cette peste islamiste qui déferle sur le monde arabo-musulman pour le précipiter dans les abysses. L’extrême-gauche qui en France s’attaque à Israël est tellement obnubilée par son antisémitisme atavique qu’elle préfère se taire à propos des Djihadistes de Gaza qui rêvent d’un Califat, qui sous la direction du Prophète terrassera tous les infidèles de la planète. Si ces gauchistes à l’âme sensible étaient réellement préoccupées par la misère du monde, ils manifesteraient contre ce qui se passe en Syrie, en Iraq, au Yémen, au Soudan  ou dans les autres fournaises où des hommes brûlent des hommes pour la plus grande gloire  de Dieu. Cette extrême-gauche fatiguée qui accuse les Juifs de tous les pêchés d’Israël  est la même qui naguère soutenait Staline. Aujourd’hui ces nostalgiques du Goulag communient pour manifester en faveur de ce qu’il y a de pire au monde.  Cette gauche-là a de tous temps été bête et méchante, et maintenant ferme les yeux sur les crimes du Hamas, cette organisation qui persécute son propre peuple.  C’est une gauche qui n’a rien appris, rien compris, et tout trahi.

L’islamisme a ceci de nouveau que ce ne sont plus des éléments d’Orient qui viennent semer la terreur en Occident. De nos jours ce sont  des Français, des Belges ou des Britanniques qui assurent  le relais en adhérant à un Islam qui non seulement prône que la fin justifie les moyens, mais aussi que les moyens sont en eux-mêmes une fin. Cela signifie que des meurtriers comme Mehdi Nemmouche ou Mohammed Merah tuent parce que tuer est pour eux une valeur en soi. Il s’agit pour ces sous-fifres de l’islamisme moins de s’emparer du monde que de le quitter avec éclat. Ces fanatiques constituent une menace plus grande que tous les terrorismes qui ont sévi en Occident depuis la Deuxième Guerre Mondiale, parce que  tout comme les Nazis d’antan, les Djihadistes progressent dangereusement au cœur même du monde libre.

Alors que dans le passé il fallait que les  moudjahidines d’outre-mer bénéficient de complicités pour s’infiltrer en Europe, ils y sont aujourd’hui comme des poissons dans l’eau, parce qu’ils sont eux-mêmes Européens. Nombre d’entre eux rallient les forces armées de  l’ISIS, ce monstre qui se répand au Moyen-Orient en saccageant tout  sur son passage. Ces volontaires venu d’Europe s’initier au Djihad apprennent à tuer, et puis rentrent au bercail pour semer la mort à domicile. Les cas de Mehdi Nemmouche et de Mohammed Merah sont donc peut-être des signes avant-coureurs d’un Tsunami terroriste. Il doit déjà y avoir déjà des milliers  de tueurs qui une fois rapatriés  en Europe commettront volontiers des attentats qui pourraient être sans précédent par leur ampleur. Quand on pense qu’il a suffi en 2001 d’une douzaine de criminels équipés de canifs pour pulvériser deux gratte-ciels en plein New-York et y exterminer 3000 personnes, on frémit à l’idée de ce que des escadrons entier entraînés en Syrie et en Iraq pourraient entreprendre à leur retour en Europe.

On n’arrive pas toujours à se représenter comment ces barbares pourrait en pratique déstabiliser les nations développées. Comparées à elles ils ne représentent pas grand-chose en termes de force de frappe.  Mais les théoriciens du Djihad, tout comme leurs mentors nazis, ont compris qu’il fallait préparer le terrain en investissant d’abord les esprits, et ensuite les terres.  La diffusion d’une idéologie qui promet le paradis au ciel en échange de l’enfer sur terre se pratique au moyen de la parole, qui comme on le sait est libre dans le monde libre. Cependant il ne faut jamais oublier que le nazisme a commencé par une beuverie dans une brasserie de Munich pour finir par causer quelques années plus tard la guerre la plus dévastatrice de tous les temps.

Les attentats de Bruxelles, de Toulouse et de Montauban ont ravagé des familles juives, musulmanes et chrétiennes et démontrent par là même qu’ils ne visaient personne en particulier, mais tout le monde en général. Si l’Europe ne prend pas la mesure de ce fléau les choses n’en resteront pas là. Les Djihadistes ne savent que trop bien avec quelle facilité ils peuvent opérer dans un Etat de droit.

Pour parer à cela un premier pas dans la bonne direction serait pour l’Europe de se ranger résolument derrière l’Etat d’Israël et soutenir cette minuscule démocratie confrontée à une guerre dont on n’entend en Europe que les bruits de bottes.  Mais, comme va le dicton, il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre.

Les manifestations pro-Hamas

Les manifestations pro-Hamas de ces temps-ci à Paris, à Londres ou ailleurs sont des insultes au bon sens. C’est  la faillite d’une populace qui a perdu ses repères, mais aussi celle d’une intelligentsia qui a arrêté de penser. Le syndrome de Munich se referme une fois de plus sur les lâches. Pour mémoire, ce syndrome fait référence à la veulerie de la France et du Royaume-Uni en 1938, quand les ministres Daladier et Chamberlain pensaient qu’en jetant un morceau de la Tchécoslovaquie en pâture à Hitler la guerre mondiale n’aurait pas lieu. Winston Churchill, alors Ministre de la Marine, s’opposa à ce marché de dupes et apostropha Chamberlain pour lui lancer « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. » On connaît la suite.

Manifester pour la paix dans le cadre de la tragédie de Gaza est honorable, mais manifester contre Israël – et dans la foulée contre les Juifs – n’est pas honorable. Personne n’a le droit d’être contre Israël, parce que cela implique que l’on soutient des bandes terroristes reconnues comme telles par le monde civilisé. Etre contre Israël, c’est être pour les forces obscurantistes, celles qui torturent les hommes, violent les femmes et transforment les enfants en torches, celles qui sévissent au Sahel, au Mali, au Niger, en Afghanistan, en Iran, en Arabie, au Qatar, en Irak, en Syrie, en Libye, au Liban, à Toulouse, à Bruxelles, à Londres, à Madrid et à New York.

Dominique de Villepin, ex-Premier Ministre de France, condamne dans une tribune du « Figaro » les opérations israéliennes en Palestine. Il pense peut-être qu’en sacrifiant Israël aux islamo-fascistes la France pourrait obtenir en échange un capital de sympathie. Il n’a peut-être pas tort, parce que cela relève d’une vision politique à la de Gaulle selon laquelle il vaut mieux mettre ses principes en berne et lâcher Israël que d’antagoniser le monde arabe. C’est un procédé aussi vieux que le peuple juif lui-même que de faire diversion en transformant une trahison en exploit. Mais de ce pacte rien de bon n’est jamais sorti pour les masses arabes, qui n’ont jamais cessé de s’enfoncer dans un marasme spirituel et matériel, alors que leurs dirigeants n’ont jamais cessé de prospérer.

Si de Villepin pense que les israéliens ont tort de s’attaquer aux assassins du Hamas, alors comment expliquer l’engagement de la France en Afghanistan, qui a coûté la vie à des soldats français, en plus de 3 milliards d’Euros partis en fumée, le tout  pour riposter à un attentat perpétré le 11 septembre 2001 par des saoudiens à New York ?Comment justifier une opération à 6000 kilomètres de Paris, où 50 000 militaires français ont été appelés au fil d’une décennie pour faire la guerre aux talibans alors que ceux-ci n’avaient pas agressé la France ?Comparé à cela, a-t-on le droit de se demander pourquoi traquer les terroristes du Hamas qui à quelques mètres d’Israël tirent des roquettes sur tout ce qui ressemble à un Juif de l’autre côté de la frontière ?

Le docte de Villepin avance qu’« il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre ». En ce qui concerne la première partie de la proposition, si elle est correcte, on ne voit pas sur quoi était fondée l’occupation de l’Allemagne nazie par la France en 1945. Les français ont dénazifié l’Allemagne, jugé les criminels de guerre et imposé des limitations au réarmement, normes  qui restent en vigueur à ce jour bien que l’Allemagne ne constitue plus un danger. Pour ce qui est du « droit au massacre » qu’évoque de Villepin, c’est précisément ce que s’est arrogé le monde arabe en réaction à la Résolution 181 de l’ONU qui proposait en 1947 de partager la Palestine en deux États, l’un juif et l’autre arabe. Plutôt que d’admettre qu’il y avait deux peuples aspirant à la souveraineté après la décolonisation, les Arabes palestiniens ont choisi de nier le droit à la vie aux Juifs palestiniens. Ce n’est qu’après avoir été défaits militairement que la Jordanie et l’Egypte ont fini par admettre qu’Israël était là pour rester, et que les Juifs avaient droit à un Etat.

La guerre que mène Israël depuis sa naissance est probablement la moins sale que le monde ait jamais connue, mais si on ne comprend pas qu’Israël ne fait jamais que pratiquer la légitime défense, on ne comprend rien. L’objectif explicite du Hamas, du Djihad islamique  et de leurs associés est de détruire Israël et de supprimer les Juifs qui y vivent. Quand en 2005 Israël a quitté Gaza et  démantelé ses colonies ce fut un ballon d’essai devant servir de modèle afin d’évaluer les chances d’une coexistence israélo-palestinienne pacifique. Après le départ du dernier israélien de Gaza il y eut exactement 13 jours de calme, après quoi les tirs de roquettes contre Israël reprirent de plus belle. Israël attendit néanmoins deux ans pour réagir au moyen d’un blocus, espérant que les nouveaux maîtres de Gaza auraient comme projet  le développement économique plutôt que le meurtre de Juifs. En 2007 le Hamas s’est emparé du pouvoir, a décapité les factions rivales, mis la démocratie hors-la-loi et instauré un Etat islamiste avec pour objectif de conquérir Israël et d’instaurer un Califat sur la Palestine historique. Pour ce faire les tueurs du Hamas n’eurent de cesse que de pilonner  Israël  en jurant de ne s’arrêter que le jour où les Juifs  seraient éliminés. Comme les milices du Hamas estiment avoir l’aval de Dieu ils s’arrogent le droit de sacrifier la population de Gaza et de semer  la désolation au sein de leur propre peuple, sur leur propre terre, où ne se vit  pourtant pas un seul Juif.

Le processus de paix entre Israël et l’Autorité Palestinienne a été systématiquement torpillé par Arafat et son successeur malgré les offres de tous les gouvernements israéliens qui se sont succédés depuis les accords d’Oslo. Mais quand bien même il se trouverait un jour des dirigeants palestiniens pour faire preuve d’une véritable volonté d’aboutir à un arrangement, ce serait une erreur que de croire que cela changerait quoi que ce soit aux ambitions des islamistes de la région, pour lesquels une démocratie palestinienne vivant en bonne entente avec Israël serait une négation de leur raison d’être.

Difficile de savoir si la campagne militaire à Gaza aura amélioré la sécurité des israéliens. La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine, or celui que mène Israël n’est que l’aspect régional d’un problème planétaire. Ce qui est sûr, c’est que cet épisode aura au moins eu comme effet que dans chaque ville, chaque village et chaque foyer israélien, quelle que soit sa sensibilité politique ou religieuse,  un immense élan de solidarité aura animé ce peuple tout au long de l’épreuve, et renforcé le consensus sur l’essentiel.

 

Edwy Plenel et sa lettre au Président

Le Président François Hollande a fermement condamné les agressions contre Israël,  et a  assuré le Premier Ministre israélien de sa solidarité. Il a également affirmé qu’il appartenait au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces. Edwy Plenel, journaliste et Directeur de Publication du site d’information  Médiapart, a publié un article pour s’élever contre la prise de position de François Hollande, assez exceptionnelle il faut le dire pour qui connaît la politique pro-arabe de la France inaugurée par de Gaulle en 1967. Edwy Plenel s’en prend à François Hollande, mais aussi à Israël. Le texte ci-dessous est donc adressé à Edwy Plenel afin d’attirer son attention sur les nombreuses erreurs d’appréciation concernant Israël qu’il commet dans sa lettre ouverte au Président:

Monsieur Edwy Plenel,

Avoir une politique équilibrée face au conflit israélo-palestinien ne peut consister, sous aucun prétexte, à soutenir une organisation terroriste. Or manifester contre Israël en ces heures sombres revient de fait à soutenir le Hamas et ses associés.

Israël est une démocratie où sévit une extrême-droite radicale, mais celle-ci est, tout comme en France, marginale, et n’est en tout cas pas au pouvoir.

La stigmatisation des Arabes en Israël est le fait de groupuscules insignifiants, et sans commune mesure avec l’antisémitisme d’Etat qui sévit dans le monde arabo-musulman. L’Autorité Palestinienne en particulier fait la promotion de l’antisémitisme dans les écoles et à la télévision, où les juifs sont vilipendés dans le plus pur style de la propagande nazie.

La proportionnalité dans la lutte contre le terrorisme n’obéit pas aux mêmes critères que les conflits conventionnels, que ce soit en Israël ou ailleurs. Quand l’assassin Mohammed Merah fut traqué dans la région de Toulouse, les autorités françaises mobilisèrent des centaines d’hommes armés jusqu’aux dents afin de trouver et de neutraliser ce seul criminel. En Israël il s’agit pour la nation entière de se défendre contre les islamistes qui ont vocation à casser du Juif n’importe où, dans n’importe quelles circonstances et sous n’importe quel prétexte. Cette obsession date de bien avant l’occupation de la Cisjordanie, et même d’avant la création de l’Etat d’Israël lui-même, quand le Mufti de Jérusalem fraternisait avec Hitler. Compter sur l’avènement d’un Etat palestinien pour mettre fin à la rage anti-juive au Moyen-Orient est un risque qu’aucun gouvernement israélien ne peut se permettre de prendre.

Renvoyer dos-à-dos le Likoud et le Hamas est une aberration. Le Hamas a pour programme explicite la liquidation pure et simple de l’Etat d’Israël par tous les moyens, à commencer par les plus barbares. Le Likoud quant à lui est un parti démocratique et donc respectable, que l’on partage ses idées ou pas. C’est une formation politique en tous points comparable à la droite républicaine incarnée par l’UMP en France. Le Likoud est ce parti qui sous la conduite de Menahem Begin, prix Nobel de la Paix,  a mis fin à la guerre avec l’Egypte en restituant la péninsule du Sinaï, ses puits de pétrole et son potentiel touristique.

Le Likoud est aussi ce parti qui a parié sur la paix en 2005 en mettant fin à l’occupation de Gaza.  Au cours de réunions bilatérales précédant l’évacuation, des responsables palestiniens avaient affirmé qu’on verrait enfin « de quoi ils étaient capables ». Ils avaient assuré que Gaza s’avèrerait un « miracle économique », un « Singapour du Moyen Orient », un cas d’école. Pour illustrer cette vision, des projets furent évoqués: réseau routier, port en eau profonde, centrale électrique, système d’égouts, aéroport, hôtels de tourisme, toutes ambitions que les places financières ne manqueraient pas de soutenir. On connaît la suite : le Hamas s’empare de Gaza, asservit sa population, instaure une dictature et consacre des fortunes à la fabrication de roquettes et au creusement de tunnels à seule fin de tuer des Juifs de l’autre côté de la frontière.

La Jordanie a annexé la Cisjordanie en 1950 sans la moindre intention d’y favoriser l’émergence d’un Etat palestinien. C’est à partir de ce territoire usurpé que les troupes jordaniennes ont attaqué Israël en 1967 pour tenter de s’emparer de Tel-Aviv  et du reste d’Israël, jeter les Juifs à la mer et étendre le Royaume de Jordanie à la totalité de la Palestine historique. C’est cela, et uniquement cela qui eut pour conséquence l’occupation de la Cisjordanie par Israël.

L’antisionisme est une transgression morale au même titre que l’antisémitisme. Etre antisioniste, c’est désavouer le mouvement de libération du peuple juif. Etre antisioniste, c’est lui contester le droit de disposer de lui-même. Etre antisioniste ce n’est pas critiquer tel ou tel aspect de la politique israélienne, mais c’est dénier à Israël le droit même à la vie. Etre antisioniste c’est s’associer aux filiales terroristes de l’Iran installées aux frontières d’Israël et qui œuvrent sa destruction.

Il y a une douzaine d’années le distingué sociologue et philosophe Edgar Morin fut  poursuivi pour antisémitisme après avoir cosigné avec deux autres intellectuels un article incendiaire contre Israël. Après quatre ans de procédure Il a fini par être mis hors de cause par une Cour de Cassation, mais ce qu’il faut retenir c’est qu’au fil de cette saga juridique  la Cour d’Appel de Versailles l’avait bel et bien condamné pour « diffamation raciale et apologie des actes de terrorisme ». On a le droit de s’interroger sur le point de savoir lesquels des magistrats de la Cour d’Appel ou de la Cour de Cassation ont vu juste.

Stéphane Hessel était un obscur diplomate à la pensée indigente qui serrait la main des dirigeants  du Hamas et qui trouvait que l’occupation de la France par les nazis était moins cruelle que celle de la Cisjordanie.  Il pensait par ailleurs que Gaza devait être le principal sujet d’indignation au monde, comme si les massacres en Syrie, en Iraq, au Darfour ou ailleurs n’étaient que de négligeables échauffourées.

Quant aux vociférations antisémites entendues lors de récentes manifestations anti-Israël en France, il n’est pas inutile de rappeler la conclusion des « Réflexions sur la Question Juive » de Sartre, à savoir que « pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie. »

 

Tuerie au musée juif de Bruxelles

Quels que soient les commanditaires de la tuerie au musée juif de Bruxelles, quelles que soient leurs motivations, et même s’il ne s’agit que d’un acte isolé, il ne fait pas de doute que cela se passe sur fond de haine antisioniste, qui n’est qu’un antisémitisme recyclé faisant écho au discours antijuif distillé des siècles durant par la Chrétienté et l’Islam. L’antisémitisme étant un symptôme plutôt qu’une idéologie, quatre innocents abattus à la kalachnikov en plein jour en pleine ville dans la capitale de l’Europe, cela concerne même ceux que ne sentent pas concernés.

Les ennemis d’Israël pensent qu’en s’attaquant aux Juifs de la Diaspora – ou à leurs symboles – ils affaiblissent le monde juif. Mais si l’on cherche à suivre ce raisonnement, aussi morbide soit-il, on s’y perd parce qu’il défie la logique la plus élémentaire. En effet, chaque agression, chaque atteinte à l’intégrité morale ou physique des Juifs accentue la solidarité des communautés juives à travers le monde, et dans beaucoup de cas le désir d’aller vivre en Israël. Cette option n’existait pas avant la création de l’Etat d’Israël. C’est ainsi que l’on assiste à une recrudescence de l’émigration à chaque manifestation d’antisémitisme, or la tuerie de Bruxelles n’échappera sans doute pas à cette règle. Les antisémites sont pris dans un dilemme cornélien : contenir leur haine des Juifs est nuisible pour leur santé, mais l’exprimer renforce, souligne et corrobore la raison d’être de l’Etat juif, dont l’une des fonctions consiste à combattre l’antisémitisme partout où il sévit. Tout acte antisémite entraine donc un effet boomerang sur son auteur du fait même de l’existence de l’Etat d’Israël.

Un climat antisémite empoisonne une part croissante de l’opinion publique européenne, mais il faut reconnaître qu’en Belgique il n’y pas d’antisémitisme officiel. Cette forme de racisme y est au contraire un délit, or la police, la magistrature et le gouvernement font ce qui est en leur pouvoir pour que la loi soit respectée. Mais c’est justement parce que l’antisémitisme ne saurait s’exprimer à visage découvert dans une démocratie comme la Belgique qu’il se travestit en antisionisme. Ce n’est donc pas l’Etat qui accompagne la montée de l’antisémitisme, mais ceux parmi les médias qui diffusent sans retenue une propagande antisioniste relayant les poncifs antisémites les plus éculés.

L’antisionisme, tout comme le racisme, ne relève pas de la liberté d’expression. L’antisionisme, c’est la contestation du droit à l’existence de l’Etat d’Israël. Les médias ont en Europe un devoir de pédagogie lorsqu’ils abordent le thème du conflit israélo-palestinien. Quand des commentateurs critiquent l’Etat d’Israël dans les médias ils ont l’obligation morale de préciser qu’il ne s’agit pas de mettre en cause son existence. Ils doivent être vigilants et veiller à ce que leurs discours n’alimentent pas des velléités criminelles par le détour de l’antisionisme.

L’Europe a une dette envers les Juifs. La plupart des Etats, dont la Belgique, l’ont reconnu de manière solennelle, mais il y a encore beaucoup à faire au niveau de la mémoire collective, or c’est à l’intelligentsia qu’incombe cette tâche. Les journalistes, chroniqueurs et intellectuels doivent impérativement changer de vocabulaire s’ils désirent différencier la critique politique de l’Etat d’Israël de la harangue antisémite.

L’Histoire nous a appris que l’acquiescement – même muet et passif – à l’antisémitisme est le levier avec lequel on renverse les démocraties.

Comment le monde arabe a perdu ses juifs selon Nathan Weinstock

Nathan Weinstock est un avocat, criminologue et historien belge né à Anvers en 1939. Après une scolarité d’inspiration juive orthodoxe il se tourne vers le trotskysme, devient en 1967 antisioniste et pro-palestinien, et se répand en harangues féroces devant des auditoires nourris aux émissions de Radio-Le Caire, « savourant avec délices l’annonce que les vaillantes armées arabes sont sur le point de jeter les juifs à la mer ». D’une violence verbale extrême, Weinstock appelle au démantèlement d’Israël en posant qu’on ne peut être à la fois sioniste et socialiste.

Vers les années 1990 il change de cap en prenant conscience du fait que la cause palestinienne n’est qu’un avatar de l’antisémitisme, et qu’elle est nourrie par la haine des Juifs plutôt que par une vision  politique.  Weinstock fait alors un virage à cent quatre-vingt degrés et se met à soutenir Israël en déconstruisant avec lucidité et courage son parcours d’intellectuel fourvoyé dans le dédale du marxisme, considérant ses écrits antérieurs comme « bourrés de conclusions simplistes et abusives ».

Weinstock  publie en 2008 un essai [1] sur la disparition des communautés juives du monde arabe. Ce gros ouvrage parait maintenant en hébreu, à l’occasion de quoi le quotidien israélien de gauche « Haaretz » consacre un long article dans son supplément de fin de semaine. Ce qui suit n’en est  pas une traduction littérale, mais est basé sur l’essentiel du propos, à savoir l’évocation par Weinstock du statut de « Dhimmi » dans le monde arabe.

Le statut de « Dhimmi » constituait en principe une forme de protection des non-musulmans monothéistes, mais au prix de règles infamantes telles que l’interdiction de posséder des armes, de témoigner au tribunal,  de monter à cheval, de l’obligation de porter des signes distinctifs, d’être assujettis à une taxe spéciale et de veiller à ce que les habitations fussent plus basses que celles des musulmans. Au Yémen les « Dhimmi » juifs avaient pour tâche de vider les fosses d’aisance et de dégager les cadavres d’animaux encombrant les routes.

Au fil du temps ces usages ont diminué d’intensité ou disparus, mais les esprits continuent à en porter l’empreinte. Que les règles concernant les « Dhimmi » soient appliquées ou pas, elles subsistent de manière symbolique dans de larges franges de l’inconscient collectif arabe et y pérennisent une image de soumission au pouvoir musulman.

L’histoire des Juifs du monde arabe est une tragédie. Des communautés entières installées depuis des temps immémoriaux ont été traquées, chassées ou éliminées dans l’indifférence la plus totale de la Communauté Internationale, auprès de laquelle les Juifs en déshérence n’ont jamais obtenu le statut de réfugiés, contrairement aux palestiniens, chez lesquels ce statut se transmet de génération en génération.

En 1945 il y avait dans le monde arabe près d’un million de Juifs. Il en reste quelques milliers, essentiellement au Maroc. La manière dont ils ont été délogés diffère d’une région à l’autre, mais le dénominateur commun en est un antisémitisme remontant à l’époque du Prophète, qui avait voulu dans un premier temps rallier les Juifs à l’Islam, mais qui s’est retourné contre eux quand il a pris conscience qu’il n’y parviendrait pas.

L’idée  que les Juifs sont partis du monde arabe parce qu’ils étaient sionistes est un mythe. La majorité ne l’était pas, et ne s’est expatriée que contrainte et forcée, abandonnant tout pour recommencer une vie nouvelle ailleurs. Ils étaient pourtant attachés à la culture arabe, à laquelle ils avaient largement contribué. La présence des  juifs datait d’ailleurs souvent d’avant celle des arabes eux-mêmes.

C’est en considérant les rapports entre la minorité juive et la majorité musulmane que l’on comprend le séisme qu’a constitué l’avènement de l’Etat d’Israël dans la psyché des masses arabes. Celles-ci portent en elles de manière plus ou moins marquée la mémoire de cette période où les Juifs pouvaient être humiliés et spoliés en toute légalité, ce qui explique leur regard incrédule sur l’Israël d’aujourd’hui, qui leur échappe et dont ils souhaitent la disparition, pour laquelle ils sont disposés à consentir des efforts qui ne débouchent en pratique sur rien d’autre que leur propre affaiblissement.

Quand les puissances coloniales ont voulu mettre un terme à la dhimmitude cela fut ressenti comme une atteinte à la dignité arabe et comme une violation de l’ordre divin. D’une manière générale la notion occidentale de droits de l’homme fut considérée comme incompatible avec les valeurs de l’Islam, ce qui est d’ailleurs encore le cas dans une grande partie du monde arabo-musulman.

Quand à l’aube du vingtième siècle les Juifs se sont mis à pratiquer l’agriculture intensive en Palestine ils décidèrent de remplacer les gardiens arabes par des Juifs. Ce changement fut vécu par beaucoup d’arabes comme un insoutenable  retournement de situation. Alors que dans leur esprit les Juifs n’avaient pas vocation à être paysans ni à porter des armes, ce nouvel ordre – celui de la modernité – s’édifiait sous leurs yeux en lieu et place de l’ordre ottoman en perte de vitesse. Cet avènement d’un « Juif Nouveau » dépassait l’entendement de l’opinion publique arabe, pour laquelle la soumission des Juifs allait de soi et découlait en quelque sorte d’une loi de la Nature.

L’impasse du conflit israélo-palestinien perdure – au moins en partie – parce que du point de vue arabe la création d’Israël est perçue comme une vengeance des Juifs eu égard à leur servitude passée, alors qu’en réalité le sionisme n’est qu’un mouvement de libération nationale. C’est l’inaptitude ontologique  d’admettre que le mouvement sioniste a mis fin à la dhimmitude  en Palestine qui est la cause profonde du refus arabe de se conformer à la Résolution de l’ONU de 1947 recommandant de la partager en deux Etats, l’un juif et l’autre arabe.



[1] Une si longue présence : Comment le monde arabe a perdu ses juifs, 1947-1967, (Editions Plon)

Lettre ouverte à Noa la chanteuse

Vous avez refusé de recevoir le prix Akoum  alloué par le Syndicat National des Compositeurs et Musiciens d’Israël.  Vous avez pris cette décision parce que le chanteur Ariel Zilber allait également être honoré par un prix au cours de la cérémonie où vous étiez tous deux conviés. Vous ne mettiez pas en question ses qualités artistiques,  mais bien ses opinions politiques.

Il est vrai que certaines prises de positions d’Ariel Zilber sont détestables, ainsi que certaines de ses fréquentations.

Mais d’un autre côté, vous avez volontiers chanté au Vatican en hommage à un Pape qui stigmatisait les homosexuels et qui concourait à la propagation du  Sida par son refus d’admettre l’usage de préservatifs. Sans doute le saviez-vous.

Le Vatican est accusé par l’ONU d’avoir violé la Convention sur les droits de l’enfant, d’avoir organisé l’impunité de nombreux pédophiles et de leur avoir ainsi permis d’abuser d’enfants dont ils avaient la charge. Sans doute le saviez-vous.

le Vatican a conceptualisé et institutionnalisé les fondements théologiques de l’antisémitisme. Il a inspiré, encouragé ou ignoré les pires massacres de juifs sous prétexte qu’ils étaient coupables d’avoir tué Dieu. Sans doute le saviez-vous.

Le Vatican a pratiqué un silence assourdissant lors de la Deuxième Guerre Mondiale alors que les juifs étaient assassinés par millions. Plus tard de nombreux nazis ont pu se soustraire à la justice grâce à l’assistance de l’Eglise catholique. Sans doute le saviez-vous.

Le professeur Yeshayahu Leibowitz était d’avis que le nazisme était le produit d’une culture qui, en partant du christianisme avait abouti à la Solution Finale. Il estimait à l’occasion du procès Eichmann à Jérusalem que c’était plutôt le Vatican qu’il aurait fallu mettre en accusation  pour qu’il réponde  de ses crimes contre le peuple juif. Sans doute le saviez-vous.

Vous saviez donc probablement tout cela, mais vous vous êtes néanmoins produite au Vatican, peut-être parce que vous estimiez que malgré ses ignominies vous désiriez faire appel à ce qu’il y avait de meilleur chez les hommes, et non à ce qu’ils avaient de pire. Appliqueriez-vous deux poids et deux mesures quand il s’agit d’Israël ?

Si vous êtes, en tant qu’artiste de réputation mondiale, véritablement mobilisée pour la cause de la paix, personne ne vous croira jamais si vous n’êtes pas disposée à commencer par y contribuer par votre belle voix au sein même de votre propre peuple.

Vous venez de rater une belle occasion de le faire.

La leçon de Dieudonné

L’humoriste Dieudonné a fait de l’antisémitisme son fonds de commerce. Cela soulève l’indignation des uns et l’enthousiasme des autres, mais laisse de moins en moins de monde indifférent, ce qui de son point de vue constitue un succès. Il est vrai que la justice donne suite aux plaintes dont il fait l’objet et que les autorités condamnent ses propos racistes, mais dans une démocratie il y a peu d’instruments juridiques susceptibles de faire barrage à la mauvaise foi de quelqu’un qui abuse de la liberté d’expression. Le résultat est qu’alors qu’il apparaît que les amendes infligées à Dieudonné n’ont  jamais été acquittées, chacun de ses passages au tribunal constitue une publicité plus efficace que n’importe quelle campagne de relations publiques.

Quand il s’agit de réagir à l’infamie de Dieudonné on est confronté à un dilemme: faut-il la dénoncer, ou faut-il au contraire l’ignorer afin de ne pas servir de caisse de résonnance. Les institutions qui lui font procès sont bien entendu dans leur rôle, mais il est illusoire de penser que c’est un moyen de le faire taire. Et quand bien même elles y réussiraient, nul doute qu’un autre Dieudonné prendrait le relais pour exploiter le filon de la haine antijuive.

Le problème n’est donc pas Dieudonné, mais l’antisémitisme, et ce serait faire trop d’honneur à cet individu que de lui attribuer le moindre rôle dans sa résurgence. Tout au plus fait-il la démonstration que l’antisémitisme se porte bien, et qu’une partie non négligeable de la société n’y voit aucun mal. Le public qui le soutient n’est ni marginal ni insignifiant; il est au contraire très signifiant, parce que ce sont les enfants spirituels des meutes qui stigmatisaient les juifs lors de l’affaire Dreyfus.  Dieudonné est donc plutôt un révélateur qu’un prosélyte. Pour dire les chose simplement, il dit peut-être tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Albert Memmi[1] a beaucoup écrit sur la condition juive.  Après la Shoah, et en dépit de la défaite du nazisme, il posait dès les années 1950 un diagnostic cinglant: “L’expérience nous a trop souvent appris  qu’il n’y a pas de risque négligeable pour nous, que tout peut devenir possible. Que tous les non-juifs participent d’une société qui rend invivable la vie du Juif en tant que Juif, oui, cela je le sens et le pense. Etre juif, c’est d’abord ce fait global: c’est d’abord se trouver mis en question, se sentir en permanente accusation, explicite ou implicite, claire ou confuse”.

Homme de gauche et homme de cœur, Albert Memmi avait dans un premier temps pris de la distance par rapport à ses origines, mais pour y revenir plus tard avec force. Après avoir pensé que l’universalisme, le socialisme et la modernité entraîneraient la fin de l’antisémitisme, il finit par conclure que la résolution de la question juive devait trouver une expression plus concrète: “si le Juif ne se reprend pas comme peuple, il restera nécessairement minoritaire et séparé, menacé et périodiquement exterminé. S’il ne se défend pas comme peuple, il restera soumis a la bonne volonté des autres, c’est-à-dire aux fluctuations de leur humeur, plus souvent méchante que bienveillante, condamné à leur servir de souffre-douleur trop commode, d’exutoire à leurs difficultés économiques et politiques, à vivre dans l’ambigüité et la ruse, le déchirement et la peur. II faut maintenant faire un pas de plus, qui me parait s’imposer avec la même évidence : puisqu’un peuple ne saurait, aujourd’hui encore, vivre et se déterminer librement sinon que comme nation, il faut faire des Juifs une nation. En bref, la libération particulière des Juifs s’appelle une libération nationale, et, depuis dix ans cette libération nationale du Juif s’appelle l’Etat d’Israel.”

Dans le même ordre d’idées, Hannah Arendt[2] disait au cours de la deuxième Guerre Mondiale que “quand on est attaqué en tant que Juif c’est en tant que Juif qu’il faut se défendre”. C’est pour cette raison qu’elle rêvait de constituer une armée juive, d’abord pour combattre les nazis, ensuite pour que les juifs se constituent en nation en Europe même, au sein d’une Confédération où la nation juive serait représentée en tant que membre à part entière dans un Parlement Européen. Pour Hannah Arendt le fait d’être juif signifiait d’abord et avant tout une appartenance politique et nationale.

Parallèlement à cette utopie, Hannah Arendt était une sioniste ardente, même si elle participait d’un courant qui ambitionnait de créer un Etat binational judéo-arabe: “les Juifs palestiniens savent ce qu’ils défendent  : leurs champs et leurs arbres, leurs maisons et leurs usines, leurs enfants et leurs femmes. Et il ne fait aucun doute qu’ils appartiennent à cette communauté, car nous sommes là-bas en vertu du droit et non de la tolérance. La Palestine et l’existence d’un foyer national juif constituent le grand espoir et la grande fierté des Juifs dans le monde entier”.

Albert Memmi estimait que la libération du peuple juif devait se faire en Israel et nulle part ailleurs: “la solution nationale découle d’abord d’une nécessite purement sociologique : les Juifs étant ce qu’ils sont, un peuple vivant, dispersé et toujours minoritaire, au milieu des autres, et, d’autre part, la majorité des peuples ne pouvant encore supporter la présence de minorités compactes parmi eux, il faut faire cesser cette relation. Puisqu’il est impossible au Juif de vivre pleinement parmi les autres, il faut ôter Ie Juif du milieu des autres.

Cependant Albert Memmi était conscient qu’Israël ne pouvait être une solution à court terme pour tous les juifs du monde, et qu’une partie d’entre eux seraient longtemps encore tributaires de ces nations qui, bon gré mal gré, les ont accueillis, et souvent adoptés. Les Juifs qui continueraient à habiter en Diaspora devaient donc faire preuve de la loyauté la plus absolue, la plus courtoise et la plus reconnaissante partout où ils étaient, mais en même temps ne jamais perdre de vue que l’objectif ultime était que la présence des Juifs hors de la nation juive doit changer de sens, et que la Diaspora doit cesser d’être une Diaspora.

Il  concluait son analyse en disant “je suis heureux d’avoir appartenu à la génération qui a compris où  se trouvait la libération du peuple juif, et qui l’a entrepriseAux générations suivantes de l’achever. Israel est dorénavant leur affaire. C’est notre seule issue, notre seule carte véritable, et notre dernière chance historique. Tout le reste est diversion. Seule la solution nationale peut exorciser notre figure d’ombre; seul Israël peut nous redonner épaisseur et vie : seule la libération d’un peuple peut fournir une chance véritable à sa culture”.

Les juifs du monde doivent être vigilants par rapport à l’antisémitisme au même titre que pour toute autre forme de racisme, et se comporter en citoyens responsables dans leur pays de résidence. Mais les juifs de la Diaspora spécifiquement menacés en tant que tels doivent avant tout réagir en soutenant Israël, parce que c’est là que se joue leur destin en tant que peuple, et que c’est là que se trouve leur ultime refuge. Ces juifs qui vivent en Diaspora mais qui désirent en même temps préserver le recours éventuel à la “Loi du Retour”[3], ont donc des devoirs envers Israël, parce que quel que soit le dynamisme  des institutions communautaires juives à travers le monde, celles-ci ne seraient plus d’aucun secours si Israël venait à disparaître.

C’est peut-être la meilleure manière de comprendre ce que Dieudonné essaie de nous dire.


[1] Ecrivain juif franco-tunisien. Les citations en italiques sont extraites de “Portrait d’un Juif”

[2] Ecrivaine et professeure de théorie politique. D’origine allemande mais naturalisée américaine après la Deuxième Guerre mondiale.  Les citations en italiques sont extraites de ses “Ecrits Juifs”

[3] Loi israélienne qui permet à chaque juif, à tout moment, de s’établir en Israël et de devenir instantanément citoyen à part entière

 

Edgar Morin ou le philosophe errant

Il y a une douzaine d’années le sociologue et philosophe Edgar Morin publiait une tribune cosignée par deux autres intellectuels[1] dans le journal “Le Monde”. Il s’agissait d’un brûlot  intitulé “Israël-Palestine : le cancer”, consistant essentiellement à soutenir une thèse selon laquelle Israël étant le plus fort, les palestiniens avaient le droit pour eux dans tous les cas de figure. Mais au delà de ce creux postulat, le texte était truffé de contrevérités, d’élucubrations et de mensonges visant à diaboliser Israël, accusant même son gouvernement de favoriser l’antisémitisme en Europe. Plus tard la revue “Controverse” publia une remarquable étude qui pulvérisait les sophismes de Morin et de ses acolytes.

Suite à cette tribune, des associations[2] engagèrent une procédure pour antisémitisme. Lors d’un premier procès les plaignants furent déboutés, mais un an plus tard  la Cour d’Appel condamna Morin pour « diffamation raciale et apologie des actes de terrorisme ». Finalement la Cour de Cassation mit un terme aux poursuites, considérant que le texte en question relevait de la liberté d’expression.

Morin est un délirant détracteur d’Israël, et prêche l’antisionisme à toute occasion, même quand il s’agit de la monomanie de Stéphane Hessel, cet obscur diplomate à la pensée indigente qui déterminait dans un opuscule nauséabond intitulé “Indignez-vous” que Gaza devait être le principal sujet d’indignation à l’échelle planétaire, comme si les massacres endémiques entre les ennemis d’Israël eux-mêmes n’étaient que d’inoffensives kermesses.

Il ne faut pas grand-chose pour ranimer les réflexes judéophobes. Il y a un  terreau fertile, or Morin est particulièrement bien placé pour le savoir, lui qui publia naguère un brillant essai intitulé “La Rumeur d’Orléans”, où il analysait  avec intelligence la manière avec laquelle une infamie antisémite pouvait se propager, notamment moyennant la complaisance d’une certaine presse. Cela ne l’a pas retenu trente ans plus tard de recourir au même procédé pour répercuter  à travers les médias une rumeur sur un prétendu “carnage” à Jenine, non pas par souci d’informer, mais pour charger l’Etat Juif de tous les péchés d’Israël.

Nul ne peut mettre en cause les capacités analytiques ou l’érudition de Morin. Il est donc hors de question d’attribuer son antisionisme à un quelconque déficit intellectuel. En réalité il semble que cette obsession repose sur un conflit intérieur eu égard à son origine juive. Peut-être estime-t-il qu’un engagement universaliste est plus noble, plus élevé et plus respectable qu’une banale solidarité identitaire consistant à soutenir le droit d’Israël à l’existence.

Il faut bien entendu espérer qu’adviendra un jour une humanité une, pacifiée et confiante, ou les seules différences, celles de la culture, des mérites et des besoins, seront enfin reconnues[3], mais en attendant la gauche dont se réclame Morin n’a jamais réussi à éliminer l’antisémitisme dans ses propres rangs malgré un antiracisme de façade. Il dénonçait d’ailleurs lui-même dès 1959 dans son livre “Autocritique” le dévoiement du communisme et les raisons qui l’emmenèrent à s’en désolidariser. Il reconnaissait à quel point il s’était fourvoyé au cours de sa jeunesse, notamment par rapport à sa condition juive:

« Déjà avant guerre, j’avais peur de réagir en Juif aux événements politiques, et j’étais heureux de m’opposer, pacifiste, au « bellicisme » de la plupart des autres. Au cours de l’été 1940, je me disais : « Mieux vaut le salut de 40 millions de Français que celui de 500 000 Juifs. » Les premières mesures raciales me renforcèrent dans cette sorte d’acceptation attristée … « J’étais même prêt a accepter l’immolation des Juifs si le salut des autres Français était à ce prix – si la fatalité de l’Histoire l’exigeait.

Certains, contrairement à Morin, pensent que ce sont les hommes qui font l’Histoire, et non pas que c’est l’Histoire qui fait les hommes. Mais si c’est Morin qui a raison, nous révélera-t-il un jour ce que, d’après lui, la fatalité de l’Histoire exige d’Israël ?


[1] Sami Naïr, homme politique franco-algérien et Danièle Sallenave, écrivaine.

[2] Avocats sans frontières et France-Israël

[3] Albert Memmi dans “Portrait d’un Juif”

 

Réponse au rabbin Yehiel Brand

C’est par les hasards de l’Internet que je suis tombé sur un site qui publiait une réaction plutôt vive à l’une de mes chroniques (“Comment croire en Dieu après la Shoah”) publiée sur mon blog hébergé par “Le Monde.fr”. J’ai par la suite eu quelques échanges avec l’auteur de cette réaction, le rabbin Yehiel Brand. Je reprends ci-dessous l’esprit des arguments que je lui ai opposés, essentiellement inspirés par l’enseignement de Yeshayahu Leibowitz, scientifique et érudit israélien de culture allemande décédé il y a une vingtaine d’années.

La croyance en la récompense ou la punition divine n’a aucune signification religieuse, bien que ce soit dans la nature de l’homme que de penser qu’en accomplissant un effort il est en droit d’attendre quelque chose en retour. Pratiquer les Commandements dans cette perspective est peut-être acceptable du point de vue religieux, mais cela ressort de la notion de   לא לשמה(de manière intéressée). Il n’en reste pas moins que le pratiquant n’a aucune chance de voir ses vœux exaucés, ce que la tradition juive elle-même concède par le constat que צדיק ורע לו רשע וטוב לו (le juste est frappé tandis que le scélérat prospère), confirmant ainsi  qu’il n’existe aucune corrélation entre ce qui arrive et le fait de pratiquer [la religion]. C’est une réalité empirique avec laquelle aucun être doué de raison ne peut être en désaccord (Leibowitz).

Maïmonide, autorité majeure du judaïsme depuis le Moyen-âge, savait que  sa pensée n’était pas à la portée de tous, et que ce qui importait était que l’on observât les Commandements. Il estimait que seule une élite était à même de les pratiquer de manière désintéressée, et que si la masse le faisait avec l’illusion d’une récompense c’était un moindre mal. Maïmonide distinguait explicitement entre croyances “vraies” et croyances “nécessaires”.

Leibowitz estime que l’on ne peut rien apprendre sur Dieu à partir de l’observation du monde. Le poète juif andalou du douzième siècle Ibn Gabirol invoquait Dieu en déclamant אדון עולם אשר מלך בטרם כל יציר נברא (O Seigneur du monde  qui régnait avant même l’existence de toute chose). Sur quoi régnait-il au juste, s’il n’y avait rien ? Le philosophe des Lumières Emmanuel Kant disait pour sa part “si Dieu n’est ni dans le temps ni dans l’espace alors il n’y a rien à prouver”.

Dieu étant transcendant n’intervient ni dans la Nature ni dans l’Histoire, et tout ce que nous savons de la mort c’est que nos corps se décomposent quand la vie nous quitte. Pour Leibowitz rien n’a de signification dans le monde, qui est contingent et qui aurait pu ne pas être. Le salut n’est donc pas une notion qui pointe vers le Ciel, mais vers la Terre, parce que l’on n’accède pas au salut après la mort, mais pendant la vie.

La religion juive vise à favoriser l’intellect en libérant l’homme des passions tristes. Une fois ce niveau d’indifférence atteint, il accède au vrai mysticisme, qui n’est pas hallucinatoire, mais au contraire lucide. L’homme est מושלם (accompli) quand il atteint un niveau où seul l’intellect gouverne son existence, or à ce stade il est déjà de fait dans le  עולם הבא  (le monde à venir)

Ibn Ezra, rabbin de l’âge d’or de la culture juive en Espagne, suggérait que la Thora avait peut-être été écrite après la sortie d’Egypte, et donc pas par Moïse. Plus tard Spinoza estima que la Thora devait pouvoir être appréhendée comme n’importe quelle création littéraire. Il ne s’agit pas de douter de la sincérité des prophètes d’Israël ni de celle de beaucoup de pratiquants, pas plus que de celle de croyants chrétiens ou de musulmans, mais les convictions, pour respectables qu’elles soient, ne sont en rien des démonstrations.

A propos du Messie, Leibowitz renvoie au Michne Thora, codification exhaustive de la loi juive, où Maïmonide dit qu’il ne faut pas s’attendre à ce que la venue du Messie aille de pair avec quoi que ce soit de surnaturel. Beaucoup de croyants sont convaincus du contraire, et il y en a même qui pensent que le Troisième Temple descendra tout droit du Ciel à Jérusalem. Pourtant les avertissements de Maïmonide sont sans équivoque:

.אל יעלה על דעתך שהמלך המשיח צריך לעשות אותות ומופתים, ומחדש דברים בעולם, או מחיה מתים, וכיוצא בדברים אלו שהטפשים אומרים

.אל יעלה על הלב שבימות המשיח יבטל דבר ממנהגו של עולם, או יהיה שם חידוש במעשה בראשית, אלא עולם .כמנהגו נוהג

.וכן כל כיוצא באלו הדברים הכתובין בעניין המשיח, משלים הם; ובימות המלך המשיח יוודע לכול לאיזה דבר היו משל, ומה עניין רמוז בהן.  אמרו חכמים, אין בין העולם הזה לימות המשיח, אלא שיעבוד מלכייות בלבד

(Ne vous figurez pas que le Messie fera des miracles, ou apportera un changement dans la marche du monde, ou ressuscitera les morts, ou autres inepties colportées par les imbéciles.

Abstenez-vous de penser que quoi que ce soit aura disparu du monde ou qu’il y aura quelque chose que de changé dans les lois de la Nature. Le monde continuera tel quel.

Tous les écrits faisant allusion au Messie sont des paraboles, mais lorsqu’adviendront les temps messianiques celles-ci seront élucidées, et nous comprendrons  alors à quoi elles faisaient allusion. Les Sages [du Talmud] enseignaient qu’entre le monde tel que nous le connaissons et celui du Messie la seule différence sera la fin de l’assujettissement [des juifs] aux Nations.)

Les treize articles de foi qui figurent dans le סידור (livre de prières) sont une paraphrase d’un passage de l’Introduction au Talmud, où Maïmonide énumère treize clés pour le judaïsme. Des contemporains s’en sont inspirés pour produire les Treize Principes de la foi, et de version en version ils se sont éloignés de la source, tant et si bien que Leibowitz estime qu’ils ne reflètent ni le style ni la pensée de Maïmonide. L’arrière-plan historique est qu’il y avait à l’époque une tentation parmi les juifs à se convertir à l’Islam, or ces Principes de la foi sont un procédé liturgique itératif qui a pour fonction d’enrayer un basculement dans l’apostasie tout en n’attaquant pas l’Islam de front. Par exemple, le septième article dit “Je crois d’une foi entière que la prophétie de Moïse notre maître, la paix soit sur lui, était vraie, et qu’il fut le père de tous les Prophètes, ceux qui l’ont précédé et ceux qui l’ont suivi.” Maïmonide enjoignait ainsi de manière subliminale à ignorer le Prophète des musulmans.

Il existe une vidéo où l’on voit une érudite poser à Leibowitz la question suivante: “Professeur Leibowitz, pensez-vous que le Messie viendra?” Il répond d’un air pensif “Oui, je figure parmi ceux qui pensent qu’il viendra” en mettant l’accent sur Il viendra. Son interlocutrice insiste et demande: “Quand ? “. Leibowitz  hausse le ton et rétorque avec agacement: “J’ai dit qu’il viendra! Eternellement! Tout Messie  qui fait effectivement  son apparition est un faux Messie, parce que l’essence du Messie, c’est qu’il viendra.”

L’ensemble des  25 chapitres que Maïmonide consacre dans son “Guide des Egarés” au sens des Commandements est ambigu.  Il en fait une analyse extensive, replace les Commandements dans leur contexte, démontre que certains dérivent de rites païens, et laisse entendre que d’autres ont une fonction dans la vie quotidienne. Plus loin il dit que ceux parmi les Commandements dont le sens nous échappe n’ont d’autre but que de nous éloigner de l’idolâtrie. Tout à la fin il conclue en établissant que tous les Commandements sans exception n’ont pour objectif que de se détacher du monde, qu’ils ne visent à amender ni l’homme ni la société, mais qu’ils constituent en eux-mêmes le service de Dieu.

Chaïm Cohen, éminent juge de la Cour Suprême d’Israël, confia un jour à Leibowitz que bien qu’originaire d’un milieu orthodoxe, il avait perdu la foi suite à la Shoah. Leibowitz lui rétorqua que cela démontrait qu’il avait en fait toujours été athée, parce qu’étant donné que Dieu ne s’occupait pas du monde il n’y avait aucune raison de compter sur son intervention, que ce soit avant ou après la Shoah, ou pour tout autre évènement.

Une anecdote comparable est celle de cette mère qui relatait à Leibowitz que son enfant avait été gravement malade, mais qu’il avait guéri en dépit des pronostics, et que suite à cela elle était devenue croyante. Leibowitz lui dit que si cela signifiait que si l’enfant n’avait pas survécu elle ne serait pas venue à la religion, c’était quelle n’y était toujours pas. En revanche, il lui dit si l’enfant avait succombé mais  qu’elle était devenue pratiquante en dépit de cela, c’aurait été une manifestation de foi.

Il y a l’histoire d’Elisha ben Abouya, sage du Talmud qui assiste à une scène ou un père expédie son fils sur un arbre pour déloger un oiseau  et s’emparer des oisillons. Le fils tombe de l’arbre et se tue. Elisha ben Abouya perd la foi parce qu’il ne peut accepter que l’enfant meure en accomplissant deux Commandements, soit שילוח הקן (anéantissement du nid) et  כבד את אביך ואת אמך (honore ton père et ta mère)  qui tous deux sont assorties d’une promesse de  אריכות ימים (vie prolongée). Rabbi Akiva, figure capitale du Talmud, confronté au même cas de figure n’éprouve aucun trouble, parce que son amour de Dieu transcende toute autre considération.

La עקידת יצחק (Ligature d’Isaac) est le modèle par excellence du service de Dieu לשמה (de manière désintéressée). Isaac est pour Abraham tout ce qu’il y a de plus cher. C’est pour cela que l’égorger et le sacrifier est emblématique de l’affranchissement  de tout ce à quoi un être humain est susceptible d’aspirer. C’est le signe que la morale elle-même est subordonnée au service de Dieu.

Leibowitz relève que la Thora Orale est une création humaine. Dans un livre d’entretiens על עולם ומלואו- ישעיהו ליבוביץ בשיחות עם מיכאל ששר (conversations avec Michael Shasar) il s’en explique:

יסוד האמוני שלנו הוא שתורתנו שבעל-פה – שהיא מעשה ידי-אדם – היא התורה האלוהית המחייבת אותנו. תורה שבעל-פה קובעת שאלה הם כתבי הקודש. אנחנו מאמינים שהקביעה האנושית הזו היא-היא הקביעה האמונית הדתית. מה שאני אומר אין בו שום חידוש ואוכל להראות לך דברים אלה במקורות הרבניים המובהקים. תורה שבעל-פה היא יצירה אנושית מצד אחד, ומצד שני אנחנו מקבלים אותה כתורה אלוהית. אותה תורה שאנחנו בעצמנו יצרנו

(Le fondement de notre foi est la Thora Orale, qui est le fait de l’homme, mais qui nous engage néanmoins en tant que Loi Divine. C’est d’ailleurs la Thora Orale qui détermine le canon de la Torah Ecrite. Nous croyons que c’est cette œuvre qui détermine la foi. Ce que je dis n’a rien d’inédit, et je peux vous en démontrer les sources rabbiniques. Bien que la Thora Orale soit une création humaine, nous la proclamons  divine tout en l’ayant nous-mêmes conçue.)

Maïmonide explique qu’il y a des croyances vraies et des croyances nécessaires dans le “Guide des Egarés” (Livre III chapitre 28):

.ועוד צותה התורה להאמין קצת אמונות שאמונתם הכרחית בתיקון עניני המדינה, כאמונתנו שהוא ית’ יחר אפו במי שימרהו – ולזה ראוי שייראו ויפחדו ממרות בו

.והבן מה שאמרנוהו באמונות, כי פעמים שתתן המצוה אמונה אמיתית היא המכוונת לא זולת זה, כאמונת היחוד, וקדמות השם, ושאינו גוף. ופעמים תהא האמונה ההיא הכרחית להסיר העול או לקנות מדות טובות, כאמונה שהשם יתעלה יחר אפו על מי שיעשוק

(La Thora nous a invités à croire certaines choses dont la croyance est nécessaire pour la bonne marche de l’Etat, comme par exemple que Dieu est irrité contre ceux qui lui désobéissent, et qu’à cause de cela il faut le craindre, le respecter et lui obéir.

Il faut te pénétrer de ce que nous avons dit sur les croyances: tantôt le commandement inculque une croyance vraie qui en elle même est le seul but, comme par exemple la croyance à l’unité et à l’incorporalité de Dieu; tantôt c’est une croyance nécessaire pour faire cesser la violence ou pour faire acquérir de bonne mœurs, comme par exemple la croyance que Dieu est irrité contre celui qui commet la violence.)

Il ressort de ces extraits que Maïmonide recommande de recourir à des croyances nécessaires chaque fois qu’il faut faire peur et que les conditions l’imposent. Ceci est dans le droit fil de Platon qui pensait déjà que toute vérité n’était pas bonne à révéler au commun.

Toute comme Dieu n’éprouve ni colère, ni joie, ni tristesse, etc.., Maïmonide insiste sur son incorporalité, ce pourquoi chaque fois qu’il est question que Dieu créé, produit, fait, parle, voit, entend, monte, descend, etc.. il faut considérer que ce sont des métaphores.

Concernant le Livre de Job, c’est le côté inconditionnel de la foi qui en est le message le plus impressionnant. Malgré tous les malheurs qui s’abattent sur Job, sa foi ne vacille jamais. C’est, avec Abraham lors de la עקידת יצחק (Ligature d’Isaac), l’archétype du croyant «לשמה (désintéressé)».

Mes échanges avec le rabbin Yehiel Brand n’ont certes pas réussi à rapprocher nos points de vue, mais en ce qui me concerne ils m’ont incité à me documenter suffisamment pour que ce qui n’était qu’une intuition se transforme en conviction, à savoir que l’homme n’a de comptes à rendre qu’à lui-même, parce que, comme l’enseignait Protagoras il y a deux mille cinq cent ans, l’homme est la mesure de toute chose.

 

Réflexions sur les Réflexions sur la Question Juive de Sartre

“Réflexions sur la Question  Juive” est un essai publié en 1946 par Jean-Paul Sartre qui a souvent été décrié dans des milieux juifs parce que ceux-ci estimaient que sa définition du juif était par trop sommaire et manquait de profondeur.

D’après cet ouvrage le juif est un homme que les autres tiennent pour juif[1], et n’a donc pas de consistance autre que celle que le regard d’autrui lui confère. Sartre pensait que ce n’était ni leur passé, ni leur religion, ni leur sol qui unissaient les fils d’Israël, et que bien que le juif  fût parfaitement assimilable, il se définissait comme celui que les nations ne voulaient pas assimiler.Pour mettre un terme à l’antisémitisme ce n’était donc pas le juif qu’il fallait changer, mais l’antisémite. Il estimait en effet que même dans les démocraties avancées les antisémites maintenaient un cordon sanitaire qui permettait certes aux juifs de participer à la vie publique, mais qui les forçaient néanmoins à rester juifs envers et contre eux-mêmes. Dans ses “Réflexions”, Sartre estime qu’il y a ainsi un antisémitisme latent même chez les esprits qui se veulent ouverts, et qu’on peut distinguer chez le démocrate libéral une nuance d’antisémitisme: il est hostile au juif dans la mesure ou le juif s’avise de se penser comme juif.

Il y a selon les “Réflexions” deux catégories de juifs: d’une part les authentiques qui subissent leur condition de paria avec stoïcisme, et d’autre part les inauthentiques qui cherchent a se fondre dans la masse, mais sans jamais y parvenir. Cette difficulté a s’assimiler n’est en réalité que partiellement vraie, parce que bien que le juif qui le désire n’y arrive pratiquement jamais de son vivant, deux ou trois générations plus tard l’assimilation est néanmoins accomplie. Quand bien même Montaigne, Cervantès ou Christophe Colomb auraient eu du sang juif dans leurs veines comme certains le pensent, la dilution en était telle que même les antisémites les plus sévères ne s’en sont jamais formalisés.

C’est ainsi que de nombreux juifs se sont assimilés depuis plus de trois millénaires, sans quoi l’on en dénombrerait dans le monde d’aujourd’hui beaucoup plus que les quelque treize millions qui se revendiquent comme tels. Des douze tribus de l’Antiquité, dix se sont mélangées aux assyriens. Avant même l’ère chrétienne, des juifs s’hellénisaient de leur propre initiative. Plus tard une grande partie fut christianisée ou islamisée, le plus souvent de force. L’erreur de Sartre est de ne pas avoir concédé – ou compris – qu’il y avait parallèlement aux candidats à l’assimilation des juifs aspirant de toute leur âme à pérenniser le judaïsme en tant que culture, langue ou religion, sans oublier le rapport particulier à la terre d’Israël. C’est donc la complexité d’une  conscience identitaire sans soubassement territorial qui a entretenu la singularité du judaïsme, et non pas l’antisémitisme, comme le pensait Sartre. Le fait est que les juifs ont de tous temps eu la possibilité de s’assimiler, et y ont même été incités ou contraints. Mais il y eut aussi toujours un noyau dur qui s’y refusait de manière irréductible en considérant que s’assimiler revenait à choisir une solution de facilité au prix d’un reniement.

L’on peut comprendre à quel point la réduction du juif à une dimension sartrienne  peut être frustrante, voire blessante,  pour des juifs porteurs d’une spiritualité datant d’avant les grecs, d’avant la chrétienté et d’avant l’Islam. Mais cela n’empêche pas les “Réflexions” de relever d’une perspicacité et d’une finesse exceptionnelle pour tout ce qui concerne la psychologie du juif inauthentique et aussi celle de l’antisémite, que Sartre dépeint comme un lâche que ne veut pas s’avouer sa lâcheté.

Sartre représente le juif inauthentique comme un homme que les autres tiennent pour juif et qui a choisi de fuir devant cette situation insupportable.  Il joue à ne pas être juif  parce qu’il se sait regardé et prend les devants. Partout où il s’introduit pour fuir la réalité  juive il sent qu’on l’accueille comme juif et qu’on le pense à chaque instant comme tel. Quoi qu’il fasse, le juif inauthentique est habité par la conscience d’être juif. Il affirme qu’il n’est qu’un homme parmi d’autres, comme les autres, et pourtant se sent compromis par l’attitude du premier passant si ce passant est juif.

De nos jours encore, beaucoup d’intellectuels pourraient correspondre à la définition du juif inauthentique. Thierry Levy, avocat et écrivain notoire, a publié il y a quelques années un ouvrage intitulé  “Levy Oblige” dont l’objet est d’asséner à longueur de page qu’il n’est juif en rien, d’autant plus qu’il dit se sentir « chez soi dans une église », encore qu’il martèle qu’il « ne pratique aucune religion, ne respecte aucune tradition, ne fait partie d’aucun groupe, d’aucune coterie, d’aucun réseau », et enrage quand on lui prête des opinions sur base de son seul patronyme. Mais dans son ouvrage il va au-delà de son propos initial, commet une attaque en règle contre la communauté juive et dénonce  le retour en force du conservatisme religieux, de la fièvre identitaire associée au repli communautaire et de la persistance de la guerre en Palestine, sans que l’on comprenne en quoi cela relève du thème de son livre. Il pontifie et disserte à propos d’une culture dont il ignore à peu près tout malgré les miettes qu’il puise dans des lectures ciblées.

Oscar Mandel, dramaturge et essayiste américain, est l’auteur d’un pamphlet intitulé “Etre ou ne pas être juif” où il règle ses comptes avec ses origines. Il considère que son ascendance ne le définit en rien, mais ressent néanmoins le besoin d’exprimer un malaise face à ce qu’il ressent comme une pression – juive pour le coup – qui lui dénie le droit de se défaire de sa judéité.

Jean Daniel, écrivain et fondateur du “Nouvel Observateur”, critique Israël avec un acharnement sinistre tout en se distanciant d’une manière appuyée de ses origines juives. Dans son essai “La Prison Juive” , il accuse certains juifs de s’être virtuellement enfermés dans une prison théologique, faisant ainsi obstacle à la paix en Israël. Il semble oublier que les islamistes du monde entier clament eux-mêmes qu’ils mènent une guerre de religion avec l’objectif déclaré de liquider Israël au nom de Dieu.

Des universitaires comme Edgar Morin ou Noam Chomsky, dont le métier consiste à penser, font preuve d’une hostilité irrationnelle et monomaniaque contre Israël, ce qui arrange les antisémites de tous bords, qui se procurent ainsi une légitimité à bon compte sous couvert d’antisionisme. Ils prennent ces personnalités à témoin, mais prennent aussi soin de renvoyer à leurs origines juives, ce qui conforte la thèse sartrienne de l’impossibilité de se déjudaïser aux yeux d’autrui.

Sartre fut un indéfectible compagnon de route des juifs. L’historien Michel Winock rappelle qu’il rompit avec l’Unesco en raison de positions anti-israéliennes de cet organisme; qu’il refusait les honneurs, dont le prix Nobel, mais acceptait d’être docteur honoris causa de l’Université Hébraïque de Jérusalem; qu’il défendait la légitimité de l’État juif malgré l’antisionisme de ses amis maoïstes; que face à l’embargo décrété par le général de Gaulle en 1967 il disait que “si l’on prétend aboutir à une paix négociée en retirant les armes à tout le monde, cela consiste à livrer l’État d’Israël aux Arabes”; qu’il réfutait le slogan comme quoi Israël serait une colonie;  qu’il estimait qu’on ne pouvait  reprocher aux Israéliens  de riposter “parce qu’on ne peut pas leur demander de se laisser systématiquement tuer sans répliquer”.

Il y a dans les “Réflexions sur la Question  Juive” de nombreuses pages qui attestent d’un incontestable entendement de l’âme juive: On  ne comprendra rien au rationalisme des juifs si l’on veut voir je ne sais quel goût abstrait pour la dispute au lieu de le prendre pour ce qu’il est: un jeune et vivace amour des hommes. Le rationalisme auquel le juif adhère si passionnément, c’est d’abord un exercice d’ascèse et de purification, une évasion dans l’universel. Le juif a le goût de l’intelligence pure, qu’il aime à exercer à propos de tout et de rien. Les juifs sont passionnément ennemis de la violence. Cette douceur obstinée qu’ils conservent au milieu des persécutions les plus atroces, ce sens de la justice et de la raison qu’ils opposent comme leur unique défense à une société hostile, brutale et injuste, c’est peut-être le meilleur du message qu’ils nous délivrent et la vraie marque de leur grandeur.

Sartre avait une perception aigüe de l’angoisse existentielle juive: un juif n’est jamais sûr de sa place ou de ses possessions; il ne saurait même affirmer qu’il sera encore demain dans le pays qu’il habite aujourd’hui, sa situation, ses pouvoirs et jusqu’à son droit de vivre peur être mis en question d’une minute à l’autre; en outre, il est hanté par cette image insaisissable et humiliante que les foules hostiles ont de lui. Son histoire est celle d’une errance de vingt siècle; à chaque instant, il doit s’attendre à reprendre son bâton. Le sang juif retombe sur toutes nos têtes.

Les “Réflexions” soulèvent aussi la lourde responsabilité du christianisme dans l’antisémitisme: ce qui pèse sur le juif originellement, c’est qu’il est l’assassin du Christ. Si l’on veut savoir ce qu’est le juif contemporain, c’est la conscience du chrétien qu’il faut interroger: il faut lui demander non pas “qu’est ce qu’un juif” ? mais “qu’as tu fait des juifs”. Comme le juif dépend de l’opinion pour sa profession, ses droits et sa vie, sa situation est tout à fait instable; légalement inattaquable, il est à la merci d’une humeur, d’une passion de la société “réelle”. Il guette les progrès de l’antisémitisme, il prévoit les crises comme le paysan guette et prévoit les orages; il calcule sans relâche les répercussions que les évènements auront sur sa propre position. Il n’acquerra jamais la sécurité du chrétien le plus humble.

En ignorant la réalité d’un judaïsme ne devant rien à l’antisémitisme, l’essai de Sartre avait témoigné en 1946 d’une regrettable lacune. Celle-ci fut comblée vers la fin de sa vie par son secrétaire Benny Levy, fondateur de la Gauche Prolétarienne devenu plus tard juif orthodoxe et docteur en philosophie. Grâce à lui Sartre finit par considérer que le judaïsme était une pensée digne d’examen, alors que toute sa vie il avait défendu l’athéisme.

La toute dernière phrase des “Réflexions sur la Question Juive” est lancinante, et forte d’une conviction qui près de sept décennies après sa parution n’a pas pris une ride:

Pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie.


[1] Les extraits repris en italique sont parfois modifiés au niveau de la syntaxe afin de pouvoir s’intégrer de manière naturelle dans le propos. Par ailleurs certains passages figurent ici de manière contiguë alors que dans le texte original ce n’est pas toujours le cas.

 

Ovadia Yosef ou la passion religieuse

Ovadia Yosef est décédé à Jérusalem à l’âge de 93 ans après une longue carrière de Grand-Rabbin et de guide spirituel de la communauté sépharade d’Israël.

D’origine modeste, il s’est distingué dès l’enfance par ses capacités intellectuelles et sa prodigieuse mémoire, et fut pris en charge par des institutions talmudiques tout au long de sa formation. Une fois celle-ci terminée il développa une passion inextinguible pour l’exégèse de la Thora et consacra l’essentiel de sa vie à en approfondir la connaissance, devenant une autorité en la matière et publiant une cinquantaine de livres en plus d’innombrables écrits témoignant d’une érudition phénoménale.

Vers  les années 1980 il entra en politique en fondant le parti “Shass” avec pour principale clientèle la communauté sépharade. Fort de cette assise il finit par exercer une influence déterminante dans la vie publique israélienne. Il devint un politicien aguerri, mais au fur et à mesure de l’accroissement de sa popularité il se radicalisa pour stigmatiser quiconque n’adhérait pas à sa vision du monde. Il fut d’une violence verbale inouïe vis-à-vis de ses adversaires politiques en lançant contre eux des anathèmes incendiaires. Afin de galvaniser ses partisans  il traitait d’antisémite viscéral ou d’ennemi du peuple juif tout magistrat  ou ministre se réclamant de la laïcité, et appelait ses fidèles à les maudire et Dieu à les exterminer.

Juste avant qu’Ovadia Yosef ne décède, l’ex-ministre de l’Enseignement Yossi Sarid établit dans le journal Haaretz un bilan plutôt négatif à son égard. Il estime que le Parti fondé par Ovadia Yosef fut le plus corrompu qu’ait jamais connu Israël et rappelle que beaucoup de ses dignitaires ont fini en prison; qu’il stigmatisait  les femmes, les arabes, les homosexuels, les laïcs, les intellectuels, les non-juifs et aussi les juifs qui n’adhéraient pas à sa mouvance; qu’il accablait les familles de soldats tombés  en  mission en attribuant leur sort au non-respect du shabbat; qu’il recommandait  à ses fidèles d’organiser des réjouissances le jour où telle ou telle personnalité mourrait.  Quand le Procureur Général décida d’inculper pour corruption un ministre membre de son parti, Ovadia Yosef prophétisa que la maison du Procureur serait anéantie par la volonté de Dieu. Plus récemment il insultait de manière ignoble Yaïr Lapid, ministre en exercice mais tenant de la laïcité. Mais peut-être que l’outrage le plus grave qu’il commit fut le sermon au cours duquel il attribua la mort des millions d’innocents de la Shoah aux manquements aux devoirs de la religion par de nombreux juifs.

Les partisans d’Ovadia Yosef avancent – à raison – que celui-ci avait pris des décisions courageuses en tant que Grand-Rabbin d’Israël. Au cours des années 1970 se posa la question des communautés juives d’Ethiopie malmenées par l’antisémitisme et éprouvées par la misère. Alors que certains courants en Israël rechignaient à recevoir comme juifs à part entière ces africains faméliques à la peau noire, Ovadia Yosef trancha en leur faveur en décidant de leur judéité, ce qui permit à l’Etat de leur accorder le bénéfice de la Loi du Retour.

Après la guerre israélo-arabe de 1973 il y eut de nombreuses veuves dont la mort du conjoint ne put être établie avec certitude selon les critères de la Loi Juive. Dans ces conditions, ces femmes  ne pouvant être légalement considérées comme veuves, elles restaient indéfiniment interdites de remariage. Ovadia Yosef mit fin à cette tragédie et examina cas par cas des centaines de dossiers afin de leur permettre de refaire leur vie tout en se conformant à la Loi Juive.

Lors des Accords d’Oslo Ovadia Yosef fut consulté sur le point de savoir si la Loi Juive permettait l’échange de territoires contre la paix. Il se prononça sans ambigüité en faveur d’un tel processus au motif que si c’était de nature à sauver des vies humaines alors c’était conforme au judaïsme.

Ovadia Yosef était d’une intelligence peu commune, mais savait en même temps que son charisme tenait plutôt à sa faconde populiste qu’à ses facultés intellectuelles. Ses outrances médiatisées ne devaient rien au hasard mais visaient au contraire à rallier les couches sociales les plus démunies tout en excommuniant ceux qui n’étaient pas de son bord, qu’il vouait à la vindicte populaire. Il s’était confectionné ainsi une image de père virtuel, avec pour résultat que depuis sa disparition des centaines de milliers d’adeptes se perçoivent comme  orphelins.

Israël est une démocratie où l’on ne réprime ni les opinons ni les religions, tout comme ailleurs dans le monde libre, où cohabitent majorités silencieuses et extrémismes bruyants. Le problème est ailleurs: les excès d’Ovadia Yosef ont mis en lumière l’anomalie que constituait le fait de disposer de deniers publics pour s’imposer politiquement en tant que rabbin, la séparation entre religion et Etat n’étant toujours pas consommée en Israël. Quoi que l’on puisse penser de lui, ses extravagances tout comme son génie talmudique auraient dû rester dans la sphère privée au lieu d’être alimentés par l’argent du contribuable.

Le fait que des décisions comme l’accueil de juifs en déshérence, le remariage de veuves de guerre ou l’acquiescement à des concessions territoriales soient confiées à des fonctionnaires d’Etat en leur qualité d’hommes de religion est une bizarrerie peu compatible avec la démocratie, d’autant  qu’Israel est un Etat à l’occidentale sur tous les autres plans. C’est donc la question de la séparation de la religion et de l’Etat qui tôt ou tard devra être résolue, plutôt que celle du charisme d’une personnalité de la stature d’Ovadia Yosef, qui avait bien le droit d’être ce qu’il était.

Obama ou l’art de se défiler

Le Président des Etats-Unis Barack Obama semble ne rien comprendre au Moyen-Orient. Lors de son premier mandat il a réussi le tour de force de ne pas visiter Israël – l’allié le plus proche et le plus sûr des Etats-Unis – mais s’est précipité en Egypte pour soutenir Moubarak, après quoi il a été le premier à le laisser tomber quand le vent a tourné. Quand Obama a fini par venir en Israël lors de son deuxième mandat, il n’a pas voulu s’adresser aux députés de la Knesset – seul vrai Parlement de la seule vraie démocratie du Moyen-Orient – mais a choisi de parler directement aux israéliens afin de dénigrer leurs représentants comme si Israël était un de ces pays méditerranéens en quête de printemps.

Que les opinions publiques des Etats-Unis en particulier ou du monde libre en général rechignent à s’attaquer à la Syrie et à s’immiscer ainsi dans les affaires intérieures d’un pays souverain est une position respectable. Il faut reconnaitre que les interventions en Afghanistan, en Irak et en Libye ne semblent pour le moment pas avoir contenu le terrorisme international ni amélioré le sort des populations locales, pas plus qu’elles n’ont installé de démocratie crédible. Mais faute d’avoir des solutions pour les zones de conflit, le monde libre devrait s’abstenir d’envenimer la situation par des ultimatums sans effets contre des dictatures qui ne sont pas forcément pires que leurs opposants. Pour le moment les fanfaronnades d’Obama contre la Syrie n’ont réussi qu’à susciter un bruit de bottes dans cette région malade, où les remèdes sont parfois pires que la maladie.

L’interdiction des armes chimiques a été décrétée une première fois en 1925 à l’occasion du « Protocole de Genève ». Mais quelques années plus tard il y eut la Deuxième Guerre Mondiale, qui sans armes chimiques a néanmoins occasionné cinquante millions de morts, avec pour apothéose le rasage  des villes d’Hiroshima et de Nagasaki au moyen de la bombe atomique. En 1993 le « Protocole de Genève » a été consolidé par un nouvel accord international, à savoir la « Convention sur les Armes Chimiques ». Mais à peine un an plus tard le génocide du Rwanda a fauché  huit cent mille êtres humains à coups de machette. Au lieu de compter les morts, l’ONU envisage peut-être maintenant de réunir une conférence internationale pour délibérer d’une « Convention sur les Machettes » afin de prévenir d’autres génocides.

La question que pose le conflit en Syrie n’est pas celle de l’utilisation d’armes chimiques, mais bien celle du meurtre de civils, étant bien entendu que le droit d’ingérence suppose que les faits soient établis de manière irréfutable. Comme il semble que cette guerre ait causé à ce jour plus de cent mille morts par des moyens conventionnels, on ne voit pas au nom de quoi Obama a estimé devoir attendre que quelques victimes supplémentaires soient exterminées par des moyens chimiques. Les morts conventionnels seraient-ils moins morts que les morts chimiques?

En réalité il s’avère qu’Obama n’a jamais eu l’intention d’attaquer la Syrie autrement qu’au moyen de paroles creuses. Et si maintenant les syriens décidaient de détruire leurs stocks d’armes chimiques sous contrôle international, cela changerait quoi ? Recevraient-ils une reconduction du permis de tuer tel qu’il existe actuellement ? La question de fond, qui est celle de la liquidation de populations civiles serait-elle résolue, même partiellement ? Les millions de réfugiés qui ont fui les combats reprendraient-ils confiance et rentreraient-ils chez eux ? La vérité est que les seuls pays qui ont un rôle positif dans cette affaire sont certains voisins de la Syrie, dont Israël, qui apportent quotidiennement et en silence une aide humanitaire aux  victimes.

La Constitution américaine permet au Président de décider d’une opération militaire sans s’en référer aux représentants du peuple. L’esprit de cette disposition est d’éviter qu’en cas de crise des décisions de cette importance ne soient tributaires de calculs politiciens qui pourraient prendre le pas sur l’intérêt général. Il appartient donc au seul Président des Etats-Unis de prendre ses responsabilités, or c’est précisément ce dont Obama se défile. Il est maintenant obligé de tout mettre en œuvre pour emmener l’opinion publique à le suivre afin de ne pas perdre la face. Pour ce faire il se démène pour démontrer à quel point le régime syrien est criminel, mais cette rhétorique même le conduit à une impasse, parce que si Obama plaide la dangerosité extrême de Bachar Assad, alors ce n’est plus cohérent avec le plan annoncé, qui consiste à ne pas le renverser.

Il est probable que les iraniens tirent par rapport à leurs ambitions nucléaires des enseignements de la confusion d’Obama. Ce qui est sûr, c’est que ses rodomontades n’impressionnent plus personne malgré la formidable puissance des Etats-Unis. Dans le passé il est également  arrivé à Israël de considérer qu’il y avait en matière d’armements de destruction massive des lignes rouges que ses ennemis n’avaient pas intérêt à franchir. La différence c’est que les israéliens n’ont jamais jugé utile de le claironner haut et fort, mais le moment venu ils ont su agir avec discernement, de manière responsable et efficace. Il est probable que cette politique vient d’être renforcée en Israël grâce à un Président américain qui ne comprend rien – ou qui ne veut rien comprendre – au Moyen-Orient.

L’Union Européenne ou l’art du contretemps

Le rabbin David Meyer est professeur de littérature rabbinique et de pensée juive contemporaine à Université pontificale grégorienne de Rome. Il a publié ces jours-ci un article intitulé “Sauver Israël de sa propre perte” dans le quotidien “La Libre Belgique” pour commenter l’adoption par l’Union Européenne d’une directive invitant les Etats-membres à limiter leurs accords entre l’Europe et Israël aux frontières “internationalement reconnues”. David Meyer souscrit à la décision de l’Union Européenne avec satisfaction, parce qu’il estime que celle-ci “définit de manière officielle l’espace géographique de l’Etat d’Israël”. Cependant quiconque s’intéresse à l’histoire d’Israël sait qu’il n’y a pas de frontières “internationalement reconnues” entre Israël et la Cisjordanie, mais uniquement des lignes d’armistice datant de 1949. Ce n’est pas une objection sémantique, mais une réalité formelle.

L’occupation de la Cisjordanie est la conséquence d’une agression caractérisée de la Jordanie contre Israël en juin 1967 lors de la Guerre des Six-Jours, sans quoi cette occupation n’aurait jamais eu lieu. Il est vrai qu’Israël avait initié les hostilités suite au casus belli créé par le blocus des égyptiens du détroit de Tiran, mais ce sont bel et bien les jordaniens qui ont attaqué Israël à partir de la Cisjordanie (qu’ils occupaient eux-mêmes à l’époque) alors qu’ils n’avaient pas été provoqués. Le roi de Jordanie avait estimé qu’Israël n’aurait pas la capacité de résister sur deux fronts, et comptait saisir l’occasion de l’engagement d’Israël contre l’Egypte pour s’emparer de la Palestine historique toute entière en jetant les juifs à la mer. Israël a riposté en chassant les jordaniens, et l’occupation israélienne de Cisjordanie a ainsi commencé en toute légalité sur base de la légitime défense et conformément au droit international. Ce qui est peut-être plus ambigu sur ce plan, c’est l’annexion de Jérusalem-Est et celle du Golan, mais ainsi va la guerre. On n’ose penser à ce qui se serait passé si Israël l’avait perdue.

Comment peut-on imaginer un seul instant qu’Israël accepte maintenant de retourner au statu quo ante, sans garanties et sans fin du conflit? C’est tellement impensable que le monde arabe lui-même, palestiniens compris, ont explicitement accepté le principe de l’échange de territoires entre la future Palestine et Israël. C’est l’esprit du plan Clinton comme celui des pourparlers Olmert-Abbas, qui constituent selon toute vraisemblance la base sur laquelle les parties s’apprêtent à négocier en ce moment même. Dans ces conditions, comment l’Europe fait-elle pour déterminer où sera la frontière entre Israël et la Palestine alors que les protagonistes eux-mêmes ne le savent pas encore? Et si l’Europe estime que la frontière sera intégralement celle que réclament les palestiniens – soit la ligne verte – alors où est sa neutralité, et sur quel texte fonde-t-elle son point de vue alors qu’elle est cosignataire de la Feuille de Route avec l’Amérique, dont la position officielle est qu'”il serait irréaliste de s’attendre à ce que les pourparlers se terminent par un retour absolu aux lignes d’armistice de 1949“, et que par conséquent les parties doivent convenir entre elles d’un nouveau tracé ?

Même si l’on se base sur la version française de la Résolution 242 de l’ONU, qui parle de retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés (et non de territoires comme le laisse entendre la version anglaise), il n’en reste pas moins que le deuxième point de cette Résolution (Fin de toute revendication ou de tout état de belligérance, respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque État de la région et de son droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, à l’abri de menaces ou d’actes de violence) est très loin d’être acquis, ce qui fait que l’occupation israélienne, fondée à l’origine par l’attaque de la Jordanie, continue d’être légale quel que soit l’angle d’observation. Le simple fait que l’Autorité palestinienne ne se porte pas garante de Gaza (soit grosso modo de la moitié de la population et du territoire de la future Palestine) et ne parle pas en son nom est en soi une raison plus que suffisante, juridiquement parlant, pour arguer que les conditions ne sont pas réunies pour mettre fin à l’occupation. Par ailleurs, les liens informels entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas sont incompatibles avec le passage qui dit le droit [d’Israël] de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, à l’abri de menaces ou d’actes de violence. La position de l’Union Européenne est donc en contradiction flagrante avec la Résolution 242, qui malgré ses limitations est un document que la plupart des parties prenantes du processus de paix prennent au sérieux.

L’Union Européenne mène la diplomatie qu’elle juge utile pour ses Etats membres, et c’est à la fois son droit et son devoir. Mais prétendre comme le fait David Meyer que la directive récente concernant la Cisjordanie relève de bonnes dispositions envers Israël relève de la méthode Coué et est d’une naïveté abyssale.

En revanche David Meyer a un point de vue qui vaut la peine d’être retenu à propos des relents messianiques nauséabonds que dégagent les sionistes radicaux et idolâtres de la terre. Cette dérive est réelle, mais n’en est pas moins une dérive, c’est-à-dire qu’elle n’a rien à voir avec l’essence du sionisme, qui est tout sauf religieux, et ne reflète en rien le sentiment majoritaire de l’opinion publique israélienne, dont le souci principal est la sécurité et non l’expansion territoriale.

Il y a des juifs qui se réclament de la religion pour fonder leur fanatisme, mais cette aliénation est un effet et non pas une cause. Elle n’a pu prospérer que suite à l’impossibilité de négocier la fin du conflit depuis 1967, ce qui a emmené tous les gouvernements israéliens sans exception à encourager ou à laisser faire les irréductibles de la Terre Sainte. Ceci dit, la thèse de David Meyer est surréaliste, qui pose qu’Israël mènerait une guerre de religion, alors qu’en face il y a le Hamas, le Djihad islamique, Al Qaeda, le Hezbollah et autres ardents assassins de l’islamisme extrême.

Les plupart des israéliens font confiance en leur démocratie pour gérer le problème des ultras juifs le jour où la fin du conflit sera en vue. En attendant l’opinion publique en Israël est majoritairement favorable à la fin de l’occupation, pour autant qu’il y ait à qui parler. Dans le cas contraire, il est probable qu’Israël finira par se retirer de manière unilatérale de Cisjordanie sur des lignes déterminés par lui seul, tout comme lors du retrait de Gaza.

Israël et son Camp de la Paix

Yeshayahu Leibowitz, penseur, scientifique et figure majeure du monde juif du siècle dernier, avait été en faveur de la Guerre des Six-Jours en 1967 parce qu’il l’avait considérée comme relevant de la légitime défense. Mais peu après il avait prôné avec force le retrait des territoires conquis, considérant que l’occupation était moralement malsaine en plus d’être un risque pour Israël au plan démographique. Il fut un adversaire implacable de l’occupation, et n’eut de cesse que de la dénoncer au moyen de formules d’une extrême violence.

Ce qu’il est convenu d’appeler le “Camp de la Paix” en Israël se complait aujourd’hui à se réclamer de Leibowitz en estimant que sa vision avait été prémonitoire. Cependant cette appropriation post-mortem est abusive parce qu’elle escamote la quintessence de sa vision. Il y avait quelque chose de tragique dans la pensée de Leibowitz, qui d’après ses propres dires n’était en rien un pacifiste. Il estimait en effet qu’il n’y avait aucune paix possible entre Israéliens et arabes, quelles que fussent les conditions ou la bonne volonté des protagonistes, qui d’après lui s’excluaient mutuellement de manière ontologique. Leibowitz exigeait certes la fin de l’occupation, mais était en même temps convaincu que cela ne mettrait pas fin à la guerre.

Ce qu’essaient tous les gouvernements d’Israël depuis 1967 consiste au contraire à obtenir la sécurité par une solution mettant fin à la fois à l’occupation et à la guerre. Cette politique a d’ailleurs partiellement été couronnée de succès, parce  si Israël n’avait conservé le Sinaï après la Guerre des Six-Jours il n’y aurait sans doute jamais eu de traité de paix avec l’Egypte. Cet épisode démontre de manière incontestable qu’Israël avait eu raison de ne pas  restituer de territoires sans rien demander en échange.

Le “Camp de la Paix” caricature le gouvernement en soutenant que celui-ci ne se préoccupe pas de trouver une issue au conflit. En réalité avancer cela n’est pas sérieux eu égard aux efforts manifestes consentis par Israël depuis 1967. La restitution du Sinaï, la paix avec la Jordanie, le retrait du Sud-Liban, le Plan Clinton, l’évacuation de Gaza, les pourparlers Olmert – Mazen et la formule “deux Etats pour deux peuples” de Netanyahu, toutes ces initiatives constituent des précédents assez explicites pour que des négociations entre israéliens et palestiniens soient tentées sans conditions préalables. Le refus persistant de l’Autorité palestinienne est d’autant plus incompréhensible qu’Israël pourrait lui aussi poser des conditions, et exiger par exemple que tout accord éventuel devrait engager d’office et d’avance non seulement l’Autorité Palestinienne, mais aussi le régime de Gaza, qui réclame encore toujours la liquidation d’Israël.

L’intransigeance des palestiniens repose sur un procès d’intention. Ils estiment qu’au travers de ce qu’ils pensent de ce que les israéliens pensent, ils n’obtiendront rien par la négociation. Mais quand bien même ce sentiment serait fondé, l’échec dont Israël se rendrait coupable serait pour les palestiniens une victoire politique et diplomatique. Ils ont donc tout à gagner en négociant, parce que de deux choses l’une: soit ils parviennent à un arrangement, soit ils démontrent qu’Israël est déraisonnable. En réalité il existe une troisième possibilité, à savoir qu’Israël s’avère raisonnable  et que les palestiniens se rebiffent pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la raison. C’est probablement ce qui fait qu’ils préfèrent aboutir à la création d’un Etat par tous les moyens excepté la négociation, en d’autres mots sans mettre fin au conflit.

Le “Camp de la Paix” estime que quand bien même les palestiniens seraient de mauvaise foi, c’est à Israël de consacrer le plus grand effort possible et de prendre l’initiative parce qu’il est en position de force, parce qu’il y va de son intérêt, et parce qu’Israël à une responsabilité éthique envers les populations palestiniennes qui vivent dans une prospérité relative mais dans un flou identitaire.  Mais en supposant que les israéliens aillent jusqu’à abattre leurs cartes avant même de négocier, et qu’ils concèdent tout ce qu’il est humainement possible de concéder, mais que néanmoins les négociations échouent, alors un retrait unilatéral de Cisjordanie sur le modèle de celui de Gaza s’imposera tôt ou tard, même aux yeux du “Camp de la Paix”. Il n’y aura alors de frontière sûre et reconnue ni pour Israël ni pour la Palestine, mais un état de fait qui sera tout sauf la fin du conflit.

Un tel retrait serait donc conforme au vœu de Leibowitz, mais serait aussi un retour à la case départ.

Israël ou la fatalité unilatérale

Yossi Beilin, personnalité émérite de la gauche israélienne et ex-ministre de la Justice, est maintenant retiré de la vie politique mais continue à s’exprimer publiquement à propos de la marche du pays. Il fut l’un des artisans des accords d’Oslo de 1993 censés déboucher sur un règlement du conflit israélo-palestinien, mais qui vingt ans plus tard piétinent.

Au cours d’un récent entretien télévisé avec l’éminent journaliste et intellectuel multidisciplinaire Emanuel Halperin, Yossi Beilin a évoqué les conditions dans lesquelles s’était fait le retrait israélien de Gaza en 2005. Il en avait approuvé le principe, mais estimé que le gouvernement de l’époque avait eu tort de le décréter de manière unilatérale, sans se concerter avec l’Autorité Palestinienne. Pour mémoire, peu après l’évacuation tragique de milliers de colons israéliens, le Hamas s’est emparé de Gaza et y a instauré un régime islamiste.

Mais en considérant l’Histoire depuis le rejet arabe du plan de partage suggéré par l’ONU en 1947, on s’aperçoit que chaque fois qu’Israël a été confronté à une impasse, la crise a été résolue au moyen d’un sursaut unilatéral consistant a poser un acte fort. Le premier de ceux-ci fut la déclaration d’indépendance elle-même, initiative qui en 1948  était loin de faire consensus.

Actuellement tous les sondages démontrent que l’opinion publique israélienne aspire à mettre un terme au conflit, et est disposé à en payer le prix. Cependant c’est sur la nature de ce prix que règne une certaine confusion. Si cela  consiste à renoncer à des territoires, alors une majorité d’israéliens y sont favorables. Mais s’il s’agit de renoncer à la sécurité, alors une majorité s’y oppose. Ce qui est déroutant, c’est  que les palestiniens eux-mêmes  semblent désirer un règlement, mais quand ils prennent conscience que cela implique un renoncement au rêve d’éliminer Israël ils éprouvent un blocage, et d’atermoiements en tergiversations ils s’éternisent dans le marasme.

Mais du côté israélien il y a des impératifs qui ne peuvent indéfiniment être différés parce que relevant de la nature même de l’Etat d’Israël , de son caractère juif et démocratique, et donc de sa survie. La question des frontières, le poids de l’occupation, l’hostilité du monde arabe, la pression internationale, tout cela pourrait finir par devenir intenable. Face à l’absence de volonté politique des palestiniens, il apparaît de plus en plus vraisemblable qu’Israël finira par prendre une décision unilatérale à portée historique.

Il n’est donc pas exclu que dans un avenir relativement proche, un gouvernement israélien décrète un retrait unilatéral de Cisjordanie le long de ce qui est aujourd’hui la Barrière de Séparation, ouvrage construit à l’origine pour faire barrage aux infiltrations terroristes. Ce tracé deviendrait alors la frontière définitive d’Israël en incluant la majorité des implantations juives, tout en maintenant une force de sécurité dans certains points sensibles en Cisjordanie.

Les palestiniens pourront considérer ce jour-là qu’ils auront gagné au plan politique.  Ils auront obtenu presque tout ce qu’ils exigeaient tout en pérennisant le contentieux. Ils pourront continuer à revendiquer la liquidation de l’Etat Juif et ambitionner de conquérir la terre d’Israël jusqu’à la fin des temps. Quant au futur Etat arabe de Palestine, on ne peut que spéculer sur que pourrait être sa nature, mais ce sera alors devenu l’affaire des seuls palestiniens.  Cependant on peut toujours espérer qu’ils préfèreront s’allier à Israël plutôt que de se laisser abuser par les sirènes du printemps arabe. L’opinion publique internationale et le monde arabo-musulman pourront difficilement reprocher à Israël de s’être retiré de Cisjordanie, même si les frontières ne seront pas celles qui auraient pu être établies  au moyen de négociations entre parties concernées.

Un retrait unilatéral de l’essentiel de la Cisjordanie n’est sans doute pas la meilleure des solutions, mais les prophètes d’Israël eux-mêmes n’ont jamais prédit que ce qui était susceptible d’arriver.

Oscar Mandel ou l’art de ne pas être juif

Oscar Mandel est un dramaturge, essayiste et poète américain né en 1926 à Anvers, en Belgique. Il a récemment publié un pamphlet intitulé “Etre ou ne pas être juif” où il règle ses comptes avec ses origines. Il considère que son ascendance juive ne le définit en rien, mais ressent néanmoins le besoin de signaler son malaise face à ce qu’il ressent comme des pressions communautaristes qui lui dénieraient le droit de se défaire de sa judéité. Mais qui peut croire qu’il y a en Amérique des escadrons d’activistes qui ratissent le pays pour remmener les brebis juives égarées? Qui force Mandel à aller à la synagogue, à émigrer en Israël ou à s’intéresser aux sources juives? En réalité cela doit être une obsession qui le pousse à se rappeler au bon souvenir du monde juif pour lui signifier qu’il se rebiffe de quelque chose que personne ne lui demande et pour clamer une innocence de ce dont personne ne l’accuse. En d’autres mots, il est atteint d’un syndrome connu sous le terme de haine de soi, affection consistant en un mélange subtil d’intellectualisme masochiste et de crétinisation rampante. Il n’est pas le seul à souffrir de ce dérèglement de l’âme, qu’il partage avec des esprits aussi distingués qu’Edgar Morin ou Noam Chomsky, brillants intellectuels par ailleurs.

Mandel tient à marquer une différence qui n’intéresse pas grand-monde, mais se pose également en théoricien de l’antisémitisme en mettant en évidence ce qui d’après lui aurait permis de l’éradiquer depuis longtemps. Il estime qu’il aurait mieux valu pour les juifs de se faire baptiser dès l’avènement du premier Empereur chrétien à Rome, ce qui aurait rendu les chambres à gaz sans objet dix-sept siècle plus tard. Il avance que si les juifs s’étaient fondus aux chrétiens dès les origines, Hitler ne se serait pas souvenu d’eux, ce qui est d’une imparable logique puisqu’on ne saurait tuer ce qui ne vit pas. Il regrette que les juifs aient résisté aux vents et marées de l’Histoire et raté les occasions de se saborder. Même lors de la Révolution française, déplore Mandel, quand les juifs sont devenus citoyens à part entière, ils n’ont pas eu la lucidité de balayer leur judaïsme vers les oubliettes de l’Histoire.

Mandel pense qu’en s’entêtant à perpétuer le judaïsme, les juifs ont aussi perpétué les pogroms, les persécutions, les migrations, les exactions et les avilissements, ce qui a abouti à la Shoah. Il en conclut que bien que les nazis aient été des criminels, ce sont les juifs qui en portent la responsabilité parce qu’ils n’ont pas eu le bon goût de se rendre inexistants en temps utile. Les allemands avaient d’ailleurs selon Mandel été plutôt conciliants à l’époque de la promulgation des lois raciales de Nuremberg: ils avaient en effet été assez délicats pour consentir à ce tout juif ayant au moins deux grands-parents non-juifs échappe à la déportation.

Les historiens de la Deuxième Guerre Mondiale s’accordent généralement pour estimer que celle-ci a causé environ cinquante millions de morts civiles. Mais il faudrait demander à Mandel un complément d’explication quant à l’effet qu’aurait pu avoir une assimilation préalable des juifs. Par exemple, estime-t-il qu’il y aurait eu quarante quatre millions de morts au lieu de cinquante ? Mais alors il faudrait se demander pour quelle raison ces quarante quatre millions ont malgré tout été exterminés, étant donné qu’ils n’étaient pas juifs. Conformément au délire de Mandel il aurait sans doute fallu que les victimes soviétiques ne fussent pas soviétiques, que les tziganes ne fussent pas tziganes, que les homosexuels ne fussent pas homosexuels, que les handicapés ne fussent pas handicapés, et ainsi de suite. Il ressort ainsi de la doctrine Mandel que si le monde entier avait été nazi en 1940 il n’y aurait pas eu de guerre mondiale, ce qui est d’une cohérence lumineuse. Dans le même ordre d’idées, on peut extrapoler cette analyse à d’autres conflits, et suggérer que les incas avaient eu tort d’être incas, les aztèques d’être aztèques, le arméniens d’être arméniens, les tutsis d’être tutsis, etc..

Le pamphlet de Mandel est d’un bout à l’autre une charge haineuse contre la religion juive. Il considère qu'”un juif qui ne veut pas allumer son ordinateur le jour du Sabbat à New York, Londres ou Paris détonne étrangement avec son monde”. Il ne trouve en revanche rien d’étonnant ni de détonnant à ce qu’aux Etats-Unis 80 pourcent de la population se réunisse régulièrement dans des édifices consacrés pour vénérer un juif mort en Judée il y a deux mille ans, dont ils croient qu’il était le fils de Dieu. Mandel ne doit pas ignorer qu’il y a en Amérique une certaine hostilité vis-à-vis de l’athéisme, qui est un courant minoritaire, et dont aucun adepte comme Mandel ne saurait prétendre à être élu Président. On peut donc s’interroger sur le point de savoir pourquoi il ne s’applique pas à lui-même sa théorie comme quoi toute minorité, aussi inoffensive soit-elle, a l’obligation civique de se convertir à la majorité. Mais d’un autre côté il n’est pas clair comment en tant qu’humaniste il en vient à établir que la démocratie consiste à ce que les minorités n’aient pas de place au soleil. Mais après tout il a peut-être inventé le concept de démocratie totalitaire, ou tout le monde est égal à condition que personne ne soit différent. Il serait par ailleurs intéressant de savoir si d’après lui les minorités autres que juives en Amérique ou en Europe ne devraient pas aussi cesser de célébrer leurs rites ou cultiver leurs traditions, droits qui sont quand même centraux dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, mais dont Mandel n’a peut-être jamais entendu parler.

Ce que Mandel passe sous silence dans son opuscule, c’est qu’il y a aujourd’hui environ treize millions de juifs qui se revendiquent comme tels, mais dont une grande partie se situe en dehors de la religion. Qu’ils sont juifs par leurs traditions, leur langue, leurs fêtes et l’attachement au corpus biblique et à ses commentaires, dont ils s’inspirent d’une manière critique en sélectionnant ce qui est compatible avec la modernité. Que près de la moitié des juifs du monde sont citoyens de l’Etat d’Israël. Que le sionisme a été fondé par des agnostiques pour perpétuer le judaïsme en tant que culture. Qu’au cours du vingtième siècle une partie significative des juifs se sont explicitement réclamés du communisme, de l’athéisme et de l’antisionisme, dont l’Union générale des Travailleurs Juifs (Bund) fut l’une des incarnations les plus remarquables. Que les juifs communistes figurèrent parmi les principaux leaders de la révolution russe de 1917, mais dont même les meneurs les plus radicalement antireligieux tinrent à perpétuer l’identité juive au sein de l’URSS sous la forme d’une république juive autonome. En d’autres mots que l’histoire du judaïsme depuis le Siècle de Lumières démontre sans aucun doute possible que la notion du judaïsme en tant que culture est distincte du judaïsme en tant que religion, même si ces deux courants constituent la substance vive du peuple juif.

Mandel assure que l’Etat d’Israël a été créé à un moment de l’Histoire où c’était devenu inutile. Mais vers où étaient censés se tourner après la Shoah les centaines de milliers de juifs en déshérence qui avaient perdu leurs proches, leurs biens et l’espoir d’un monde meilleur après le carnage le plus effroyable de mémoire d’homme? Devaient-ils réintégrer l’Allemagne où circulaient en toute impunité complices et témoins de la Shoah? Devaient-ils revenir dans cette Europe libérée où les autorités les avaient traqués pour le compte de l’occupant nazi? Devaient-ils s’installer outre-mer, d’où ils avaient été refoulés alors qu’il était encore temps? Devaient-ils refluer vers cette Europe de l’Est verrouillée par la chape communiste où l’antisémitisme était devenu synonyme de raison d’Etat? Y avait-il pour ces rescapés de la Shoah un choix plus raisonnable, plus logique, plus conforme à l’Histoire que de rallier l’Etat Juif naissant, qui après une gestation de près d’un siècle voyait le jour avec la bénédiction de la Communauté Internationale ? N’étaient ce pas les juifs qui s’installaient ailleurs qu’en Israël qui passaient à côté de l’Histoire?

Mandel estime qu’il n’est pas trop tard pour résoudre le problème de l’antisémitisme. A la lecture de son essai on découvre que la solution finale consisterait à ce que les juifs se diluent dans l’espèce humaine au point de ne plus être identifiables. On pourrait même organiser un autodafé comme au Moyen-âge pour supprimer les sources culturelles juives et veiller à ce qu’aucune trace ne subsiste de cette civilisation trois fois millénaires. Le génie de Mandel fait que l’on peut réduire sa recommandation en une formule à la fois concise et profonde, qui revient à ce que pour mettre un terme à l’antisémitisme, il faut mettre un terme aux juifs.

Il fallait y penser.

Mélenchon et les juifs

Jean-Luc Mélenchon, homme politique français réputé pour son verbe tonitruant et haut en couleurs, s’est récemment rappelé au bon souvenir des médias après un certain passage à vide. Il est accusé d’antisémitisme pour avoir déclaré que le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, d’origine juive, est “quelqu’un qui ne pense plus en français, mais dans la langue de la finance internationale”. Ces propos ont été considérés par le Parti Socialiste comme étant “inacceptables et relevant du vocabulaire des années 1930”. Pour mémoire, l’extrême-droite des années 1930 colportaient l’idée que les juifs étaient dangereux eu égard à leur conspiration cosmopolite visant l’effondrement des marchés, la récession et l’hyperinflation, tout cela étant bien entendu supposé leur bénéficier.

Mélenchon a déclaré qu’il ne connaissait pas la religion de Pierre Moscovici, ce qui n’est pas impossible, parce qu’être d’origine juive n’implique pas que l’on adhère au judaïsme en tant que religion. Il a donc été prudent dans sa formulation en disant “ignorer la religion de Pierre Moscovici”, mais cela ne signifie en rien qu’il ne savait pas que celui-ci fût juif. Quoi qu’il en soit, l’ignorance ambiguë de Mélenchon apparait comme une exception dans le monde médiatico-politique, dont une grande partie a immédiatement perçu le commentaire de Mélenchon comme ayant des relents nauséabonds.

Personne en France ne peut se permettre de se déclarer antisémite ou de s’en servir comme instrument politique, puisque c’est une infraction prévue au code pénal et passible d’amende ou de prison. Cependant il y a continuité troublante dans les attitudes de Mélenchon par rapport au monde juif. Il n’a pas jugé utile de suspendre sa campagne électorale lors du massacre de enfants juifs Toulouse, et avait des accointances insolites avec le dictateur antisémite du Venezuela Hugo Chavez, aujourd’hui décédé.

Peut-être que Mélenchon pense-t-il que l’Etat de Droit est un privilège à ne pas mettre entre toutes les mains. Peut-être même qu’au fond de lui il réprouve l’antisémitisme, mais qu’il considère que si des révolutionnaires à travers le monde s’en servent pour galvaniser les masses, alors c’est un prix acceptable pour que triomphe le socialisme. Ce point de vue rappelle le stalinisme, qui semble encore toujours être une référence pour cette extrême-gauche qui se cherche, qui ne trouve rien, mais qui finit par trouver les juifs. Rien de nouveau sous le soleil, disait déjà le roi Salomon il y a trois mille ans.

Le fait est que Mélenchon a pleuré la mort d’Hugo Chavez, lui-même allié à d’autres chefs d’Etat antisémites tels qu’Ahmadinejad l’iranien, Assad le syrien et Kadhafi le libyen.
Mélenchon est un politicien éprouvé, un érudit et un fin intellectuel. Il est néanmoins possible qu’il ait dérapé, mais quand bien même cela serait, il est difficile, étant donné les précédents où il s’est distingué, de résister à la tentation de voir là un acte manqué qui est tout sauf anodin. Ce qu’il aurait de mieux à faire serait de s’excuser sans ergoter afin d’épargner à l’opinion publique sa rhétorique oiseuse consistant à s’indigner de ce que l’on s’indigne de son indignité.

De ce point de vue-là Mélenchon n’est pas loin de Stéphane Hessel, ce autre clown indigne qui aimait à faire parler de lui aux dépens des juifs.

La volonté selon Yeshayahu Leibowitz (suite)

Le libre-arbitre, ou le “vouloir”, dans la terminologie de Leibowitz, c’est l’aptitude à décider sans soubassement. Ce n’est pas une démarche consistant à choisir ce qui est préférable, raisonnable ou logique; ce n’est pas non plus une déduction, sans quoi serait l’effet d’une cause. Le libre-arbitre est indépendant de l’intellect et sans lien avec la perception du monde. Il est détaché de tout, et est donc littéralement ce que la première partie du vocable implique: libre.

Les valeurs sont indissociables du libre arbitre. Cela semble évident quand il s’agit de croire en Dieu, mais ce ne l’est pas moins lorsque l’on fait allégeance à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. En conséquence, comme le libre arbitre ne repose sur rien et que les valeurs reposent sur le libre arbitre, les valeurs ne reposent sur rien.

Les valeurs sont impossibles à étayer ou à faire dériver de la nature. C’est là que se situe selon Leibowitz l’échec de Kant, dans la mesure où ce dernier avance qu’il existe des valeurs universelles. L’impératif catégorique n’est catégorique que si l’on prend sur soi de s’y soumettre. Il dépend donc du libre-arbitre, et on peut décider de s’y soustraire sans que cela tire à conséquence. Woody Allen traite ce thème de manière magistrale tout au long de son œuvre “Le Rêve de Cassandre”, “Crimes et délits”).

Dans toute situation l’homme est sujet à la causalité, mais peut aussi s’y dérober. Qui a soif peut décider de ne pas boire, et qui a froid peut décider de ne pas se chauffer. Dans la vie réelle cela peut consister (sans qu’il y ait de raison objective ou subjective) à aller contre son milieu, sa culture, son éducation, sa famille, ses habitudes, ses sentiments, ses convictions, et même ses désirs.

L’homme n’exerce pas son vouloir en réaction à quelque chose, mais peut vouloir causer une réaction à son vouloir. Rien dans la Création n’a de vouloir, sauf l’homme. Pour Maïmonide le vouloir est la signification profonde du verset de la Genèse qui dit que l’homme a été créé à l’image de Dieu. Incidemment c’est l’opposition de fond entre christianisme et judaïsme: le Dieu des chrétiens s’humanise, et chez les juifs c’est l’humain qui relève de Dieu.

Vers le mois de novembre des milliers d’oiseaux qui haut dans le ciel migrent vers les mers du sud en bon ordre. C’est un spectacle magnifique, un dispositif que rien ne semble pouvoir troubler, sauf peut-être d’autres phénomènes naturels. Mais si un des oiseaux quittait la formation pour se poser tout étant en bonne santé et sans qu’aucune anomalie n’explique ce geste contraire à son instinct, on pourrait dire que qu’il y a là quelque chose d’humain.

Maïmonide explique dans son “Guide des Egarés” que les miracles de la Bible sont des artifices littéraires. Non seulement les évacue-t-il de par une exégèse lumineuse, mais il met en avant son émerveillement devant la nature, dont il explique qu’elle est un enchaînement de causes et d’effets, et qu’il est du devoir de l’homme de les étudier. Etant donné qu’il lui apparaît qu’à l’évidence tout fonctionne selon un déterminisme absolu, il en conclut que le libre-arbitre humain est inconnaissable du point de vue épistémologique, et que le vouloir est une exception, surnaturel, et donc proprement miraculeux.

Les capacités intellectuelles de l’homme sont plus importantes que celles des mammifères les plus avancés, mais cela n’explique pas le vouloir. L’intellect peut être pauvre, et le vouloir puissant.

Risquons une métaphore de l’homme par l’ensemble d’une voiture, d’un chauffeur et de son patron. La voiture c’est le corps humain, le chauffeur c’est la raison, et le patron c’est le vouloir. La voiture ne peut rien toute seule. Le chauffeur peut déplacer la voiture si un agent de la circulation le lui intime, ou si un signal lumineux lui indique qu’il doit aller faire le plein. Il peut allumer le moteur pour vérifier s’il est en état de marche, ou serrer le frein à main pour empêcher qu’il ne dévale une pente. Le couple voiture-chauffeur réagit donc à des stimuli ou à des évènements pour lesquels il est programmé, mais il ne se déplacera jamais spontanément. le patron peut en revanche indifféremment se faire transporter vers une endroit précis ou bien au contraire décider de faire rouler la voiture sans que cela corresponde à une quelconque nécessité.

Au cours du sommeil le vouloir disparait. Le déterminisme reprend ses droits, et bien que le dormeur ait une activité cérébrale intense il ne contrôle rien et son esprit fonctionne de manière autonome. Ses rêves peuvent être riches et son imagination active, mais il n’a pas plus de pouvoir sur cette activité-là que sur sa digestion, les battements du cœur ou sa respiration. Il est même incapable de décider de se réveiller. Il le fera en fonction de la manière dont il est programmé, et non en fonction d’un vouloir.

Quand un homme est confronté à un chemin qui se scinde et qu’il doit arriver le plus rapidement possible à destination, il prend le chemin le plus court. Mais il peut tout aussi bien, sans pour autant être fou, prendre le chemin le plus long en sachant qu’il défie sa propre priorité.

Considérons la fin tragique de Roland à Roncevaux: à sa surprise il apprend que les sarrasins sont sur le point de l’attaquer alors qu’il ne dispose que d’une maigre arrière-garde, qui elle-même est distante du gros de l’armée de Charlemagne. Le frère d’armes de Roland l’adjure de sonner du cor pour appeler à l’aide, mais Roland préfère mourir au combat parce qu’il considère que c’est au dessous de sa dignité de ne pas le faire. C’est l’exemple-type du libre-arbitre: Roland prend une décision qui repose sur une valeur qu’il s’est lui-même assignée. On peut arguer que servir d’exemple est une valeur, mais on peut aussi arguer que sauver ses compagnons en est une autre, ce qui fait qu’aucune des deux ne relève de la nécessité. C’est le sujet lui-même qui détermine laquelle des valeurs il considère comme suprême.

Tout le monde sait que les ordinateurs ont des mémoires et des capacités de calcul immenses, mais personne ne pense que cela fait d’eux des hommes. Dans “2001, l’Odyssée de l’espace” de Stanley Kubrick on voit un ordinateur qui devient indépendant, qui refuse d’exécuter les instructions qu’il reçoit, et qui conçoit même un plan pour empêcher qu’on ne le débranche. C’est cela, et non pas la puissance de l’ordinateur, qui frappe l’imagination et qui fait penser à un être humain.

Chaque individu est différent de par son bagage génétique, son milieu, ses parents, son vécu, etc.., mais Leibowitz reprend à son compte le concept sartrien de la liberté: “Un homme peut toujours faire quelque chose de ce qu’on a fait de lui; on ne fait pas ce qu’on veut et cependant on est responsable de ce qu’on est; être libre, ce n’est pas pouvoir faire ce que l’on veut, mais c’est vouloir ce que l’on peut; que l’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous.”

Le bijoutier d’Alep

Alep est une ville en Syrie située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière turque et à trois cent kilomètres de Damas. Elle a survécu depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours malgré les vicissitudes et les envahisseurs successifs, ce qui en fait l’une des cités les plus anciennes au monde encore en activité.

Peu de régions ont connu une présence juive aussi longue et aussi continue qu’Alep. La Bible mentionne déjà la ville dans le Livre de Samuel et dans les Psaumes, et la première grande immigration juive eut lieu en 586 avant JC suite à la destruction du Temple de Jérusalem.

Au Moyen-âge il y eut une courte période où Alep fut relativement indépendante, au cours de laquelle les juifs jouèrent un rôle important dans la Cité. Mais au treizième siècle les Mamelouks s’en emparèrent et décrétèrent des lois limitant les droits des juifs pour leur barrer l’accès à la vie publique. La synagogue principale fut transformée en mosquée, et les juifs devinrent des Dhimmis, citoyens de seconde zone au statut incertain qui devaient s’acquitter d’un impôt spécial du simple fait de ne pas être musulman.

Au 15ème siècle Alep fut conquise par les mongols. Beaucoup de juifs furent exterminés et d’autres prirent la fuite. Mais quelque temps après les ottomans s’emparèrent de la région et virent la présence juive d’un œil plutôt favorable parce qu’ils la considéraient comme une valeur ajoutée pour l’impérialisme turc en plein épanouissement. La communauté reprit de la vigueur, prospéra et changea même de physionomie suite à l’afflux des juifs expulsés d’Espagne et parlant ladino, qui après avoir traversé l’Europe de part en part étaient parvenus en Turquie.

Un manuscrit datant du 10eme siècle est depuis près d’un millénaire la référence absolue pour le texte, la cantillation et l’orthographe de la Bible hébraïque. Maïmonide, philosophe et guide spirituel du judaïsme en Egypte, s’en est servi pour déterminer la mise en page des rouleaux de la Thora telle qu’on la connaît aujourd’hui. Mais bien qu’ayant été produit à Tibériade, ce manuscrit est connu sous la nom de “Codex d’Alep” parce qu’après de nombreuses péripéties il fut remis aux soins de la communauté d’Alep pour y demeurer six cents ans d’affilée sans que jamais de duplicata ne fût réalisé.

Les juifs comptent parmi les plus anciens habitants d’Alep, mais après y avoir vécu sans interruption pendant près de 2500 ans, il n’y en a plus depuis six décennies. La communauté est disséminée dans le monde entier, mais les anciens en gardent un souvenir ému. Cette nostalgie les conduit à entretenir dans leur mémoire un Alep virtuel et à conserver entre eux des liens privilégiés.

Qu’a-t-il bien pu se passer pour que cette communauté immémoriale, si profondément enracinée en Syrie depuis Babylone, ait pu se volatiliser aussi radicalement ?

Le 29 novembre 1947 l’Assemblée générale des Nations-Unies votait le partage de la Palestine en deux Etats, l’un arabe et l’autre juif. Dès le lendemain de violentes émeutes éclataient à Alep et une foule déchaînée criait “mort aux juifs”, mettant à sac tout ce qui pouvait leur être associé sans que les autorités s’en mêlent. Un ancien d’Alep raconte qu’au cours de la nuit qui suivit, son père entreprit de se rendre discrètement dans sa bijouterie, et à la lueur d’une bougie mit son stock dans un sac pour le déposer ensuite en lieu sûr. En rentrant chez lui il relata son équipée à son fils en prononçant ces mots qui s’imprimèrent à jamais dans sa mémoire : “cette nuit, j’ai cambriolé mon propre magasin”. Quarante-huit heures plus tard la communauté juive se muait en cohorte de réfugiés et quittait Alep pour toujours.

Les tout premiers réfugiés du conflit israélo-palestinien furent donc les juifs d’Alep, et non les arabes de Palestine, et ceci avant même la création de l’Etat d’Israël. Ce fut le prélude à ce que peu après plus de 800.000 juifs du monde arabe furent persécutés, spoliés et finalement chassés des terres d’Islam. Aucun d’entre eux n’eut jamais droit au statut de refugié de l’ONU. Le Codex d’Alep disparut de la circulation à la faveur des évènements, et ressurgit en Israël une décennie plus tard, en partie détruit et dans des conditions restées obscures.

Ces temps-ci la Syrie est en proie à la guerre civile, et la bataille fait rage à Alep. La vielle ville, classée patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, est une ligne de front entre des rebelles douteux et une armée irrégulière, et la ville se désintègre.

Le fils du bijoutier d’Alep est aujourd’hui un grand-père heureux qui coule des jours paisible en Israël, l’Etat Juif.

הרצון על פי ישעיהו לייבוביץ

מושג הצו הקטגורי של הוגה הדעות עמנואל קנט, משמעו להציב בפני האדם תורת התנהגות מוסרית המבוססת על ההיגיון כך שניתן להציגו ככלל אוניברסאלי, ובכך לבסס חוק המושתת על הסכמה כללית. לעומת זאת ישעיהו לייבוביץ’, הוגה דעות בתחום היהדות, פילוסוף ומדען, טוען כי גם אם הוא מסכים לעיקרון זה, עדיין אין להתעלם מהרצון האנושי, היות שזה האחרון פורץ את מסגרתם של חוקי הטבע ולפיכך גם את חוקי ההיגיון. הוא גורס אם כן כי האדם אינו חלק מהטבע, בדיוק מפני שהוא מסוגל ליצור בידול בין הרצון שלו לבין ההיגיון.

בפיסיקה אין תוצאה ללא גורם, אך הרצון האנושי אינו כפוף לכלל זה – אלא להיפך, הוא מהווה מכת נגד לרעיון של גורם ותוצאה. זוהי תופעה ייחודית בטבע, שכן מהאטום ועד לגלקסיות, אין דבר ביקום כולו, ויהא מורכב ככל שיהיה, אשר מציג רצון. על כן לפי לייבוביץ’ לא ניתן להבין את טבעו האמיתי של הרצון האנושי.

החיות מסוגלות לחשוב ולחוות סבל – אפילו סבל נפשי – אך כל מה שיעשו הוא תמיד בגדר תגובה. את הפער באינטליגנציה בין אדם לחיה לא הכרחי להגדירו מהבחינה הכמותית (ישנן חיות בעלות יכולות קוגניטיביות העולות על אלה של האדם), אלא מבחינת היכולת לרצות דבר מה. האדם, מעבר ליכולתו להבין, מסוגל לרצות דברים מבלי שיביא בחשבון את יכולתו להבין. בין הרצון להבנה אין כל קשר של גורם ותוצאה, או כל קשר למציאות.

כל מי שמכיר ומבין את הרלבנטיות של הצו הקטגורי של קאנט יכול באותה מידה להכריע להוציא את עצמו מכלל זה. המוסר של קאנט, אם כן, אינו כופה את עצמו בשום מובן שהוא, מבחינה זו שהוא אינו הכרחי – כי אי אפשר להוכיח כי המוסר נובע מן הטבע. בדיוק להיפך – האדם חומק מן הדטרמיניזם בהציגו את הרצון שלו שיכול להיות בהרמוניה עם הטבע ויכול שלא. אדם אינו מפעיל את הרצון שלו כתגובה לדבר מה, אלא להיפך, הוא גורם לדבר מה להתרחש כתוצאה מהרצון שלו. אדם הוא, אם כן, במובן מסוים סיבת עצמו – ובכלל זה, לאופיו, גם אם הגדרה זו עדיין אינה יכולה להכיל דבר שהוא למעשה בגדר חידה בלתי פתורה.

החופש להכריע והרצון הם זהים במובן מסוים. ללא הרצון אדם אינו כשיר להכריע, שכן הכרעה היא האנטיתזה להסקת מסקנה, שמטבעה בגדר המדע, שהא הדבר היחידי שלמעשה אוניברסלי, שכן הוא כפוף לטבע. המדע אינו דורש דבר מלבד הבנה, כופה את עצמו מעצם טבעו, ואינו דורש הכרעה. מה שמייחד את הרצון האנושי הוא הפלא שדבר יכול להתרחש ללא כל גרימה.

על כן ניתן להסיק כי כל מה שהוא ספציפית אנושי, נובע באורח פרדוכסלי מתוך מה שאינו כפוף להיגיון.

 

La volonté selon Yeshayahu Leibowitz

Le concept d’impératif catégorique du philosophe Emmanuel Kant consiste à proposer à l’homme une conduite morale basée sur la raison de manière à que l’on puisse la poser en règle universelle, et donc fonder la loi sur base d’un consensus. Mais Yeshayahu Leibowitz, penseur du judaïsme, philosophe et scientifique, objecte que tout en acquiesçant à ce principe l’on ne peut faire l’impasse sur la volonté humaine, parce que celle-ci défie les lois de la Nature et donc celles de la raison. Il pense donc que l’homme ne fait pas partie de la Nature justement parce qu’il est capable de dissocier sa volonté de sa raison.

En physique il n’y a pas d’effet sans cause, or la volonté humaine n’est pas soumise à cette règle. Elle marque au contraire un coup d’arrêt à la causalité. C’est une phénomène unique dans la Nature, parce que depuis l’atome jusqu’aux galaxies, rien dans le cosmos, aussi complexe soit-il, n’exprime de volonté. Il est donc d’après Leibowitz impossible de comprendre la véritable nature de la volonté humaine.

Les animaux sont capables de réfléchir, d’éprouver de la souffrance – et même de la souffrance psychologique – mais ne font jamais que réagir. L’écart entre intelligence humaine et animale n’est pas forcement à apprécier sous l’angle quantitatif (il y a des animaux qui ont des facultés cognitives supérieures à celles de l’homme), mais sous celui de l’aptitude à vouloir. L’homme, en plus de la faculté de comprendre, est capable de vouloir sans tenir compte de ce qu’il comprend. Entre les deux il n’y a aucun lien de cause à effet ni aucun rapport à la réalité.

Tout homme connaissant et comprenant la pertinence de l’impératif catégorique de Kant peut tout aussi bien décider de s’y soustraire. La morale kantienne ne s’impose donc en rien du point de vue de la nécessité, parce qu’il est impossible de démontrer que la morale émane de la Nature. Au contraire, l’homme échappe au déterminisme en manifestant sa volonté, que ce soit en harmonie avec la Nature ou pas. Il n’exerce pas sa volonté en réaction à quelque chose, mais cause au contraire quelque chose à se produire de par sa volonté. L’homme est donc en quelque sorte cause première de soi-même, y compris de son caractère, même si cette formule ne fait qu’éluder ce qui est en fait une énigme.

Décision et volonté sont synonymes dans un certain sens. Sans volonté l’homme ne serait pas en mesure de décider, parce que décider c’est l’antithèse de conclure. Le propre d’une conclusion est du même ordre que la science, qui est la seule chose qui soit véritablement universelle parce que subordonnée à la Nature. La science n’engage à rien d’autre qu’à comprendre. Elle s’impose d’elle même, ce qui signifie qu’il n’y a là rien à décider. Ce qui caractérise la décision humaine c’est justement ce prodige qui consiste à ce qu’elle se manifeste sans mobile.

On peut donc en conclure que tout ce qui est spécifiquement humain relève paradoxalement de l’irrationnel.

Le Dieu des religions

Le Dieu des religions repose sur une croyance qui par définition est indémontrable. Cependant il est possible d’établir que même si ce Dieu existe, il n’intervient pas dans le monde. Au plan pratique cela signifie qu’il faut apprécier tout commandement attribué au Dieu des religions comme étant d’origine humaine, parce qu’aucun homme ne peut démontrer qu’il est le porte-parole de ce Dieu-là. Ce n’est donc pas Dieu en tant que concept qui est en question, mais ses émissaires présumés. Dans le judaïsme ce sont les prophètes de la Bible qui sont censés établir un canal de communication entre Dieu et le commun des hommes.

Ces prophètes sont des mystiques, or le mysticisme relève d’un syndrome neurologique qui suscite des visions, des éblouissements ou des rêves éveillés. Ils peuvent entendre des voix, ou éprouver des émotions intenses telles que tristesse profonde ou joie infinie. Ces états sont conditionnés par des péripéties chimiques du cerveau que l’on peut provoquer expérimentalement par l’administration de drogues ou en soumettant le corps à des contraintes telles que privation de sommeil ou jeûne.

Cela n’enlève rien à l’authenticité de l’expérience mystique, mais ce qu’il faut savoir c’est que ces intervalles hallucinatoires ne reflètent jamais que la réalité du monde, bien que remaniée par l’imagination. Par exemple, quand un mystique voit un cheval ailé cela implique qu’il sait ce que c’est qu’un cheval et ce que sont des ailes, mais qu’en état de transe son imagination peut associer les deux comme il le ferait durant un rêve. Cependant aucun homme ne serait capable de se représenter – même en rêve – de cheval ailé s’il n’avait d’abord connaissance des éléments qui le constituent dans le réel.

L’idée de Dieu relève de la propension au sacré. Cette propension a notamment pour fonction de rassembler les hommes autour de valeurs communes et de susciter un sentiment d’appartenance. Mais l’homme est aussi capable de désacraliser l’objet sacré. Il y eut de tous temps des souverains adulés qui ont fini comme les derniers des criminels, et des civilisations entières qui ont disparu corps et biens. C’est apparemment pour éviter cela que le Dieu des religions monothéistes a été placé en lieu sûr de par une abstraction qui rend son caractère sacré plus robuste qu’une représentation matérielle.

La question de l’existence du Dieu des religions a des implications politiques, sociales, morales et psychologiques. Il ne s’agit pas d’un débat théorique, mais bien de déterminer si ce Dieu intervient dans le monde réel, directement ou à travers ceux qui se présentent comme ses envoyés, or il semble qu’il n’y ait à ce jour aucune recherche qui ait pu constater une intervention divine dans quel domaine que ce soit. Qu’il s’agisse de biologie, de chimie, de physique, d’astronomie ou de toute autre discipline, tout phénomène de la Nature semble – jusqu’à preuve du contraire – toujours relever de la causalité, c’est-à-dire de l’enchaînement de causes et d’effets, sans que rien ne vienne jamais infirmer cet enchaînement.

Il ne s’agit pas de contester la légitimité du sentiment religieux, qui est une réalité chez un grand nombre d’êtres humains. Mais tout comme l’amour, ce sentiment est subjectif et ne se laisse enfermer dans aucune norme. Il s’agit donc de reconnaître qu’il relève de l’intimité de chaque personne, qu’il peut différer d’un individu à l’autre, et ne peut donc fonder de règle imposable à tous. C’est pour cela que la séparation entre le Dieu des religions et l’Etat est une obligation pour tout système démocratique, ou seuls les dénominateurs vraiment communs peuvent fonder le droit.

Le ministre argentin ou l’arroseur arrosé

Il y a eu deux attentats anti-juifs majeurs en Argentine durant les années 1990. Le premier a atteint l’Ambassade d’Israël et fait 29 morts et 242 blessés, et le deuxième le centre communautaire juif de Buenos Aires, qui a fait 84 morts et 230 blessés.

La justice argentine n’a pas réussi à identifier les responsables à l’époque, mais au fil du temps de nombreuses pistes ont fini par remonter au Hezbollah, organisation terroriste d’obédience iranienne. En 2006 la justice argentine estimait avoir suffisamment de preuves pour pouvoir incriminer le gouvernement iranien lui-même et lancer un mandat d’arrêt international pour crimes contre l’humanité contre l’ancien président d’Iran Rafsandjani, des fonctionnaires iraniens et un terroriste du Hezbollah. Mais à ce jour aucun des responsables n’a pu être déféré à la justice.

Récemment l’Argentine a conclu un accord avec l’Iran en vue d’une coopération autour de l’enquête concernant l’attentat contre le centre communautaire juif. Les autorités israéliennes ont violemment réagi à cette nouvelle en arguant que cet accord revenait à demander à l’assassin d’enquêter sur son propre crime.

Le journal israélien Haaretz rapporte ce qui suit.

En apprenant la nouvelle, le Ministère des affaires Etrangères d’Israël a convoqué l’Ambassadeur d’Argentine pour exiger d’être tenu au courant de l’accord en question. Les israéliens sont en effet persuadés qu’étant donné les similarités entre l’attentat du centre communautaire juif et celui de l’Ambassade d’Israël, le Hezbollah est à l’origine des deux.

Le ministre argentin des Affaires Etrangères Hector Timerman a violemment réagi en convoquant à son tour l’Ambassadeur d’Israël Dorit Shavit à Buenos Aires. Il a accusé Israël de vouloir se substituer à la justice argentine sous prétexte que les victimes des attentats étaient juifs. Timerman s’est montré très en colère et a reproché à Israël tout au long d’un interminable monologue de se mêler des affaires intérieures d’Argentine. Il a vociféré qu’Israël n’avait aucun droit à des éclaircissements concernant l’attentat, parce que l’Argentine était un Etat souverain. Il a ajouté qu’Israël ne pouvait parler au nom du peuple juif et ne le représentait pas. Cette attitude était d’après lui de nature à alimenter l’antisémitisme, parce que si Israël se préoccupait ostensiblement du sort de juifs argentins cela pouvait suggérer que ceux-ci avaient une double allégeance.

L’ambassadeur israélien Dorit Shavit a laissé passer l’orage, et puis a répondu avec fermeté qu’en tant qu’Etat Juif Israël se sentait responsable dans un certaine mesure de la sécurité des juifs partout au monde, et traquait l’antisémitisme là où il se manifestait. Elle a rappelé que c’est en vertu de cela qu’Israël avait aidé les juifs à quitter l’Union Soviétique, d’Ethiopie et même d’Argentine à certaines occasions. Vous voyez ce que je veux dire, a-t-elle précisé, sous-entendant quelque chose que le ministre était supposé savoir.

En fait il s’agissait d’une allusion à l’origine juive du ministre lui-même, dont le père avait été arrêté en tant que journaliste de gauche et opposant au régime de la junte militaire qui dirigeait l’Argentine dans les années 1980. Il avait été incarcéré et placé en isolement total, mais finalement relâché grâce à l’intervention de l’Ambassadeur d’Israël de l’époque. Celui-ci avait conclu un accord avec la junte en vertu de quoi le père de Timerman pourrait quitter le pays et s’établir en Israël. Celui-ci y vécut pendant quelque temps et rentra en Argentine après la chute de la junte militaire.

Bizarrement, le ton a changé au bout de l’échange entre le ministre Timerman et l’Ambassadeur Shavit, qui se sont quittés en convenant que l’affaire allait désormais être gérée par les canaux diplomatiques appropriés.

Mali – Gaza, même combat

Un corps d’armée français a récemment débarqué sur le continent africain pour une tentative de colonisation du Mali. Alors que de courageux activistes de l’Islam radical sont occupés à y instaurer la Sharia, les infidèles français prétendent dicter leur loi à des milliers de kilomètres de chez eux, et lancer une soldatesque à l’assaut de l’Afrique pour y imposer la pornographie et l’athéisme.

Cette agression au moyen d’armement lourd et d’une force aérienne dévastatrice semble déjà avoir fait de nombreuses victimes parmi résistants islamistes et civils. Des observateurs d’Amnésie International accourus d’Israël suivent les combats de près à la télévision et confirment que des exactions non confirmées ont lieu dans un rayon de mille kilomètres autour d’un point non identifié. Des photos truquées prisent par des menteurs au dessus de tout soupçon prouvent le carnage de manière irréfutable, ce qui est d’ailleurs réfuté par tous les absents qui n’y sont pas.

Le juge Goldstone d’Afrique du Sud aurait été dépêché d’urgence par une Commission spéciale de l’ONU présidée par la Syrie pour enquêter sur les crimes de guerre au Mali. Quand la nouvelle lui est parvenue, le vénérable magistrat au passé raciste aurait été surpris en train de déposer des couronnes de fleurs sur les tombes de jeunes gens qu’il avait condamné à mort au bon vieux temps de l’Apartheid. Le juge Goldstone se serait déclaré disponible pour fabriquer un rapport imaginaire sur le Mali comme il l’a fait concernant l’opération “Plomb Durci” à Gaza.

Selon des sources indignes de foi le gouvernement israélien aurait été informé par les autorités françaises de leur intention de continuer sur la lancée et de s’emparer de Gaza afin de mettre fin au juste combat des islamistes contre les enfants juifs d’Ashdod, Sderot, Beersheba et Ashkelon, agglomérations palestiniennes provisoirement occupées par l’Entité Sioniste.

Des désinformations non validées par des fuites organisées laissent entendre que des contacts secrets existeraient entre Israël et la France pour une opération conjointe contre deux organisations humanitaires du Moyen-Orient, le Hamas et le Hezbollah. La raison qu’avance en cercle privé le Ministre français des Affaires étrangères est que si l’armée de la République se donne la peine de venir à la rescousse de 6000 français hors de danger au Mali alors il n’est que juste qu’elle se soucie des 150.000 français d’Israël bombardés au quotidien par Gaza. Pour mémoire, le Mali est à 6000 KM de la France et Gaza est à 0 KM d’Israël.

Cependant un haut responsable du Quai d’Orsay déclare sous couvert d’anonymat public qu’il n’en est rien, mais que la France est résolument du côté d’Israël et se battra contre les islamistes de Gaza jusqu’au dernier juif à l’image de ce que fit jadis le Maréchal Pétain dans son combat antinazi. Ce responsable a précisé que les islamistes trouveraient la France sur leur chemin partout où il y aurait du pétrole. Enfin il a ajouté en confidence que s’il fallait leur livrer l’Etat d’Israël contre du gaz algérien ce ne serait après tout qu’un bien modeste tribut au nom de la civilisation occidentale.

Précis de Palestine

L’avènement de l’Etat d’Israël à travers le sionisme est l’aboutissement d’un projet magnifique, d’une aventure humaine hors-normes qui ne s’est faite au détriment de personne. Pourtant Israël ne survivrait pas quarante huit heures si certains de ses voisins avaient l’assurance d’être les plus forts. C’est vrai aujourd’hui, mais c’était déjà vrai de 1948 à 1967, quand il n’y avait ni colonisation ni occupation israélienne, et que les palestiniens pouvaient revendiquer un Etat en Cisjordanie et à Gaza sur ce même territoire qu’ils revendiquent aujourd’hui d’Israël.

Le dépècement de la Palestine avait commencé avec la création de la Transjordanie entre les deux guerres mondiales. Ce territoire essentiellement palestinien (75 %) s’appelle aujourd’hui Jordanie, et est dominé par une minorité bédouine (25 %). Chaque fois que les palestiniens de Jordanie ont eu des velléités d’indépendance ils ont été massacrés . Peu après sa création en 1946, la Jordanie s’est emparée de la Cisjordanie et de la vielle ville de Jérusalem, et annexé ces territoires sans la moindre intention de les céder à ses habitants. En passant ils ont foulé aux pieds la Résolution 181 de l’ONU internationalisant les lieux saints, et interdit à tout juif, israélien ou pas, d’y pénétrer pendant les 19 ans de l’occupation jordanienne.

Avant 1948 il y avait à peu près un millions huit cent mille palestiniens sous occupation britannique, soit deux tiers de palestiniens arabes et un tiers de palestiniens juifs. Tous palestiniens, donc. Après que les britanniques évacuent la Palestine, arabes palestiniens et juifs palestiniens avaient donc de tous points de vue les mêmes droits sur ce pays, non pas pour des raisons mythiques, mais tout d’abord parce qu’ils y étaient. On peut arguer à l’infini sur l’évolution de la démographie de la Palestine au fil de l’Histoire, mais nul ne peut contester qu’il y avait eu sur ces lieux une présence juive ininterrompue depuis l’Antiquité.

Il n’y avait pas d’Etat palestinien avant 1948, mais des clans, des tribus et des communautés disparates. En évacuant la Palestine, les britanniques laissaient non pas quelque chose qui ressemblerait à l’Etat Français, mais une mosaïque dont les principaux éléments étaient arabes et juifs. Les juifs avaient cependant développé depuis près d’une siècle un ensemble cohérent d’institutions comme l’Université de Jérusalem, une centrale syndicale, une éducation nationale, un système de transport, une agriculture, une police, et même un embryon de force militaire sous contrôle britannique.

Il y eut de nombreuses tractations entre arabes et juifs avant l’indépendance d’Israël, mais les leaders arabes avaient décidé de recourir à la violence dès les années 1920 et se sont même alliés aux nazis dans l’espoir que la liquidation des juifs s’étendrait à la Palestine. Il eût été préférable d’aboutir à une solution par le dialogue, mais il n’y avait aucune obligation morale ni légale pour les juifs de solliciter de qui que ce soit la permission de se constituer en Etat. Il n’y avait pas d’entité nationale palestinienne en 1948, mais un territoire nommé Palestine qui se retrouvait sans occupant pour la première fois depuis des siècles. Faute de pouvoir s’entendre avec les palestiniens arabes, les six-cent mille palestiniens juifs ont fait valoir le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ils ont proclamé leur indépendance conformément au plan de partage de l’ONU, qui ne leur accordait pourtant que la portion congrue de la Palestine historique.

Il est courant d’entendre que la création de l’Etat d’Israël a été précipitée par la Shoah. En réalité c’est l’inverse: la Deuxième Guerre Mondiale a retardé cette création. Il y avait déjà eu en 1937 la Commission Peel, délégation britannique venue examiner la situation politique, démographique et culturelle de ce territoire qui n’avait quasi jamais connu de souveraineté depuis les rois de Judée. Le rapport de la Commission Peel date de 1937, soit de dix ans avant la Résolution de l’ONU recommandant le partage de la Palestine, et démontre que celle-ci ne ratifiait pas une fiction, mais une réalité sur le terrain.

Le mini-Etat d’Israël de 1948 recelait une population qui pour une partie n’y était que depuis peu, mais cela n’enlève rien à sa légitimité, tout comme en France la population dite “issue de l’immigration”, sont des citoyens à part entière. La différence avec la Palestine, c’est qu’il n’y avait pas d’identité locale, mais une peuplade multiethnique dont une partie était même nomade.

L’arrivée des juifs en Palestine sous l’impulsion du sionisme ne relève pas d’une conquête, mais d’un mouvement de population. Les palestiniens arabes ont cependant un argument recevable du fait que l’occupant britannique ait donné de la consistance au projet d’Etat Juif en promulguant la Déclaration Balfour en 1917. Mais du point de vue juif, débarquer à l’époque en Palestine avec un visa en bonne et due forme délivré par le maître des lieux était parfaitement légitime. Même vu sous cet angle, les juifs ne commettaient aucune faute, et arrivaient de bonne foi sous la tutelle de celui qui détenait les clés de la Palestine. Si l’on tient absolument à pointer du doigt des coupables, c’est à Londres qu’il faut aller les chercher, mais c’est un peu tard parce qu’ils sont morts, et qu’Israël vit.

En 1948 la plupart des observateurs pariaient sur le décès d’Israël dans les six mois. En 1967 le monde entier s’attendait à la liquidation d’Israël. Mais les six cent mille juifs faméliques de 1948 sont devenus six millions, ceci dans un pays moderne, prospère et dynamique, et vivent pacifiquement avec un million et demi de concitoyens arabes israéliens.

Une grande partie des palestiniens n’a toujours pas intériorisé l’idée qu’Israël est là pour rester. Quand on voit que l’Etat d’Israël n’existe sur aucune de leurs cartes géographiques et que leur système scolaire enseigne que Tel-Aviv fait partie des territoires occupés, on est en droit de se méfier. Tant que les palestiniens ne seront pas disposés à mettre un terme au conflit, il n’y aura, au mieux, qu’un interminable cessez-le-feu. En attendant le temps joue contre le peuple palestinien, victime non pas d’Israël, mais d’un narratif stérile.

Morale ou Nature

Si l’être humain était naturellement moral, il suffirait d’analyser  son comportement de manière méthodique, et de cerner ses dispositions à l’empathie.  Il s’agirait alors d’organiser la société de manière à promouvoir cette aptitude, et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

En réalité, le vocable “naturellement moral” est antinomique, parce que la morale relève du libre arbitre, et la nature de ses  lois. Il y a donc d’un côté la nature, et d’un autre côté la morale. Non seulement ces notions ne peuvent être associées, mais elles sont  la plupart du temps en conflit l’une avec l’autre.

Considérer que la morale fait corps avec la nature revient à lui attribuer une fonction politique. En réalité la morale ne saurait être soumise à le collectivité  et peut même lui être opposée. Ce serait  plutôt à la société d’être soumise à la morale, si tant est que l’on puisse trouver une définition qui satisfasse tout le monde. C’est la tentation kantienne, mais c’est un échec autant du point de vue conceptuel que de son application.

Bien que l’on arrive à organiser la société autour d’un système de valeurs, ce n’est jamais qu’un consensus sans fondement autre que le consensus lui-même, qui à son tour relève d’un choix et non d’une nécessité. Vu sous cette angle, la morale repose sur une tautologie:  les hommes décident de valeurs, les déclarent sacrées, et se les prescrivent ensuite à eux-mêmes.

La morale est une valeur, or les valeurs, contrairement aux nécessités de la vie, ne s’ imposent à l’homme d’aucune manière et ne sont pas indispensables. Elles ne reposent ni sur des démonstrations ni sur un prétendu impératif catégorique. Elles sont l’expression de décisions indépendantes de toute considération qui ne relève pas du libre arbitre.

Considérons ce passage de “La Chute” de Camus:  «Sur le pont, je passai derrière une forme penchée sur le parapet, et qui semblait regarder le fleuve. De plus près, je distinguai une mince jeune femme, habillée de noir. Entre les cheveux sombres et le col du manteau, on voyait seulement une nuque, fraîche et mouillée, à laquelle je fus sensible. Mais je poursuivis ma route, après une hésitation. J’avais déjà parcouru une cinquantaine de mètres à peu près, lorsque j’entendis le bruit, qui, malgré la distance, me parut formidable dans le silence nocturne, d’un corps qui s’abat sur l’eau. Je m’arrêtai net, mais sans me retourner. Presque aussitôt, j’entendis un cri, plusieurs fois répété, qui descendait lui aussi le fleuve, puis s’éteignit brusquement.»

La question de l’altérite surgit dès que la personne humaine prend conscience de soi-même comme objet distinct du reste du monde. La morale ressort ensuite de l’obligation de décider de son rapport à l’autre, aux autres, mais n’est pas une entreprise collective. L’on peut bien entendu étayer ses décisions, et même les partager avec d’autres, mais d’argument en argument on n’arrive jamais à en établir le bien-fondé de manière irréfutable.

La Palestine observe, Israël construit

L’admission de la Palestine au statut d’Etat observateur aux Nations-Unies  est une victoire diplomatique pour l’Autorité Palestinienne. Mais les effets secondaires sont tels que cette avancée pourrait constituer un recul pour le processus de paix. Du point de vue de la communauté internationale il n’y a là aucun changement de fond, puisque l’ONU avait déjà adopté en 1947 le principe de deux Etats en Palestine, l’un juif et l’autre arabe. Mais du point de vue israélien cette initiative renforce l’impression que les palestiniens ne veulent en aucun cas entendre parler de fin du conflit, qu’il s’agisse des modérés ou des partisans de la violence.

Même si Israël acceptait de faire certaines des concessions que réclament les palestiniens, cela ne pourrait s’accomplir qu’au moyen de négociations directes. Il n’en est cependant pas question pour l’Autorité Palestinienne, tétanisée comme elle l’est par l’idée même de négocier, parce que ce qu’elle craint par-dessus tout,  c’est qu’Israël lui propose un arrangement acceptable.

Il est vrai que certains dirigeants palestiniens désirent  être perçus comme œuvrant pour l’amélioration du sort de leur peuple, et qu’ils sont même disposés à faire des efforts dans ce sens. Le problème est qu’ils ne veulent en aucun cas payer ce qu’ils considèrent comme le prix ultime, qui serait de mettre un terme au conflit. Toute la stratégie arabe  en la matière consiste depuis les origines à ne jamais aller au-delà d’un cessez-le-feu, de manière à ne jamais reconnaître le droit de l’Etat Juif à l’existence.

Qu’il s’agisse  de l’armistice de 1948 ou de l’arrêt récent des bombardements du Hamas, les palestiniens ne considèrent les cessations d’hostilités que comme des pauses de guerre, qui elle doit continuer à tout prix jusqu’à la liquidation d’Israël. Les accords d’Oslo, censés paver la route de la paix, n’ont été pour les palestiniens que l’occasion de préparer l’Intifada , consistant à enterrer toute perspective de paix sous des milliers de juifs explosés dans des autobus ou des lieux publics, en Israël ou ailleurs. Même après sa déroute de la Guerre des Six-Jours en 1967, le monde arabe a adopté la résolution dite des “Trois Non “: Non à la  paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à la négociation avec Israël.

Nous en sommes, au fond, toujours là.

Le gel des constructions israéliennes en Cisjordanie est une condition que pose l’Autorité Palestinienne pour revenir à la table de négociations, mais c’est un non-sens complet. D’une part la seule manière de déterminer où se situe la frontière entre Israël et la Palestine consiste à en débattre entre les principaux intéressés; d’autre part le gouvernement israélien a gelé les constructions pendant dix mois en 2010 sans que l’Autorité palestinienne ne se manifeste, ce qui démontre à quel point les palestiniens sont empêtrés dans leur marasme.

Cela va faire quatre ans que le gouvernement israélien actuel est au pouvoir, or si l’Autorité Palestinienne s’était mise à table dès le début, les contours de la Palestine auraient peut-être été définis et  la question résolue, ou au contraire, du point de vue palestinien, la mauvaise foi d’Israël démontrée. Quoi qu’il en soit, l’obsession de l’élimination d’Israël aboutit à une réalité sur le terrain qui consiste à ce que les palestiniens préfèrent laisser Israël continuer à construire sur ce qu’ils considèrent comme leurs terres, plutôt que d’arrêter ces constructions par des frontières mutuellement consenties.

Quand il s’est avéré il y a plus de trente ans que le Président Sadate était sérieux dans son désir d’aboutir,  Israël a restitué le Sinaï à l’Egypte. Nul ne peut prédire aujourd’hui sur quoi de véritables pourparlers entre israéliens et palestiniens pourraient déboucher, mais l’Histoire démontre qu’Israël a su faire les gestes qu’il fallait quand la paix était à la clé. Quoi qu’il soit, et même si les positions semblent inconciliables, seul un face-à-face serait à même de le démentir et de déclencher une dynamique où les deux côtés se dépasseraient sous l’effet d’un moment de grâce, ou chacun pourrait donner plus qu’il ne l’avait envisagé au départ.

Jabotinsky, intellectuel et figure majeure du sionisme disait en 1923 à peu près ceci dans son manifeste “La Muraille d’acier” : “Notre credo est pacifique,  mais c’est une autre question que de savoir si nos objectifs peuvent être atteints pacifiquement. Cela ne dépend  pas de nos relation avec les Arabes, mais de la relation des Arabes au sionisme. Tant qu’ils auront la moindre illusion qu’ils peuvent se débarrasser de nous, ils n’y renonceront pas. Ce n’est que quand aucune brèche n’apparaîtra de notre  côté que les extrémistes arabes perdront leur ascendant. C’est alors, et alors seulement,  que les modérés seront disposés à discuter avec nous. Dans ces conditions, et dans ces conditions seulement, les deux peuples pourront vivre en bon voisinage et en paix. ”

Près d’un siècle plus tard cette doctrine n’a pas pris une ride.

Israël face à l’axe Iran-Gaza

L’écrivain israélien A.B. Yehoshua connaît une certaine notoriété à travers le monde grâce aux nombreuses traductions de son œuvre et au prix Médicis qu’il vient de recevoir. C’est un intellectuel de gauche connu pour ses prises de opinions pacifistes.

Il vient d’accorder  un entretien au quotidien  italien “La Repubblica” pour commenter  l’opération  israélienne “Pilier de Défense” à Gaza.  L’évolution de sa pensée par rapport à ses prise de positions antérieures est frappante. Il dit que “le temps est venu pour Israël d’admettre que Gaza est un ennemi et doit être traité comme tel. Les Israéliens pensent aujourd’hui qu’un retrait complet de Cisjordanie aurait les mêmes conséquences qu’à Gaza et laisserait Jérusalem et Tel Aviv à la merci des roquettes.”

Ce qu’avance Yehoshua ne relève pas de la stratégie, mais aborde au contraire le fond du conflit. D’une manière paradoxale il propose une mise à niveau du Hamas en estimant que ce mouvement n’est pas une organisation terroriste, mais un gouvernement au plein sens du terme, et donc  comptable de ses actes vis-à-vis de ses voisins et de la communauté internationale. En élevant le Hamas du rang de bande d’illuminés à celui de régime politique  Yehoshua suggère de réévaluer les options d’Israël face aux agressions de Gaza. Vu sous cet angle Israël n’est plus confronté à des voyous, mais à un Etat-voyou. Yehoshua pense donc que le problème ne doit plus être envisagé dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, mais dans celui de la guerre contre l’axe Iran – Gaza qui a juré la perte d’Israël.

Le conflit israélo-palestinien est trop complexe pour être réduit à la seule dimension du Hamas, mais il ne fait aucun doute que ses dirigeants ont manqué de bon sens après le départ des israéliens en 2005. C’est une illustration frappante de l’adage qui veut que les palestiniens ne ratent jamais l’occasion de rater une occasion.

Israël a évacué Gaza en espérant que cela  entraînerait  un cercle vertueux articulé sur le développement  économique. Des responsables palestiniens avaient à l’époque exprimé leur soulagement en voyant les israéliens partir et assurèrent que Gaza s’avèrerait un « miracle économique », un « Singapour du Moyen Orient » et “un cas d’école pour le monde entier”. Des projets grandioses furent évoqués. Réseau routier, port en eau profonde, centrale électrique, système d’égouts, aéroport, hôtels de tourisme, toutes ambitions auxquelles les places financières ne manqueraient pas de s’associer.

Au lieu de s’activer dans ce sens, des sommes considérables furent englouties avec pour seul objectif de s’attaquer aux civils d’Israël sans le moindre début de raison. Les israéliens de leur côté investirent des moyens colossaux dans la seule arme que l’on puisse qualifier de noble: des batteries anti-missiles qui pulvérisent des roquettes en plein vol mais épargnent les gazaouis à proximité des rampes de lancement.

A Gaza il y a des opprimés et des oppresseurs. Les opprimés sont palestiniens, mais les oppresseurs aussi. Le petit peuple n’a pas droit au chapitre, mais n’est pas dupe de la propagande, et sait parfaitement que si le Hamas cessait de lancer des roquettes sur Israël le calme reviendrait à Gaza. Mais le Hamas n’a que faire du petit peuple et préfère entretenir le mirage de la future liquidation de l’Etat Juif.

La poursuite des bombardements par le Hamas ne fait que renforcer l’opinion publique israélienne dans l’idée que si Israël évacuait la Cisjordanie, le scénario de Gaza s’y reproduirait. Dans ces conditions la partie la plus densément peuplée du pays serait à un jet de pierre du Hamas. Quant à l’Autorité palestinienne, supposée être l’interlocuteur d’Israël,  elle refuse de s’asseoir à la table de négociation avec Israël, sans doute  parce qu’elle craint que la paix ne la prive de la guerre.

Eva Illouz n’est pas antisémite

Eva Illouz n’est pas antisémite, puisqu’elle est juive et professeur de sociologie à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

Elle a cependant publié un article intitulé « Israël : justice ou tribalisme » où elle affirme que le triomphe de la justice lors de l’affaire Dreyfus serait impossible en Israël, parce que les normes morales qui y prévalent ne sont pas, d’après elle, celles de la France.

Cette intellectuelle ne stigmatise pas seulement l’appareil politique, judiciaire et militaire d’Israël, mais également l’ensemble de la population juive, à de rares exceptions près.

Eva Illouz émet l’hypothèse d’une affaire Dreyfus qui, si elle avait lieu en Israël ne se trouverait pas de Juifs pour s’élever contre l’injustice.

Elle condamne d’office et d’avance six millions d’entre eux pour un déni de justice qu’à son avis ils commettraient s’ils en avaient l’occasion.

Elle réussit le tour de force de leur imputer cette ignominie sans le moindre début de démonstration. Difficile de comprendre où elle veut en venir, parce qu’on n’imagine pas qu’elle puisse s’en prendre à des Juifs du seul fait qu’ils soient juifs, sans quoi ce serait de l’antisémitisme.

En réalité le système judiciaire fonctionne en Israël d’une manière que beaucoup dans le monde libre envient, sans parler du Moyen-Orient, où le mot justice ne fait pas partie du vocabulaire. La Cour Suprême d’Israël est un modèle du genre. Ses magistrats sont appréciés par les juristes du monde entier pour leur indépendance, leur courage et leur compétence.

Eva Illouz n’ignore pas que c’est un juge arabe qui a envoyé un ancien président d’Israël en prison, et que ce sont des hommes de loi juifs qui tranchent en faveur de Palestiniens dans des litiges avec l’Etat.

Il ne doit pas non plus lui avoir échappé que le nazi Eichmann a bénéficié d’un procès équitable de la part de ses victimes alors qu’en France de nombreux collaborateurs ont été lynchés à la Libération au mépris des règles les plus élémentaires de l’Etat de droit. A noter cependant que ce n’est pas parce qu’Eva Illouz met l’Histoire entre parenthèses pour fonder sa théorie que cela fait d’elle une antisémite.

Si après l’affaire Dreyfus les juifs étaient définitivement devenus citoyens à part entière l’on aurait pu dire que Zola et d’autres hommes de qualité avaient fait reculer l’antisémitisme.

Mais en réalité cette affaire n’a été que le prélude aux lois raciales de Vichy et de l’antisémitisme d’Etat en France, et constitué le terreau du pétainisme qui a chargé la police française d’envoyer des Juifs à la mort.

Alors que quelques obscurs faussaires avaient fabriqué l’affaire Dreyfus et induit l’opinion publique en erreur, c’est l’Etat français lui-même qui a fini par décréter des lois anti-juives, dont le port de l’étoile jaune, au milieu d’une apathie quasi-totale de la population comme en témoigne « Le Chagrin et la Pitié » de Marcel Ophuls. Eva Illouz omet de noter que cette infamie était en filiation directe avec l’affaire Dreyfus, mais cela ne fait pas d’elle une antisémite.

L’article d’Eva Illouz a été publié par le quotidien israélien « Haaretz », et ne mériterait pas d’être commenté si ses éructations n’étaient répercutées par un organe de presse aussi peu antisémite que le journal Le Monde.

Quant à Eva Illouz, elle n’est sans doute pas antisémite, mais on s’y tromperait, tellement elle est appréciée par des anti-Juifs patentés à travers le monde.

Un amour de femme

Une jeune femme sans âge mais qui annonce trente-six ans depuis de nombreuses années. La sérénité de celles qui n’aiment faire l’amour qu’avec elles-mêmes. Un air intéressé quand on lui parle tout en ne suivant jamais que le fil de sa pensée. Sourde et imperméable à tout ce qui ne la concerne pas. Fait mine de dialoguer pour s’emparer du débat. Dit sans transition une chose et son contraire sans s’émouvoir de la perplexité de l’entourage. Confrontée à ses contradictions elle compatit avec le peu d’intelligence de ses interlocuteurs.

Elle va avec son amant en visite chez la mère de celui-ci. Elle dit à la vieille qu’elle est belle. Qu’elle n’a jamais vu de personne aussi rayonnante. Elle lui offre des fleurs avec cette assurance des femmes qui savent que les femmes aiment les fleurs.  Bouquet fastueux et exotique qu’elle dispose elle-même dans un vase pour se donner un air humain. Elle flatte la dame et lui dit qu’il n’est pas étonnant qu’elle ait un fils aussi merveilleux. Une fois l’entrevue terminée la jeune femme noie l’ancêtre de compliments en concluant qu’elle la considère comme sa mère. Elle l’embrasse avec effusion. Elle essuie une larme en se dirigeant vers la sortie. Chemin faisant elle se toise dans un miroir et se sourit. Une fois dehors elle intime à son amant de la raccompagner chez elle parce qu’elle a la migraine.

Une fois seule elle peut enfin se parler. Je m’aime. Je me regarde dans la glace. Je fais un pas de danse. Qu’est ce que je suis belle. Je me retourne je me regarde je m’admire je m’examine.  J’ai les rondeurs d’une adolescente. Je me regarde par derrière. Quelle chute de reins. Ils ne sauront jamais ce que c’est que d’être une femme qui laisse ses cheveux effleurer sa cambrure en renversant la tête. Je suis somptueuse. Quelle chance j’ai de m’avoir.

C’est quoi la Torah ?

La Torah est synonyme de Pentateuque,  mais c’est aussi un terme générique pour l’ensemble du corpus qui  y est associé.  Des siècles durant elle était considérée comme difficile à appréhender, mais néanmoins parfaite parce que d’inspiration divine. Il y eut bien de temps à autre des érudits pour relever des contradictions ou des incohérences, mais le sujet était trop délicat pour être soulevé dans un monde dominé par la religion.

La Torah relate beaucoup d’évènements, mais n’est pas un manuel d’histoire. C’est une compilation hétérogène de textes rédigés, recopiés, amendés, revus et commentés tout au long de nombreux siècles par de nombreux auteurs, parfois  sous la pression d’une actualité brûlante. Il importe donc moins de savoir si tel ou tel évènement s’est réellement déroulé, que de saisir la vision du monde qui s’en dégage.

La Torah n’est pas un traité de métaphysique. L’origine du monde est expédiée dans les quelques premiers chapitres de la Genèse, après quoi il n’est plus question que de la condition humaine, des rapports de l’homme avec son prochain et avec la société, le tout au moyen de récits plus ou moins mythiques. Le Nouvel-An juif ne célèbre d’ailleurs pas la création du monde, mais celle de l’homme.

La Torah, c’est de la littérature au sens le plus large du terme, et on ne peut la confiner dans aucune catégorie en particulier. Certains passages relèvent d’intérêts politiciens ou sectaires, d’autres de questions de société, et d’autres encore de politique ou de morale. Le style passe de la prose à l’incantation, de la poésie au dialogue. Les récits  sont foisonnants, parfois  sans fil conducteur, souvent répétitifs, et abordent les aspects les plus intimes de la vie comme les grands moments de l’Histoire. Les prophètes quant à eux sont des visionnaires mais ne prédisent pas l’avenir, mettant plutôt en garde le peuple et ses dirigeants contre ce qui est susceptible d’arriver.

La Torah contient une énumération de principes où chacun peut trouver de quoi alimenter sa réflexion. La loi juive découle bien entendu de la Torah, mais n’y figure le plus souvent que de manière allusive, laissant le champ libre à l’interprétation. C’est ainsi que la tradition juive exclut toute lecture littérale de la Torah, et donc tout fondamentalisme. Seule compte l’exégèse, or celle-ci ne peut se faire qu’au moyen de la raison, et peut d’ailleurs varier au fil du temps. C’est ce qui fait que l’étude a une place tellement centrale dans l’éducation juive. Apprendre la Torah, c’est aussi apprendre à nuancer.

Yeshayahu Leibowitz, juif orthodoxe, homme de science et éminent philosophe contemporain, estime qu’il n’existe pas de valeur universelle. Il ne conçoit que des valeurs qu’on décide d’adopter, et que c’est justement parce qu’elles ne sont pas universelles qu’il faut les défendre. Ainsi en va-t-il de la Torah, qui selon  Leibowitz a été écrite par des hommes, après quoi d’autres hommes ont décidé de lui donner un caractère sacré. C’est d’ailleurs tout aussi vrai pour la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme elle-même, qui n’a d’universel que le nom, étant donné qu’une grande partie de l’humanité n’y adhère pas.

La Torah parle beaucoup de Dieu mais n’est pas strictement parlant un ouvrage théologique. Certains y puisent des raisons de croire, mais d’autres voient au contraire dans l’engagement de la Torah contre l’idolâtrie les prémisses de l’athéisme moderne. Les grecs de l’Antiquité reprochaient d’ailleurs aux juifs de ne pas avoir de Dieu, puisque celui auquel ils se référaient était invisible, absent du monde et même indicible.

Maimonide, penseur du Moyen-âge souvent considéré comme le plus grand des commentateurs de la Torah, enseignait qu’on ne pouvait rien dire de Dieu, sauf qu’on ne pouvait rien en dire. Spinoza, philosophe rationaliste et exégète biblique pensait que les notions de Dieu et de Nature étaient interchangeables, vidant du même coup la notion même de surnaturel de sens et l’associant à la superstition.

Le Gaon de Vilna, autorité rabbinique majeure du dix-huitième siècle disait: “De Dieu on ne peut rien dire, pas même qu’il existe”.

La peuple juif  est à l’origine de la Torah, mais celle-ci fait maintenant partie du patrimoine de l’humanité. Reste que le peuple juif en détient les droits d’auteur, et aussi la demeure.

L’épicurisme à la juive

Le pharisaïsme de l’Antiquité est à l’origine du judaïsme orthodoxe d’aujourd’hui. C’est ce courant qui a imposé le Talmud comme axe de la religion. Pour ce judaïsme-là, la Bible est un texte divin dont on ne peut apprécier les représentations qu’au moyen de l’exégèse talmudique.

La plupart des juifs n’observent cependant pas les commandements du Talmud, mais se revendiquent néanmoins comme juifs à part entière.  On les appelle Apikorsim, référence à Epicure, philosophe grec d’il y a plus de deux millénaires.

Epicure basait sa pensée sur la vision d’un monde sans maître. Cette manière de voir dépouillait la pratique religieuse de tout sens, le monde n’obéissant qu’aux lois de la Nature, qu’Epicure se représentait comme le fait d’atomes se combinant de manière aléatoire. Cette doctrine impliquait que l’homme devait vivre en fonction de son aspiration au bonheur.

Epicure recevait dans son jardin femmes, hommes et esclaves sur pied d’égalité parce qu’il considérait l’individu comme valeur suprême. Il pensait par ailleurs que chacun pouvait améliorer son sort au plan physique et spirituel en se cultivant. Il ne prétendait pour sa part pas savoir quoi que ce soit d’autre que ce que son intelligence ne fût à même de comprendre.

Les Apikorsim estiment que la Bible est une anthologie dont la rédaction s’est étalée sur un millénaire tout en faisant des emprunts à d’autres cultures. Chaque texte est imprégné de l’air du temps, ce qui explique la diversité de style, mais aussi l’hétérogénéité intellectuelle. La Bible n’a donc pas de cohérence conceptuelle, et doit être considérée comme un corpus ou coexistent des points de vue souvent en contradiction les uns par rapport aux autres. Les Apikorsim voient pour leur part dans le Dieu de la Bible une figure mutant au gré des époques. Ils estiment donc que les hommes ont créé Dieu à leur image.

Les Apikorsim constituent de nos jours la majorité des juifs. Ils voient dans la Bible un texte fondateur et y puisent de l’inspiration là où elle rejoint l’humanisme. Ils sont d’une certaine manière plus attachés à la Bible que les juifs orthodoxes eux-mêmes, qui ne l’explorent qu’au travers de la grille de lecture talmudique. C’est ainsi que les Apikorsim considèrent que la Bible fait partie du patrimoine de l’humanité.

Tout au long de la Bible il y a des péripéties qui suggèrent l’absence de Dieu. Dans l’Ecclésiaste, le narrateur dit son angoisse devant la nature cyclique du monde, et l’exprime en termes poignants dans des passages comme celui-ci: les vivants savent qu’ils mourront, tandis que les morts ne savent rien. Pour eux ni récompense ni souvenir. Leur amour, leur haine, leur jalousie, rien ne participe chez les morts de ce qui se passe sous le soleil. Va et mange ton pain, bois ton vin d’un cœur joyeux, car c’est ainsi que Dieu se plaît à te voir. Jouis de la vie avec la femme que tu aimes le temps de ton existence. Profite de cet éphémère circonstance, car quels que soient tes efforts la vie est tout ce qu’il y a. Fais ce que tes moyens te permettent, car il n’y a ni avenir ni science ni sagesse dans le Néant vers lequel tu t’avances.

Dans le livre de Job on voit un homme bon et droit sur lequel Dieu s’acharne. Mais qui est donc ce Dieu de Job? C’est sans doute celui de Spinoza, celui qui est synonyme de Nature. A la fin du récit Job comprend que celle-ci n’est ni bonne ni mauvaise, mais qu’on ne peut que l’aimer.

Le récit d’Esther se déroule lors de l’Exil à Babylone. Le peuple juif y est menacé d’extermination, mais est sauvé par la Reine qui est juive. Dieu n’est pas mentionné une seule fois, et il y a rien de miraculeux dans le dénouement.  Il en ressort que l’histoire des hommes ne peut être faite que par eux.

Le Cantique des Cantiques est une compilation de poèmes à caractère érotique qui célèbre le plaisir, la jeunesse, la beauté physique et la sexualité.

Quand Abraham apprend que les villes de Sodome et de Gomorrhe sont sur le point d’être anéanties, il lance à Dieu: Vas-tu exterminer le juste avec le méchant? Prends garde de commettre cela, comme si le juste et le méchant  étaient pareils. Le Juge de l’Univers se refuserait-il à prononcer un jugement ?

N’est ce pas ce que tout homme ressent quand la Nature entre dans un délire de destruction? Abraham met là en évidence le mutisme de Dieu.

Quand le même Abraham s’apprête à égorger son fils, les croyants y voient la forme la plus aboutie de la foi. Mais on peut arguer que l’ange qui retient in extremis le geste d’Abraham, c’est sa conscience qui lui souffle qu’un Dieu qui exige qu’on lui sacrifie ce qu’on a de plus cher ne peut qu’être un produit de l’imagination. C’est donc la raison qui dégage le couteau des mains d’un homme sous le coup d’une hallucination.

Caïn assassine Abel sans dire un mot, sans lui laisser le temps de réagir, par pure jalousie. Là aussi Dieu laisse les hommes régler leurs comptes sans se manifester.

Le Dieu qui interdit à l’Homme de gouter à l’Arbre de la Connaissance fait penser aux régimes totalitaires qui font tout pour empêcher que l’homme prenne  son destin en mains. Alors que certains considèrent l’accès à la Connaissance comme un péché, les Apikorsim y voient au contraire l’essence de la condition humaine.

Dans la culture israélienne la Bible est redevenue centrale parce que c’est un point commun à tous les courants, de l’orthodoxie juive à l’athéisme radical. Elle  fait l’objet d’ intenses recherches et est une référence populaire. Mais le Talmud, La Kabbale et les milliers de commentaires qui vont de pair connaissent aussi un renouveau grâce aux Apikorsim, qui jettent un lumière nouvelle sur la pensée juive de Moïse à Levinas en passant par Philon, Maïmonide, Spinoza, Buber, Freud, Kafka, Einstein et d’autres.

Il est vrai que les Apikorsim pratiquent la raison comme mode de communication privilégié, mais il serait erroné de penser qu’ils ne croient en rien: ils croient en la vie avant la mort.

La laïcité à la juive

Au cours de l’émancipation des juifs au 18ème et au 19ème siècle s’est produit dans le judaïsme une sorte de schisme qui relevait non pas d’un différend théologique, mais de la relégation de la religion à la sphère privée par des juifs qui désiraient devenir des citoyens comme les autres. Si l’on pose la vie humaine comme valeur suprême, cela signifie que ce n’est pas Dieu qui est central, mais l’homme, que l’on soit croyant ou pas. C’est en cela que la logique humaniste est fondamentalement laïque.

Etre juif consiste à faire partie du peuple juif sans que la religion soit un facteur déterminant. La majorité des juifs sont d’ailleurs non-pratiquants. En Israël ceux-ci se définissent comme « hilonims », traduction approximative de “laïques”. C’est une posture qui s’inspire à la fois du judaïsme historique et de la modernité. Les “hilonims” considèrent l’Etat d’Israël comme le foyer national du peuple juif. Ils sont juifs par leurs traditions, leur langue, leurs fêtes et l’attachement au corpus littéraire de la Thora et aux innombrables commentaires dérivés de ce texte fondateur.

Le rapport au monde des “hilonims” consiste à mettre l’homme au centre de l’expérience ontologique. Cela signifie que nul ne peut se soustraire à la responsabilité de sa propre existence. Ils estiment que les valeurs éthiques, qu’elles soient d’inspiration religieuse ou non, ont été pensées par des être humains et doivent être abordées sous cet angle.

Les “hilonims” désirent perpétuer l’histoire du peuple juif indépendamment de toute référence au surnaturel, mais en mettant l’accent sur l’héritage culturel juif. Ils croient au caractère sacré de l’individu et à son droit à la dignité, et aspirent à faire partie de la famille des nations. Pour ce faire ils puisent d’une manière critique parmi les sources juives et sélectionnent ce qui est compatible avec l’époque.

Les “hilonims” estiment qu’est juif toute personne qui aspire sincèrement à faire partie du peuple juif. L’antique définition stipulant que la judéité est transmise par la mère relève d’une tradition qui pose que seule la mère est capable d’identifier son enfant avec certitude. Cette définition n’est d’ailleurs pas religieuse, mais laïque, comme le souligne très justement le philosophe Alain Finkielkraut. C’était une mesure visant à protéger l’enfant, qui même issu d’un viol, même de père inconnu, devait pouvoir être intégré à la communauté. De nos jours ces considérations sont caduques.

Le choix d’être juif ne devrait être subordonné ni à l’ascendance ni à la conversion. L’une et l’autre font bien entendu partie des voies possibles, mais il y a en a d’autres d’égale valeur. Il y a par ailleurs de multiples courants qui s’opposent au sein même du monde rabbinique, ce qui a pour résultat que les conversions ne sont pas forcement reconnues par tous. Mais comme la religion n’est pas une condition imposée à ceux qui sont déjà juifs, même pour les religieux les plus orthodoxes, il n’y a pas de raison de l’exiger de ceux qui ne le sont pas encore, ou de les y pousser sans que cela corresponde à un souhait.

Le peuple juif a une histoire longue et tragique, et doit aujourd’hui encore faire face a des menaces existentielles. C’est pour cela qu’il convient de recevoir à bras ouverts ceux qui désirent contribuer à cette civilisation et partager ce destin.

Assumer sa judéité a été et demeure inconfortable pour de nombreux juifs à travers le monde, qui n’ayant à leur disposition d’autre cadre que celui des communautés religieuses, y adhèrent souvent avec des sentiments mélangés.

C’est là qu’intervient Israël, qui n’est pas un Etat laïque au sens français du terme, mais qui reconnait l’identité juive de manière formelle, et ceci indépendamment des convictions religieuses ou philosophiques des citoyens.

Ce n’était plus arrivé depuis les temps bibliques.

Philippe Karsenty continue son combat

Les résultats des élections des français de l’étranger de la 8ème circonscription ont surpris du fait que Philippe Karsenty, considéré jusque là comme favori, n’ait pas franchi la barre du premier tour. Il disposait pourtant d’un large soutien en Israël, où se trouvait la moitié de l’électorat concerné. S’il avait pu passer ce premier barrage il aurait peut-être pu faire entendre son message de manière plus audible, dans le cadre d’une confrontation réduite à deux candidats.

C’est une déception pour lui, mais au delà de la personne de Philippe Karsenty, son élimination constitue la perte d’un précieux atout dans le cadre des relations franco-israéliennes. Chacun des candidats avait sa plateforme électorale, son programme et ses orientations idéologiques, mais nul n’était aussi compétent que Philippe Karsenty pour faire entendre une voix originale et décomplexée dans la caisse de résonance que constitue l’Assemblée Nationale. Le courage et la persévérance dont il fait preuve depuis des années dans le cadre de l’affaire Al-Durah était – et demeure – un gage de son aptitude à affronter la machine de propagande anti-israélienne et antisémite.

Ces élections législatives sont avant tout une affaire franco-française, mais nul doute que l’idée toute nouvelle d’un député portant la voix de français de l’étranger n’est pas indifférente pour les pays où ils résident. La tâche prioritaire du député sera bien entendu de servir les intérêts de sa circonscription, mais au delà des aspects politiques ou administratifs, il sera emmené à servir de canal de communication non seulement entre les expatriés et la France, mais aussi entre les pays d’accueil eux-mêmes et la France.

Les urnes ont parlé, mais la classe avec laquelle Philippe Karsenty a concédé son échec, le panache avec lequel il a transcendé sa propre sensibilité politique en appelant au soutien de la candidate socialiste témoigne de son souci de la circonscription qu’il entendait représenter, souci persistant même après avoir été éliminé de la compétition.

Ce n’est ni un cliché ni un prix de consolation pour ses électeurs que d’estimer que Philippe Karsenty continuera son combat d’une manière ou d’une autre, tant dans l’intérêt de la France que dans celui d’Israël. Au delà des aléas politiciens et médiatiques qui empoisonnent le débat public, ces deux nations partagent trop de valeurs pour laisser les ennemis d’Israël polluer l’espace médiatique par une désinformation qui n’en a pas fini de sévir.

Boycotter Israël ou l’art du boomerang

La cour d’appel de Paris a récemment condamné une militante pro-palestinienne pour avoir diffusé une vidéo tournée dans un supermarché appelant au boycott des produits israéliens.
D’autre part l’Afrique du Sud envisage d’imposer l’étiquetage de produits provenant de Cisjordanie. D’après un haut-fonctionnaire du ministère du commerce sud-africain il ne s’agit pas de boycotter Israël, mais d’informer les consommateurs au sujet de la provenance des produits qu’ils achètent. Mais dans un même souffle il affirme que “l’Afrique du Sud ne reconnaît Israël que dans les frontières admises par l’ONU en 1948”.

Ce que ce fonctionnaire semble ignorer, c’est qu’il s’agissait en 1948 d’une résolution non- contraignante de l’ONU, que les juifs palestiniens ont acceptée, mais que les arabes palestiniens ont refusée. La plupart des nations arabes ont ensuite fait de la liquidation de l’Etat Juif une obsession et une priorité, mais le recours à la légitime défense d’Israël s’est soldé pour les agresseurs arabes par un changement de souveraineté en Cisjordanie, qui de l’occupation jordanienne est passée sous contrôle israélien en 1967.

Que l’on qualifie ou non la Cisjordanie de territoire occupé, il faut savoir qu’une occupation n’est pas en soi illégitime du point de vue du droit international. Dès lors qu’un pays est l’objet d’agression, ce qui est le cas d’Israël depuis sa création, il a le droit de se défendre et même de contrôler l’agresseur aussi longtemps que celui-ci constitue un danger. L’Allemagne a bien été occupée par la France en 1945, or nul ne songerait à dire qu’il y avait là une violation du droit international.

La propagande anti-israélienne et antisémite a un effet négatif sur Israël au plan diplomatique, mais cela ne change en rien les fondamentaux économiques. Selon le magazine belge “Vacature”, le capital à risque qu’investit Israël par personne et par an est de 170 dollars, à comparer avec 12 dollars pour la Belgique. Israël est à la première place mondiale pour le nombre de start-up, et n’en est pas loin pour les sociétés du Nasdaq. Boycott ou pas, Israël est l’enfant chéri des investisseurs du monde entier, qui se bousculent pour bénéficier de son dynamisme. L’industrie du High-tech en particulier est orientée vers l’export étant donné le sous-développement des voisins et la petite taille du marché local.

Il n’y a en Israël pratiquement pas de grèves depuis des années, et l’industrie connaît le plein-emploi. Une agence d’Etat étudie attentivement tous les projets à caractère technologique qu’on lui soumet, et investit dans des entreprises qui sans cela n’auraient pas les moyens de se construire. En ce moment même Israël est en passe de devenir le premier pays au monde à disposer d’un réseau couvrant l’ensemble du territoire de stations-services pour voitures électriques.

La longue période du service militaire est mise à profit par Tsahal (Armée de défense d’Israël), pour offrir aux jeunes la possibilité de combiner le service avec les études, ce qui aboutit à ce que de nombreux militaires passent au civil sans peine et se recyclent dans une économie insatiable de main-d’œuvre qualifiée.

Bouder le savoir-faire israélien pour des raisons politiques reviendrait pour beaucoup à se pénaliser soi-même. On ne voit en effet pas bien au nom de quoi des pays qui par exemple manquent d’eau se priveraient de la technologie israélienne d’irrigation du fait qu’il y des juifs qui vivent et travaillent paisiblement en Cisjordanie.

Boycotter Israël est non seulement moralement et juridiquement infondé, mais c’est aussi une forme d’autisme vis-à-vis d’une des plus grandes réussites des temps modernes en matière de mouvement de libération nationale.

Philippe Karsenty ou la passerelle de la Méditerranée

Philippe Karsenty, ex-financier et actuellement maire-adjoint de Neuilly, est candidat à la 8eme circonscription aux prochaines législatives, et représentera, s’il est élu, les français de plusieurs pays de la Méditerranée, dont l’Italie, la Grèce et Israël. Il se situe au centre-droit, mais n’est affilié à aucune famille politique, et brigue donc l’Assemblée Nationale en tant que candidat libre.  Mais bien que refusant d’être investi par un parti, plusieurs formations – le Parti Libéral Démocrate et le Parti Chrétien Démocrate –  le soutiennent.

Philippe Karsenty mène depuis des années un combat politico-médiatique connu sous le nom “d’affaire Al-Durah”, qui vise à faire toute la lumière sur un reportage réalisé par France 2 à Gaza, où un homme et son fils ont été pris sous un feu croisé entre israéliens et palestiniens. Cet homme jeune et énergique fait preuve de ténacité, de courage et d’une remarquable suite dans les idées. Connaissant bien les pays de la Méditerranée, il pourrait jouer un rôle clé dans la communication entre ces pays et la France.

Bien que l’ex-président Sarkozy ait au début de son mandat adopté un ton plutôt amical envers Israël, cela ne s’est jamais traduit par un changement au plan pratique. On peut même dire qu’a plusieurs reprises il a indisposé Israël par des prises de positions inamicales telles que son soutien à l’admission de la Palestine à l’UNESCO ou son animosité envers le Premier ministre israélien, ainsi qu’envers celui des Affaires Etrangères.

Il est vrai qu’il est difficile pour tout président français d’infléchir la politique du Quai d’Orsay, qui depuis le Général de Gaulle a une attitude plutôt réservée à l’égard d’Israël. Il est donc peu probable que François Hollande inaugure un changement d’orientation de ce point de vue-là. Des drapeaux palestiniens ont même été hissés à La Bastille pour fêter sa victoire, ce qui est quelque peu surprenant après une campagne électorale d’où la politique étrangère a été pratiquement absente.

Les problèmes économiques auxquels sont confrontés la France et l’Europe ont été au centre de la campagne présidentielle, et c’est bien normal pour des citoyens préoccupés par le pouvoir d’achat qui s’érode, le chômage qui monte et un sentiment d’insécurité qui s’installe. Mais bien qu’Israël fasse partie du monde occidental et que l’Europe soit son principal marché, son économie résiste aux turbulences des place financières et au rouleau compresseur de la globalisation. La croissance y est excellente, le chômage est bas, et la consommation se maintient alors que l’inflation est sous contrôle. Le dynamisme de cette économie est remarquable, ceci malgré l’effort à fournir pour la défense du pays, et malgré des voisins hostiles ou insuffisamment développés pour constituer des partenaires commerciaux de poids.

La réussite d’Israël pourrait servir de modèle à bien des pays européens – dont la France – paralysés par des structures obsolètes, où les réformes imposées par la mondialisation tardent à être mises en œuvre.

Israël a beaucoup appris de l’Europe et s’en est inspiré tout au long du vingtième siècle. Cela a abouti à une démocratie moderne, un Etat de droit et une économie féconde combinée à une créativité stupéfiante. Il se peut que le temps soit venu pour la vieille Europe de s’inspirer à son tour d’Israël pour se réinventer et relever les défis qui l’attendent. Mais pour cela il faut une passerelle, or Philippe Karsenty pourrait bien en être l’artisan s’il était élu député à l’Assemblée Nationale d’ici peu.

La nostalgie de Günther Grass

Günther  Grass, prix Nobel de littérature et intellectuel de premier plan, vient de faire tomber un tabou. Désormais un ancien de la Waffen SS peut se répandre dans les médias pour accuser les juifs de menacer le monde.  Pour mémoire, la Waffen SS dont Günther  Grass fit naguère partie était un corps d’armée dont le principal critère de sélection consistait à être dévoué corps et âme à l’idéal nazi.

Günther  Grass nous apprend sous la forme d’un poème de son crû que les juifs veulent éradiquer le peuple iranien. Cela a de quoi surprendre, parce que d’une part il ne nous communique pas ses sources, et que d’autre part on a surtout entendu jusqu’à présent que le président Ahmadinejad et l’ayatollah Khamenei, les deux principaux leaders d’Iran, appelaient à la liquidation d’Israël.

Il faut savoir que l’Iran ne se limite pas à une logorrhée antisioniste, mais agresse quotidiennement Israël par le biais du Hezbollah et du Hamas, deux organisations criminelles qui se spécialisent dans l’assassinat de civils juifs.

Par ailleurs le régime iranien professe un négationnisme de la Shoah et entretient une  propagande antisémite tous azimuts. Cela doit ranimer de la nostalgie chez Günther  Grass. On peut en effet imaginer qu’il ne se remet pas de ce que grâce à Israël les juifs ne sont plus la vermine que la Waffen SS exterminait.  L’Etat Juif a même l’outrecuidance de le déclarer « persona no grata », ce qui est quand même un comble pour quelqu’un qui a adoré Hitler.

Mais aucune réaction, aucune pétition, aucune protestation ne peut avoir un effet aussi décisif que la lettre que Günther  Grass a reçue du vice-ministre de la Culture iranien, qui lui rend hommage pour avoir « dit la vérité », en espérant que cela « réveillera la conscience occidentale endormie ». Cette lettre, rendue publique par les médias iraniens  bien connus pour leur indépendance,  est la punition la plus terrible que l’on puisse imaginer pour un intellectuel qui se dit de gauche. Ceci parce qu’un compliment provenant du régime iranien est en soi une injure à l’intelligence, et devrait constituer un signal d’alarme pour quiconque  dispose d’un minimum de bon sens.

La faute de Günther  Grass consiste a s’être trompé en confondant la dictature iranienne et la démocratie israélienne. Cependant il ne viendrait à l’idée de personne de douter de son quotient intellectuel ou de sa culture. Ce n’est donc pas de ce côté-là qu’on trouvera l’explication de sa poétique insulte à l’Etat juif.  Une hypothèse plus vraisemblable est que Günther  Grass est resté attaché ses racines idéologiques, et que l’idée que les juifs disposent d’une force de dissuasion est insupportable pour cet érudit allemand qui a tout vu, tout lu, tout appris, mais rien compris.

Catherine Ashton ou l’oracle de Gaza

Catherine Ashton, Vice-présidente de l’Union Européenne, a mis sur un même plan le meurtre d’enfants juifs en France et la légitime défense qu’exerce Israël à Gaza.  Cette dérive illustre  l’état d’esprit qui anime une certaine classe politique européenne qui se complait comme au Moyen-âge à accuser les juifs de tout, y compris quand les juifs eux-mêmes sont l’objet d’un massacre. L’ignoble amalgame de Catherine Ashton consiste à insinuer que si Israël n’existait pas, on ne s’attaquerait pas aux juifs. Une sinistre mais simple compilation historique démontrerait pourtant qu’on tuait beaucoup plus d’enfants juifs avant la création de l’Etat d’Israël que depuis.

Les propos de Catherine Ashton sont aussi méprisables qu’impardonnables, non pas à cause d’un écart commis dans un moment d’égarement, mais suite à un enchaînement de déclarations et de prises de positions qui ne peuvent laisser aucun doute sur ses motivations. Il y a chez Catherine Ashton un délire apparent, mais qui masque en réalité une volonté délibérée de nuire aux juifs.

L’UPJF (Union des Patrons et Professionnels Juifs de France) demande au gouvernement français d’élever une protestation officielle à l’encontre de Catherine Ashton. L’UPJF relève que celle -ci est une récidiviste, qu’elle avait déjà fait l’apologie des kamikazes palestiniens dans le passé, qu’elle recourait au mythe du complot juif mondial, qu’elle avait apporté son soutien au Hamas lors du blocus de Gaza, qu’elle en avait rencontré le chef, et qu’elle a accusé les israéliens de trafic d’organes lors de l’opération israélienne de secours à Haïti.

Quand Catherine Ashton sympathise avec ceux qui ont pour programme explicite la liquidation d’Israël, elle perd toute légitimité et doit en tirer les conséquences. Les seuls au monde qui ont le droit de traiter avec le Hamas sont les israéliens eux-mêmes – s’ils en décident ainsi – parce que c’est leur peau qui est en jeu. Ni Catherine Ashton ni Régis Debray ni Stéphane Hessel ni Edgar Morin ni Jean Daniel ni Daniel Cohn-Bendit ni Rony Bruman ni les autres apôtres – juifs ou non-juifs – de cette bien-pensance européenne n’ont le droit d’être complaisants envers les terroristes de Palestine ou d’ailleurs.

Il n’y a aucune option digne de l’Union Européenne face au conflit israélo-palestinien, autre que celle d’un soutien franc et massif  à Israël, comme cela a été le cas de la plupart des pays d’Europe lors de la création de l’Etat Juif. Cela n’implique pas qu’Israël soit au dessus de toute critique, mais que l’Etat d’Israël doit être soutenu sur le fond de sa revendication, qui est celle de son droit à l’existence.

Ce que les responsables politiques européens doivent intégrer c’est que ce que les ennemis d’Israël ambitionnent  n’est ni une rectification de frontières ni une fin de l’occupation, mais l’éradication du peuple juif en passant par la destruction d’Israël, seule démocratie du Moyen-Orient où les arabes eux-mêmes sont des citoyens libres. Entre Israël et des régimes assassins comme ceux de Syrie, d’Iran, du Hezbollah ou du Hamas il n’y a pour l’Europe ni à être neutre ni à se contorsionner. Il y a à être solidaire d’Israël.

La Bête Immonde n’est pas morte à Toulouse

Stéphane Hessel, ancien résistant et auteur d’«Indignez-vous», sympathise avec le Hamas, ce frère jumeau de l’assassin de Toulouse et de Montauban. Jean-Luc Mélenchon, candidat à la Présidence de la République, admire Hugo Chavez, dictateur proche d’Ahmadinejad et de Kadhafi. Il y a ainsi des personnalités de la France politiquement correcte qui n’ont rien retenu du processus qui a emmené un jour le peuple de Voltaire à faire allégeance à Pétain.

Noyer les tueries de Toulouse et de Montauban dans une vague indignation contre le racisme est une forme de déni de quelque chose de grave et de criant, qui est l’islamisme radical. L’auteur des massacres de Toulouse a beau être français, ses motivations relèvent d’une tradition liée au nazisme. Déjà dans les années trente le Grand Mufti de Jérusalem avait vendu son âme à Hitler.

Le racisme existe depuis toujours et n’est pas près d’être éradiqué, mais l’antisémitisme est une variante qui a trouvé sa solution sous la forme politique que constitue l’Etat d’Israël. Nul doute que la France fait ce qu’elle peut pour lutter contre l’antisémitisme, mais il est temps qu’elle revienne à sa politique des années soixante consistant à reconnaître que la véritable réponse à l’antisémitisme ne relève pas de l’humanitaire mais du politique, et donc d’un soutien franc et massif à Israël.

Il y a encore trop de gens dans l’opinion publique française qui pensent qu’ils peuvent être en empathie avec les juifs tout en étant antisionistes. C’est une erreur tragique qui résulte de décennies de propagande anti-israélienne initiée par de Gaulle, position à la fois immorale et contreproductive à terme.

Philippe Karsenty, candidat favori à la 8eme circonscription (français de la Méditerranée) aux législatives, dénonce depuis des années la désinformation concernant Israël. Son combat autour de l’affaire Al-Durah (vidéo d’un homme et de son fils pris dans un feu croisé à Gaza), consiste à enrayer la machine de propagande islamiste radicale qui empoisonne les médias français, propagande qui vise non seulement Israël mais l’ensemble du monde occidental, et en fin de compte la France elle-même.

Les attentats de Toulouse et de Montauban ont ravagé des familles juives, musulmanes et chrétiennes. Mais si l’Europe ne prend pas la mesure de l’islamisme radical, les choses n’en resteront pas là. Les terroristes ont compris la facilité avec laquelle ils peuvent opérer en démocratie. Dans ces conditions, toute nation civilisée se doit de décréter une forme d’état d’urgence tout en s’efforçant de préserver l’Etat de droit.

Les tragédies de Toulouse et de Montauban pourraient avoir des répercussions sur la campagne électorale en cours en France, mais il faut espérer qu’aucun des candidats ne se trompe d’ennemi en stigmatisant telle ou telle catégorie de population. Il faudrait en revanche qu’ils intègrent que les ennemis d’Israël et ceux qui ont inspiré l’assassin de Toulouse et de Montauban sont les mêmes. Qu’ils n’appartiennent à aucune ethnie ni nationalité particulière, mais qu’ils sont atteints d’une même maladie de l’esprit, transmissible mais pas imparable.

Bertolt Brecht, poète allemand du siècle passé, disait à propos du fascisme que “le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde”.

Apartheid in the Middle-East

According a United Nations Development Program report, discrimination against women in the Arab world is a major obstacle to economic and social development. The status of women is lower there than in any other part of the world. In many of these countries, sidelining of women is enshrined in legislation. The family codes produce women exclusion through polygamy, child marriage, divorce, property or estate rules. Apartheid.

Christian communities in the Arab world are endangered. Christians suffer a second-class citizenship, are being bullied, segregated, red tape or persecuted. Apartheid.

Homosexual communities in the Arab world are subject to serious human rights violations. In most of these countries homosexuality is considered a crime. Apartheid.

Arab countries never agreed to integrate Palestinians after they incited them to leave Israel in 1948. The Arab League adopted in 1959 a resolution stating that no member could grant citizenship to Palestinians. In Lebanon Palestinians are not allowed to start a business. Apartheid.

Since 1948 more than eight hundred thousand Jews in the Arab world have been arrested, tortured, deported, robbed or murdered simply because they were Jews. Official decrees have denied them the most basic rights, and many were deprived from their nationality. Apartheid.

The President of the Israeli Court that sent the head of state to jail for sexual offenses is an Arab. Apartheid?

Israeli Arab members of Parliament are legislators just like all the others, even when they are openly anti-Zionists. Apartheid?

An Arab judge is a permanent member of the Supreme Court of Israel. Apartheid?

Israel is the only country in the Middle East where religious freedom is granted and where abstaining from any religion is an acceptable opinion. Apartheid?

Freedom of the press is unquestionable in Israel, including for supporters of enemies of the state. Apartheid?

The health system in Israel makes no distinction between users. Arabs and Jewish doctors cooperate in all respects. Arabs and Jews Patients are taken care off in an identical way. Apartheid?

Judge Goldstone, that can hardly be suspected of sympathy towards Israel since his “Cast Lead” report, states that as a former magistrate of South Africa he deems that “the charge that Israel is an apartheid state is  false and malicious” Apartheid?

Israel is a pluralistic society. None Arab in no Arab country enjoys citizen’s rights like in Israel. Apartheid?

An Arab woman was crowned Miss Israel only because she was attractive. Apartheid?

Apartheid au Moyen-Orient

Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement la discrimination envers les femmes dans le monde arabe est un frein majeur au développement économique et social. La place des femmes y est plus faible que dans toute autre partie du globe. Dans un grand nombre de ces pays la mise à l’écart des femmes est inscrite dans la législation. Les codes de la famille instituent l’exclusion au moyen de la polygamie, du mariage d’enfants, du divorce, de la propriété ou de la succession. Apartheid.

Les communautés chrétiennes du monde arabe sont en voie de disparition. Les chrétiens subissent un statut de citoyen de seconde zone, sont l’objet de brimades, de ségrégation, de tracasseries administratives ou de persécutions. Apartheid.

Les communautés homosexuelles du monde arabe font l’objet de graves violations des droits de l’homme. Dans la plupart de ces  pays l’homosexualité est considérée comme un crime. Apartheid

Les pays arabes n’ont pas voulu intégrer les palestiniens après les avoir incités à quitter Israël en 1948. La Ligue arabe a adopté en 1959 une résolution stipulant qu’aucun de ses membres ne pouvait accorder la citoyenneté aux palestiniens. Au Liban les palestiniens ont l’interdiction de créer une entreprise. Apartheid.

Depuis 1948 plus de huit cent mille juifs du monde arabe ont été arrêtés, torturés, expulsés, spoliés ou assassinés du seul fait qu’ils étaient juifs. Des décrets officiels leur ont dénié les droits les plus élémentaires, et beaucoup ont été déchus de leur nationalité. Apartheid.

Le président du tribunal israélien qui a expédié en prison le chef président de l’Etat pour délits sexuels est un Arabe. Apartheid?

Les députés arabes au Parlement israélien sont des législateurs comme les autres, même quand ils sont ouvertement antisionistes. Apartheid?

Un juge arabe siège de façon permanente à la Cour Suprême d’Israël. Apartheid?

Israël est le seul pays du Moyen-Orient où la liberté de culte est totale, et où l’abstention de culte est une opinion comme une autre. Apartheid?

La liberté de presse est absolue en Israël, y compris pour des sympathisants des ennemis de l’Etat. Apartheid?

Le système de santé en Israël ne fait aucune distinction entre usagers. Médecins arabes et juifs coopèrent sur tous les plans. Patients arabes et juifs sont soignés côte-à-côte de manière identique. Apartheid?

Le juge Goldstone, peu suspect de sympathie envers Israël depuis son rapport sur “Plomb Durci”, affirme en tant qu’ex-magistrat d’Afrique du Sud que l’accusation selon laquelle Israël est un État d’apartheid est un mensonge malveillant.” Apartheid?

Israël est une société pluraliste. Aucun arabe dans aucun pays arabe ne jouit des droits du citoyen comme en Israël. Apartheid?

Une femme arabe a été élue Miss Israël uniquement parce qu’elle était belle. Apartheid?

Philippe Karsenty favori de la 8ème conscription des Français de l’étranger

Les prochaines élections législatives comprennent 11 circonscriptions représentant les Français de l’étranger. Philippe Karsenty est candidat à la 8ème, celle qui comprend Chypre, la Grèce, Israël, l’Italie, Malte, Saint-Marin, le Saint-Siège et la Turquie.

Après avoir fait carrière dans la finance, Philippe Karsenty a fondé Media-Ratings, agence de Notation des médias dont l’objectif est d’évaluer leur fiabilité. Depuis mars 2008, il est maire-adjoint de Neuilly-sur-Seine en charge des nouvelles technologies.

Philippe Karsenty est un libéral de centre-droit, mais en tant que candidat libre il est indépendant des appareils politiques. Bien que ne bénéficiant pas de leur infrastructure, il soulève un grand espoir parmi les Français du pourtour méditerranéen, en particulier ceux d’Israël, d’Italie et de Grèce, où se trouve la grande majorité des électeurs potentiels. Philippe Karsenty est considéré comme grand favori parce qu’il a démontré son indépendance et sa pugnacité quand il s’agissait de défendre une cause importante. C’est notamment le cas de l’Affaire al-Dura, qui au delà de la lutte contre le corporatisme des médias, est emblématique d’une cause à laquelle Philippe Karsenty est particulièrement attaché, celle de la vérité.

L’Affaire al-Dura a démarré en septembre 2000 lorsque France 2 a diffusé un reportage filmé par un cameraman palestinien semblant montrer deux civils, Jamal al-Dura et son fils Mohamed, pris sous un tir croisé à Gaza. Charles Enderlin, le correspondant de France 2, absent au moment des faits, a repris à son compte le récit de son caméraman. Il avait affirmé – sans pouvoir le prouver – que l’homme et l’enfant avaient été visés par l’armée israélienne, et que l’enfant avait succombé à ses blessures.

De nombreux observateurs contestent l’authenticité du reportage, et aussi la manière dont France 2 l’a commenté. Philippe Karsenty est entré dans la controverse en 2002, avançant qu’il n’y avait pas de preuve du décès de Mohamed al Dura, et que la vidéo était une fabrication du caméraman de France 2. Il fut poursuivi pour diffamation, mais après une saga juridique riche en rebondissements, il fut relaxé par la Cour d’Appel de Paris.

Philippe Karsenty s’emploie depuis près d’une décennie à étayer et faire reconnaître la thèse d’une manipulation médiatique diffusée par France 2. Il a révélé, après avoir visionné la vidéo, que l’enfant supposé mort lève la jambe et tourne sa tête vers la caméra. Un chirurgien témoigne que les cicatrices de son père sont antérieures à l’incident. Par ailleurs la fusillade aurait duré 45 minutes, mais il n’y a que quelques impacts, et pas de sang qui s’écoule alors que l’enfant est censé être blessé au ventre. Enfin il n’y a aucune image qui étaye son agonie. Cela, et bien d’autres éléments suscite des interrogations et jette d’après Philippe Karsenty une lumière singulière sur la légèreté avec laquelle France 2, chaîne du service public, s’est permis d’accuser Israël et de désinformer son audience au lieu de l’informer.

A la suite de la diffusion de ce reportage, les affrontements entre Palestiniens et Israéliens s’intensifient et provoquent une vague d’antisémitisme d’une rare intensité à travers le monde. Les stéréotypes les plus éculés de crime rituel juif réapparaissent un peu partout dans les médias. Les images de l’enfant-martyr suscitent une hostilité anti-juive aux effets durables. Ceci alors qu’à cette même époque, d’autres images de mort et de désolation – incontestables quant à elles – d’attentats en Israël contre des civils ne suscitent rien de comparables.

Le mythe al-Dura s’est cristallisé depuis, et l’effigie du petit Mohamed est devenue une marque qui sert à lancer timbres, vêtements, à inaugurer des monuments ou à nommer des rues. Ce mythe alimente la diabolisation d’Israël, plus particulièrement en France, où France 2, chaîne du service public, a cautionné ce reportage plus que douteux.

Les Français d’Israël tiennent beaucoup à préserver leurs liens avec leur patrie d’origine et à chasser les nuages qui pèsent sur les relations Franco-israéliennes. Philippe Karsenty est sans doute le candidat le mieux placé pour y contribuer, mais au delà d’Israël, sa compétence économique d’ancien financier, et son expérience politique d’élu municipal le rendent particulièrement apte à répondre d’une façon réaliste et pratique aux besoins spécifiques des Français confrontés à la crise économique européenne.

Son discours témoigne d’une réelle compréhension de l’identité de cette circonscription du bassin méditerranéen et colle de près à que doit être la voix française en provenance de ces lieux tellement chargés d’Histoire que sont Jérusalem, Athènes, Rome et Constantinople, ces quatre villes qui sont le berceau de notre civilisation occidentale.

Israel et la laïcité

Yaïr Lapid est journaliste, chroniqueur, écrivain et animateur d’un magazine télévisé très prisé en Israël. C’est un surdoué de la communication, charismatique et consensuel, qui jouit d’une grande popularité et qui est suivi à la trace par les médias depuis son plus jeune âge, puisqu’il est fils d’une écrivaine et d’un politicien flamboyant. 

Yaïr Lapid vient de  démissionner de la chaine israélienne où il officiait pour annoncer qu’il allait désormais se consacrer à la politique. Les sondages le créditent déjà d’un grand nombre de mandats sur foi de son seul nom. Bien qu’il n’ait pas encore annoncé son programme, il est probable qu’il se réclamera du Centre, du libéralisme et de la laïcité, or cette vison du monde  coïncide avec celle d’une grande partie de l’électorat israélien, dont la classe moyenne. 

Le positionnement résolument laïc et sioniste de Yaïr Lapid est particulièrement intéressant, parce que si cet homme est emmené à jouer un jour un rôle important sur la scène politique, le renforcement de la laïcité en Israël pourrait être déterminant pour l’avenir du pays, non seulement au plan spirituel et socio-économique, mais aussi à celui du conflit israélo-palestinien. Electron libre, il est improbable que Yaïr Lapid se laisse intimider par les extrémistes de quel bord que ce soit. 

L’Etat Juif tel que le voyaient les fondateurs du sionisme  était essentiellement laïc. La laïcité était pour eux une synthèse entre l’humanisme et le judaïsme. Quant à la pratique religieuse, le mouvement sioniste des origines la considérait comme faisant partie du patrimoine culturel, mais pas comme une condition essentielle de la judéité. L’on assiste d’ailleurs en Israël au paradoxe qui fait que  beaucoup d’immigrants peuvent faire appel à la Loi du Retour en invoquant qu’ils sont juifs, bien qu’ils ne soient pas considérés comme tels du point de vue religieux.

La laïcité, en Israël comme ailleurs, pose que dans une démocratie les lois ne sauraient découler d’autre chose que de décisions humaines. Elle intègre et reconnaît certes le fait culturel de la Tora, pour autant que cela soit compatible avec la modernité. C’est le cas des fêtes juives, qui sont devenues des fêtes nationales, un peu comme les fêtes chrétiennes en France qui font partie du paysage culturel malgré la stricte laïcité de la République.

Il y a depuis trois siècles  de nombreux courants dans le judaïsme, or ce pluralisme constitue sa richesse. De nos jours la plupart des juifs en Israël ne sont pas pratiquants, mais leur judaïsme se manifeste néanmoins par l’attachement aux traditions, au calendrier juif, à la littérature et à la langue hébraïque, et à l’immense corpus littéraire associé à la Thora qui n’en finit pas de croitre. 

Les laïcs démontrent en Israël qu’il existe un judaïsme vivant mais dissocié de la pratique religieuse. Le siècle des Lumières a imprimé un tournant décisif au judaïsme, qui de  Spinoza à Levinas, en passant par Freud et Kafka, s’est autorisé une lecture renouvellée des sources juives. C’est sous ce signe qu’Israël est entré dans l’histoire contemporaine, mais sans renier son long passé. Par exemple, il est courant que les jugements émis par les tribunaux israéliens fassent référence dans leurs attendus à la fois à la loi anglo-saxonne  et au Talmud.

La religion, tout  comme l’art, est une affaire qui relève de l’imagination, et non de la raison. Cependant  il n’y a ni opposition ni incompatibilité entre l’imagination et la raison, parce qu’aucun cerveau humain ne saurait fonctionner sans la combinaison de l’une et de l’autre. Mais dès lors qu’il est établi que le sentiment religieux relève de l’imagination, il est impératif que chacun en conçoive les limites et la subjectivité.

En conséquence, seule la raison est susceptible de mettre les hommes d’accord autour d’un minimum de dénominateurs communs. Cependant la raison ne suffit pas pour forger un consensus. Il faut aussi une morale, or le Talmud dit explicitement que la morale précède la Thora, ce qui signifie que la morale est une condition préalable à la pratique religieuse, et non l’inverse.

La laïcité, c’est cela.

De Gaulle et les juifs

Lors d’une mémorable conférence de presse tenue en novembre 1967, de Gaulle déterminait que les juifs étaient « un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ». Raymond Aron, intellectuel du même bord que le Général, fut sidéré et se demanda « pourquoi le général de Gaulle avait solennellement réhabilité l’antisémitisme ».

On a beaucoup glosé depuis sur la singularité de cette frasque gaullienne, mais il ne fait pas de doute qu’il l’avait préméditée, parce qu’il n’était pas homme à faire écart de langage sans en avoir évalué les implications. Il s’agissait en l’occurrence d’argumenter en faveur d’une nouvelle politique arabe de la France au lendemain de la guerre des Six Jours, après que le monde arabe eût échoué dans sa tentative de liquider l’État d’Israël. Il se servait d’un procédé digne de Vichy pour travestir en exploit patriotique ce qui n’était en réalité qu’une realpolitik d’un genre douteux.

Une lecture attentive de l’incipit de ses Mémoires suggère que l’idée que de Gaulle se faisait de la France pourrait avoir été calquée de manière subliminale et peut-être inconsciente sur celle qu’il se faisait du peuple juif. Dans son introduction, il dit que Dieu a créé la France pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. Que la France n’est elle-même qu’au premier rang. Que seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser sa dispersion. Que la France doit viser haut. Par ailleurs, « peuple d‘élite » (peuple élu ?) est une prérogative que de Gaulle trouvait peut-être plus particulièrement appropriée pour la France, réputée « fille ainée de l’Église ».  

C’est ainsi que quand de Gaulle déclare que les juifs lui apparaissent comme un « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur », le fond de sa pensée semble être que ces propriétés ne sont acceptables que si elles sont associées à la France, seule habilitée par la Providence à en faire un usage adéquat.

Aujourd’hui ces propos pourraient tomber sous le coup de la loi. Celle de 1972 contre le racisme précise en effet que « ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 2 000 à 300 000 F ou de l’une de ces deux peines seulement. »

Le procédé dont s’est servi de Gaulle a marqué le début d’une hostilité durable contre Israël en France et ailleurs en Europe. Beaucoup de commentateurs politiques ont interprété à cette époque ces propos comme signalant la fin d’une obligation de réserve vis-à-vis des juifs eu égard à la Shoah, et en ont conclu que l’on pouvait renouer sans états d’âme avec l’antisémitisme comme slogan fédérateur.

L’antisionisme que l’on trouve de nos jours en occident en est un avatar.

Newt Gingrich et l’invention du peuple palestinien

L’ex-président de la Chambre des représentants Newt Gingrich est l’un des favoris à l’investiture du parti républicain pour les prochaines élections présidentielles américaines. La politique intérieure fait l’objet de débats houleux sur fond de crise économique, mais la politique étrangère est parfois aussi un sujet qui fâche aux Etats-Unis. Lors d’une interview récemment accordée à une chaîne communautaire juive, Gingrich a qualifié les Palestiniens de peuple inventé. Cela n’a pas manqué de susciter la colère des leaders palestiniens et de leurs soutiens.

En réalité tous les peuples sont inventés, parce qu’il n’existe dans l’espèce humaine que des individus. Or chaque individu étant différent, rien ne lui confère une appartenance innée à telle ou telle civilisation, culture ou groupe humain quel qu’il soit. La marque d’un peuple relève d’un sentiment arbitraire, et ne saurait être déterminée par d’autres que ses propres membres.

La Palestine a toujours été habitée par des juifs, des arabes et d’autres ethnies qui considéraient qu’ils y avaient leurs racines. Il y a plus d’un siècle l’immigration juive s’est intensifiée sous la poussée du mouvement sioniste, tant et si bien que les juifs ont fini par réunir en 1948 tous les attributs d’un peuple apte à se constituer en nation indépendante. Ils l’ont donc fait, et auraient d’ailleurs pu le faire dix ans plus tôt sans l’opposition du monde arabe à l’idée même d’un Etat juif.

Quant au peuple palestinien tel qu’il s’identifie aujourd’hui, il n’a pris conscience de lui-même que suite à la Guerre des Six-Jours de 1967, après qu’une coalition arabe ait tenté de rayer Israël de la carte. Avant cela il y avait identité quasi-totale entre arabes de Cisjordanie et Gaza d’une part, et arabes de Jordanie d’autre part. Au fil du temps ces populations ont chacune développé une spécificité, et se confondent aujourd’hui moins que précédemment.

Les commentaires du candidat Gingrich peuvent être considérés comme provocateurs, mais en réalité ils sont l’effet de l’irritation grandissante de l’opinion américaine face à une déligitimation d’Israël qui s’exprime de manière de plus en plus ouverte à travers le monde. C’est une manière peu diplomatique et agacée de dire une vérité pourtant criante, mais Gingrich a pris les palestiniens au piège de leur propagande. En effet, si les palestiniens contestent le droit au peuple juif de vivre en Israël, ils s’exposent à leur tour à ce que l’on s’interroge sur la notion de peuple palestinien, dont on réalise bien vite que personne n’en avait entendu parler il n’y a pas si longtemps.

La conclusion que l’on peut tirer de l’exaspération de Gingrich, c’est qu’invention pour invention, une chose est établie: quel que soit l’angle sous lequel l’on envisage la chose, le peuple juif a sans aucun doute possible été inventé avant le peuple palestinien. On pourrait se demander dans ces conditions pourquoi l’Etat d’Israël envisage néanmoins la solution de deux Etats pour deux peuples, mais l’explication est simple: c’est qu’Israël aspire à la fin du conflit.

Les expatriés français et l’Assemblée Nationale de 2012

Léon-Maurice Nordman, grand résistant fusillé en 1942 par les nazis eut ce mot terrible eu égard au régime de Vichy: “Entre la France et les juifs, c’est une histoire d’amour qui a mal tourné”.Trois ans après la Libération l’Etat d’Israël voyait le jour, et les juifs qui avaient choisi d’en faire partie eurent à cœur de tourner la page et de promouvoir les liens entre l’Etat Juif et la France. Ils y parvinrent, et L’Histoire retient que lors de la Guerre des Six-jours, alors que le monde arabe s’apprêtait à rayer Israël de la carte, l’aviation israélienne gagna dès les premières heures la maîtrise du ciel à bord de chasseurs “Mirage” fournis par la France. Il semble par ailleurs que bien qu’Israël ne s’exprime pas à propos de la force de frappe qu’on lui prête, il est probable que le partenariat avec la France lui a ouvert à cette époque l’accès à la technologie nucléaire.

Secoué par la victoire d’Israël, de Gaulle décide après la Guerre des Six-jours d’imprimer un virage radical à sa diplomatie en lui donnant une orientation qui demeure jusqu’à nos jours ce qu’on appelle la politique arabe de la France. En gros, une realpolitik consistant à tourner le dos à Israël en échange de pétrole. En guise d’échappatoire et armé de sa seule mauvaise foi, De Gaulle stigmatise alors le peuple juif comme étant “sûr de lui-même et dominateur”, comme si l’histoire bimillénaire de la Diaspora juive ne témoignait pas très précisément du contraire.

La France et Israël ont cependant continué à entretenir des relations normales, mais souvent troublées par une désinformation rampante. Peut-être les choses vont-elles changer maintenant à l’occasion des élections législatives de 2012, qui prévoient 11 nouvelles circonscriptions expressément créées à l’intention des français établis à l’étranger. Cette initiative est innovante parce qu’elle permettra aux électeurs non seulement d’exercer leur droit de vote, mais aussi d’élire des députés qui les représenteront en connaissance de cause, et seront à même de promouvoir les échanges entre ces terres d’adoption et la France.

La 8e circonscription comprend Chypre, la Grèce, Israël , l’Italie, Malte, Saint-Marin, le Saint-Siège et la Turquie. Environ la moitié de cet électorat réside en Israël. L’attachement des français à la culture et à la langue de leur patrie d’origine ainsi que les liens qu’ils entretiennent avec elle sont notoires. Même s’ils ne seront pas assez nombreux pour choisir le futur député, ce sont probablement les français d’Israël qui donneront le ton en ce qui concerne le futur député de la 8e circonscription à l’Assemblée Nationale.
Cinq candidats font déjà campagne. Les voici par ordre alphabétique:

Edward Amiach. C’est le candidat de l’UPJF, l’Union des Patrons Juifs de France, dont il fut le président. Il a effectué sa carrière dans la grande distribution.
Valérie Hoffenberg. Ancienne représentante de l’American Jewish Committee à Paris, elle est élue à Paris. C’est la candidate officielle de l’UMP.
Philippe Karsenty. Ancien financier, il est actuellement adjoint au maire (de centre droit) de Neuilly. Parallèlement à cette campagne électorale dans laquelle il se présente en indépendant «divers droite», il mène un combat médiatique et judiciaire dans l’affaire Al-Dura (Charles Enderlin-France 2).
Daphna Poznanski, qui habite en Israël depuis 31 ans, est la candidate officielle du Parti Socialiste. Elle est vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’Etranger.
Gil Taïeb est membre du Consistoire de Paris ainsi que de nombreuses autres institutions communautaires juives françaises. Proche de la gauche française par sa femme qui est élue du Parti Socialiste à Paris, il est aussi soutenu en Israël par de nombreuses personnalités de la gauche israélienne.

La confusion entre identité et religion juive

Pour ceux qui s’étonnent qu’Israël se définisse comme Etat Juif il est parfois problématique de concilier cela avec la notion de modernité dans la mesure où cette définition est comprise dans son acception religieuse. Cela peut conduire – à tort – à assimiler Israël à une théocratie comme par exemple l’Iran ou l’Arabie Saoudite. Israël est au contraire une démocratie de type occidental, même si la religion y bénéficie d’un statut officiel. Mais l’Angleterre, la Norvège, le Danemark, l’Argentine ou la Grèce ont eux également une religion officielle, particularité qui tout comme en Israël a des origines historiques. La France quant à elle s’est dotée en 1905 d’une loi imposant la séparation de l’Eglise et de l’Etat, mais la plupart des jours fériés demeurent néanmoins chrétiens, à commencer par le dimanche, et en Alsace-Moselle les religions ont un statut officiel. Les prêtres, les pasteurs et les rabbins y reçoivent leurs salaires de l’Etat, et les évêques sont nommés par le Président de la République. Cela ne fait cependant pas de la France une théocratie.

La pratique de la religion juive et l’appartenance au peuple juif sont donc deux choses distinctes. Le peuple juif a une histoire particulière eu égard à son exil bimillénaire, durant lequel l’absence de terroir ou d’autonomie politique la religion assurait la continuité du peuple. Mais depuis le siècle de Lumières beaucoup de juifs revendiquent leur appartenance tout en se détournant de la religion. C’était d’ailleurs le cas de la plupart des pères fondateurs du sionisme, qui revendiquaient d’autant plus leur identité juive et leur attachement à l’héritage culturel du peuple juif.

Baruch Spinoza, grand penseur de la modernité, pensait que bien que l’Ancien Testament fût le texte fondateur du peuple juif, il y avait lieu de distinguer entre sa portée métaphysique et son propos politique. Spinoza relevait d’ailleurs que la Torah, et à fortiori le Talmud, consacrait infiniment plus de place aux questions des relations entre les hommes que celles avec Dieu. Il trouvait en conséquence que les juifs avaient tort de s’être résignés à l’exil en attendant l’ère messianique au lieu d’agir concrètement pour recouvrer une existence nationale. Il estimait d’une manière générale que seul un Etat laïque pouvait assurer la liberté politique, intellectuelle et religieuse pour tous. C’est pour cette raison que Ben Gourion et d’autres pionniers de l’Etat d’Israël estimaient que Spinoza avait été un sioniste de la première heure, et méritait qu’on lui rendît sa place dans le panthéon du judaïsme avoir été excommunié de la communauté juive d’Amsterdam.

Ni la Renaissance, ni le Siècle des Lumières, ni la Révolution Française ni le Socialisme n’ont éradiqué l’identité juive. La modernité a même eu un effet inverse, et jamais les juifs n’ont été autant persécutés que depuis leur émancipation, avec un pic absolu d’horreur au vingtième siècle. La rapidité avec laquelle les juifs ont rallié l’élite intellectuelle, artistique, scientifique et politique européenne après en avoir été écartés pendant des siècles a semé un trouble durable dans les opinions publiques, et l’antisémitisme est loin d’avoir disparu.

Ceci dit le fait d’être juif ou d’ascendance juive ne pose aucune obligation à s’identifier à la communauté juive ou à avoir des liens privilégiés avec Israël. Il n’y a en tout et pour tout que treize millions de juifs qui s’identifient comme tels à travers le monde, ce qui indique que beaucoup doivent s’être assimilés au fil de l’Histoire.

Il n’en reste pas moins qu’une grande partie des treize millions restants estiment faire partie du peuple juif, et que près de la moitié d’entre eux sont aujourd’hui des citoyens d’Israël, l’Etat Juif.

Antisionisme et antisémitisme

Certains observateurs de la politique israélienne déclarent de bonne foi être antisionistes, tout en se défendant d’être antisémites. A ceux qui leur disent que l’antisionisme n’est qu’un antisémitisme recyclé, ils opposent qu’il est injustifié de taxer ainsi une opinion qui ne fait somme toute que récuser le sionisme en tant que projet politique. Ils estiment donc que l’antisionisme relève de la liberté d’expression.

Je ne suis pas du tout de cet avis.

Tout un chacun peut critiquer ou prendre ses distances avec Israël, mais il faut se garder de confondre l’antisionisme avec le droit de s’opposer à la politique israélienne.

Il s’agit de mesurer le poids des mots. Exprimer son opposition à Israël en se disant antisioniste est une dérive sémantique qui a de graves implications, parce que l’antisionisme est une transgression morale au même titre que l’antisémitisme, et devrait être proscrite.

Etre antisioniste, c’est désavouer le sionisme en tant que mouvement de libération nationale, remarquable entreprise humaine qui a débouché sur un Etat moderne dans une région qui n’avait pas été souveraine depuis des siècles et n’avait jamais connu de démocratie.

Etre antisioniste c’est contribuer à la déligitimation d’Israël et contester le droit du peuple juif à disposer de lui-même. C’est nier les implications d’une impressionnante série de dispositions juridiques relevant Droit International telles que la Déclaration Balfour, la Conférence de San Remo, la Commission Peel, la Résolution 181 et 242 de l’ONU, qui toutes ont concouru à ce que la Communauté Internationale reconnaisse de manière irrévocable le droit au peuple juif de vivre en Israël en paix dans des frontières sûres et reconnues.

Etre antisioniste ce n’est donc pas critiquer tel ou tel aspect de la politique israélienne, mais dénier à Israël le droit d’exister. C’est également s’associer à la dictature islamiste iranienne et à ses filiales terroristes installés aux frontières d’Israël, qui appellent sans ambiguïté à la destruction de ce qu’ils appellent l’Entité Sioniste.

La proclamation de l’Indépendance d’Israël en 1948 constitue l’aboutissement de la longue marche du peuple juif pour recouvrer son indépendance en tant que nation, mouvement dont les acteurs ont à chacune des étapes scrupuleusement veillé à s’assurer de la légitimité de leur démarche.

Les 400.000 juifs qui s’apprêtaient à créer l’Etat d’Israël avant même la Deuxième Guerre Mondiale étaient munis de passeports de Palestine frappés du sceau de la Couronne Britannique, tout comme les arabes. Les juifs qui n’étaient pas nés en Palestine y étaient venus avec des visas d’immigration en bonne et due forme, là aussi comme de nombreux arabes venus de pays limitrophes attirés par une prospérité relative.

Aux antisionistes qui estiment que l’Angleterre en tant que puissance coloniale avait disposé d’une terre qui n’était pas la sienne en permettant aux juifs de s’y établir, il faut suggérer de s’en prendre aux anglais, et pas aux juifs. Ceux-ci n’ont fait que proclamer un Etat Juif parfaitement légitime sur un sol qui leur appartenait.

L’antisionisme est un déguisement cousu de fil blanc.

Israël et le problème iranien

Le   problème que pose la course à l’arme nucléaire existe depuis que les Etats-Unis s’en sont servis en 1945 pour mettre un terme à la guerre avec le Japon. La décision des américains était basée sur une comptabilité macabre, à savoir qu’il y aurait moins de morts en frappant le Japon par la Bombe qu’en poursuivant une guerre conventionnelle. Le problème que cela posait eu égard aux lois de la guerre  n’était  pas spécifique au nucléaire, les considérations humanitaires ayant déjà été ignorées par les Alliés lors de bombardements indiscriminés de populations civiles allemandes.

Dans un premier temps la perception courante fut que la Bombe constituait certes l’arme la plus redoutable jamais conçue, mais qu’il était somme toute logique que le progrès de l’industrie de  l’armement aille de pair avec celui des autres technologies caractérisant le vingtième siècle.

Ce n’est que quelques années plus tard que le monde a commencé à prendre conscience d’un corollaire inattendu de l’avènement de la Bombe: c’est que pour la première fois dans l’Histoire il apparaissait que quel que fût le premier qui tirerait, tous les protagonistes seraient anéantis, de telle sorte qu’il ne pouvait plus y avoir de vainqueur.

C’est basé sur cette notion que s’est développée la doctrine de l’Equilibre de la Terreur durant la Guerre Froide. C’est ce qui a fait que ni le bloc soviétique ni le bloc occidental ne se sont jamais servi de l’arme nucléaire, tout en développant un potentiel de destruction monstrueux.

La dissémination nucléaire est en marche de par la volonté des nations qui en ont résolu ainsi. En attendant une décision universelle et crédible pouvant déboucher sur un désarmement, on n’a pas d’autre choix que de se fier à un nouvel Equilibre de la Terreur, et de veiller à ce que les Bombes demeurent dans des mains supposées responsables.

L’Iran est soupçonné de développer une bombe atomique. Il faut le déplorer, mais il est illusoire de penser que quelle technologie que soit puisse indéfiniment rester dans les mains d’une poignée d’initiés. L’Iran dispose d’assez de ressources pour acquérir le savoir-faire nucléaire, et les combustibles en rapport ne connaissent pas de frontières quand il s’agit de fournir des clients disposés à payer le prix.

L’Iran fait preuve depuis un  certain temps déjà d’un antisionisme déchaîné. Le Président Ahmadinejad déclare de manière répétée vouloir rayer Israël de la carte. Pour ceux qui estiment encore que l’antisionisme n’est pas forcement de l’antisémitisme, Ahmadinejad les éclaire en faisant preuve d’une remarquable pédagogie. Il promeut une propagande anti-juive au moyen des Protocoles des Sages de Sion, du négationnisme de la Shoah, de concours de caricatures et de créations mettant en évidence la conspiration juive visant à dominer le monde.

L’Iran s’attaque aux juifs parce que c’est un moyen qui a fait ses preuves et qui a l’avantage de rallier les masses avant d’entreprendre quoi que ce soit. L’Inquisition, le nazisme, le stalinisme et l’islamisme s’inscrivent de ce point de vue-là dans une remarquable continuité.

Cependant la bombe atomique iranienne n’est en réalité pas conçue dans le but de détruire Israël. Les iraniens savent d’ailleurs qu’une agression signifierait son propre arrêt de mort, puisque de nombreuses sources dignes de foi affirment qu’Israël est pourvu d’un arsenal nucléaire autrement plus important.  Les véritables cibles sont les champs pétrolifères du Moyen-Orient, dont les détenteurs seraient eux incapables de riposter, n’ayant pas de force de dissuasion nucléaire. L’Arabie Saoudite est la première visée, et l’Amérique l’est indirectement aussi, puisque cela la priverait  de son approvisionnement en pétrole.

La diplomatie israélienne se déploie en ce moment non seulement pour soi-même, mais aussi pour faire prendre conscience au monde que l’Iran se sert de sa détestation d’Israël comme manœuvre de diversion. Cela s’est déjà produit lors de l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, quand il a envoyé une pluie de missiles sur Israël sans que cela ait quel lien que ce soit avec le conflit.

On peut retarder la construction de la Bombe iranienne au moyen de sanctions ou en détruisant les sites nucléaires, mais la menace ne peut être écartée durablement que par un changement de régime en Iran. C’est à cela que l’Occident doit s’employer avant qu’il ne soit trop tard. Pas forcement par la violence, mais en assistant de manière efficace et massive l’opposition iranienne qui s’est déjà manifestée avec force à plusieurs reprises, mais sans succès.

L’Etat d’Israël doit être vigilant parce que comme l’Histoire passé l’a démontré depuis sa création, il ne peut pas se permettre de perdre une seule guerre, au risque de disparaître. En ce qui concerne l’Iran cette règle est plus vraie que jamais, mais cela ne signifie pas qu’Israël doit prendre sur soi une responsabilité qui incombe d’abord à ses voisins, et ensuite au monde libre.

Israël et les colons de Cisjordanie

L’occupation de la Cisjordanie constitue une impasse éthique et politique pour Israël parce qu’il y a là une population de plusieurs millions d’habitants qui ne sont ni israéliens ni étrangers, mais dont Israël est néanmoins responsable, à la fois moralement et juridiquement.

Israël se veut un Etat Juif et démocratique, or si la Cisjordanie reste indéfiniment sous contrôle israélien cela posera à terme un dilemme lancinant: soit les palestiniens deviennent citoyens israéliens, et alors c’en est fini de l’Etat Juif, soit ils ne le deviennent pas, et alors c’en est fini de l’Etat démocratique.

Israël devra donc finir par se délester de la responsabilité d’administrer le peuple palestinien, et devra convenir avec lui de frontières sûres et reconnues. Ni le caractère juif ni le caractère démocratique de l’Etat d’Israël ne sont pensables sans cette sécurité élémentaire à laquelle tout Etat souverain a droit.

C’est sur base du refus arabe de reconnaître le droit d’Israël à l’existence que fut mise en œuvre la colonisation de la Cisjordanie. Cette politique, initiée par la gauche israélienne et endossée par la droite nationaliste avait pour objectif de modeler Israël de manière à ce que ses frontières fassent sens, celles prévalant avant la Guerre des Six-jours de 1967 n’étant qu’une ligne d’armistice pour contenir les tentatives arabes de rayer Israël de la carte.

Beaucoup d’observateurs, parmi lesquels des amis d’Israël, s’inquiètent de la colonisation rampante de la Cisjordanie et craignent que les faits accomplis sur le terrain ne compromettent les chances d’un règlement. A cela on ne peut qu’opposer que l’Etat d’Israël a démontré à de multiples reprises qu’il était prêt à se replier quand il s’agissait de parier sur l’avenir. Contrairement aux idées reçues, Israël n’a cessé de rétrécir depuis des décennies. Les retraits du Sinaï, du Liban et de Gaza en témoignent.

Quand les responsables politiques israéliens déclarent au plus haut niveau qu’ils sont prêts à faire des concessions douloureuses en échange de la paix, ce n’est pas un vain mot. Leur main tendue ne se résume pas à des discours à la Knesset, au Congrès américain ou à l’ONU.

Il y a plus de dix ans le vice-premier ministre israélien Haïm Ramon avait proposé une loi d’indemnisation visant à rapatrier 80.000 juifs établis au cœur de la Cisjordanie, soit dix fois le nombre que le gouvernement israélien a expulsé de Gaza en 2005. Le plan Ramon consistait aussi à convertir la barrière de séparation entre Israël et la Cisjordanie en frontière définitive avec la Palestine. Les 250.000 colons établis sur 5% du territoire de Cisjordanie à l’Est de la frontière de 1967 seraient intégrés à Israël en échange de l’équivalent en territoires israéliens inhabités. La plupart des quartiers arabes de Jérusalem comptant 200.000 habitants iraient à la Palestine, avec des arrangements spéciaux concernant les lieux saints. Quant aux réfugiés arabes de 1948 et leurs descendants, ils pourraient recommencer une nouvelle vie en Palestine.

Au lieu de cela les leaders palestiniens actuels exigent comme condition préalable aux négociations une évacuation de toutes les colonies de Cisjordanie, sans jamais concéder que celles-ci sont un effet du conflit, et non pas sa cause. Pourtant personne ne peut nier que si les arabes n’avaient pas tenté de liquider Israël il n’y aurait jamais eu la moindre colonie en territoire palestinien.

En conclusion, l’état des lieux de la Palestine s’établit comme suit: un mini-Etat islamique à Gaza sous la botte d’une organisation terroriste, et une Autorité Palestinienne en Cisjordanie qui se dit modérée mais qui ne veut pas entendre parler d’un Etat Juif, et refuse de négocier.

Le partage de la Palestine et la Commission Peel

En 1937 la Palestine était occupée par les britanniques, qui suite au démantèlement de l’Empire Ottoman avait reçu mandat de la Communauté Internationale d’administrer le pays jusqu’à ce qu’il se dote d’institutions qui le rende capable d’accéder à l’indépendance.

Il y avait en Palestine à cette époque quatre cent mille juifs et un million d’arabes. Sous la pression d’une flambée de violence entre les deux communautés, les britanniques formèrent une commission présidée par Lord William Peel, personnalité politique expérimentée, pour la charger d’examiner le conflit et faire des recommandations. Les conclusions de la Commission Peel furent déposées quelques mois plus tard, préconisant le partage de la Palestine en deux Etats, l’un juif et l’autre arabe. Ci-dessous la synthèse de quelques unes des idées maîtresses formulées par la Commission Peel en juillet 1937:

La Communauté Juive de Palestine est une réalité sur le terrain. Cette population a engendré des développements politiques, sociaux et économiques considérables et a permis l’émergence de centres urbains et industriels en Palestine. Les terres cultivées par les juifs étaient essentiellement des dunes ou des marais avant d’être mises en valeur par eux.

Le contraste entre le caractère démocratique et occidental de la Communauté Juive de Palestine comparé à celui de la communauté arabe est frappant. Il ne peut en aucun cas être question de fusion ou d’assimilation entre ces deux cultures. L’écart est énorme de tous points de vue, et continuera à grandir quoi que l’on fasse.

Les systèmes d’éducation juifs et arabes sont très différents. Les juifs ont une Université de grande qualité et les arabes n’en ont pas du tout.

Un conflit incoercible existe entre les deux communautés. Leurs aspirations sont incompatibles. Les arabes rêvent de revivre leur Age d’Or, et les juifs désirent déployer leur savoir-faire dans le cadre d’une souveraineté nationale.

Le Mandat Britannique consistant à administrer concurremment les deux communautés est devenu impossible. Sa mission ne peut être menée à bonne fin tant que le conflit entre juifs et arabes n’est pas réglé.

Les arabes de Palestine pourraient évoluer vers un gouvernement sur le modèle de l’Iraq ou de la Syrie. Les juifs quant à eux sont capables de se gouverner comme n’importe quelle société européenne avancée. Maintenir sous statut de colonie une société démocratique et éduquée telle que la Communauté Juive de Palestine serait irresponsable et malsain.

Le mal est si profond que le seul espoir de pacification entre juifs et arabes repose sur une intervention chirurgicale, c’est-à-dire une partition de la Palestine. Le problème ne peut être résolu en donnant à la fois aux juifs et aux arabes tout ce qu’ils désirent. Chaque communauté devra se satisfaire d’une partie de la Palestine parce qu’il serait injuste d’exiger que les uns soient soumis aux autres.

Le principe de la partition devra être basé sur la réalité démographique du moment. Dans certains cas il sera nécessaire de faire des échanges de territoires, et peut-être des échanges de population.

La partition signifie que chaque côté obtiendra ce qu’il considère comme le plus important, de telle sorte que les uns et les autres pourront se développer conformément à leurs aspirations et traditions. Les arabes pourront interagir d’égal à égal avec leurs pairs du Moyen Orient, et les juifs auront un Etat qui réalisera les espoirs du sionisme.

On ne peut qu’être atterré en constatant à quel point les éléments du conflit israélo-palestinien et ses solutions étaient déjà présents en 1937. Le rapport de la Commission Peel démontre en outre que l’avènement de l’Etat d’Israël est sans rapport avec la Shoah, mais que la Deuxième Guerre Mondiale a au contraire retardé l’avènement de l’Etat d’Israël, dont les institutions étaient prêtes depuis longtemps. Les années 1940-1945 furent un cataclysme qui a mis l’Histoire entre parenthèses, après quoi elle s’est remise en marche.

Les solutions proposées par la Commission Peel étaient toutes proportions gardées proches de celles auxquelles aspire Israël depuis les origines du projet sioniste. Il est terrible de se dire que sans l’intransigeance arabe non seulement le conflit israélo-palestinien aurait pu s’éteindre en 1937, mais qu’Israéliens et palestiniens vivraient aujourd’hui en bonne entente, et que des millions de juifs dont personne ne voulait en Europe auraient échappé aux nazis.

Le rapport Peel n’a rien perdu de son actualité sur le fond. Il n’est pas trop tard pour les principaux intéressés de le lire.

Le peuple juif et le chiffre 1027

Le professeur Dellapergola de l’Université hébraïque de Jérusalem est un chercheur qui étudie depuis de nombreuses années la démographie du peuple juif et sa répartition dans le monde. D’après ses travaux il y aurait à peu près 13.3 millions de juifs, dont six millions en Israël.

Le professeur Dellapergola jouit d’un prestige international. Il s’appuie sur une immense érudition et de nombreuses années de recherches. Nul ne peut contester le sérieux de ce rigoureux universitaire.
Mais comme tout scientifique digne de ce nom, le professeur Dellapergola va peut-être devoir remettre en question ses travaux à la lumière de l’échange de prisonniers récemment effectué entre le Hamas et Israël.

Cette affaire a consisté à libérer au bout de cinq ans de tractations l’otage israélien Guilad Shalit, ceci contre 1027 criminels appartenant à divers groupes terroristes. De nombreuses personnalités à travers le monde se sont félicitées de ce dénouement, jugeant que malgré le déséquilibre apparent de la transaction, Israël aussi bien que le Hamas y trouvait son compte.

La logique de ce compte n’apparait pas de prime abord aux esprits non-avertis, mais il suffit d’y consacrer un peu de réflexion pour y voir plus clair. Au départ du raisonnement il faut poser que la vie de Guilad Shalit vaut selon ses geôliers celle de 1027 protégés du Hamas ou d’autres organisations du même acabit. Il faut donc actualiser le chiffre de 13.3 millions de juifs recensés par le professeur Dellapergola en le multipliant par 1027, ce qui donne 13.659.100.000 âmes. Même en arrondissant vers le bas pour anticiper une marge d’erreur toujours possible, on arrive néanmoins au chiffre impressionnant de treize milliards de juifs à travers le monde.

Partant de la démographie on peut étendre ce raisonnement à la géographie. Strictement parlant la superficie d’Israël équivaut à trois départements français, mais en multipliant cela par 1027 on arrive à 22.667.944 kilomètres carrés, ce qui en fait le plus grand pays de la planète.

Riche de l’enseignement de l’affaire Shalit et au moyen du paramètre emblématique que constitue désormais le chiffre 1027, nous disposons maintenant d’un puissant outil de référence à opposer aux négationnistes impénitents qui campent sur leur incrédulité. Il suffit de leur expliquer que les six millions de victimes juives de la Shoah ne représentaient qu’une infime partie du peuple juif, et qu’il convient donc de remettre les choses en perspective pour comprendre comment un massacre de cette ampleur a été possible.

C’est aussi à la lumière de l’affaire Shalit et du paramètre 1027 que l’on comprend comment il se fait que près d’un prix Nobel sur trois soit attribué à des juifs. En réalité c’est bien la moindre des choses que l’on peut attendre de treize milliards de cerveaux.

Après tout il n’y a rien d’étonnant à ce que le plus ancien peuple du monde soit aussi le plus grand. La question juive, autrefois si énigmatique, est devenue simple à démêler: il suffit à l’avenir de penser à Guilad Shalit et au chiffre 1027.

Israël ou la leçon de solidarité

Le soldat israélien Guilad Shalit a été libéré en échange de 1027 prisonniers palestiniens. Ce dénouement marque le début d’une nouvelle réflexion du côté d’Israël en ce qui concerne l’attitude à adopter à l’avenir en cas de prise d’otage. Certains reprochent au gouvernement de n’avoir pas agi plus vite, arguant que s’il était disposé à payer le prix qu’exigeait le Hamas il aurait pu écourter le calvaire de Guilad Shalit et de ses proches. En réalité le Hamas a assoupli sa position au fil du temps, et il s’agissait surtout pour Israël de se convaincre qu’une opération militaire n’était pas envisageable.

En 1972 un avion de la Sabena était capturé par des terroristes qui avaient réussi à embarquer avec des armes et des explosifs. Une fois l’appareil posé sur le tarmac de l’aéroport de Tel-Aviv, les preneurs d’otages ont exigé la libération d’un grand nombre de terroristes détenus en Israël. Le gouvernement a fait mine d’étudier la question, mais au bout d’une journée éprouvante un commando a donné l’assaut, maîtrisé ou tué les terroristes, et libéré les passagers. Parmi ces commandos, Ehud Barak et Benjamin Netanyahu.

Quatre décennies plus tard les mêmes Netanyahu et Barak font partie du gouvernement qui a décidé de céder au chantage du Hamas. S’ils ont déterminé qu’une opération militaire était trop risquée, cela doit avoir été la mort dans l’âme, mais avec la certitude qu’il n’y avait pas d’autre issue. Personne mieux que ces deux ex-commandos n’étaient à même d’évaluer toutes les options à leur juste mesure.

Le Premier Ministre a hérité le dossier Shalit du gouvernement précédent, qui avait déjà commencé à négocier indirectement avec le Hamas. Il n’était pas tenu de suivre la même ligne, mais s’il la rejetait il condamnait probablement Guilad Shalit à mort du fait que ses geôliers auraient estimé qu’Israël rejetait le principe même de la négociation et préparaient une opération militaire.

Le fait que les preneurs de décision israéliens aient cédé au chantage cette fois-ci ne signifie pas que c’est une politique à laquelle ils sont tenus. Chaque cas nécessite une approche spécifique. Il peut y avoir des prises d’otages en Israël ou à l’étranger, les otages peuvent être civils ou militaires, il peut y avoir une urgence, etc..Il est difficile de déterminer une stratégie qui anticiperait tous les cas de figure.

L’opinion publique israélienne est majoritairement en faveur de la décision de gouvernement, mais craint en même temps que parmi les terroristes libérés certains renouent avec la violence. Mais qu’il y ait plus de terroristes en circulation après cet épisode n’est qu’un facteur parmi d’autres concernant la sécurité, parce qu’il y a aussi la manière dont Israël se protège. Par exemple, la barrière de séparation entre la Cisjordanie et Israël a démontré qu’on pouvait faire baisser le nombre d’attentats de manière significative bien que le nombre de terroristes potentiels n’ait pas diminué.

Il y a un aspect important qui plaide en faveur de l’échange d’un seul otage contre plus de mille criminels quand on considère le formidable ballon d’oxygène moral que la libération de Guilad Shalit donne à Tsahal, l’Armée de Défense d’Israël. Les centaines de milliers de soldats qui servent le pays sont extrêmement sensibles à cette image d’une nation qui ne les abandonne jamais et qui est prête à prendre tous les risques pour les sauver.
Des terroristes remis en liberté, donc, mais une armée entière qui retrouve son souffle à la vue du sourire d’un Guilad Shalit amaigri, intimidé, mais bien vivant.

Guilad Shalit ou la conscience d’Israël

Israël a décidé de libérer plus de mille prisonniers palestiniens en échange de Guilad Shalit, le soldat kidnappé il y a cinq ans le long de la frontière avec Gaza lors d’une patrouille de routine. Parmi les détenus à libérer il y en a 450 qui ont été condamnés pour assassinat au moyen d’attentats à la bombe, de tirs à bout portant, de monstruosités à l’arme blanche ou à mains nues. Ces terroristes ont tué ou grièvement blessé des milliers de civils dont l’unique crime était de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

C’est le cœur lourd que le gouvernement israélien a décidé de procéder à l’échange d’un seul innocent contre mille criminels. Tout le monde en Israël était bien entendu en faveur d’une initiative pour libérer Guilad Shalit, mais il y avait des divergences profondes quant à la manière dont il convenait de s’y prendre. Le sentiment de ceux qui s’opposaient à l’échange était qu’ils jugeaient inévitable que certains terroristes récidivent.
Il est difficile de déterminer si la décision du gouvernement est populaire ou pas. Certains israéliens pensent qu’il ne faut jamais céder au chantage, et qu’il est toujours préférable de tenter une opération militaire, quitte à mettre l’otage en péril. D’autres pensent qu’il aurait fallu éliminer des responsables du Hamas jusqu’à ce que celui-ci libère l’otage. D’autres encore pensent qu’il aurait fallu accentuer le blocus de Gaza ou exercer des pressions sur les terroristes emprisonnés en Israël.

L’opinion publique israélienne est ambivalente par rapport à la manière dont le gouvernement a géré l’affaire Shalit. Chacun y va de son commentaire, parce que chacun a des proches dans cette armée véritablement populaire dans tous les sens du terme.

Beaucoup d’israéliens considèrent maintenant que d’une certaine manière ils ont perdu la partie, mais pensent en même temps que c’est l’honneur d’Israël que de relâcher des assassins en échange de la vie d’un de ses fils. Cela signifie que chacun prend sur soi une part du risque que cela implique.

Nul doute que d’autres options ont été envisagées jusqu’à ce que les responsables israéliens concluent qu’aucune d’entre elles n’était raisonnable. Le Premier Ministre ainsi que de nombreux membres de son gouvernement ont longtemps refusé de céder au chantage, mais cet épisode démontre une fois de plus que quand il y a une véritable offre sur la table, fût-elle déposée par le plus barbare de ses ennemis, Israël sait parier sur l’avenir. Cela ne signifie pas que tous les gouvernements se valent, mais que dans une authentique démocratie comme Israël le gouvernement ne fait jamais qu’exprimer la volonté du peuple.

Les oubliés du conflit israélo-palestinien

Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur la question de savoir pourquoi ce conflit dure si longtemps. Ils pensent – à raison – que les paramètres d’un éventuel arrangement doivent être connus. Il se peut qu’Israël n’ait pas exploité de manière optimale certaines fenêtres d’opportunités, mais l’impasse semble globalement du côté palestinien.

Les dirigeants palestiniens dits “modérés” ne le sont que dans le sens où leur pragmatisme les conduit à accepter la réalité de l’Etat d’Israël, tout en la considérant comme temporaire. Cela signifie qu’en attendant qu’Israël disparaisse ils sont disposés à renoncer à la violence et à coopérer au plan économique. Cela permet aux palestiniens de développer leurs institutions et donne aux israéliens une sécurité relative.

Mais quand il s’agit d’envisager l’avenir, en d’autres mots d’établir un Etat palestinien indépendant, ces dirigeants sont tétanisés à l’idée de devoir apposer leur signature au bas d’un document stipulant que le conflit est terminé, et que les réfugiés palestiniens ainsi que leurs descendants doivent renoncer à s’établir en Israël.

Il est clair que pour Israël il ne sera jamais question d’admettre le retour de ces réfugiés, parce que cela constituerait un arrêt de mort pour l’Etat Juif. Sachant que cette question constitue une ligne rouge pour Israël, le leadership palestinien l’ignore délibérément afin de s’assurer de ne jamais aboutir à un accord. C’est donc la question des réfugiés palestiniens qui s’avère la plus insoluble de toutes. Mais en la mettant en perspective on s’aperçoit qu’il y a là une illusion d’optique, parce que tout le monde, ou presque, fait mine de croire que la guerre de 1948 n’a fait des réfugiés que d’un côté. Quand les intermédiaires les mieux intentionnés veulent s’interposer, ils feignent tous d’ignorer que la guerre israélo-arabe de 1948 a peut-être fait plus de réfugiés juifs que de réfugiés arabes. C’est ce qui ressort de travaux d’intellectuels tels que Shmuel Trigano, Nathan Weinstock ou Stanley Urman, Président de “Justice For Jews From Arab Countries“.

C’est à la lumière des recherches de ce dernier que l’on constate que la Communauté Internationale n’oppose jamais aux revendications palestiniennes l’évidence historique des réfugiés juifs forcés de fuir après 1948 le monde arabe où ils étaient établis parfois depuis plus longtemps que les arabes eux-mêmes.

Après la déclaration d’indépendance d’Israël, les juifs du monde arabes ont été arrêtés, torturés, expulsés, spoliés et parfois assassinés. Des décrets officiels ont été promulgués leur déniant les droits les plus élémentaires. Beaucoup furent expropriés et déchus de leur nationalité. Ce fut le cas notamment en Iraq, en Egypte et en Lybie. En Syrie ils ont été discriminés mais interdits d’émigration. Ces violations des droits de l’homme en écho à la création de l’Etat d’Israël n’ont jamais été prises en compte dans la recherche d’une solution au conflit.

Au total il y semble y avoir eu 850.000 juifs contraints à s’expatrier hors de dix pays arabes du seul fait de l’hostilité de ces régimes contre Israël. La plupart d’entre eux n’avaient aucun rapport avec le conflit, mais furent néanmoins persécutés parce que juifs. L’Etat d’Israël a intégré ceux qui en exprimé le souhait et leur a accordé la citoyenneté. Le monde arabe, en revanche, à l’exception de la Jordanie, a séquestré les réfugiés palestiniens dans des camps et les utilisent jusqu’à ce jour à des fins politiques.

Depuis sa création en 1968, la Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies a adopté 132 résolutions en faveur des réfugiés palestiniens, mais pas une seule en faveur des réfugiés juifs, pourtant victimes du même conflit. Il y eut de nombreuses tentatives pour attirer l’attention des Nations Unies sur leur sort, mais aucune n’a jamais abouti. Alors qu’il existe dix organisations qui s’occupent des réfugies palestiniens sous les auspices de l’ONU, pas une seule n’a été chargée de s’occuper des juifs.

La Résolution 242 des Nations-Unies stipule que les parties veilleront à une “solution juste du problème des réfugiés”, ce qui implique qu’il n’y pas à distinguer entre arabes et juifs. Aucune des personnalités qui ont bien voulu offrir leurs bons offices n’a jamais pensé à souligner le fait que formulation de la Résolution 242 impliquait qu’il y avait des réfugiés des deux côtés.

Pourtant l’accord de paix avec l’Egypte de 1979, celui avec la Jordanie de 1988, la Conférence de Madrid de 1991, les accords d’Oslo de 1993 et la Feuille de Route de 2003 font toutes allusion aux réfugiés sans spécifier lesquels.

On pourrait se demander pourquoi l’Etat d’Israël lui-même n’avance cet argument que de manière discrète. La raison en est vraisemblablement qu’il veut tourner la page en posant que les souffrances des uns valent bien celle des autres, et que chacun doit panser ses blessures, et penser à aller de l’avant.

La gauche israélienne renaît de ses cendres

Il y a des courants dans l’opinion publique internationale qui tentent de faire accroire que l’impasse dans laquelle se trouve englué le conflit israélo-palestinien est due à l’attitude du gouvernement d’Israël, mais pas de son peuple. Il y plusieurs manières de contester cette distinction entre peuple et gouvernement, mais nous n’en retiendrons que deux pour la démonstration.

Le premier argument est celui de la nature démocratique de l’Etat d’Israël, où le pouvoir politique tire sa légitimité non seulement du système électoral, mais aussi des institutions qui permettent à un Etat de droit de fonctionner normalement entre deux élections. Parmi celles-ci la liberté de presse, d’opinion, de culte, l’indépendance de la justice, le droit de grève, celui de manifester, l’égalité des sexes, les partis politiques etc..Ceci pour dire que le gouvernement d’Israël exprime bel et bien la volonté du peuple au sens démocratique du terme. Il est donc absurde de faire mine en Europe ou ailleurs qu’on est en désaccord avec le gouvernement d’Israël mais pas avec son peuple, parce que les deux sont inextricablement liés .

Le deuxième argument consiste à réfuter l’idée comme quoi le premier ministre Benjamin Netanyahu serait moins accommodant que ne le furent certains de ses prédécesseurs, dont Itzhak Rabin. En réalité Itzhak Rabin rejetait la notion même d’Etat palestinien. Il était catégoriquement opposé au retour des lignes de 1967. Il excluait le partage de Jérusalem. Il projetait non seulement d’inclure les colonies existantes en Cisjordanie ou à Gaza dans l’Etat d’Israël, mais proposait d’en ajouter. Il estimait que la vallée du Jourdain devait être la frontière d’Israël au sens le plus large du terme.
On peut arguer que si Rabin avait vécu il aurait peut-être adouci sa position. On n’en sait rien, mais d’après sa fille Dahlia il envisageait à la veille de son assassinat un durcissement vis-à-vis des palestiniens et un renoncement aux accords d’Oslo, ceci à cause de la reprise du terrorisme, et parce qu’Arafat ne respectait pas ses engagements (voir My father considered stopping the Oslo process due to terrorism).

Le parti travailliste “Avoda” auquel appartenait Rabin est membre de l’Internationale Socialiste. Ce parti a pendant longtemps dominé la politique israélienne parce qu’il incarnait l’épopée sioniste combinée au socialisme. Non seulement n’est-il plus majoritaire depuis longtemps, mais il s’est rétréci ces dernières années au point de presque disparaître. Il a y une quinzaine de jours il a organisé des primaires, et élu à sa tête Shelly Yachimovich, une députée entrée en politique après avoir quitté le journalisme.

Lors de sa campagne pour les primaires, Shelly Yachimovich a donné une interview au journal Haaretz. A la question de savoir ce qu’en tant que femme de gauche elle pensait des colons israéliens en Cisjordanie, elle a répondu “ces colons ne sont pas nos ennemis. C’est pour cela que quand je vais au supermarché je ne boycotte pas leurs produits”. Cette déclaration a déclenché une violente polémique dans les milieux de gauche, mais ne l’a pas empêchée d’être élue à la direction de son parti. Mieux: les sondages nous apprennent maintenant que s’il y avait des élections pour le Parlement, le nombre de députés d’Avoda passerait de sept à vingt-deux, plaçant ce parti en deuxième position derrière le Likoud.

Le parcours de la socialiste Shelly Yachimovich démontre que le peuple de gauche n’est plus dupe de certains de ses intellectuels qui ne proposent pour résoudre le conflit israélo-palestinien que des slogans en décrochage complet avec la réalité. Shelly Yachimovich estime que les colonies en Cisjordanie ne sont pas les causes d’un problème, mais l’effet d’un problème. En d’autres mots, que les ennemis d’Israël ne veulent de juifs ni dans les frontières d’avant 1967 ni dans celles d’après.

Un des rivaux de Shelly Yachimovich aux primaires du parti a prévenu les militants que “voter Shelly Yachimovich, c’est voter Netanyahu”. Il n’avait peut-être pas tort.

Daniel Cohn Bendit en Israël

Les pacifistes à tous crins retardent  l’avènement de la paix au lieu de l’accélérer. Ils font penser à cette intelligentsia des années 1960, à ces gens bien, cultivés, de bonne foi, courageux, qui ont continué à se fourvoyer en soutenant l’URRS alors que les gens simples savaient depuis longtemps ce qu’il fallait en penser.

Aragon n’avait toujours pas compris en 1960 ce que Gide avait découvert trente ans plus tôt. Sartre proclamait lors d’un retour d’URSS que la liberté d’opinion y était totale. Cet aveuglement est de même nature que celui qui affecte aujourd’hui une certaine catégorie d’intellectuels, en Israël ou ailleurs, qui ne représente pas grand-monde, mais qui préférerait changer de peuple plutôt que d’opinion.

Daniel Cohn-Bendit, le mythique et par ailleurs sympathique  frondeur de mai 68, vient de faire un tour en Israël où il a rencontré les leaders du mouvement social qui agite en ce moment le pays. Il leur a fait la leçon en leur expliquant que leurs revendications ne devaient pas se limiter au plan social, mais qu’il fallait les lier à la question des implantations en Cisjordanie. Il leur a rappelé que l’Etat d’Israël consacrait huit pourcent de son budget à la défense, alors qu’ailleurs la norme était plutôt de deux pourcent. Il suffirait donc d’après lui de démanteler les colonies, ce qui entraînerait ipso-facto la paix, ce qui permettrait au gouvernement israélien de réduire le budget de la défense pour le réallouer aux impératifs sociaux.

Le problème, c’est que Cohn-Bendit, qui connaît pourtant bien l’Histoire, a omis de vérifier le budget de l’armée israélienne d’avant 1967, autrement dit à une époque où il n’y avait pas d’occupation, à moins que l’on considère que Tel-Aviv soit un territoire occupé. Or ce budget n’était pas de huit pourcent, mais de dix, soit encore plus élevé qu’aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que si Israël n’avait pas eu de budget de la défense aussi imposant en 1967, le pays aurait été liquidé par la coalition arabe qui encerclait Israël et qui s’apprêtait selon ses propres dires à jeter les juifs à la mer.

Beaucoup de temps s’est écoulé depuis, et on pourrait arguer que la situation a évolué, mais Cohn-Bendit fait preuve de peu de rigueur intellectuelle en faisant mine de croire qu’en si Israël évacuait la Cisjordanie, alors l’Iran, le Hamas et le Hezbollah ne menacerait plus l’Etat Juif et que le budget de la défense deviendrait donc superflu. 

On aurait aimé que Daniel Cohn-Bendit prenne de la graine, et ne fasse pas aujourd’hui ce qu’il reprochait naguère à Aragon.

Le refus palestinien de négocier

Quoi que l’on pense du gouvernement israélien actuel, il est inacceptable de lui imposer des conditions préalables pour négocier, parce que quelles que soient les revendications territoriales des palestiniens, L’Histoire a démontré qu’Israël savait céder des territoires contre la paix quand il y avait lieu.

Il faut se souvenir de la campagne de dénigrement des années 1970 contre le premier Ministre Menahem Begin, dont on disait qu’il était un faucon, ce qui ne l’a pas empêche d’ordonner au général Ariel Sharon de faire évacuer manu militari les colons israéliens du Sinaï au nom de la paix. Il faut se souvenir de Moshé Dayan, qui disait qu’il valait mieux avoir Sharm-el-Sheikh sans la paix que la paix sans Sharm-el-Sheikh, après quoi il a fraternisé avec son ancien ennemi Sadate en lui rendant son territoire et son honneur. Il faut se souvenir du Premier Ministre Ariel Sharon qui a décidé le retrait de Gaza en espérant pacifier la frontière Sud d’Israël. Tout ceci pour attester que quand sonne l’heure de vérité, les leaders israéliens savent ce qu’ils ont à faire. Cela ne justifie ni leurs errements ni leurs erreurs en attendant, mais celles-ci sont rarement essentielles.

Pour comprendre ce que représentent les implantations en Cisjordanie il faut se souvenir de ses origines. Elles n’ont pas commencé directement après la Guerre des Six-Jours, parce les territoires qu’Israël avait conquis étaient considérés comme autant de cartes à jouer en échange d’une paix rapide. Quelques mois après la guerre il y eut les fameux trois “non” de la conférence de la Ligue Arabe à Khartoum (“non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à toute négociation avec Israël”), où en dépit d’un intense effort diplomatique l’ensemble du monde arabe a décidé que la lutte devait se poursuivre jusqu’à la liquidation d’Israël.

C’est après cela que les israéliens, dépités par l’implacable hostilité du monde arabe, ont graduellement commencé à coloniser les Territoires afin de construire des frontières défendables. Et c’est la gauche, Itzhak Rabin en tête, qui a lancé cette colonisation en estimant que l’ancrage de la Cisjordanie dans Israël était justifié à la fois moralement et stratégiquement, d’autant qu’il n’y avait aucune base juridique pour la frontière, celle d’avant 1967 n’étant que la séquelle d’un armistice. Il est par ailleurs scandaleux qu’une partie de cette gauche qui a poussé des centaines de milliers d’israéliens à s’installer en Cisjordanie au nom de la défense du pays considère maintenant ces gens comme des pestiférés qui se mettent en travers de la paix.

Si les uns posent des conditions pour négocier il n’y aucune raison pour que les autres n’en posent pas. C’est ainsi que les israéliens pourraient arguer qu’il est hors de question de discuter avec une Autorité Palestinienne qui ne contrôle pas Gaza. Après tout il serait trop facile pour elle de signer un accord de paix avec Israël tout en conservant l’option terroriste de Gaza, où le Hamas continuerait à se faire assister par l’Iran, qui pourrait les équiper en armes de destruction massive.

Les israéliens ne posent pas de conditions préalables parce qu’ils veulent entendre tout ce que les palestiniens ont à dire sur tous les sujets, et leur opposer leur point de vue à eux dans le cadre d’un face-à-face. L’enjeu de l’éventuelle négociation peut d’ailleurs se résumer en peu de mots: les palestiniens voudront obtenir des frontières acceptables et le retour des réfugiés de 1948 en Israël, et les israéliens voudront obtenir des frontières acceptables et des garanties pour sa sécurité.

Les deux camps sont retranchés derrière leurs positions d’une manière qui semble insurmontable, mais la différence entre eux, c’est que les israéliens sont disposés à négocier. Ce n’est pas rien.

La Palestine ou l’art d’arriver en retard

Le journaliste Alain Frachon a récemment publié dans Le Monde.fr un article intitulé ” Faisons un rêve : un “oui” israélien à l’ONU “. Il se demande si soixante-quatre ans après la Résolution 181 de l’ONU de 1947 les Palestiniens obtiendraient enfin réparation.

Quelle étrange dialectique, quand on a à l’esprit que les israéliens ont dit “oui” en 1947. De quoi et de qui les palestiniens sont-ils censés obtenir réparation ? Y ont-ils droit du fait qu’ils ont refusé de partager la Palestine? Et si l’on considère que les palestiniens ont été abusés par le monde arabe qui leur a fait accroire qu’ils allaient chasser les juifs, n’est-ce pas à ce monde arabe de réparer ? Nous sommes en plein syllogisme.

S’il y a une partie qui à droit a réparation relativement à la Résolution de l’ONU de 1947, c’est bien Israël, qui malgré l’hostilité de l’ensemble du monde arabo-musulman est encore toujours disposé à partager la Palestine. Pas à n’importe quelles conditions, bien entendu, ni sans négocier avec les principaux intéressés.

Il y a quelque chose de surréaliste dans l’initiative palestinienne à vouloir s’imposer maintenant comme membre à part entière à l’ONU alors que cette possibilité leur a été offerte en 1947. Que de sang versé depuis, alors qu’il eût suffit qu’ils acceptent alors ce qu’ils réclament aujourd’hui.

Alain Frachon dit que les palestiniens ont raison de ne pas vouloir négocier directement avec Israël, parce que les accords d’Oslo n’ont débouché sur rien. Qu’est ce qui lui permet de suggérer que c’est la faute à Israël, malgré l’Intifada, malgré le retrait du Sud-Liban, malgré celui de Gaza, malgré les initiatives de paix de tous les gouvernements israéliens de tous les bords ?

Alain Frachon évoque le courage politique d’Yitzhak Rabin reconnaissant la légitimité du mouvement national palestinien. Qu’en est-il du courage de Benjamin Netanyahou, qui a accepté le principe de deux Etats pour deux peuples et qui a gelé les constructions en Cisjordanie dans l’espoir de négocier avec Mahmoud Abbas, qui pour sa part ne s’est manifesté que neuf mois plus tard juste pour dire qu’il ne voulait pas se mettre à table?

Le Président Obama a beaucoup de soucis ces jours-ci, notamment concernant la situation économique de son pays. Il vient de se débarrasser d’un poids en admettant qu’il avait fait fausse route en ce qui concernait le conflit israélo-palestinien. Il faut donc l’encourager maintenant parce qu’il est sur la bonne voie. Ce qui serait bien à ce stade, c’est qu’en guise d’échange de bons procédés, Benjamin Netanyahou déclare solennellement qu’Israël ne laissera jamais tomber l’Amérique.

Israël et ses amis

Quelle que soit la position que l’on adopte vis-à-vis du conflit israélo-arabe, on ne peut comprendre la politique de l’Etat Juif  que si l’on intègre d’abord l’idée que la préoccupation prioritaire de tout gouvernement d’Israël – quel que soit son bord – est la sécurité. La raison en est que s’il n’y a plus de sécurité, il n’y a plus d’Israël.

C’est pour cela que le traité de  paix avec l’Egypte comprend une clause de démilitarisation du Sinaï. C’est pour cela que si Israël restituait le Golan ce serait à condition de le démilitariser. C’est pour cela qu’Israël a transformé le Sud-Liban en zone-tampon pendant vingt ans. C’est pour cela qu’Israël a construit une barrière de séparation. C’est pour cela que l’Opération Plomb Durci a eu lieu. C’est pour cela qu’il y a des postes de contrôle sur les routes de Cisjordanie. C’est pour cela qu’Israël a réduit en poussière les projets nucléaires de l’Irak et de la Syrie. C’est pour cela qu’Israël s’oppose à la bombe atomique de l’Iran. Et ainsi de suite. La sécurité d’abord.

L’initiative palestinienne consistant à réclamer le statut de membre à part entière des Nations-Unies consiste à contourner Israël en s’adressant directement à la Communauté Internationale. L’explication en est que l’Autorité Palestinienne refuse de négocier avec Israël pour une série de raisons, dont le souhait du Hamas de liquider Israël par tous les moyens. L’Autorité Palestinienne espère ainsi obtenir de la Communauté Internationale une légitimité en tant qu’Etat tout en se passant d’en débattre avec Israël, croyant ainsi pouvoir lui imposer un voisinage  qui négligerait sa sécurité.

Lorsque l’Empire Ottoman a été démantelé pour être rendu à ses habitants il s’est agi de redécouper le Moyen-Orient de la manière la plus équitable possible. C’est ainsi que la Communauté internationale a identifié et reconnu les différentes populations qui y vivaient – dont les juifs – qui petit à petit se sont érigés en Etats. Parmi ceux-ci, le minuscule Etat d’Israël, sur base de ses droits historiques tels que proclamés par la Déclaration Balfour en 1917, la Conférence de San Remo en 1920, la Commission Peel en 1937 et les Nations-Unies en 1947. Le monde arabe a rejeté tout au long l’idée même d’un Etat pour le peuple juif, en déni constant de la part juive de la Palestine, qui existait bien avant que les palestiniens eux-mêmes ne se définissent comme peuple.

Malgré cette longue marche, et même s’il est vrai qu’il existe des palestiniens modérés, il y en a peu qui soient réellement sortis du déni d’Israël. Tout au plus envisagent-ils la liquidation d’Israël par des moyens non-violents.

Israël désire être en paix avec tout le monde, à commencer par ses voisins, mais pas au prix de sa sécurité. Et si on oppose à cela que la crainte d’Israël relève de la paranoïa et que cela risque d’indisposer même ses amis, alors c’est plutôt le problème des amis que celui d’Israël, parce que le peuple juif a largement droit à sa place de choix au panthéon de la paranoïa.

L’islamisme radical face à la démocratie

Toute idéologie qui aboutit au totalitarisme cesse de se conformer à ses propres règles et finit par avoir des objectifs tellement lointains qu’ils en deviennent indistincts. Le rapprochement que fit naguère la philosophe Hannah Arendt entre nazisme et stalinisme en leur trouvant comme point commun le totalitarisme peut s’appliquer à l’islamisme radical.

L’islamisme radical ne relève ni d’une guerre de civilisation ni d’une guerre de religion mais d’une guerre contre la démocratie. Il a comme point de départ le fondamentalisme religieux, mais celui-ci finit par muter en totalitarisme. Cela signifie que le moyen qu’a choisi l’islamisme radical pour s’imposer importe plus que la fin, qui est en principe la religion

Toute idéologie quelle qu’elle soit porte le germe du totalitarisme, qui si on lui cède la place ne connait pas de limite. Le totalitarisme emmène les masses à remplacer l’idéologie de référence par la volonté d’un Parti Unique perçu comme une divinité. La notion même de règle, de loi ou de code moral disparaît au bénéfice du Parti et de son chef. La volonté du chef n’est par ailleurs pas toujours claire, ce qui lui permet d’éliminer les individus de manière arbitraire. C’est ainsi que quand il lui arrive de changer d’avis, ceux qui l’ont servi peuvent être liquidés non pas parce qu’ils sont fautifs, mais parce qu’ils sont encombrants.

La démocratie est le moins mauvais des systèmes parce qu’elle n’est pas une idéologie mais aménage au contraire un espace ou les idéologies peuvent s’exprimer. La démocratie ne dit pas que les tous hommes sont pareils, mais que tous les hommes ont les mêmes droits. Ce principe est indispensable au bon fonctionnement de toute société moderne.

La démocratie a des faiblesses, parce qu’on peut être sceptique quant à la capacité des masses à être intelligentes ou à avoir bon cœur. Le fait que c’est la majorité qui avalise une politique ne témoigne en rien de sa vertu. Les hommes choisissent de privilégier une vision du monde plutôt qu’une autre en fonction de leur diversité, de leurs conditions de vie. Cependant ce qui rend la démocratie précieuse c’est que qu’elle permet de changer de régime quand celui-ci n’est pas conforme aux attentes.

C’est cette possibilité de changement, et elle seule, qui fait que la démocratie est le meilleur des systèmes.

 

Obama ou la vacance du pouvoir

Le Président des Etats-Unis a du pouvoir, mais tout comme dans d’autres démocraties sa marge de manœuvre est limitée par les médias, l’inertie des institutions et la dynamique d’une société complexe et mondialisée. Il est donc difficile pour l’opinion publique de se faire une idée globale du bien-fondé de sa politique intérieure ou extérieure. Reste la perception que l’on acquiert à travers les apparitions, la personnalité et le charisme du Président.

Barack Obama a commis toutes les erreurs imaginables concernant ce qu’il présentait comme sa doctrine lors de sa campagne électorale. Dernièrement il a encore atteint un sommet de dilettantisme en critiquant ouvertement l’agence de cotation qui a réduit la cote de crédit des Etats-Unis et qui a fait baisser Wall Street. Il a étayé son opinion en se référant au milliardaire Warren Buffet qu’il présentait comme omniscient. Cela n’a visiblement pas convaincu les millions américains qui l’écoutaient, parce qu’à peine son allocution terminée les marchés sont repartis à la baisse de plus belle.

La quinzaine précédente Obama avait donné l’image d’un leader aux abois face à la question du plafond de la dette de l’Etat. Il a laissé entendre que son pays, le plus riche et le plus puissant de la planète, pourrait être en cessation de paiement sous peu. L’argument est absurde quand on sait que l’Amérique connaît un régime fiscal clément et qu’elle dispose de moyens et d’outils financiers suffisamment solides pour assurer sa solvabilité, ce qui fait qu’agiter le spectre d’un défaut de paiement est inepte, et relève d’une démagogie digne d’une république bananière.

En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien Obama est parvenu à indisposer à peu-près tous les intéressés. Quand il a commencé à faire ses visites d’Etat il a choisi avant tout d’honorer le Président Moubarak, aujourd’hui considéré comme criminel par son peuple, et de présenter sa vision du conflit israélo-palestinien à l’Université du Caire plutôt qu’à celle de Jérusalem. Lors de son discours il a par ailleurs fait une association d’idées douteuse en énumérant dans un même souffle la Shoah et le problème palestinien. Il a ensuite rendu visite à une série de pays de la région, mais a soigneusement évité Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient, le seul pays auquel la nation américaine puisse s’identifier, et son allié le plus sûr.

Obama a rejeté les propositions de Netanyahu concernant le règlement du conflit israélo- palestiniens, mais quand Netanyahu les a réitérés devant les Congrès américain il a été ovationné avec un enthousiasme sans précédent par la totalité des représentants. A la suite de cela Obama s’est retrouvé isolé de son propre parti et s’est empressé d’ajuster le tir en se justifiant d’une manière confuse.

Obama a fait pression sur le gouvernement israélien pour qu’il gèle les constructions en Cisjordanie durant dix mois en échange d’une promesse d’un face-à-face entre Netanyahu et Mahmoud Abbas. Celui-ci a attendu neuf mois avant de se manifester, et cela uniquement pour dire que dix mois ce n’était pas suffisant, déclarant que le Président des Etats-Unis était monté avec lui sur un arbre, et puis qu’Obama en était redescendu tout seul en emportant l’échelle. Ceci dit il faut reconnaître qu’Obama a au moins réussi à démontrer que les implantations israéliennes n’avaient aucun rapport avec le conflit, et qu’arrêter les constructions en Cisjordanie ne servait strictement à rien, puisque que les palestiniens refusaient de négocier autre chose que la liquidation de l’Etat d’Israël.

Obama ne donne jamais l’impression d’avoir une vision, mais plutôt de se laisser porter par les évènements. Cet homme est un technocrate sans inspiration. Il n’est ni utile ni nuisible, mais inexistant.

L’été israélien n’est pas le printemps arabe

Le mouvement social qui se déroule en Israël est paradoxalement la conséquence de sa bonne santé économique. Israël a traversé la crise financière de 2008 mieux que la plupart des pays développés et connaît une croissance vigoureuse depuis plusieurs années. Le chômage est au plus bas, la monnaie parmi les plus solides du monde, les caisses de l’Etat sont remplies et les entreprises tournent à plein rendement. Bien qu’aucun des observateurs traditionnels n’ait prévu le mouvement de protestation, il arrive à point nommé pour les classes moyennes en particulier, qui sentent que le moment est bien choisi pour réclamer plus de justice sociale.

C’est la crise du logement qui a déclenché le mouvement. Les prix de l’immobilier flambent, mais le niveau des salaires est tellement bas que même un couple de diplômés universitaires ne dispose pas de suffisamment de moyens pour acquérir un modeste trois-pièces à crédit. Le coût de la vie ne cesse d’augmenter et les chaines de distribution semblent fixer les prix de manière arbitraire, si bien qu’on a l’impression que la concurrence est absente.

Le style du mouvement est bon enfant, et tout en protestant les manifestants expriment leur attachement au pays, leur joie d’y vivre et leur intention de s’y épanouir. Ce que ce mouvement a de particulier comparé à ce qu’on a l’habitude d’observer dans les pays occidentaux, c’est qu’il n’est dirigé contre personne. Les sondages révèlent que 87 % de la population soutiennent le mouvement. On pourrait penser que dans ces conditions c’est le gouvernement qui est visé, mais ce n’est pas le cas non plus. L’opinion publique est consciente que la cherté de l’immobilier et le pouvoir exorbitant des cartels sont le résultat d’une politique vieille de plusieurs décennies. Qui plus est, le gouvernement est d’accord avec les manifestants, et le Président de L’Etat a reçu une délégation du mouvement pour la féliciter de son initiative et lui exprimer son soutien.

Les manifestants ont installé leurs innombrables tentes en plein Tel-Aviv et dans une douzaine d’autres villes, et campent depuis quelques semaines. Ils sont bien organisés, ont improvisé des tribunes pour les orateurs, mais aussi pour des artistes qui se produisent à titre gracieux. Il y des garderies d’enfants, des cuisines de fortune, des centres de presse, des écrans géants et un courant humain permanent de militants qui interpellent les passants pour leur expliquer leurs revendications. Il n’y aucun signe de violence, et la police n’est visible nulle part. Il y a quelques jours plus de trois-cent mille manifestants ont défilé dans les artères principales de Tel-Aviv sans provoquer le moindre incident.

Ce mouvement éminemment politique n’a aucun lien avec la vie politicienne. Toutes les sensibilités sont présentes, mais aucune ne se manifeste en tant que telle. Bien au contraire, les slogans qui fleurissent dans cette kermesse ont comme point commun de ne se référer à aucune idéologie quelle qu’elle soit.

Certains veulent voir dans ce mouvement une analogie avec les évènements qui agitent le monde arabe. Mais l’été d’Israël est fondamentalement différent du printemps arabe. Il ne s’agit pas ici de revendiquer la démocratie, mais au contraire de l’exercer.

L’Etat d’Israël a-t-il le droit de se défendre du boycott de soi-même?

Une loi vient d’être adoptée à la Knesset, qui prévoit des sanctions en cas d’appel au boycott économique, culturel ou intellectuel de personnes ou d’institutions en Israël ou en Cisjordanie.

Cette loi va être difficile à mettre en œuvre. Certaines ONG ont déjà fait appel à la Cour Suprême afin qu’elle en vérifie la conformité. Il se peut qu’après examen la loi soit invalidée au motif qu’elle constitue une atteinte à la liberté d’expression et au droit de manifester. Mais quoi qu’il en soit, elle soulève des questions de fond concernant la démocratie et son fonctionnement, ceci aussi bien du côté des partisans que des détracteurs de la loi.

En considérant les tenants du boycott on peut s’interroger sur l’aspect moral qui consiste à récuser son propre pays. On peut aussi s’interroger sur le refus d’artistes et d’enseignants de se produire alors qu’ils sont payés par l’Etat et donc par les contribuables auxquels ils refusent leurs prestations. Mais les boycotteurs prétendent ne revendiquer que le droit d’exprimer des opinions politiques. Tout en appelant au boycott ils sont d’avis qu’ils exercent une prérogative compatible avec la démocratie.

Les adversaires du boycott soulèvent quant à eux la question des limites de la liberté d’expression, même quant celle-ci elle est réputée être totale. Certaines de ces limites relèvent du bon sens, mais d’autres sont bel et bien imposées par la loi dans la plupart des pays démocratiques. La preuve en est que l’apologie du racisme, de l’homophobie, du négationnisme, de la misogynie ou du nazisme constituent des délits, en contradiction apparente avec la liberté d’expression.

L’appel au boycott de certaines ONG peut donc en soi constituer un déni de démocratie, parce que cela revient à tenter d’imposer ses objectifs autrement qu’au moyen du débat politique. En clair cela signifie que faute de pouvoir peser d’un poids suffisant par les urnes, cette frange fait appel à des forces étrangères pour pallier à l’électorat qui lui fait défaut. Ce qu’elle n’obtient pas par le jeu démocratique, elle cherche à l’obtenir par une pression de l’extérieur, parfois par des régimes hostiles à Israël. Les initiatives de mouvements tels JCall et Jstreet – par ailleurs bien intentionnés – relèvent elles aussi d’une démarche consistant à combattre l’opinion majoritaire israélienne par une solution imposée de l’extérieur. Certaines ONG israéliennes font par ailleurs uniquement appel à l’étranger pour financer leurs activités, ne trouvant pratiquement pas de support dans l’opinion publique israélienne elle-même.

La gauche israélienne s’oppose à la loi anti-boycott mais peine depuis de nombreuses années à s’imposer sur l’échiquier politique et cherche à se faire entendre à l’occasion de la controverse. Depuis les accords d’Oslo, censés paver le chemin de la paix, la stratégie de la gauche s’est effondrée et son message est devenu inaudible. Les massacres de civils israéliens lors de l’Intifada, le double langage du leadership palestinien, l’islamisme et l’antisémitisme comme idéologie palestinienne, et finalement le rejet des palestiniens du plan Clinton qui leur donnait pourtant satisfaction sur l’essentiel, tout cela a laminé la gauche israélienne et confirmé aux yeux de l’opinion publique qu’elle avait fait fausse route. Non pas par rapport à son désir de paix, sincère à n’en pas douter, mais à son pacifisme à tout crin qui a ouvert une brèche aux éléments les plus irréductibles parmi les palestiniens, qui se sont engouffrés par la violence dans ce qu’ils percevaient comme une manifestation de faiblesse.

Depuis les accords d’Oslo les palestiniens n’ont eu de cesse que de préparer la guerre, alors que les israéliens attendaient la paix. Dix-huit ans plus tard, les terroristes du Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes violents soutenus par des Etats-voyous ont plus que jamais pour objectif la liquidation d’Israël. A côté de cela stagne une Autorité Palestinienne certes non-violente, mais chétive et tétanisée, incapable de parler vrai à son peuple et de pratiquer le virage idéologique qui ouvrirait la voie à la fin du conflit.

La loi contre le boycott est sans doute moralement fondée, mais il est peut-être préférable de ne pas légiférer sous peine de crouler sous une bureaucratie qui pourrait faire plus de tort que de bien. Cette loi est par ailleurs l’occasion pour des groupuscules qui ne représentent pas grand-chose de faire entendre leur voix, à laquelle peu de monde prête attention en Israël en temps normal.

Si cette loi était abrogée par la Cour Suprême alors il ne resterait plus qu’aux israéliens à boycotter les boycotteurs, et on verrait bien qui des uns ou des autres sont les plus légitimes dans la seule démocratie du Moyen-Orient.

Olivier Besancenot et la Flottille pour Gaza

Olivier Besancenot, figure charismatique de l’extrême gauche française, s’est acoquiné à la « flottille pour Gaza », qui a pour objectif de forcer le blocus israélien. Il a accordé à cette occasion une interview à bord du navire sur lequel il s’est embarqué, où il expliquait avec grand sérieux que Gaza était une « prison géante ».

Olivier Besancenot omet de préciser que le geôlier de la prison en question est le Hamas, organisation terroriste répertoriée comme telle dans un grand nombre de pays. Il n’est probablement pas au courant non plus que Gaza est un mini-Etat islamique mené par la frange la plus barbare, la plus rétrograde, la plus radicale et la plus fanatique des ennemis d’Israël, cumulant le fondamentalisme musulman et un antisémitisme primaire, et foulant du pied toutes les conventions internationales relatives aux droits de l’homme. Ce pouvoir est activement soutenu par la Syrie, le Liban et l’Iran, régimes aussi épris de démocratie que le Hamas lui-même.

Olivier Besancenot a sans doute oublié qu’Israël a évacué Gaza en 2005 mais n’a reçu en échange que des milliers de roquettes visant des civils. Il y a quelques semaines encore un transport d’enfants israéliens circulant le long de la frontière de Gaza a été détruit par une roquette antitank tirée sur un autobus scolaire par des terroristes qui l’ont ciblé en connaissance de cause.

Olivier Besancenot est offusqué quand on le soupçonne d’antisémitisme, et il a sans doute raison parce que cela ne lui ressemble pas. Cependant il s’associe régulièrement à des entreprises qui dénient au peuple juif le droit d’avoir une existence nationale. C’est d’ailleurs la doctrine de sa mouvance politique que de mettre fin au projet sioniste. Pourtant il connaît bien l’Histoire, et ne peut pas être passé à côté du texte de la résolution 181 des Nations-Unies du 29 novembre 1947 concernant le partage de la Palestine qui fait usage 31 fois du vocable « Etat Juif » pour désigner l’Israël d’aujourd’hui.

Olivier Besancenot aura aussi été trop occupé pour se donner la peine de lire la Déclaration d’Indépendance d’Israël de 1948 qui dit « Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès de l’ensemble du Moyen Orient ». C’était il y a 63 ans. La main tendue commence à être prise de crampes. S’il avait pris note de cette main tendue, nul doute qu’Olivier Besancenot se serait rangé du côté d’Israël, sachant à quel point la notion du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes lui est chère.

Bien que le bateau sur lequel a embarqué Olivier Besancenot soit modeste, il dispose probablement d’un GPS, alors il pourrait peut-être demander au capitaine de mettre le cap vers d’autres prisons de la Méditerranée, comme par exemple la Lybie ou la Syrie, où il convaincra sans peine les geôliers locaux d’ouvrir les portes de la liberté.

Mais si le GPS reste orienté vers Gaza, alors Olivier Besancenot pourrait peut-être suggérer au Hamas de renoncer au terrorisme et de respecter les accords entre Israël et l’Autorité palestinienne, ce qui mettrait sans doute fin au blocus. Mais comme la pensée d’Olivier Besancenot relève elle aussi d’une prison, celle de l’infaillibilité du trotskysme, il est douteux qu’il comprenne avant longtemps qu’il se trompe d’ennemi.

Dominique Strauss-Kahn ou la stature d’un président

On a abondamment relevé le courage d’Anne Sinclair depuis que Dominique Strauss-Kahn a été arrêté à New-York. Mais bien qu’elle ait eu beaucoup à endurer depuis le déclenchement de l’affaire, elle est ce qu’on appelle une victime collatérale. Au-delà de ses proches, celui qui est frappé le plus durement c’est bien entendu Dominique Strauss-Kahn lui-même.

Dans la mesure où il est innocent, son comportement a été déterminé et extraordinairement digne. A aucun moment il n’a craqué. A aucun moment il ne s’est écroulé. A aucun moment on n’a pu déceler dans son expression de la colère, de l’exaspération, du dépit ou du désespoir. Nous ne savons pas comment les choses se sont déroulées dans le bureau du procureur ou lors de son séjour en prison, mais nul doute que si à un moment où à un autre il s’était effondré, ou au contraire s’était emporté, on l’aurait su grâce aux médias à l’affut de tout ce qui pouvait faire des titres.

Et quand tout a basculé et que le procureur a libéré Dominique Strauss-Kahn sur parole, là aussi il a fait preuve d’une retenue remarquable. En sortant du Tribunal il s’est dirigé d’un pas mesuré vers la voiture qui l’attendait sans exhiber la moindre jubilation. C’était pourtant sur ce même trottoir que quelques semaines auparavant il avait été houspillé par une meute haineuse qui hurlait « honte sur vous » en lui souhaitant de croupir le restant de ces jours en prison. A peine a-t-il esquissé un sourire traduisant son soulagement, mais c’était un sourire paisible, un sourire qui avait l’air de s’adresser surtout à ses proches, qu’ils fussent présents ou lointains, comme pour leur redonner confiance et leur signaler qu’il allait bien.

Si Dominique Strauss-Kahn est blanchi d’ici peu, la question de sa candidature à la Présidence de la République va à nouveau se poser, même si lui-même pourrait souhaiter un répit avant de prendre sa décision. Ce qui apparait à l’évidence, c’est que ses éventuels électeurs auront eu l’occasion d’évaluer en direct la tenue de cet homme face à l’adversité. On peut ne pas être de son bord politique, mais dans la mesure où la fonction de Président requiert une trempe exceptionnelle et l’aptitude à garder son calme en toutes circonstances, Dominique Strauss-Kahn a démontré qu’il était à la hauteur à l’occasion de cette épreuve dont il se serait bien passé.

Quant à son profil d’homme à femmes, il craignait lui-même depuis longtemps qu’il ne le rattrape lors d’une éventuelle campagne électorale. Le destin a voulu qu’il soit rattrapé avant même qu’elle ne commence, or si les sondages montrent qu’il est encore un candidat apprécié il n’aura plus à craindre la bulle à ragots parce qu’elle se sera dégonflée avant la campagne.

Ne pas vouloir voter pour un homme dont on réprouve la sexualité est une chose, mais faire activement campagne contre lui sur base de son penchant sexuel est scandaleux. Il n’y a pas si longtemps, un candidat homosexuel à la mairie de Paris n’aurait eu aucune chance de se faire élire. Maintenant la plupart des électeurs ne font plus de lien entre l’orientation sexuelle et la compétence du Maire de leur ville, et c’est bien ainsi. Lors de l’affaire Monica Lewinsky, le Président Clinton a successivement nié et reconnu une aventure sexuelle extraconjugale à la face de l’Amérique toute entière, mais cette Amérique que l’on dit si puritaine ne l’a pas démis de ses fonctions et a même continué à lui vouer une popularité qui ne s’est pas démentie à ce jour. Peut-être que l’Histoire retiendra que l’affaire Dominique Strauss-Kahn aura imprimé un tournant décisif aux mœurs en montrant que les masses savent désormais que les compétences de leurs dirigeants ne se confondent pas avec la nature de leur sexualité.

Dominique Strauss-Kahn pourrait être lavé de tout soupçon sur base de la perte de crédibilité de son accusatrice suite à la série de mensonges dont elle s’est rendue coupable. Les médias spéculent beaucoup là-dessus, mais il est étonnant que l’on n’entende nulle part exprimer l’exigence que cette tragédie doive déboucher sur des aveux explicites, au moyen desquels l’accusatrice révèlerait sans ambiguïté avoir menti sur toute la ligne, et pas simplement sur ses comptes en banques. Ce serait la moindre des choses. Non pas seulement pour l’honneur de Dominique Strauss-Kahn, mais aussi pour celui de toutes les femmes du monde qui sont réellement violées tous les jours, auxquelles elle aura fait un tort incommensurable.

Y a-t-il des valeurs universelles ?

Yeshayahou Leibowitz, juif de stricte observance, scientifique et philosophe, était un continuateur de Maïmonide, mais aussi un intellectuel du vingtième siècle qui ne pouvait reprendre tels quels tous les présupposés du Moyen-âge. La différence réside en ce que Maïmonide se voulait rationaliste en posant qu’il était possible de démontrer l’existence de Dieu de manière quasi-certaine.

Leibowitz, comme la plupart des penseurs modernes, croyants ou pas, réfute ces démonstrations mais pose que l’impossibilité de prouver l’existence de Dieu n’empêche pas qu’on le considère comme une valeur suprême. Cette posture oxymorique peut rendre perplexe, parce que cela signifie que pour Leibowitz on peut construire une vision du monde en faisant l’impasse sur la Raison.

A cela Leibowitz répond qu’aucune valeur n’est rationnelle. Ce qui donne le vertige dans son enseignement c’est la déconstruction des valeurs quelles qu’elles soient, dont il dit qu’elles sont discrétionnaires, et que prétendre qu’il y aurait des valeurs universelles est un non-sens. Bien qu’elles soient le propre de l’homme, les valeurs reposent donc sur des décisions arbitraires. Par conséquent il n’y aurait aucune valeur opposable à autrui, ni individuellement, ni collectivement, ni localement ni universellement.

L’idée qu’il n’existerait pas de valeur universelle est dérangeante pour un esprit moderne, parce que l’homme occidental est convaincu que les valeurs sont liées à la Raison et qu’elles en découlent de manière logique. Cela implique que tous les hommes devraient déboucher sur une même morale simplement en suivant le fil de la Raison. Leibowitz s’inscrit en faux contre l’idée que Raison et Morale seraient liées. Il dit que bien que les hommes aient en commun la faculté de formuler des valeurs, les valeurs elles-mêmes peuvent différer entre cultures de manière irréductible parce qu’irrationnelles. Cette conception est pessimiste, parce qu’il faut en conclure que les guerres sont l’expression non pas d’intérêts divergents, mais de valeurs mutuellement exclusives. Ce qui renforce cette idée c’est que les guerres, comme les valeurs, sont le propre de l’homme.

La question de fond consiste donc à se demander de quoi relève ce penchant à s’imposer à soi-même des valeurs alors qu’elles ne sont en rien indispensables à la vie, et lui sont même souvent antinomiques.

La réponse à cela est probablement une question.

L’allumage sexuel ou la question du premier pas

On a beaucoup évoqué la question du harcèlement sexuel ces temps-ci, et d’une manière générale les cas où les hommes de pouvoir faisaient pression sur des femmes en vue de relations intimes. Ces comportements sont réprimés par le Code pénal, et les femmes peuvent porter plainte le cas échéant, mais le principal obstacle dans ce genre d’affaires est que ces comportements étant par définition intimes, il est difficile pour les plaignantes de démontrer qu’elles ne sont pas consentantes. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup hésitent à se manifester. En l’absence de preuves c’est donc parole contre parole, or on ne peut raisonnablement condamner l’agresseur présumé sur seule base d’une accusation non étayée. Ce serait la porte ouverte à tous les abus.

Cependant les hommes ont si longtemps pu commettre des abus sexuels en toute impunité qu’il y a comme un retour de balancier dans l’opinion publique, de telle sorte que la présomption de sincérité de la plaignante semble parfois peser plus lourd que la présomption d’innocence de l’accusé. Il faut donc que ces présomptions s’équilibrent, et éviter que la justice soit influencée par une empathie hors de propos.

Mais pour appliquer une égalité rigoureuse, il faudrait peut-être aller plus loin. Il y a dans le monde de l’entreprise, de la fonction publique, de la politique, du show-business ou d’autres milieux un nombre important de femmes ou d’hommes qui obtiennent des avantages en échange de prestations sexuelles. C’est souvent injuste par rapport aux autres employés, et peut constituer un dommage pour l’institution qui les emploie. Quand un (e) employé (e) propose à son supérieur hiérarchique, dans le cadre et sur les lieux du travail, un service sexuel en échange d’un bonus à charge de l’entreprise, considère-t-on cela comme une agression sexuelle doublée d’une tentative de corruption ? Qu’est censé faire celui ou celle à qui le « deal » sexuel est proposé ? Se taire et continuer à travailler avec la personne en question ? Dénoncer les faits sans preuves à l’appui ? Risquer que l’incident soit divulgué ultérieurement de manière tendancieuse ?

Si l’on est soucieux d’égalité en matière de sollicitations à caractère intime, il faut non seulement condamner le harcèlement sexuel par l’un, mais aussi l’allumage sexuel par l’autre. Il faut les condamner avec une rigueur égale parce que ces comportements sont les miroirs l’un de l’autre dans la mesure où ils ne tiennent pas compte des dispositions de la personne d’en face. Par ailleurs, il faut s’interroger sur la pertinence de la convention qui veut que ce soit à l’homme de faire ce qu’on appelle le « premier pas » dans le processus de séduction, parce que pour peu qu’il soit maladroit il peut arriver qu’il ne l’ajuste pas de manière appropriée. On pourrait évidemment totalement interdire ce « premier pas », mais il n’est pas sûr que ce soit ce que souhaitent les femmes, alors si elles le faisaient aussi souvent que les hommes cela contribuerait peut-être à rétablir un certain équilibre.

Ce serait aussi plus cohérent avec le désir d’égalité et l’égalité du désir entre genres.

Yeshayahou Leibowitz ou l’extrémisme de la raison

Yeshayahou Leibowitz, scientifique et philosophe israélien mort en 1994,  racontait  de manière enjouée que quand il lui arrivait d’avoir des échanges avec des chrétiens éclairés, certains admettaient qu’il n’était pas établi que Jésus ait jamais existé, mais que ce qui était en revanche sûr, c’était que les juifs l’avaient crucifié.

Il pensait qu’après que le criminel de guerre Eichmann eut été capturé par les israéliens, il aurait fallu lui procurer le meilleur avocat possible pour démontrer que son client n’était ni coupable ni responsable de quoi que ce soit parce que celui-ci n’avait fait qu’obéir à des ordres. Qu’Eichmann avait certes été un rouage du nazisme,  mais que  celui-ci, comme les autres formes d’antisémitisme, n’était que le produit de deux mille ans de christianisme, dont l’essence était de liquider le judaïsme. Il pensait donc que le nazisme n’avait fait que reprendre à son compte un dessein d’inspiration chrétienne.

Leibowitz était un sioniste fervent parce qu’il pensait que le monde chrétien avait failli vis-à-vis des juifs. Il estimait que ceux-ci étant un peuple à part entière, ils avaient droit à l’autodétermination et « en avaient assez d’être gouvernés par les goys », comme il aimait à dire. Le sionisme avait donc été pour lui la réponse adéquate à cette anomalie, et malgré les critiques virulentes qu’il adressait parfois au monde politique israélien il était convaincu qu’Israël avait accompli toutes les promesses du sionisme en créant un Etat.

Cependant, tout en étant juif de stricte observance, Leibowitz ne considérait pas le judaïsme comme une vérité universelle. Il partait du point de vue que toute valeur humaine était tautologique, c’est-à-dire qu’elle reposait sur un raisonnement en circuit fermé. Il appliquait cela au judaïsme en disant que la Thora avait été écrite par les juifs, et qu’ensuite les juifs l’avaient déclarée sacrée, et la boucle était bouclée. Il n’y avait donc pour Leibowitz ni miracle ni Révélation externe, mais un mode vie qu’il n’était pas question d’imposer à qui que ce soit. C’est ainsi qu’il disait que pratiquer le judaïsme ne reposait sur rien d’autre que sur la décision de pratiquer le judaïsme.

Il pensait d’une manière générale que toutes les valeurs humaines étaient arbitraires. A la question de savoir pourquoi lui-même avait choisi de se soumettre aux 613 commandements de la Thora il répondait que c’est une démarche comparable à celle consistant à se consacrer à la Science,  à l’Art, à la famille, à la Patrie,  aux nécessiteux, aux malades, à l’écologie, etc.  Quand on lui objectait qu’il était possible d’argumenter en faveur de ces choix-là, il répondait qu’il n’en était rien, parce qu’à tout argument on pouvait toujours opposer un « pourquoi », ce qui finissait par déboucher sur une impasse de la Raison. Par exemple, disait-il à propos de l’humanisme, y a-t-il une raison objective de considérer l’homme comme valeur suprême ? Personne, d’après lui, n’était en mesure d’apporter de réponse rationnelle à cette question.

Leibowitz était radical sur le point de la séparation entre la religion et l’Etat.  Il y avait là un paradoxe, parce qu’on aurait tendance à penser qu’en tant que juif pratiquant  il aurait aimé que la religion eût son mot à dire dans les affaires de la Cité. Mais il pensait qu’Israël ne pourrait être gouverné par la Loi juive que si tous ses citoyens seraient de stricte observance, et que de toutes manières cette utopie exigerait une révision en fonction de la modernité, en particulier en ce qui concernerait le statut de la femme. Par ailleurs, même dans l’hypothèse où tous les juifs seraient pratiquants en Israël, les non-juifs n’auraient aucune raison de s’imposer ce mode de vie. Il estimait en conclusion que l’Etat d’Israël, juif et démocratique, devait aussi être laïque afin d’aménager un espace acceptable pour la religion, qu’elle soit juive ou autre.

Leibowitz excellait dans de nombreux domaines,  mais tout ce qu’il abordait passait au crible de son redoutable intellect, ce qui pouvait parfois être dérangeant.

On peut dire que Leibowitz était en quelque sorte un extrémiste de la raison.

L’invention du peuple juif d’après Shlomo Sand

L’historien israélien Shlomo Sand a publié un essai intitulé « Comment le peuple juif fut inventé ». Il tente par cette démonstration de délégitimer son propre pays en arguant que le sionisme est un mythe, et que par conséquent le lien entre Israël et les juifs est une fiction.

Les juifs ne seraient pas un peuple d’après lui, mais des individus épars n’ayant rien d’autre qu’une religion en commun. Ils descendraient des Khazars, peuple d’Europe Centrale converti au judaïsme au 8eme siècle, et d’autres convertis d’une époque où le judaïsme était prosélyte.

D’après Shlomo Sand, les juifs n’ont pas été expulsés par les romains après la destruction du temple de Jérusalem, mais islamisés quelques siècles plus tard par les arabes. Les vrais descendants des juifs d’alors seraient donc les palestiniens d’aujourd’hui. Cela laisse supposer que le prochain essai de Shlomo Sand pourrait s’intituler « Comment le peuple palestinien fut inventé », ce qui nous promet une nouvelle lecture passionnante.

Il est vrai que les juifs sont métissés et divers. Beaucoup de leurs aïeux, comme Ruth la Moabite, n’étaient pas juifs en naissant. Elle fut néanmoins l’arrière grand-mère du grand Roi David, lui-même ancêtre du juif Jésus de Nazareth d’après les Evangiles.

Non seulement n’est-t-il pas scandaleux d’être d’origine composite, mais c’est la gloire du judaïsme que de ne pas revendiquer une race, mais une vision du monde indissociable du lieu où elle vit le jour : la terre d’Israël.

Même si on considère que les juifs d’aujourd’hui ne sont pas génétiquement ceux de l’Antiquité, il n’en demeure pas moins qu’un grand nombre parmi eux se retrouve autour de valeurs communes, dont l’Etat d’Israël tel que proclamé en 1948 par le mouvement sioniste et ratifié par la Communauté Internationale.

L’identité d’un peuple est dynamique et changeante. Elle est culturelle et non pas génétique. Shlomo Sand récuse le lien des juifs à Israël en se fondant sur un argument ethnique. Leur mixité serait une raison de leur dénier toute cohérence en tant que peuple. Ils devraient d’après lui satisfaire à des critères géniques pour avoir le droit d’affirmer leur appartenance. Raisonnement nauséabond dont l’extrême-droite fait son fond de commerce depuis toujours.

Shlomo Sand a raison de dire que ce qui liait les juifs avant le sionisme était la religion. Mais bien qu’ayant été reconnus comme citoyens sous l’impulsion de la Révolution Française, ils ont continué d’être singularisés par un antisémitisme endémique qui n’a cessé de prospérer jusqu’à nos jours.

Tout au long de la codification du Talmud au premier millénaire il fut question de l’Exil et du Retour. Plus tard il y eut des controverses au sein du monde juif concernant la question du rapport à Israël. Certains pensaient qu’il y avait obligation d’y habiter, d’autres que chacun pouvait se déterminer librement, et d’autres encore qu’il fallait attendre l’ère messianique. Mais tous ont toujours eu le regard tourné vers Israël.

Mais dans le monde d’aujourd’hui point n’est besoin de brandir la Torah pour justifier l’Etat d’Israël. Sa légitimité juridique repose sur le constat fait par les Nations-Unies en 1947 qu’il y avait sur le territoire de la Palestine une population juive qui revendiquait un Etat au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Ces six-cent mille silhouettes incertaines sont devenus six décennies plus tard six millions de citoyens d’une nation prospère et dynamique, avec les qualités et les défauts de toute démocratie. Par ailleurs, grâce à l’impressionnante réussite du projet sioniste, beaucoup de juifs de par le monde ont acquis l’assurance de ceux qui savent qu’ils ont une maison.

Lors d’une commémoration de la Shoah à Auschwitz en septembre 2003 on a pu voir des petits-enfants de rescapés survoler à basse altitude les camps de la mort à bord de chasseurs de l’armée israélienne frappés de l’étoile de David. Il faut avoir cette image à l’esprit pour prendre la mesure de la révolution que constitue l’Etat d’Israël. Pour le peuple juif d’abord, mais aussi pour le reste du monde.

L’Etat d’Israël n’est peut-être pas celui dont rêvaient les pères fondateurs, mais l’Histoire atteste qu’il n’y a que peu de révolutions qui débouchent sur ce qu’escomptent les idéologues. Les révolutions ne sont d’ailleurs souvent que des passerelles qui conduisent les peuples à changer de malheur. La révolution du peuple juif fait exception et démontre tous les jours sa vitalité, même si Shlomo Sand estime qu’il n’existe pas.

Les thèses de Shlomo Sand sur l’inexistence du peuple juif ont été réfutées par beaucoup et approuvées par certains, mais là n’est pas la question. La question est qu’il fait fausse route dès l’énoncé de son essai, parce que Shlomo Sand n’a pas à prescrire aux gens ce qu’ils sont en fonction de leurs ancêtres. Il a à respecter le droit des vivants de se définir. Et le peuple juif est bien vivant.

C’est pour cela que je n’ai pas lu le livre de Shlomo Sand.

Jour de la Shoah à Tel-Aviv

J’ai assisté cette année à la commémoration de la Shoah à l’Université de Tel-Aviv. Il faisait très chaud pour la saison, et la cérémonie se tenait à l’extérieur, sur la pelouse du campus. Une masse d’étudiants agglutinés à l’ombre des arbres assistaient en silence, comme tétanisés. Il y eut quelques chants tristes, et puis Ido Nehoshtan, Commandant de l’Armée de l’Air, a relaté sa visite du camp d’Auschwitz en septembre 2003. J’ai essayé de mémoriser son récit, qui disait à peu près ceci:

« J’étais venu à Auschwitz à l’occasion de la traditionnelle Marche des Vivants. Le hasard du calendrier avait voulu qu’une escadrille de trois F15 de l’armée israélienne avait était invitée en Pologne pour rencontrer des homologues polonais. Les pilotes étaient tous trois fils ou petit-fils de rescapés de la Shoah. Nous avions saisi l’occasion de leur passage pour demander une autorisation de survol du camp à basse altitude au moment où les participants de la Marche des Vivants seraient rassemblés devant l’entrée principale. Au bout de quelques tractations délicates pour surmonter les réticences polonaises nous avions reçu le feu vert.

Il faisait froid et humide, mais j’étais venu sur place bien à l’avance, un peu inquiet parce que mes habitudes de pilote m’avaient fait lever les yeux au ciel dès l’aube, et que j’avais constaté qu’il était couvert d’un voile opaque. Je craignais que la météo ne fît échouer l’opération. L’heure venue, la foule silencieuse et grelottante patientait sous un crachin sinistre en scrutant les nuages, attendant le survol sans trop y croire. Mais je connaissais mes pilotes, et je savais au fond de moi qu’ils seraient au rendez-vous.

Au bout de six minutes de retard nous vîmes soudain bondir hors des nuages les trois chasseurs frappés de l’étoile de David et se disposer en formation dans l’axe des rails menant au camp. La lenteur de leur vol avait quelque chose d’irréel. Et puis une voix en provenance d’un des cockpits s’est mise à grésiller dans les haut-parleurs. C’était le général Amir Esher, un des trois pilotes de l’escadrille, qui aux commandes de son appareil récitait: « Nous, aviateurs de l’armée de l’air, dans le ciel des camps de la honte, sommes surgis des cendres de millions de victimes. Nous sommes la voix de leurs appels muets. Nous saluons leur bravoure, et promettons d’être le bouclier du peuple juif et de sa patrie Israël ». A peine avait-il prononcé ces mots que l’escadrille s’éparpillait et disparaissait dans les nuages. Je me suis dit avec soulagement que mes craintes avaient été superflues, et que l’armée d’Israël n’avait eu que six minutes de retard. Et puis, en pensant aux parents et grands-parents de ces pilotes, je me suis corrigé en me disant : non, elle a eu soixante ans de retard. »

Il faut intérioriser cette image, si sobre mais si grandiose, de trois avions juifs survolant les camps de la mort, fût-ce avec retard, pour prendre la mesure du bouleversement que représente l’Etat d’Israël. Pour le peuple juif d’abord, mais aussi pour le reste du monde.

http://www.juif.org/video/4169,l-armee-de-l-air-d-israel-survole-auschwitz.php

L’Etat de Palestine

Il est difficile de se représenter ce que pourrait donner la proclamation d’un Etat de Palestine qu’envisage l’Autorité palestinienne. Les implications juridiques et logistiques sont complexes, et personne, pas plus les palestiniens que  les israéliens, n’y voient clair.

Certains en Israël pensent que cela pourrait déboucher  sur une guerre, puisque les palestiniens tenteraient sans doute un nettoyage ethnique des juifs de la future Palestine. D’autres pensent qu’Israël pourrait reconnaître l’Etat Palestinien, mais pas ses frontières. Les israéliens évacueraient alors les territoires jugés encombrants, mais annexeraient ceux auxquels ils tiennent pour des raisons stratégiques, démographiques ou symboliques. Par ailleurs, comme l’Etat d’Israël ne serait plus puissance occupante, il n’y aurait plus obligation de fournir eau, électricité ou autres biens indispensables à la vie quotidienne d’une  Cisjordanie en plein essor économique. A moins d’accords bilatéraux, bien sûr, mais cela supposerait la fin du conflit entre les deux nations, ce que ne prévoit pas le projet palestinien. La proclamation du nouvel Etat impliquerait en outre que la Palestine inclue la bande de Gaza, ce qui compliquerait les choses puisqu’Israël pourrait légitimement tenir le gouvernement palestinien pour responsable des agissements du Hamas.

Ceci dit il n’est pas impossible que la proclamation ait un effet psychologique chez les palestiniens, qui ayant accédé au statut d’Etat ne trouveraient plus en dessous de leur dignité de négocier avec Israël, qu’il y ait construction israélienne en Cisjordanie ou pas.

Chacun peut rêver d’un monde qui lui corresponde, mais là difficulté est que les rêves des uns empêche parfois les autres de dormir. Ces hommes en noir qui se promènent à Jérusalem avec des chapeaux de fourrure ont le droit d’être ce qu’ils sont. Ces hommes du désert qui boivent du thé brûlant en plein été ont le droit d’être ce qu’ils sont. Ces hommes et ces femmes qui se réclament des valeurs de la modernité ont eux aussi le droit d’être ce qu’ils sont. L’humanité est diverse, les raisons de s’affronter infinies, et chacun pense qu’il a raison, alors la vraie question, une fois qu’on a dit ça et qu’on a épuisé tous les arguments, c’est : et maintenant, que fait-on. Et la réponse est : maintenant on ne fait ni l’amour ni la guerre, mais un compromis.

Si les palestiniens estiment qu’ils ont de meilleurs chances d’aboutir à un compromis historique avec Israël en ayant un statut d’Etat naissant, alors qu’à cela ne tienne.

Amen est un mot hébreu qui signifie confiance.

 

Comment croire en Dieu après la Shoah

Beaucoup de juifs ont cessé de croire en Dieu après la Shoah, cependant que d’autres ont fait le chemin inverse. Mais Yeshayahou Leibowitz, philosophe, scientifique, juif orthodoxe, adepte et exégète de Maïmonide, pense que ceux qui quittent comme ceux qui adhérent à la religion sur base d’évènements terrestres ne saisissent pas l’essence du judaïsme, et se trompent probablement de religion.

En transposant Maïmonide en termes modernes, on peut dire que le monde est contingent, qu’il aurait pu ne pas être, ou être différent, ou sans hommes, ou sans vie, ou sans matière, ou encore sans rayonnement. Dieu en revanche est immuable, mais c’est parce qu’il ne fait pas partie du monde, n’étant ni éternel ni mortel puisqu’il se situe en dehors du temps.

Beaucoup de  juifs croient avec ferveur à un Dieu anthropomorphique qui récompenserait les justes et punirait les méchants. Il y a là un paradoxe parce que bien que Maïmonide constitue la référence majeure du judaïsme, beaucoup de croyants ne sont pas vraiment imprégnés de sa théologie.

Le philosophe Hans Jonas a écrit un opuscule intitulé « Le Concept de Dieu après Auschwitz », où il exprimait le besoin de repenser Dieu après la Shoah. Il y explique que face au mal absolu que représente Auschwitz, il y a lieu de réévaluer  le rapport à Dieu parce que la réalité des camps d’extermination nazis s’accommode mal d’un Dieu attentif à ce qui se déroule dans le monde.

Hans Jonas constate qu’il n’y eut pas d’intervention divine lors de la Shoah, mais l’attribue à la Contraction (Tsimtsoum, dans le langage  de la Kabbale) de Dieu et non pas à son absence dans l’absolu. Confronté à cette Contraction, le monde fonctionnerait donc selon des lois de la Nature uniquement. C’est d’une certaine manière la conception de Spinoza, tout comme celle de Lucrèce bien avant lui. Sauf que Spinoza ne voit là rien de temporaire et y trouve la base de sa dénonciation du monothéisme.

Le judaïsme de Hans Jonas n’est pas conforme à Maïmonide, et lui est même contraire, bien qu’il soit cité à plusieurs reprises dans son ouvrage. Hans Jonas avance que le concept traditionnel de Dieu veut qu’il soit le Seigneur de l’Histoire, et quil porte le souci de ses créatures, ce qui d’après lui relèverait des principes de la foi juive. Il propose donc de réfléchir à l’idée de Dieu qu’il convient de se faire après la Shoah, ou il s’avère qu’il n’a mis en œuvre ni sa bonté ni porté le souci de ses créatures. Mais c’est antithétique de la pensée de Maïmonide, qui pense que Dieu ne s’est jamais manifesté nulle part depuis que le monde est monde. Ce géant de la pensée du 12eme siècle n’a donc pas attendu la Shoah pour dire que Dieu n’intervenait ni dans l’Histoire ni dans la Nature. La Kabbale à laquelle se réfère Hans Jonas est aux antipodes de la pensée de Maïmonide. Du point de vue de Leibowitz c’est une forme d’idolâtrie, c’est-à-dire une pratique contre laquelle, justement, le judaïsme a été conçu dès le départ.

Mais si comme le dit Maïmonide, Dieu ne fait pas partie du monde, si on ne peut pas parler de lui, ni lui parler, s’il n’influe en rien sur la Nature ni sur l’Histoire, on peut se demander à quoi cela peut-il bien servir de le servir. Et quand bien même cela servirait-il à quelque chose, par quel moyen peut-on déterminer si les Commandements tels que prescrits par le judaïsme correspondent bien au service de Dieu.

La réponse juive à cette question est que certains hommes arrivent à prendre de la distance par rapport à eux-mêmes à un degré tel, que tout ce qu’ils expriment relève de la vérité absolue, c’est-à-dire de ce qui ne dépend pas des sens mais de l’intellect. Ces hommes exceptionnels sont ceux que l’on appelle improprement les « prophètes », qui ne sont pas des diseurs d’oracle au sens grec du terme, mais qui ont une perception tellement aiguë de la réalité  qu’ils arrivent à anticiper ce qui est susceptible d’arriver.

Ce sont ces prophètes qui ont tracé le long chemin de la tradition juive. Le premier et le plus grand d’entre eux fut Moïse, supposé avoir écrit la Thora. Maimonide explique que Dieu ne s’est jamais réellement adressé à lui, pas plus qu’aux autres prophètes, et que tout ce qui pourrait suggérer une telle communication doit être compris au sens métaphorique. Il en fait dans son ouvrage-clé « Le Guide des Egarés » une exégèse complexe, robuste, méthodique et cohérente, où il intègre la linguistique de manière itérative et approfondie afin de démontrer la nature poétique, allégorique et didactique du Récit Biblique.

L’homme ne doit donc  jamais s’attendre à des phénomènes qui défieraient les lois de la Nature. Cette manière de voir les choses n’est ni simple ni facile à accepter pour le croyant sincère, mais au moins a-t-elle le mérite de rendre le silence de Dieu plausible. C’est en tout cas le message de Maïmonide, et l’explication du silence de Dieu de tous temps.

Vu sous cet angle, il n’y a ni plus ni moins de raisons de croire en Dieu après la Shoah.

 

Do not forgive Judge Goldstone

One can only welcome the retraction of Judge Goldstone as expressed in his article published in  “The Washington Post” concerning his “Operation Cast Lead” report. For the record, Israel intended in 2009  to put an end to the firing of Hamas on civilian populations, an ongoing harassment spread out over eight years and unsettling the lives of hundreds of thousands  Israelis stunned by screaming sirens summoning them to flee to shelters.

Israel did through “Operation Cast Lead” nothing else that defend its citizens. The IDF invaded the Gaza Strip in order to eliminate Hamas terrorists while making sure not to cause civilian casualties. Whenever it nevertheless occurred, the IDF opened inquiries in order to verify the facts and take appropriate actions. It is Judge Goldstone himself that admits it now.

Judge Goldstone recognizes that Israel has not committed any war crimes in Gaza and never targeted civilians. This in sharp contrast with Hamas, that deliberately and intentionally did so, which actually never needed to be investigated, since the Hamas had been claiming it itself all along.

Everyone can be wrong or go astray, either for good or bad reasons. Goldstone is perhaps forgivable as a private person, especially if he draws practical conclusions from his retractions and does the utmost in order to try to and repair the considerable damage caused to Israel’s image.

However, as a public person Goldstone must not be forgiven because he behaved unprofessionally and committed serious methodological errors. It is imperative to not expose other parties to his incompetence in the future. Although he now claims that “if he had known then what he knows now he would never have condemned Israel”, he does not reveal what made him change his mind, which continues to make him undependable.

The excellent “Analyse Critique du Rapport Goldstone” published a year ago by the periodical “Controverses” (http://www.controverses.fr/) is particularly striking from this point of view. It demonstrates how Judge Goldstone was biased whatever angle one looks at it, starting from the nature of the report’s sponsor, the “UN Commission on Human Rights” once chaired by Qaddafi’s Libya. “Controverses” explains how Judge Goldstone simply ignored the nature of the Hamas regime targeting civilian populations under the motto of its doctrine officially calling for the destruction of the State of Israel.

Not to forgive Judge Goldstone as a public person consists of barring him from assignments with regard to international law. His deceitful report has had serious implications not only for Israel, but for all democracies having to deal with terrorists. Nowadays these are no more small mobs, but full-blown armies financed by rogue states. These armies have substantial resources and are beyond control of the Geneva Convention.

It suffices to reflect on Guilad Shalit’s fate, the Israeli hostage from whom we do not even know if he is still alive. He may well be merely one of many victims of the Arab-Israeli conflict, it all says a lot about the Hamas notion of Human Rights.

Judge Goldstone has attempted to deprive Israel from it’s self defence right.

Do not forgive Judge Goldstone.

Israel must react in a proportionate way

The verse “eye for eye, tooth for tooth” found in the Torah cannot be interpreted literally. According to the Talmud, it means that any damage must be compensated fairly. Compensation may be material, the principle being that whenever it is impossible to restore what has been lost, the remedy must be at the level of the harm.

“Eye for eye, tooth for tooth” is not synonymous of revenge. It is a penalty that equals the crime and its consequences. It does not confine itself to the wrongdoing, but also takes into account its scope, the underlying intention, the risk of recurrence and the collateral damage.

This should apply to Hamas, which has just crossed a red line.

A bus carrying children along the border between Israel and Gaza has been destroyed by an antitank rocket fired by terrorists who knowingly targeted it. This kind of bus is perfectly identifiable in Israel through its yellow color and other symbols indicating the presence of children.

Most children left the bus at the previous stop, so much so that it was almost empty at the time of the crime, but nevertheless a teenager is in critical condition and several others are injured. However, it would be mistaken to believe that this sums up the incident. One must also take into account that hundreds of thousands of peaceful citizens of southern Israel will hit the road in fear in the coming days. That economic life will be disrupted. That children will be unable attend school. Moreover, that southern Israel is now under tension because Hamas has resumed firing rockets at random.

Israel will have to respond proportionately. This means that the State is compelled to meet its commitment to protect its population and do the utmost to allow for a return to normality. A proportionate response from Israel is a response that has the effect of bringing about the Hamas to put an end to its shelling. No one is able measure what this may amount to in terms of human lives and material devastation, but it is for Israel, and for Israel alone to decide what action needs to be undertaken.

Meanwhile, Judge Goldstone and his forty liars can now begin to draft their report on what is likely to unfold, because they have demonstrated they cannot be bothered with reality on the ground anyway.

Moreover, it seems that the sponsor of the report, the UN Commission on Human Rights, has failed to include the rights of Jews in its articles.

Eye for eye, tooth for tooth.

Israël doit réagir de manière proportionnée

Le verset « œil pour œil, dent pour dent » qu’on trouve dans la Thora ne peut pas être interprété au sens littéral. D’après le Talmud il signifie que tout dégât doit être compensé de manière juste. Le dédommagement peut être matériel, le principe étant que dans une situation où il est impossible de restituer ce qui a été perdu, la réparation doit être à la hauteur du préjudice.

« Œil pour œil, dent pour dent » n’est pas synonyme de vengeance, mais bien de peine proportionnée au crime et à ses conséquences. Il ne faut donc pas pas se cantonner au crime lui-même, mais aussi considérer sa portée, l’intention sous-jacente, le risque de récidive et les dommages collatéraux.

Cela devrait s’appliquer au Hamas, qui vient de franchir une ligne rouge.

Un autobus de transport d’enfants circulant sur une route le long de la frontière avec Gaza a été détruit par une roquette antitank tirée par des terroristes qui l’ont ciblé en connaissance de cause. Ce genre de véhicule est en effet parfaitement identifiable en Israël de par sa couleur jaune et autres symboles signalant la présence d’enfants.

La plupart des enfants étant descendus à l’arrêt précédent, l’autobus était presque vide au moment de l’attaque, mais un adolescent est dans un état critique et quelques autres sont blessés. Mais ce serait une erreur que de croire que le bilan se limite à ça. Le bilan, c’est aussi que des centaines de milliers de paisibles citoyens du Sud d’Israël vont prendre la route la peur au ventre dans les jours qui viennent. Que la vie économique va être perturbée. Que les enfants ne pourront pas se rendre à l’école. Que le Sud d’Israël est sous tension parce que le Hamas s’est remis à tirer.

Israël va devoir réagir de manière proportionnée. Cela signifie que l’Etat va devoir assumer ses obligations vis-à-vis des habitants de la région et faire tout ce qui est en son pouvoir pour permettre un retour à la normale. Une réaction proportionnée d’Israël, c’est une réaction qui doit avoir pour effet de faire cesser les tirs du Hamas. Nul ne peut mesurer à l’avance ce que cela va impliquer en matière de vies humaines et de dégâts matériel, mais c’est à Israël, et à Israël seul de décider de l’attitude à adopter.

En attendant, le juge Goldstone et ses quarante menteurs peuvent dès à présent commencer à rédiger leur rapport sur ce qui va se dérouler, parce que de toutes manières la réalité sur le terrain ne les intéresse pas.

Il semble d’ailleurs que le commanditaire du rapport, la Commission des Droits de l’Homme de l’Onu, ait omis de d’inclure les droits des juifs dans ses statuts.

Œil pour Œil, dent pour dent.

Il ne faut pas pardonner au juge Goldstone

On ne peut que se féliciter de la rétractation du juge Goldstone dans le « Washington Post » concernant son  rapport publié en 2009 concernant l’opération « Plomb Durci ». Pour mémoire, cette opération consistait pour Israël à mettre un terme aux tirs du Hamas visant les populations civiles, tirs étalés sur huit ans et altérant le quotidien de plus d’un million  d’israéliens tétanisés par les hurlements des sirènes les sommant de courir aux abris.

Israël n’a rien fait d’autre au moyen de l’opération « Plomb Durci » que défendre la vie de ses citoyens.  L’armée a envahi la bande de Gaza par voie terrestre pour frapper les terroristes du Hamas tout en s’efforçant de ne pas causer de pertes civiles. Chaque fois qu’il y en a eu malgré tout, Tsahal a déclenché ses procédures internes en vue de vérifier les faits et d’en tirer les conséquences le cas échéant. C’est le juge Goldstone qui le dit lui-même, maintenant.

Le juge Goldstone reconnaît  désormais qu’Israël n’a pas commis de crimes de guerre à Gaza et n’a jamais ciblé de civils. Ceci à l’inverse du Hamas, dont c’était l’intention délibérée et explicite, ce qui n’a d’ailleurs jamais nécessité d’enquête puisque le Hamas le revendiquait spontanément.

Chacun peut se tromper ou se fourvoyer, que se soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Goldstone en est peut-être pardonnable en tant que personne privée, en particulier s’il tire des conclusions pratiques de ses rétractations et met tout en œuvre pour  tenter de réparer les dégâts considérables causés à l’image d’Israël.

Mais en tant que personne publique le juge Goldstone est impardonnable parce qu’il a commis des fautes professionnelles et méthodologiques. Il est donc impératif de ne plus jamais exposer autrui à son incompétence. Dans son article du « Washington Post » il déclare que “s’il avait su à l’époque ce qu’il sait aujourd’hui il n’aurait jamais condamné Israël”, mais se garde de dévoiler ce qui l’a fait changer d’avis, ce qui continue à le rendre suspect.

L’excellente « Analyse Critique du Rapport Goldstone » publiée il y a un an par la revue « Controverses » http://www.controverses.fr/ prend aujourd’hui un relief particulièrement saisissant de ce point de vue. Il y est démontré que le rapport Goldstone était biaisé dès le départ quel que soit l’angle sous lequel on l’examine, à commencer par la nature du commanditaire du rapport, la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU présidée un temps par la Lybie de Kadhafi. «  Controverses » démontre à quel point le  rapport Goldstone était bâclé en faisant l’impasse sur la nature du Hamas, régime terroriste s’attaquant aux civils et ayant pour doctrine officielle la liquidation de l’Etat d’Israël.

Ne pas pardonner au juge Goldstone en tant que personne publique consiste à ne plus lui permettre d’accéder à une fonction de quelque nature que ce soit ayant un  lien avec le droit international. Le scandale que constitue son rapport mensonger est lourd de conséquences non seulement pour Israël, mais pour toutes les démocraties aux prises avec le terrorisme, qui n’est plus aujourd’hui le fait de  groupuscules mais de véritables armées financées par des Etats-voyou. Ces armées disposent de moyens de moyens considérables échappant au contrôle d’instances internationales relevant de la Convention de Genève.

Il n’y a qu’à observer le sort que réserve le Hamas à Guilad Shalit, l’otage israélien dont on ne sait même pas s’il est en vie. Celui-ci n’a beau être qu’une seule parmi les nombreuses victimes du conflit Israélo-arabe, la manière dont il est traité en dit long sur la conception du Hamas des droits de l’homme.

Le juge Goldstone a tenté de déposséder Israël de son droit à la légitime défense.

Il ne faut pas pardonner au juge Goldstone.

Les ONG d’Israël et les faux amis

J’ai récemment assisté à un débat organisé par «La Paix Maintenant» à Université de Tel Aviv entre Yariv Oppenheimer, Secrétaire Général du mouvement, et Dany Danone, membre de la Knesset et président du Likoud Mondial. Le débat avait pour objet la proposition du Likoud de créer une Commission Parlementaire afin de vérifier les sources de financement  des ONG israéliennes.

Les deux orateurs sont des personnalités aux sensibilités politiques notablement divergentes. Ils ont cependant en commun d’être des sionistes convaincus et militants. Ce qui les sépare en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien est l’analyse du problème et donc les solutions qu’ils préconisent.

En conséquence, je me suis surpris à être d’accord avec tous deux en ce qui concernait l’objet du débat.

D’une part je crois tout comme Yariv Oppenheimer que la liberté d’expression doit être préservée en dépit des risques inhérents à tout régime démocratique, où il arrive que des forces antidémocratiques abusent du système. En outre, la liberté d’expression, comme le dit justement Yariv Oppenheimer, ne doit pas se limiter au droit de publier ou de discourir, mais doit aussi pouvoir s’appuyer sur des soutiens financiers internes ou externes.

D’autre part  je suis d’accord avec Dany Danone qu’accepter l’assistance d’ennemis d’Israël ou d’organisations antisémite est à la fois immoral et dangereux. Les ONG sont à cours d’argent de manière chronique, mais c’est justement une raison de renforcer la vigilance et d’évaluer avec discernement qui l’on veut bien fréquenter.

Le problème est qu’il est difficile, voire impossible de contrôler le flux de financier des ONG dès lors que celui-ci n’a pas de frontières. Même si une Commission Parlementaire arrivait à démontrer que les sources de financement de certaines organisations étaient problématiques, elles trouveraient rapidement le moyen de contourner la difficulté. Par conséquent  je pense qu’il est irréaliste d’attendre d’une Commission Parlementaire de se montrer  capable de durablement déjouer un tel financement.

S’il apparaît qu’une ONG israélienne est hostile à Israël ou à ses institutions, ce doit être à la justice de régler la question, et ceci indifféremment de la source de financement.

La plupart des ONG israéliennes sont cependant de bonne foi.  Mais à la lumière de mon expérience de juif de la Diaspora, il m’apparaît que leurs dirigeants ne sont pas toujours conscients de la nature de certains de leurs adeptes internationaux, qui sont en réalité opposés à l’existence même d’Israël. En outre, bon nombre de ces faux amis sont des antisémites notoires.

Cette anomalie  s’applique bien entendu à la fois à la gauche et la droite de l’éventail politique.

Récemment, une délégation de 35 parlementaires européens d’extrême-droite a été accueillie par des membres de la Knesset et des maires. Les ONG israéliennes qui acceptent de se lier à eux, que ce soit moralement ou financièrement, se fourvoient parce qu’elles n’ont rien en commun avec ces mouvances.

Ce qui se passe avec les ONG israéliennes liées à l’extrême-gauche européenne est comparable. Cette extrême-gauche est viscéralement opposée à l’idée même d’un Etat juif mais utilise ses contacts avec des ONG israéliennes comme alibi pour l’escamoter sous une empathie de circonstance avec les palestiniens. L’extrême-gauche européenne a intériorisé des siècles d’antisémitisme et l’a remis à jour de manière particulièrement malsaine. Elle l’exprime sous couvert d’antisionisme, mais en dehors de ce détail sémantique, le discours est inchangé.

On charge Israël de tous les pêchés d’Israël, et la boucle de l’antisémitisme est bouclée.

En conclusion, j’estime qu’il appartient aux ONG israéliennes d’examiner de manière critique le profil des organisations disposées à les soutenir. Elles devraient décliner toute aide, de quelque nature que ce soit, de mouvements fleurant une idéologie incompatible avec la leur. Le rôle d’une Commission Parlementaire de la Knesset pourrait alors être de se renseigner sur les véritables motivations de soutiens d’origine étrangère, et de communiquer leurs conclusions aux ONG locales afin qu’elles  soient en mesure de filtrer elles-mêmes les concours qu’on leur propose.

Palestiniens, indignez-vous et chassez vos maîtres

Le discours à la mode chez certains politologues avertis est qu’on n’a qu’a transposer en Palestine les turbulences du monde arabe, et on obtient en avant-première le déroulement du prochain film: la rue palestinienne va, par effet de mimétisme, se soulever à son tour. Simple comme bonjour. Le scénario est plausible, mais la tournure que cela pourrait prendre n’est peut-être pas celui que l’on attend. Si l’insurrection était de même nature qu’en Egypte ou qu’en Tunisie, alors les insurgés ne se donneraient pas la peine de provoquer des embouteillages à Ramallah parce qu’ils sauraient qu’il suffit d’envoyer une demi-douzaine de représentants en Israël pour négocier la fin de l’occupation en bon ordre, vu qu’Israël ne demande pas mieux.

Si l’on veut fantasmer sur une possible contagion en Palestine de ce qui se passe ailleurs au Moyen-Orient, alors la cible serait forcement les responsables du drame  palestinien, à savoir les dirigeants du Fatah, du Hezbollah, du Hamas et de leurs complices iraniens. Aucune de ces forces n’est intéressée par une solution du conflit parce que cette perspective équivaut pour elles à un arrêt de mort.

On ne voit pas bien en quoi les dirigeants actuels des palestiniens mériteraient un autre sort que Kadhafi, Moubarak ou Ben Ali. Tout comme ceux-ci, et pour des raisons analogues,  ils ont failli sur toute la ligne. Ils n’ont en effet rien à leur envier en matière de violations de droits de l’homme, de corruption, de pillage et de mensonges.

Une rue palestinienne bien inspirée se soulèverait donc plutôt contre ses dirigeants que contre Israël, à l’image de ce qui s’est passé au Caire, à Tunis et à Tripoli. Si l’on pense que les turbulences au Moyen-Orient sont l’expression d’une véritable aspiration à la liberté, à la modernité et à la démocratie, alors c’est la meilleure chose qui puisse arriver à Israël. Il n’y a aucun doute que l’installation de véritables démocraties aux Moyen-Orient déboucherait rapidement sur la fin du conflit israélo-palestinien.

S’il y a un vent de modernité qui souffle à travers le Moyen-Orient, alors pourquoi les palestiniens se tromperaient-ils d’ennemis en se soulevant contre Israël ? S’en prendre à Israël c’est ce qu’on fait tous les potentats du Moyen-Orient depuis plus de six décennies. Si l’on trouve que ceux-ci ont été nuisibles pour leurs peuples, pourquoi trouverait-on que l’objectif de liquider Israël était raisonnable?

Bernard-Henri Levy pense que le vrai combat qui se joue en ce moment dans le monde arabe, c’est celui de la modernité contre l’obscurantisme. Il se pourrait qu’il ait raison.

Hessel et Pétain ou la leçon d’Histoire

Pétain était un héros et patriote aux yeux de l’opinion publique française à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale. À cette époque, il était déjà un homme âgé à qui l’on pouvait difficilement prêter des ambitions de jeune loup cynique cherchant à faire carrière. C’est sur cette base-là qu’il a pu construire sa popularité et mener une politique qu’il croyait — peut-être sincèrement — la meilleure possible. Mais une fois qu’il avait décidé de composer avec les nazis, il s’est retrouvé dans une logique infernale qui relevait non seulement de la trahison, mais aussi du crime contre l’humanité.

On peut se ranger aujourd’hui du côté de Stéphane Hessel, mais il faut savoir que ce n’est pas du Hessel résistant qu’il s’agit, mais bien d’un homme ayant fait un virage à 180 degrés par rapport à ses propres valeurs, en particulier en ce qui concerne les juifs. C’est dans ce sens qu’il fait penser à Pétain, qui comme lui était du bon côté dans son premier combat, et du mauvais dans son dernier.²

Pétain préférait traiter avec Hitler et ne pas se ranger du côté de Churchill. Hessel trouve approprié de serrer la main du premier ministre du Hamas, mais pas celle du premier ministre d’Israël.

Hessel trouve qu’il faut exclure Israël de l’ONU. C’est ce que demandent Ahmadinejad et Kadhafi, ces deux grands démocrates.

Jorg Wollenberg, un journaliste du « Frankfurter Allgemeine Zeitung » rapporte que selon Stéphane Hessel « la politique d’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec la politique d’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une politique relativement inoffensive, si l’on fait abstraction d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. »

Le Pen au journal « Rivarol » : « En France du moins, l’occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés »

L’analogie est frappante.

Stéphane Hessel déteste Israël, or c’est une disposition qui garantit le succès en matière d’édition. Mais pour être logique avec lui-même il devrait peut-être rétrocéder une partie de ses droits d’auteur au Hamas ou à d’autres aimables organisations connues pour leur action en faveur des droits de l’homme et de la femme. Peut-être devrait-il aussi partager fraternellement avec l’extrême gauche française qui a revigoré l’antisémitisme sous couvert d’antisionisme. Il ne serait pas juste que Stéphane Hessel soit seul à bénéficier de ce qui est après tout un travail d’équipe.

Citoyens de France — berceau des droits de l’homme — il est temps de vous indigner contre Stéphane Hessel.

Likud proposes to create a Parliamentary Commission about funding of NGO’s.

I recently attended a debate organized by “Shalom Arshav” at Tel Aviv University between Yariv Oppenheimer,  General Secretary of Shalom Arshav, and Dany Danon, member of the Knesset and Chairman of World Likud. The debate aimed to discuss the issue raised by the Likud proposal to create a Parliamentary Commission in order to enquire about the sources of funding of Israeli NGO’s.

In a paradoxically way, I agreed with both speakers.

On the one hand I believe just like Yariv Oppenheimer that freedom of speech must be safeguarded despite loopholes inherent to any democratic regime, where anti-democratic forces sometimes take advantage of the system. Furthermore, freedom of speech, as Yariv Oppenheimer rightly says, must not be confined to the right of publishing articles or hold speeches, but should also allow for financial support in Israel or elsewhere in order to acquire means to promote one’s ideas.

On the other hand, I agree with Dany Danon that accepting support from Israel’s enemies or from anti-Semitic organizations is both immoral and dangerous.

However, in practice it is difficult, if not impossible, to monitor the flow of financial support to NGO’s. Even if a parliamentary commissions would come forward with evidence that sources of finance of some organizations are problematic, then these organizations would soon find ways around it. Therefore I believe it is unrealistic to assume that an Israeli parliamentary commission would be capable of preventing such funding.

If an Israeli NGO appears to be hostile to Israel and its institutions than it should be to the Israeli judiciary to deal with the issue, regardless of the source of finance of such an NGO.

Many Israeli NGO’s, however, are of good faith, but having lived six decades in the Diaspora, I sense that these are at times unaware that some of their followers abroad are in fact antagonistic to the very existence of Israel. Moreover, many of these so-called friends are effectively anti-Semites.

This applies of course to both the left and the right side of the political spectrum.

Recently a delegation of 35 Member of Parliament of various European extreme-right movements was hosted by members of the Knesset and mayors. The ideology of these European groups is in most cases inspired by racist and anti-humanistic views. Israeli organizations that accept to connect with them, whether morally or financially, are in my opinion mistaken, because the motivations of these unexpected associates are incompatible with the values the NGO’s  stand for.

The same is valid for NGO’s having friendly contacts with the European extreme left. This stream is according to my experience driven by deep-rooted anti-Semitic feelings. It is by and large opposed to the very idea of a Jewish state and is using its closeness with Israeli NGO’s as an alibi to conceal its real objective. As a general statement I would say that the European extreme left has internalized the centuries-old anti-Semitism, but for the sake of politically correctness it has dressed it up in anti-Zionism.

In conclusion, I believe it should be up to the Israeli NGO’s to apply self-discipline and carefully scrutinize the profile of external parties willing to support them. They should decline assistance of whatever nature from movements with views incompatible with the their own ethics. The role of a parliamentary Commission could then be to enquire about the true motivations of parties abroad, and share their findings with the NGO’s in order for them make decisions based on the knowledge of the nature of parties seeking to assist them.

Des philosophes et des hommes

Les penseurs ont pour objectif de rechercher la vérité, or la première condition que tout philosophe doit remplir pour être digne de cette qualification, c’est de vivre conformément à cette recherche. Ce qui est admirable chez les véritables penseurs, c’est la profondeur et l’authenticité de leur quête, qui ne leur laisse au fond pas d’autre choix que d’être cohérents avec eux-mêmes.

Mais aucun philosophe, pas plus que quiconque, ne trouve la vérité. Tout au plus trouve-t-il une vérité, ou une part de vérité ou encore une certaine vérité, mais jamais une vérité certaine. Cela provient de ce que chaque homme détermine sa vérité en découvrant le monde sous un angle qui par définition est unique de par la combinaison du contexte dans lequel il naît d’une part, et de son hérédité d’autre part.

La quête de la vérité n’est donc pas une spécialité universitaire mais au contraire une aspiration fondamentale de l’être humain. Ce qui relève de l’érudition, en revanche, ce sont les outils intellectuels, dont la philosophie, qui nous assistent pour mettre des mots sur une vérité, qu’elle soit vraie ou pas.

La vérité de l’homme inculte, aussi rudimentaire soit-elle dans son expression, n’est pas moins valide que celle qui est verbalisée par le philosophe. Là où celui-ci est indispensable, c’est quand il nous aide à formuler de façon systématique ce que nous pensons à priori de manière confuse. Le choix est large : on peut trouver des penseurs compétents et doués, voire géniaux, qui défendent, argumentent et systématisent tout ce que l’homme peut inventer de meilleur et de pire.

Un philosophe, tout comme n’importe lequel d’entre nous, peut penser une chose, et penser plus tard quelque chose d’autre, ou encore son contraire. Un même penseur peut penser juste dans un domaine et se tromper dans un autre domaine. Il peut aussi penser de manière aberrante mais tellement bien structurée qu’il faut faire des efforts pour s’en apercevoir.

Ce qui est remarquable dans la méthodologie de Maïmonide, considéré par beaucoup comme le plus grand des penseurs du judaïsme, c’est que quand il s’attaque à un concept il ne le lâche pas jusqu’à ce qu’il en ait épuisé toutes les ramifications en allant jusqu’au bout de ce qui est humainement possible. C’est vertigineux et irrésistible, même quand on est en désaccord. Cependant, si le cheminement qui va d’Aristote à Maïmonide à Spinoza à Leibowitz est prodigieusement intéressant, il ne doit pas forcement nous mener là où eux-mêmes se situent.

Un penseur n’est pas censé nous communiquer ce qu’il pense, mais ce qu’il sait. Penser on le fait par soi-même, sans quoi on n’est pas un homme. Il faut savoir qu’il y a chez les philosophes autant d’ignominie ou de qualités que chez n’importe qui. Il serait absurde et dangereux de croire qu’ils sont plus sages ou plus vertueux du seul fait de leur savoir.

En d’autres mots les philosophes ne sont pas là pour penser à notre place, mais bien pour nous aider à faire connaissance avec notre propre pensée.

La détestation selon Stéphane Hessel

Que Stéphane Hessel s’inquiète de la marche du monde, et en appelle à l’indignation dans son opuscule récent (« Indignez-Vous! »), on peut le comprendre. Mais quand il publie un texte qui est supposé avoir vocation universelle et qu’il dénonce les guerres qui font rage en ne trouvant rien d’autre que de mettre Israël en évidence pour illustrer son propos, c’est son texte lui-même qui en devient indigne. Stéphane Hessel va jusqu’à éprouver de la compréhension pour le Hamas et apprécie le dialogue avec ses dirigeants comme s’ils étaient des gens normaux qui n’envoyaient pas leurs enfants se faire exploser sur les enfants des autres.

Le propos de Hessel consiste supposément à dénoncer la guerre et l’injustice dans le monde entier et d’en débusquer les causes, or afin de bien se faire comprendre, il pointe un doigt accusateur vers Israël comme étant l’endroit emblématique, symptomatique et représentatif de toutes les guerres et injustices qui sévissent sur la planète.

Ce texte n’est pas un pamphlet contre Israël, mais contre le Mal qui ronge le monde. Hessel dénonce Israël sous forme de procédé pédagogique visant à que le monde comprenne de quoi le Mal a l’air. Et il l’air comme Israël, d’après lui.

Le texte de Stéphane Hessel est destiné à un public qui n’a ni le temps ni les ressources pour se documenter en profondeur. Or en désignant Israël nommément comme référence identifiant le Mal, cela revient à une incitation à la haine.
S’il avait sérieusement voulu en appeler à l’indignation des masses au lieu de céder à sa détestation obsessionnelle d’Israël (Cfr Richard Prasquier, président du Crif) il aurait été plus approprié de s’attaquer à l’islamisme, ou plus largement à l’instrumentalisation de l’Islam pour opprimer des populations entières. L’islamisme alimente objectivement la plupart des conflits au monde, donc s’il y a quelque chose d’emblématique du Mal à notre époque, c’est bien l’islamisme. Plus largement encore, il aurait pu s’attaquer au déni de démocratie en Chine ou sur le continent africain. Au lieu de cela il s’en prend à Israël, qu’il voue à la vindicte publique comme au bon vieux temps du bouc émissaire.

Pour mémoire, Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient, seul îlot de lumière dans cette mer d’obscurantisme, seul terre où la femme est l’égale de l’homme et où la liberté de conscience et d’expression est totale. Israël est aussi le seul endroit au monde où les arabes ont un droit de vote réel en tant qu’arabes dans un Parlement digne de ce nom. Hessel aurait mieux fait d’en appeler au monde à non seulement reconnaître cette réalité, mais surtout à faire savoir que c’est précisément à cause de cela que le droit à l’existence d’Israël est contesté.

Quand Hessel profère mensonge sur mensonge en se basant sur les mensonges des autres (Goldstone) dans le seul but de se faire valoir aux yeux de l’opinion publique, il en flatte les instincts les plus bas par un populisme suffisant. Peu importe dans ces conditions qu’il ait été résistant, parce que ce qu’il fait maintenant évoque plutôt Pétain : héros d’un combat, autiste lors d’un autre combat.

Israël s’est conduit le mieux possible lors de l’opération « Plomb Durci ». Cette opération n’a eu lieu qu’après qu’un million d’israéliens du Sud d’Israël aient été bombardés huit années durant et eu leur vie ponctuée par une course quotidienne aux abris. Israël ne s’est résolu à répliquer par la force qu’après avoir épuisé tous les autres moyens, tout en s’efforçant de minimiser les victimes civiles. Les trois-quarts des morts côté palestiniens furent d’ailleurs des « activistes » selon les sources mêmes du Hamas. L’essentiel des pertes israéliennes furent occasionnées par des erreurs de tirs de Tsahal soi-même, ce qui en dit long sur la complexité de la guerre urbaine.

Le premier devoir des dirigeants israéliens est d’assurer la sécurité de leur population, n’en déplaise aux beaux esprits. En même temps Israël est de la plus haute exigence vis-à-vis de soi-même et n’a de leçons à recevoir ni de la France ni du reste de l’Europe, dont pratiquement chacune des composantes s’est conduite de manière autrement barbare qu’Israël dans des situations analogues.

Stéphane Hessel ou l’innocence de la jeunesse

Stéphane Hessel à 93 ans, mais il n’est pas vieux. Quand il passe à la télévision on est frappé par sa vitalité, sa présence d’esprit et sa capacité d’écoute. La fraîcheur de sa vision du monde est particulièrement manifeste dans le texte qu’il vient de publier, où il appelle les générations montantes à s’indigner.

Il démontre qu’il vit avec son temps en clamant que sa principale indignation dans le monde actuel concerne la Palestine. Pas le Soudan, pas la Tchétchénie, pas l’Afghanistan, pas l’islamisme ni les dictatures. Non. C’est Israël qui est pour Stéphane Hessel la cause première des malheurs du monde. Rien de nouveau sous le soleil, disait déjà le Roi Salomon dans l’ « Ecclésiaste ».

La manière dont Stéphane Hessel manipule les contrevérités et les élucubrations antisionistes pour mettre en cause Israël – seule démocratie du Moyen-Orient – prouve qu’il est en phase avec son époque. Au lieu de défendre Israël comme un modèle dont pourraient s’inspirer les 22 dictatures qui l’entourent, il renverse le miroir et présente Israël comme un danger, ce qui est un comble. Au lieu d’attribuer le malheur des gazaouis au Hamas, il compatit avec cette mouvance mafieuse qui défenestre et mutile ses opposants en braillant que la loi de la Sharia doit être la référence universelle de l’humanité.

Stéphane Hessel mentionne dans son texte indigent les trois millions de réfugiés palestiniens comme si Israël y était pour quelque chose. En réalité c’est monde le arabe qui les confine dans des camps depuis des décennies afin de détourner l’attention des opinions publiques des vrais problèmes, à savoir la corruption et l’analphabétisme, et conséquemment le sous-développement. Il brandit un doigt accusateur contre Israël en mentionnant les morts de l’opération « Plomb Durci », alors que de l’aveu même du Hamas ces morts furent principalement des membres des milices participant aux bombardements des agglomérations civiles du Sud d’Israël.

La principale indignation de Stéphane Hessel, donc, concerne l’existence d’Israël. Il doit avoir raison, parce que si Israël disparaissait, les 22 dictatures qui l’entourent se transformeraient en Etats de droit, les femmes accèderaient à l’égalité, le chômage et l’ignorance disparaîtraient. C’est aussi simple que cela. On ne saisit pas bien pourquoi ni comment, mais il suffit de le réitérer avec suffisamment de constance pour que cela finisse par devenir vraisemblable. Surtout qu’il ne s’agit que de six millions de juifs concentrés dans un pays minuscule.

Stéphane Hessel regrette qu’il y ait peu de peuples qui tirent les leçons de l’Histoire. Mais il est probablement trop jeune pour se souvenir du passé. Sinon il saurait que s’il y a un bien peuple au monde qui tire les leçons de l’Histoire, c’est celui qui a fondé l’Etat Juif.

L’énigme du refus palestinien de négocier avec le gouvernement Netanyahu enfin résolue

D’après des révélations récentes de la chaîne Al Jazeera, reprises par le journal britannique « The Guardian », les négociateurs palestiniens auraient fait des concessions sans précédent au gouvernement Olmert. La majorité des experts s’accordent pour dire que ces révélations sont crédibles. On peut les résumer comme suit.

Israël conserverait la plupart des implantations juives, y compris celles construites dans et autour de Jérusalem depuis 1967.

L’Autorité palestinienne concéderait à Israël la souveraineté sur une grande partie de la Ville Sainte et entérinerait toutes les colonies, sauf une.

Les Palestiniens proposeraient de diviser la vieille ville et laisseraient à Israël le contrôle du quartier juif.

Les palestiniens renonceraient à l’exigence du droit de retour des réfugiés de la guerre de 1948, sauf pour dix mille d’entre eux. Ces réfugiés n’auraient pas de droit de vote dans le cadre d’un accord de paix avec Israël.

Les palestiniens reconnaîtraient Israël comme l’Etat du peuple juif.


D’après ces révélations il ne fait pas de doute que le fossé s’était considérablement réduit entre l’Autorité Palestinienne et le gouvernement Olmert. Les discussions ayant été interrompues par la chute du gouvernement de celui-ci, il a fallu attendre les élections pour continuer sur cette si bonne voie. Mais quand Netanyahu est venu au pouvoir il s’est vu imposer par l’Administration américaine un gel de la construction en Judée-Samarie. Il a fait alors un geste sans précédent en donnant son accord pour une période de dix mois. L’Autorité palestinienne a laissé filer neuf mois avant de daigner discuter. Quatre semaines plus tard elle a rompu en exigeant que le gel des constructions fût prolongé.

Il apparaît maintenant, grâce aux révélations d’Al Jazeera, que ce n’était là que prétexte. Exiger le gel des constructions était en effet hors de propos parce que les palestiniens avaient déjà admis confidentiellement qu’ils ne revendiqueraient pas l’essentiel de ces territoires dans le cadre d’un règlement.

Alors pourquoi le prétexte ? Parce les négociateurs palestiniens n’étaient pas disposés à réitérer publiquement ce qu’ils avaient dit en secret à Olmert. En d’autres mots, ils savaient ce qu’il fallait faire pour aboutir, mais ne le voulaient pas, justement. Se sentant acculés à négocier avec le nouveau gouvernement israélien sur base de ce qu’ils avaient proposé à l’ancien, la seule issue était donc un retrait pur et simple des négociations en prétextant la construction sur des territoires qu’ils ne considéraient eux-mêmes pas comme ayant vocation à faire partie de la future Palestine.

Cette péripétie est regrettable, mais il en ressort que l’Autorité Palestinienne sait avec précision ce qu’il faut faire pour déboucher sur un règlement définitif du conflit. Cela révèle une certaine lucidité côté palestinien, auquel il faudrait ajouter un zeste de volonté politique une grande dose de courage pour conclure la paix avec Israël.

Le discours qu’Obama n’a pas prononcé à Jérusalem

Je suis honoré d’être accueilli à Jérusalem par son Université qui est l’une des sources du progrès dans le monde.

Laissez-moi d’abord vous dire ceci. J’ai, dans mon discours du Caire d’il y a un an, commis une maladresse que j’aimerais rectifier. Dans ce qui pouvait apparaître comme une association d’idées douteuse, j’ai énuméré la Shoah et le malheur du peuple palestinien dans un même souffle. J’aimerais vous dire avec force que quelle que soit la souffrance du peuple palestinien, elle ne peut en aucun cas se comparer à la Shoah. Ayant visité aujourd’hui même le Mémorial de Yad Vashem je ne brandirai pas d’arguments pour étayer cette dissemblance, parce qu’ils m’apparaissent comme tellement évidents que la décence même m’interdit de les évoquer.

Il va de soi que non seulement ces choses ne se comparent pas, mais que ni israéliens ni juifs ne peuvent être tenus pour responsables du drame palestinien. Celui-ci est la conséquence du refus historique des nations arabes de reconnaître à Israël le droit à l’existence en 1948. C’est cela, et cela uniquement, qui a entravé l’instauration d’une paix juste et durable tout au long de six décennies de larmes et de sang. C’est donc cela, et cela d’abord, qui doit être réparé.

Il est intolérable que des régimes arabes conditionnent la reconnaissance de l’Etat d’Israël à la solution du problème palestinien, alors que ce refus de reconnaissance en est justement la cause première. C’est de ce cercle vicieux qu’il faut sortir, or je pense qu’il y a moyen de le faire de manière pacifique.

Dès mon accession à la Présidence des Etats-Unis j’ai mis le conflit israélo-arabe en tête de mes priorités en pensant que la clé du problème consistait à mettre fin à l’occupation de terres conquises par Israël lors de la Guerre des Six-Jours en 1967. J’étais tellement soucieux de ressusciter le processus de paix que j’ai perdu de vue une donnée historique fondamentale : j’ai omis de prendre en compte que le monde arabe voulait déjà liquider Israël à une époque où les israéliens n’occupaient aucune terre arabe selon les critères mêmes de la Communauté Internationale.

En préparant mes dossiers mes collaborateurs m’ont signalé que l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) fut créée en 1964, soit trois ans avant la Guerre des Six-jours. Je leur ai demandé ce que l’OLP voulait libérer en 1964. Ils m’ont dit que c’était Tel-Aviv, Haïfa et l’Etat d’Israël tout entier que le monde arabe voulait nettoyer ethniquement de ses juifs. Le problème n’était donc pas territorial, or je constate qu’il ne l’est toujours pas de nos jours puisque la majeure partie des nations qui contestaient le droit à l’existence à Israël sont encore toujours sur cette ligne.

Je dois admettre que j’ai commis une faute politique en considérant la construction juive en Judée-Samarie comme centrale. Il m’est apparu que si dans les conditions géopolitiques actuelles Israël retournait aux frontières de 1967 ce ne serait que régresser à la situation antérieure, qui était un état de guerre larvé mais permanent entre Israël et ses voisins. Parmi ces ennemis il y a en outre aujourd’hui le régime iranien qui s’est ajouté et qui suggère d’effacer l’Etat d’Israël de la carte.

Au bout d’une analyse fine je suis venu à la conclusion que la solution ne résidait ni dans les mains des israéliens, ni dans celles des palestiniens, ni dans celles des américains, mais très logiquement dans les mains de ceux qui sont à l’origine du conflit, c’est-à-dire le monde arabe dans son ensemble. C’est à celui-ci que je m’adresse aujourd’hui.

J’appelle solennellement les nations arabes à reconnaître sans délai l’Etat d’Israël ainsi que l’ont déjà fait la Jordanie et l’Egypte. Je les invite à nouer des relations diplomatiques, à ouvrir leurs espaces aériens, à promouvoir les échanges commerciaux et à normaliser leurs relations avec Israël dans l’acception la plus large du terme. Suite à cela je ne doute pas qu’Israël mettra tout en oeuvre pour établir un climat de bon voisinage avec le futur Etat palestinien.

J’espère de tout cœur que mon appel trouvera un écho chez les dirigeants arabes, et qu’ils comprendront que la responsabilité d’instaurer la paix au Moyen-Orient leur incombe. Puissent-ils faire preuve de sagesse et de courage en s’inspirant du geste fort que fut le voyage à Jérusalem du regretté Anouar el-Sadate.

La Princesse de Clèves ou l’inconstance de l’écrit

Ce qui rend un texte universel, que ce soit la Bible, « Le Roi Lear » ou « La Princesse de Clèves » c’est peut-être la quantité infinie d’interprétations auxquelles il peut donner lieu sans qu’il y ait contradiction. Chaque époque et chaque culture peut inventer un nouveau décodage tout en ne remettant pas en question les exégèses antérieures. celles-ci ne s’excluent donc pas les unes les autres mais s’ajoutent en couches successives qui génèrent un corpus indépendant de l’auteur.

Au premier degré la lecture de « La Princesse de Clèves » demande que l’on prenne en compte l’époque où l’ouvrage a été écrit. Les péripéties ne sont pas convaincantes et suscitent peu d’émotion parce qu’elles évoquent plutôt un conte de fées qu’une histoire peuplée d’êtres humains. Les sentiments des protagonistes, leurs réactions, leurs phobies, ne sont compréhensibles qu’à condition que l’on adhère à la convention qui veut que les personnages soient entiers et stables. C’est selon cette logique que se déroule l’intrigue, qui ne réserve donc aucune surprise. Chacun des personnages est dans son rôle, prisonnier de ses traits, et tout se passe comme si la partie était jouée d’avance et que personne n’avait de prise sur son enchaînement. Tout au long du récit il faut se redire qu’il y a des siècles entre la Princesse et nous, et qu’on s’y attarde parce que le livre fut novateur par sa forme lors de sa publication. Sinon on risque de conclure que l’histoire est mièvre, invraisemblable et naïve, et qu’un lecteur moderne n’a à s’y attarder que dans la mesure où il s’intéresse à l’histoire de la littérature.

C’est l’histoire d’une jeune aristocrate formée par l’éducation stricte de sa mère, qui lui enseigne que les charmes de l’amour sont autant de pièges dont il faut se garder afin de conserver sa vertu. La jeune fille applique ces préceptes à la lettre et ne laisse jamais ses pulsions s’emparer de son corps. C’est donc sans amour qu’elle épouse le Prince de Clèves tout en se sentant tenue de lui être d’une fidélité à toute épreuve. Sa conscience lui dicte que même ses pensées les plus intimes doivent lui être confiées. Le moment venu elle pousse la droiture jusqu’à lui avouer son penchant pour un soupirant, le Duc de Nemours. Le Prince de Clèves est pour sa part l’homme d’une seule femme, et meurt de chagrin en apprenant par la bouche même de son épouse que celle-ci l’a trompé, bien qu’uniquement en pensée.

Devenue veuve, la Princesse résiste cependant aux sollicitations du Duc de Nemours alors que rien ne les empêche de vivre leur passion. Mais elle est d’avis qu’ils tomberaient dans la banalité du mariage mondain après s’être aimés de manière si parfaitement platonique. Forte de ce que lui a enseigné sa mère elle doute d’ailleurs de la constance future du Duc de Nemours malgré ses promesses d’amour éternel. Elle pense aussi qu’étant impliquée dans la fin tragique du Prince de Clèves elle ne saurait refaire sa vie avec lui. Au lieu de cela elle choisit de se retirer de la vie de Cour pour se racheter par une existence plus austère mais vertueuse.

Le narratif est confondant pour notre époque, mais on peut aussi faire de « La Princesse de Clèves » une lecture différente. Il suffit de supposer que Madame de Lafayette pourrait avoir écrit le contraire de ce qu’elle a pensait, laissant au lecteur le soin de décrypter le récit. On peut penser que l’auteure savait parfaitement que personne ne se comportait dans la vraie vie comme ses héros. Que le Prince de Clèves n’était l’homme d’une seule femme que parce qu’il était d’une jalousie pathologique. Qu’il terrorisait son épouse de manière tellement lancinante qu’elle finissait par lui avouer ses pensées adultères. Qu’en réalité elle le faisait pour imprimer un tournant à sa vie qu’elle détestait. Qu’elle manipulait son entourage et méprisait les hommes. Qu’elle conquerrait sa liberté en provoquant la mort de son mari tout en n’épousant pas son soupirant. Que celui-ci n’avait servi que d’instrument pour arriver à ses fins. Qu’elle avait berné tout le monde y compris sa mère pour finir par vivre selon son goût une fois les gêneurs écartés et son indépendance assurée.

On peut penser que la Princesse de Clèves et Manon Lescaut sont les deux faces d’une même fesse.

הציבור הישראלי מוטרד מהידרדרות המצב בצרפת

הציבור הישראלי מוטרד מהידרדרות המצב בצרפת. לאחר דיון על הזהות הלאומית ועל הרעלה האסלאמית הוא חש שהתסיסה הנוכחית עלולה לעורר תגובת שרשרת שתשפיע על אירופה כולה. הממסד הפוליטי הישראלי מעריך כי זו בעיה בינלאומית שלא רק זכותו להתערב בו אלא גם חובתו.
קבוצות לחץ דוחקות ממשלת ישראל להתריע מועצת הביטחון של האו”ם ולדרוש גיבוש כוח שמירת שלום על מנת למנוע טלטול צרפת לתוך אנרכיה.
הקבוצה IVSEDBEFC (השתוללות הריסות בתי ספר ספריות וקץ לתרבות) מזהירה דרך פייסבוק כי אם המשטרה מתכוונת למנוע ממנה את ממוש זכותה הטבעית להשחית את מרחב הציבורי אז היא תכריז באופן חד צדדי עצמאות ה”רפובליקה הצרפתית הציניקנית”. שורה של מדינות כבר התחייבו להכיר במשטר החדש. ביניהם טליבאניה חמאסטן הרפובליקה פוליטיקלי קורקטית המלכות הקומוניסטית הציקוריה הפדרציה האקולוגית הצבועה והירוקים האנטישמים המאוחדים. המפלגה NPF (חזית הנוסטלגיים של פטן) הכריזה כי היא גם תומכת ביוזמה ותתייצב על ידה עם מערכת השקרים שלה.
מקורבים לצמרת השלטון בישראל מבטאים תדהמתם לגבי הפרת זכויות האדם בצרפת. מדווח כי במספר אזורים המשטרה מסרבת להיפגע ממפגינים שמתכוונים להתאכזר בהם. משקיפים מספרים כי המשטרה מצוידת בקסדות שגורמות לכך שהפעילים של ה-GP (לוחמי הרחוב) מתקשים לתקוף בגולגולותיהם של השוטרים. למרות זאת החוליגנים האמיצים מוצגים גבורה למופת ולא מהססים להתנפל על שוטרים בודדים שמסתבכים בפינות חשוכות כך שניתן להכותם פטור מעונש.
גורמים בכירים מגלים כי ראש הממשלה הביע דאגתו העמוקה לעמיתו הצרפתי. הוא ציין חד וחלק כי המשטר בפאריז ניראה כאילו איבד כיוון ודחק בו להסכים לפשרה היסטורית עם ה-CV (קולקטיב הבריונים). הוא חזר על ידידותו עם צרפת אלא גם על אהדתו לתיכוניסטים שמפגינים בצורה נוגעת ללב במניעה לא חוקית של הספקת הדלק לנהגים המעדיפים לעבוד במקום להשתתף במהפכה.
בשבוע שעבר התנהל בכנסת ויכוח סוער בין תומכי ה-FPCP (החזית העממית ללוחמי גיל ההתבגרות) לאלה שסבורים כי ממשלת צרפת מסוגלת להשתלט על המצב. בתום הישיבה הושאר חוק חירום המאפשר לכל אזרח צרפתי בן שתים עשרה ושלוש עשרה ששוהה לפחות עשרים שנה בצרפת באופן לא חוקי והורשע לפחות פעם אחד בעבירה חמורה לטבוע כל נבחר צרפתי בבית המשפט העליון במדינת ישראל. בדרך זו לא יהיה ניתן לומר כי לוחמי הגרילה של ה-MCA (התנועה נגד האלפבית) נותרה ללא זכות הגנה נגד הדמוקרטיה הצרפתית המתדרדרת. כבר הגיעה מידה שבכירים צרפתים ביטלו נסיעות מחשש מצווי מעצר בינלאומיים שהונפקו על ידי בתי משפט בישראל.
כאות פיוס משרד החוץ הישראלי המליצה לאוכלוסיה שלא להחרים מוצרים צרפתיים למרות עמדתה הרשמית התומכת במאבקם הלגיטימי של הנוער הצרפתי על ביטול העבודה.

Israël s’inquiète pour la France

L’opinion publique israélienne est inquiète de la tournure que prend le mouvement social en France. Après le débat sur l’identité nationale et celui du voile intégral on est d’avis là-bas que l’agitation des lycéens français menace de déclencher une réaction en chaîne qui pourrait avoir des répercussions sur l’Europe toute entière. Les responsables israéliens estiment que les troubles en France constituent un problème international où il est non seulement du droit du monde libre d’intervenir mais aussi de son devoir.

Divers groupes de pression israéliens pressent le pouvoir politique d’alerter le Conseil de Sécurité de l’ONU et de soumettre une résolution autorisant l’envoi en France d’une force d’interposition afin de prévenir une conflagration qui risque de faire basculer la région dans l’anarchie.

Les mots d’ordres du groupe IVSEDBEFC (Incendier les Voitures Saccager les Ecoles Détruire les Bibliothèques en Finir avec la Culture) préviennent sur Facebook que si la police s’avise de les empêcher d’exercer leur droit naturel de vandaliser l’espace public ils proclameront unilatéralement l’indépendance de la « République Cynique de France et de Bagarre » avec pour capitale Banlieue-les-Poubelles. Une série de nations ont d’ores et déjà promis leur soutien au futur Etat. Parmi ceux-ci la Talibanie le Hamastan la République Tyrannique du Politiquement Correct le Royaume Communiste de Chicorée la République Fédérale d’Ecologie et la Principauté Verte des Antisémites Réunis. Le FNP (Front des Nostalgiques de Pétain) a pour sa part déclaré qu’il soutiendrait l’initiative en mettant sa machine à mensonges à disposition.

Des personnalités proches du pouvoir en Israël font part en privé de leur inquiétude concernant la violation des droits de l’homme en France. Il semble que dans divers endroits de l’Hexagone la gendarmerie et la police refusent de se faire submerger par des manifestants qui ne demandent pourtant qu’à les brutaliser. Des observateurs rapportent que dans plusieurs départements les forces de l’ordre vont jusqu’à s’équiper de casques et de boucliers de manière à ce que les activistes du GP (Guerriers du Pavé) aient toutes les peines du monde à leur enfoncer le crâne ou le thorax. Les intrépides gavroches font néanmoins preuve d’un courage exemplaire en signalant par Twitter le moindre CRS sans défense pouvant être assommé en toute impunité.

Des sources dignes de foi révèlent que le premier ministre israélien a exprimé à son homologue français sa profonde préoccupation par rapport à la situation en France. Il lui aurait dit sans détours que le pouvoir français semblait avoir perdu tout sens des responsabilités et l’aurait exhorté à faire un compromis historique avec le CV (Collectif des Voyous). Il aurait réitéré son amitié à la France mais aussi réaffirmé sa sympathie envers les masses lycéennes qui dans leur fougue manifestent de manière si émouvante leur immaturité en empêchant en toute illégalité l’approvisionnement en carburant des automobilistes qui préfèrent le travail à la révolution.

Il y a eu la semaine dernière au Parlement israélien un débat houleux sur la situation en France entre partisans du FPCP (Front Populaire des Combattants de la Puberté) et ceux qui pensent que le gouvernement français est en mesure de maîtriser la situation.

En fin de séance la Knesset a fait passer en urgence une loi permettant à n’importe quel citoyen français âgé de douze à treize ans résidant au moins depuis vingt ans en France de manière illégale et ayant à son actif au moins une déprédation caractérisée de porter plainte à la Cour Suprême d’Israël contre n’importe quel élu local régional ou national français. De cette manière il ne sera pas dit que les guérilleros du MCA (Mouvement Contre l’Alphabet) sont sans recours face à la démocratie française en déclin. Dès que la nouvelle a été connue une série de personnalités françaises ont annulé des voyages par crainte d’être exposés à de mandats d’arrêts internationaux émis par des tribunaux israéliens.
En signe d’apaisement le ministère des Affaires Etrangères d’Israël a demandé à l’ensemble de la population de ne pas boycotter les produits français tout en soutenant le légitime combat des jeunes français qui luttent pour l’abolition du travail.

L’amour au téléphone

•J’aime explorer ton corps sous tous les angles et en faire le tour comme si c’était la lune et que dès qu’une face réapparaissait c’était l’autre qui redevenait impénétrable
• Je n’arrive pas à croire que c’est à moi que tu parles
• Tu as une petite saillie en guise de ventre réplique bombée du creux de ma main comme si les deux avaient été conçus pour s’emboîter. J’aime bien caresser cette merveille avec toutes les précautions qu’on prend pour un objet précieux. C’est très doux très tendre
• Tu parles de mon corps pour éviter de parler de nous deux
• Tu n’aimes pas m’entendre louer les vertus de l’attente du manque de la frustration du désir qui n’en peut plus mais c’est un investissement. Le contraire d’ici et maintenant une manière d’espérer
• Des mots
• Je n’ai rien d’autre
• Tu as mais tu refuses de donner
• Quoi par exemple
• De l’argent
• Je paie tout
• Ça ne suffit pas
• Pourquoi
• Parce que nous ne sommes pas ensemble
• Qu’est-ce qui suffirait
• Que tu me prennes en charge
• Tu sais bien que je ne le ferai pas
• Alors donne-moi de l’argent sans me prendre en charge
• Combien
• Assez pour t’appauvrir
• C’est tout
• Non tu dois aussi tout me léguer à ta mort
• Pour quoi faire
• Pour me mettre à l’abri et pour que ma fille fasse des études
• C’est tout
• Non aussi pour que je trouve un homme qui m’aille
• Et l’amour dans tout ça
• Il n’y a pas d’amour tu le sais bien
• Nous sommes d’accord
• Je t’aime
• Moi aussi

Israël Palestine: Le temps presse, mais pour qui?

Il y a une perception assez répandue dans l’opinion publique internationale, comme quoi les palestiniens n’auraient rien à perdre en éludant un règlement du conflit, et que le temps jouerait pour eux. En réalité le temps joue probablement contre eux, ou du moins contre l’Autorité Palestinienne, dont la survie ne tient qu’à Israël face à la machine de guerre du Hamas.

Le peuple israélien, dans sa grande majorité, n’entend pas contrôler indéfiniment la Cisjordanie. Il est massivement en faveur de concessions territoriales en échange d’une paix véritable. Il y a un quasi-consensus en Israël sur ce point. La tutelle des territoires disputés est exigeante en vies et en ressources humaines, pèse lourdement sur l’économie, pose un problème moral et est un facteur de tension dans le tissu social.

Une nouvelle perspective est en train de se dessiner chez les preneurs de décision israéliens. Ils viennent petit à petit à la conclusion que les tergiversations de l’Autorité Palestinienne constituent une guerre d’usure qui risque de ne mener nulle part, et qu’en fin de compte il faudra bien qu’Israël prenne une initiative énergique afin de sortir de l’impasse.

Ce que l’Autorité palestinienne a à perdre, donc, c’est qu’en cas d’impasse avérée, Israël, fatigué de n’avoir personne avec qui aboutir à la fin du conflit par la négociation, finisse par évacuer unilatéralement la plus grande partie des Territoires. Cela consisterait pour Israël, faute d’interlocuteur, à définir soi-même ses frontières. La nouvelle ligne de démarcation serait probablement décalée vers l’Est par rapport à celles de 1967, mais il s’agirait essentiellement d’inclure dans le nouveau tracé les populations juives de Judée et Samarie.

Ce retrait unilatéral aurait des avantages du point de vue israélien, mais aussi du point de vue de la communauté internationale. Personne ne pourrait raisonnablement reprocher à Israël de se retirer de l’essentiel des terres occupées depuis 1967. Dans la foulée Israël pourrait conclure un traité de paix avec la Syrie en restituant le Golan dans des conditions acceptables pour les deux côtés.

L’autorité Palestinienne qui se serait discréditée en quittant la table des négociations serait balayée du pouvoir par le Hamas comme elle l’a été à Gaza. Le Hamas créerait un Etat islamique. Ce ne serait pas commode pour Israël, mais encore moins commode pour le Hamas lui-même, qui rejoindrait les rangs des Etats-voyou et l’Axe du Mal en laissant à Israël le beau rôle. L’Etat-Hamas harcèlerait sans doute Israël, mais Israël riposterait de manière à le dissuader comme cela a été le cas à Gaza. Par ailleurs, Israël se fermerait totalement à l’Etat-Hamas, ce qui deviendrait un problème pour la Jordanie, dont la population est majoritairement palestinienne. Un affaiblissement de la monarchie jordanienne ferait de la Jordanie un Etat palestinien de fait, et de surcroit contigu avec la Cisjordanie.

L’économie de la Cisjordanie est en ce moment en forte croissance, et bien qu’il reste beaucoup à faire en matière d’infrastructure et d’institutions, cet embryon d’Etat est bel et bien en marche, et la prospérité point à l’horizon. La population palestinienne en est consciente, mais sait que le prix à payer pour parachever la sortie de misère consiste à accéder à la souveraineté et à la dignité en concluant une paix des braves avec Israël. Si les dirigeants palestiniens ne prennent pas résolument ce chemin, les israéliens finiront tôt ou tard par évacuer la Cisjordanie comme ils l’ont fait à Gaza, c’est-à-dire à leurs conditions, avec la sécurité comme souci prioritaire, et sans accords bilatéraux.

La Cisjordanie deviendrait alors un deuxième Gaza.Il est douteux que ce soit de cette Palestine-là que rêvent la majorité de palestiniens.

Les dirigeants de l’Autorité Palestinienne sont mûrs et expérimentés, et savent cela mieux que quiconque. Mais pour en tirer les conséquences et le traduire en actes il faut du courage, beaucoup de courage.

Souvenir d’été

La présence militaire des Alliés en Allemagne avait mauvaise presse dans les années soixante dans une population qui, vingt ans après la guerre, la subissait en grognant. J’avais pour moi de pratiquer un peu la langue, ce qui me permettait de flâner en civil lors des permissions sans me faire repérer. Mes compagnons d’infortune, dépaysés, préféraient passer leurs dimanches à la caserne, où ils consacraient l’essentiel de leurs loisirs à ingurgiter des quantités effarantes de bière.

Quand il faisait beau j’allais à la piscine municipale de W…, superbe installation de plein air située au sein d’un parc verdoyant. Un jour de canicule je vis s’approcher de l’eau une jeune fille à la démarche chaloupée et à la croupe remarquable. N’ayant qu’une poitrine menue, tout se passait comme si la nature avait voulu compenser ce manque par des fesses somptueuses. Elle paradait ainsi à moitié nue, roulant sous le creux de sa cambrure deux robustes globes bronzés, d’un moule parfait, dont l’opulence était encore soulignée par la finesse de la taille et le galbe des cuisses. Le hasard l’emmena près de moi, et je nouai une aimable conversation avec l’adolescente. Je me surpris à être en verve sans savoir pourquoi.

Après avoir lézardé avec elle au soleil jusqu’au soir, je la raccompagnai jusqu’à sa porte, derrière laquelle j’étais interdit de séjour bien entendu. Elle me dit cependant de l’attendre devant sa maison, et s’y engouffra pour en ressortir peu après équipée d’une couverture. Elle m’entraîna dans les environs, et après avoir erré à tâtons dans une nuit d’encre elle jeta son dévolu sur un terrain vague, et posa la couverture à même le sol. Elle s’étendit, et m’invita à en faire autant. Au bout d’un déshabillage aussi précipité que sommaire nous nous saisîmes au milieu d’effluves citadines, et après quelques spasmes inondants nous nous quittâmes en nous promettant de nous retrouver dès que possible.

Au cours des semaines qui suivirent nous nous revîmes avec délectation, ayant pris le pli de nous accoupler dans les endroits les plus insolites et les positions les plus incongrues. Mais une fois la fraîcheur de l’automne revenue, son sens du confort finit par reprendre le dessus, et elle refusa de continuer à me voir dans des conditions aussi précaires. Comme je n’avais pas les moyens de lui offrir autre chose, notre idylle mourut avec l’été.

Je ne me souviens ni de son nom ni de son visage ni de ce qu’elle disait. Je ne me souviens que de l’objet qu’elle fut.

La planète ou la vie

Il y a une certaine hypocrisie à vouloir à la fois le progrès et la préservation de l’environnement. L’Homme a commencé par brûler du bois pour produire de l’énergie, ensuite du charbon, ensuite des hydrocarbures. Maintenant il en est au nucléaire, parce qu’il a compris que les autres ressources étaient limitées.

Le piège du progrès humain c’est qu’en plus de ravager la planète, il libère des énergies qui ne peuvent déboucher sur des catastrophes. Toutes les initiatives écologiques, aussi louables soient-elles, ne font que retarder l’échéance ou déplacer le problème. Il y d’ailleurs quelque chose de comique à constater que l’environnementalisme a lui-même suscité une industrie, une de plus.

L’Humanisme comme doctrine universelle est le moteur idéologique de la modernité. Cela consiste à mettre l’homme au centre des préoccupations. Le problème c’est que dans une perspective humaniste, l’homme se construit contre la nature. Toutes les valeurs qui font notre civilisation l’en éloigne, ce qui accule l’humanisme dans une impasse. Si notre civilisation se renie elle retourne à la loi de la jungle, mais si elle s’assume elle se détruit par un effet mécanique. Il semble donc que le monde, j’entends notre humaine planète, va à sa perte. Il est difficile d’estimer combien de temps elle pourrait durer, mais l’homme étant ennemi de la nature, tout se passe comme si de mutation en mutation celle-ci avait trouvé le moyen de se ruiner en aboutissant à l’Homo Sapiens.

C’est peut-être cela le sens profond du mythe de l’Arbre de la Connaissance, présenté dans la Thora comme une calamité parce qu’incompatible avec le Jardin d’Éden, qui n’est, au fond, rien d’autre qu’une nature sans humanité.

Guilad Shalit ou le dilemme d’Israël

Il y a en ce moment une campagne d’envergure en Israël pour exiger du gouvernement qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour libérer Guilad Shalit, le soldat de Tsahal capturé en territoire israélien par le Hamas il y a quatre ans.

On est sans nouvelles de lui depuis près d’un an. Alors que le Hamas refuse la visite de la Croix-Rouge, les terroristes emprisonnés en Israël ont droit aux visites, au courrier, au sport, au téléphone, à la télévision et mêmes aux études.

Les manifestants pour Guilad Shalit sont d’avis que le gouvernement doit obtenir sa libération à tout prix. Le prix que demande le Hamas est la libération de nombreux terroristes, dont beaucoup sont coupables de meurtres de civils au cœur même d’Israël, hors tout contexte militaire. Parmi ceux qu’Israël a déjà accepté de relâcher contre Guilad Shalit il y a selon le journal israélien « Yediot Aharonot » 100 terroristes qui ont assassiné 600 femmes, hommes et enfants israéliens dans des autobus, des restaurants ou en rue. Ces mêmes attentats ont aussi fait 1500 blessés.

Pour les uns la libération du soldat prime sur tout, mais pour les autres il y a à prendre en considération les conséquences possible du relâchement de terroristes palestiniens parce qu’une partie importante de ceux-ci est susceptible de récidiver. Une étude a été faite dans ce sens qui démontre que ce danger est réel.

La formule « à tout prix » que clament les manifestants est à plusieurs tranchants. D’une part cela peut avoir pour effet de durcir la position du Hamas et hausser encore le prix qu’ils exigent. D’autre part cette pression pourrait pousser le gouvernement à tenter une opération militaire pour mettre un terme à l’affaire. Cette opération serait conforme à une doctrine israélienne maintenant révolue qui consistait à ne jamais céder au chantage, et en même temps à tenter des opérations à haut risque pour sauver les otages. Quand ces opérations échouaient cela avait au moins l’avantage de dissuader les terroristes de récidiver puisque le chantage ne s’avérait pas payant.

Il n’est pas indifférent de rappeler à ce propos l’Opération Entebbe, où des terroristes du « Front populaire de Libération de la Palestine » détournèrent en 1976 un avion d’Air France vers l’Ouganda, pays gouverné par un dictateur sanguinaire mais bienveillant avec les preneurs d’otages. Une fois au sol les terroristes posèrent un ultimatum en vertu duquel les otages juifs (et pas les autres) seraient exécutés s’ils n’obtenaient la libération d’autres terroristes incarcérés dans divers pays. Le gouvernement israélien fit mine de négocier, mais dépêcha en grand secret des troupes d’élite à bord d’avions de Tsahal pour une mission qui est resté un cas d’école. Après 4000 km de vol en rase-mottes au dessus du continent africain ils surprirent les terroristes, l’armée ougandaise et le reste du monde en surgissant sur le tarmac de l’aéroport d’Entebbe qu’ils connaissaient par cœur. Trente minutes après s’être posés les avions redécollaient en direction de Tel-Aviv avec à leur bord une centaine d’otages sains et saufs. L’aéroport d’Entebbe fut dévasté, la tour de contrôle détruite et une dizaine d’avions de chasse de l’armée de l’air ougandaise pulvérisés. Quatre otages et un soldat de Tsahal y laissèrent leur vie.

Ce soldat s’appelait Jonathan Netanyahou, frère de Benjamin Netanyahu, l’actuel premier ministre d’Israël.

Ceci n’est pas une photo

J’aime quand tu es sur le point de me prendre en photo
Pourquoi
Parce que tu me regardes avec intensité
C’est parce que je dois tenir mon appareil et que je ne peux pas te toucher en même temps c’est un supplice
Tu pourras me toucher après
j’aimerais te toucher tout en prenant la photo
Facile
Comment
Tu fais venir un photographe et tu me touches pendant qu’il mitraille
Ca n’a rien à voir
Pourquoi
Parce que ce sera sa photo à lui et pas la mienne
C’est vrai que personne ne me regarde comme toi
C’est ce que je veux dire je voudrais poser mon regard sur toi et saisir le regard que tu m’envoies retour
Il est comment mon regard en retour
Tu as un air chaviré un peu vicieux
Vicieux
Oui tu plisses les yeux j’ai l’impression que tu deviens chinoise pendant une fraction de seconde
Et c’est ça que tu veux capturer mon côté chinois
Oui
Alors vas-y
Mais je viens de t’expliquer que je ne peux être à la fois devant et derrière l’objectif
Je vais m’imaginer que tu me touches et l’effet sera le même
Tu penses que rien qu’en imaginant tu peux avoir ce regard
Bien sûr
Mais alors c’est que tu peux l’avoir avec un autre aussi
Pourquoi pas l’essentiel c’est que je pense à toi et que l’autre n’y voit que du feu
Mais alors comment savoir si quand tu as ce regard avec moi ce n’est à l’autre que tu penses
Je ne peux pas le prouver tu dois me croire sur parole
C’est ce que tu dis à l’autre aussi
Tu m’énerves je ne veux plus de photo
Pourquoi
Parce que tu m’as mise en colère
J’aimerais te photographier en colère
Tu n’y arriveras pas
Pourquoi
Parce que quand je suis en colère je ne peux pas poser
Alors qu’est ce qu’on fait
Une photo mais en silence
D’accord mais j’ai besoin de ton regard chinois
Je ne peux pas le faire sur commande
Mais tu as dit que tu le pouvais
Je le peux quand c’est moi qui commande
J’ai une autre idée
Laquelle
Je vais photographier ton âme
Une âme ça ne se voit pas
Justement
Justement quoi
Je vais te photographier en ton absence
C’est impossible
En ta présence aussi tu viens de le démontrer
Alors je pars
Je te prendrai en photo quand tu seras partie
Tu es fou
Fou de qui
Fou tout court
Non, fou de toi
Alors prends-moi en photo
Non, pas aujourd’hui

Régis Debray ou le combat de trop

Régis Debray est un inlassable combattant pour la justice. Quand il était jeune il est parti en Bolivie faire la révolution aux côté de Che Guevara, qui pensait qu’en allumant des foyers révolutionnaires un peu partout dans le monde on finirait par venir à bout de l’hégémonie américaine. Cela n’a pas vraiment réussi, mais l’important était de participer.

Beaucoup de temps s’est écoulé depuis, mais le tenace, le vigilant, l’ardent Régis Debray demeure paré pour combattre l’injustice quel que soit l’endroit du monde où elle se manifeste. Ces temps-ci il a trouvé un adversaire à sa mesure, autrement puissant que le régime bolivien qu’il combattit naguère. Le danger contre lequel il nous met en garde dans son dernier ouvrage au moyen de sa belle plume rappelle par certains aspects celui que mentionne déjà une chronique vielle de 2500 ans, appelée « Esther »: « un peuple dispersé et à part parmi les peuples, ayant des lois différentes de celles de tous les peuples et n’observant point les lois du roi. Il n’est pas dans l’intérêt du roi de le laisser en repos ».

L’avantage du nouvel engagement de Régis Debray, c’est qu’il n’est nullement obligé de voyager pour combattre. L’adversaire est à sa porte, mais aussi aux portes de tous les hommes de mauvaise volonté. Comme rien de ce qui est humain ne saurait être étranger à Régis Debray, son combat vise à ramener dans le droit chemin ceux qu’il caractérise comme des « fanatiques ». Tâche ardue, parce que le magma qu’il pourfend est multiforme, multiculturel, multiethnique et caméléonesque. Certains de ces individus peuvent même être des amis. Mais une majorité de quinze millions de conjurés qui encerclent une minorité de sept milliards d’assiégés est une affaire trop sérieuse pour qu’un intellectuel du format de Régis Debray s’en détourne.

La horde en question se perpétue au moyen de la pensée, ce qui fait qu’au moindre génocide elle renaît de plus belle. A l’occasion elle fait fleurir le désert, et depuis des millénaires pérennise le livre le plus grandiose jamais écrit. Régis Debray pense qu’il faut réagir, d’autant plus que cette tribu s’est mise à riposter quand elle est attaquée, alors que traditionnellement elle subissait. Cette engeance sera difficile à défaire, parce qu’elle se dissimule maintenant dans un pays expressément si petit qu’on ne le trouve même pas sur la carte.

Régis Debray nous invite à faire entendre raison à ce peuple avant qu’il s’avère que Régis Debray se trompe sur toute la ligne, et qu’il n’y comprend rien, comme dit Claude Lanzmann, réalisateur de l’inoubliable « Shoah ».

Mourir de maigreur

J’avais dix-sept ans quand je rencontrai Arielle, et elle dix-huit. J’étais en quête non pas d’amour mais d’intelligence, alors c’est tout naturellement qu’elle m’éblouit dès les premiers instants. Disposant d’une perspicacité redoutable, elle voyait, comprenait et anticipait tout chez ses interlocuteurs, si bien que ceux-ci ne pouvaient qu’entériner ce mélange subtil d’intuition et de raison.

C’était une jolie fille, une brune aux longs cheveux bien avant la mode des brunes aux cheveux longs. Elle était mince et menue, et avait une manière effacée de se servir de son corps, qu’elle déplaçait avec une délicatesse qui tenait un peu de la danse. Tout dans son allure, sa voix, sa virtuosité verbale, me charma dès les premiers instants.

Elle était d’un abord facile, et prenait un intérêt réel à converser. Cela engageait à poursuivre, mais au bout d’un temps, variable mais généralement assez court, elle dressait un barrage aussi opaque qu’imprévisible, et son intérêt s’évaporait. Elle était par ailleurs d’une drôlerie irrésistible : sans jamais s’esclaffer elle était hilarante, pratiquant l’ironie et la dérision avec un art consommé. Elle abordait les situations les plus courantes sous un angle tellement inattendu, mais qui semblait d’une telle justesse après-coup, qu’on se demandait pourquoi on n’avait pas été capable de s’en apercevoir soi-même. Elle avait aussi la particularité de parler très vite, mais son débit – affolant pour tout le monde – était un véritable régal pour moi. C’était un moulin à paroles développant des idées dont la cohérence n’était jamais prise en défaut. En dépit de ce qui eût pu être perçu comme une forme de logorrhée je ne trouvais jamais qu’elle en disait trop.

Je suivais ses propos comme un feuilleton dont on ne se lasse pas. Elle suscitait une envie irrésistible de répliquer. Il lui suffisait d’émettre une remarque un rien singulière pour déclencher des échanges infinis. Tour à tour enjouée, nostalgique ou sombre, il lui arrivait de passer d’un registre à l’autre sans transition. Cela pouvait être déroutant pour qui n’en saisissait pas l’enchaînement, mais moi je m’y retrouvais.

Tout au long de notre histoire les livres accompagnèrent nos échanges. Lire était pour Arielle aussi naturel que respirer, et en tout cas plus que manger. Elle était insatiable pour tout ce qui relevait du vocabulaire, de l’orthographe et de la syntaxe. Elle avait en permanence plusieurs ouvrages en cours de lecture, lisait à toute occasion, et avait toujours un volume dans son sac. Elle me relançait souvent par un mot, une référence ou une citation qui me mettait en alerte. Je me sentais tenu de lire ce à quoi elle avait fait allusion, même si elle avait la manie gentiment perverse de minimiser son rôle après-coup, jouant à l’étonnée devant ma précipitation.

Alors que je l’avais perdue de vue depuis longtemps, elle m’écrivit soudain d’Irlande, où étaient apparus les premiers symptômes d’un mal distingué mais profond. Elle avait décidé de perdre du poids, et, kilo après kilo, basculait dans l’anorexie. Obsédée par la nourriture, la moindre ingestion entraînait une culpabilité dont elle ne se débarrassait qu’à force de vomissements. Parfois elle craignait d’avoir grossi sans avoir absorbé la moindre nourriture et courait les pharmacies en quête des balances, mais sans que cela la rassure parce qu’elle soupçonnait les pharmaciens de ne pas les calibrer. Elle avait ainsi perdu la notion de son propre volume, ne se trouvant jamais assez mince alors qu’elle était devenue squelettique.

Juste avant de mourir de maigreur, elle m’envoya un message pour m’annoncer qu’elle s’était cherchée toute sa vie, alors que moi je l’avais trouvée dès les premiers instants.

Mon père, ou une vie pour rien

Longtemps mon père sortait de bonne heure sans que l’on comprît ce qu’il faisait. Il eût fallu être bien perspicace pour deviner que ces sorties n’avaient d’énigmatique que le néant de leur objet. Il passait ses journées à errer en ville, le plus souvent dans les jardins publics. C’est ainsi que sa folie ordinaire ne fut jamais perceptible que par son entourage immédiat. Il eût en effet été difficile d’imaginer que cet homme apparemment normal, cultivé, affable, disposant du sens de l’humour, se levât de son lit le matin sans autre projet que d’attendre le soir pour s’y coucher. En dehors de cela il ne voyait personne, n’avait pas d’ami, pas de distraction, pas de travail, pas de soucis.

Malheureux, mais fermé, mon père cachait son mal de vivre avec soin. Sa vie étant réduite à peu de choses, il accusait ma mère d’avoir la folie des grandeurs dès lors qu’elle bataillait pour améliorer notre quotidien. Après des journées à ne rien faire, il dînait goulûment en famille et puis allait se coucher pour fuir dans un sommeil réparateur d’on ne savait de quoi. Comme il était aussi le premier levé, c’était lui qui relevait le courrier pour intercepter ce qui pouvait avoir un caractère officiel ou menaçant tel que les avertissements du fisc ou les requêtes de l’Administration. Il arrivait que n’ayant pas eu le temps d’escamoter ces plis redoutables, ma mère se précipitât pour lui vider les poches. Suivaient alors d’épouvantables empoignades, mes parents vociférant devant mon frère et moi qui tentions gauchement de les séparer. Ils entraient dans des délires de destruction terrifiants, saccageant tout ce qu’ils trouvaient à leur portée en proférant des malédictions dantesques sur fond de vaisselle brisée. Les phases de silence étaient encore plus terribles, quand couvait la haine. J’étais à la fois terrorisé et pris d’une immense pitié pour ces adultes au fond du malheur. J’aspirais à la mort en voyant mes parents se déchirer.

Des années entières s’écoulèrent durant lesquelles mes parents se côtoyèrent sans jamais s’adresser la parole autrement que par personne interposée. Mon enfance fut une souffrance de tous les jours, un tourment sans nom quel que soit l’angle sous lequel je la considère. Mes parents ne rompaient leur silence que pour livrer bataille dans notre réduit de misère, esclandres nocturnes dont les pulsations me parvenaient dans la pièce que je partageais avec mon frère qui essayait de me rassurer en essuyant mes larmes en promettant des lendemains qui chanteraient.

Tout au long de mon enfance, il y eut une confusion autour de l’existence de mon père, que beaucoup croyaient disparu ou décédé. Aucun de mes professeurs ne le rencontra jamais. Il n’était le pourvoyeur de la maisonnée sous aucune forme, n’apportant ni l’argent ni les ressources morales. Il n’avait pas le sens de la propriété, ne convoitait rien et tournait en dérision tout penchant à posséder quoique ce fût. Étant inadapté à la vie en société il estimait que celle-ci était comptable de sa survie, en vertu de quoi il s’octroyait le droit d’emprunter sans intention de rendre. Un jour, à court de cigarettes, il se mit à puiser dans mes économies d’enfant en siphonnant ma tirelire sou après sou, et récidiva jusqu’à ce que j’évente son manège. Je lui en voulus plus pour la honte que j’éprouvai à sa place que pour la malversation elle-même. J’avais sept ans.

Il advint que ma mère chassât mon père de la maison après qu’un créancier en furie fût venu réclamer son dû, dont ma mère ignorait tout. Mon père s’installa dans une mansarde de l’immeuble où nous habitions, et mon frère et moi prîmes sur nous de faire la navette entre sa retraite et notre étage pour le ravitailler. Après quelques mois de ce régime, ma mère le fit revenir quand, l’apercevant au détour d’une rue, elle fut alertée par son aspect famélique. Bien que souhaitant la disparition de mon père, elle ne se voulu jamais à en être l’instrument.

Il m’arrivait de traiter mon père avec cruauté en exploitant son impuissance et en trépignant pour imposer mes lubies. Je tirais parti de ses faiblesses pour assouvir mes caprices, et le manipulais avec cette habileté propre aux enfants qui savent se jouer d’un adulte faible. Je l’acculais dans des situations inextricables, le mettant en difficulté jusqu’à ce qu’il me cédât.
Très tôt mon père laissa s’inverser la répartition conventionnelle de nos rôles respectifs. C’était moi qui commandais et lui qui obéissait. Il se cantonnait dans une attitude infantile avec le rituel associé. Je le félicitais quand il avait été sage, et le grondais quand il avait démérité. J’étais touché par la gentillesse qu’il me témoignait avec ses pauvres moyens. Il m’aimait à sa manière, et m’admirait d’être mieux adapté à la vie que lui.

Nous passions beaucoup de temps ensemble. Cela me plaisait parce qu’il était charmant et affectueux. Ayant le goût de la musique, mais sans moyen d’aller au concert, il me faisait écouter la radio et chantonnait des classiques jusqu’à ce que je fusse capable d’en faire autant. Aujourd’hui encore je sens la marque du moment précis où je vibrai pour la première fois en entendant un vrai orchestre avec de vrais musiciens jouant sur de vrais instruments les airs que mon père m’avait appris dans la rue.

Sans occupation déterminée tout au long de la journée, mon père prenait plaisir à me cueillir à la sortie de l’école. Je me souviens de ces intermèdes d’une grande douceur, quand il me prenait par la main pour m’accompagner à la maison, où m’attendait son enfer conjugal.

Vers la fin de sa vie, mon père sombra dans une forme de démence sénile. Après deux ans de délire il fut frappé d’une hémorragie cérébrale et tomba dans un coma profond. Il fut hospitalisé, et je passai de nombreuses heures à le veiller. Au bout de quelques jours il tendit un bras au son de ma voix et contracta sa main pour me toucher. J’en fus bouleversé, parce que je crus qu’il avait perçu ma présence du fond de sa nuit, et qu’il avait choisi de se manifester à moi plutôt qu’à quiconque. Je me mis soudain à espérer qu’il allait sortir de sa torpeur et que j’y serais pour quelque chose. Je me dis que quel que fût son état de délabrement, tout valait mieux que la mort.

Il expira une heure plus tard.

Amos Oz, écrivain et sioniste

Amoz Oz, écrivain nobélisable, icône de l’intelligentsia israélienne de gauche, a publié dans le journal  « Le Monde » une chronique riche d’enseignements pour ceux qui croient qu’il constitue une voix dissonante dans le débat public. Il écrit : « l’usage de la force est vital pour notre pays, je n’en sous-estime pas l’importance. Sans elle, nous ne survivrions pas même vingt-quatre heures.»

Il y a bien entendu un contexte autour de cela, et pour ceux qui s’y intéressent, la chronique est disponible sur le site du « Monde ». Il n’en reste pas moins que venant de la part d’Amos Oz, une telle profession de foi a des implications pour ceux qui le présentent comme défendant des thèses diamétralement opposées à celle de l’establishment israélien.

Amos Oz n’est pas un écrivain recroquevillé sur son œuvre. C’est aussi un intellectuel, un homme d’action et un sioniste au sens le plus accompli du terme. Alors qu’il n’était qu’adolescent il s’est inscrit au kibboutz de sa propre initiative. Ensuite il a servi dans Tsahal et a participé – physiquement et moralement – à tous les combats d’Israël jusqu’à l’opération « Plomb Durci » contre Gaza, qu’il a soutenue sans ambiguïté.

En lisant attentivement sa chronique il s’avère qu’Amos Oz suggère une stratégie qui ne contredit en rien les grandes lignes de la politique israélienne d’aujourd’hui ou du passé. La différence avec les responsables politique portent essentiellement  sur les moyens de mettre un terme au conflit, et non sur les concessions qu’il faudrait faire pour y arriver.

Globalement, la vision d’Amos Oz correspond à ce à quoi une majorité d’israéliens aspirent, pour autant ils aient la sécurité en contrepartie. Il n’y a pas grand-monde en Israël qui objecterait à une paix véritable en échange de territoires. Les quelques irréductibles qui s’y opposeraient ne viendraient pas à bout de la démocratie israélienne.

Que le gouvernement israélien n’abatte pas ses cartes avant de négocier relève d’une précaution élémentaire, encore que la proposition du gouvernement Olmert  a été révélée au public, d’où il ressort que l’offre du premier ministre d’alors était qualifiée « d’intéressante » par l’Autorité Palestinienne, mais qu’elle n’y a pas répondu « parce qu’elle savait que le gouvernement allait tomber», après quoi elle a refusé de s’asseoir avec Netanyahu sous prétexte qu’elle « ne le croyait pas sincère», ceci malgré le gel de la construction en Cisjordanie.

Il faut une grille de lecture particulièrement fine pour saisir ce que dit vraiment Amos Oz par rapport à d’autres courants en Israël. En ce qui concerne la les Territoires il y en a qui trouvent qu’il ne faut rien lâcher contre du vent, que c’est un atout pour négocier, mais d’autres qui disent qu’il vaut mieux se replier derrière les frontières de 1967 pour faire cesser une occupation dévastatrice à la fois pour les palestiniens et les israéliens. Mais alors les premiers disent qu’on se retrouverait exposé comme en 1967, avec en plus l’Iran aux portes de Tel-Aviv. Quant aux juifs religieux, certains disent qu’ils ne lâcheront jamais Jérusalem-Est, mais d’autres disent que la spiritualité est dans la tête et pas dans la terre. Quant aux druzes et aux bédouins, il y en a qui sont encore plus radicaux contre les palestiniens que ne le sont beaucoup de juifs, etc.. etc..

Voici en tout cas ce que disait Amos Oz dans une interview donnée en 2003 à « La Paix Maintenant », mais qui n’a pas perdu de son actualité : « …je pensais que si les Palestiniens se voyaient offrir ce que Ehoud Barak leur a offert a Camp David, ils répondraient par une contre-proposition. J’admets que je n’imaginais pas que de proposer une solution avec deux États, deux capitales, et le retour de 92 ou 95 ou 97% des territoires déclencherait une vague d’hostilité contre nous. Cela a été pour moi un très grand choc. »

Comprendre Gaza

L’arraisonnement du « Marmara » constitue un échec pour Israël. Ce pourrait être le résultat d’une erreur d’appréciation, où Tsahal aurait peut-être pu procéder à un arraisonnement en évitant à ses soldats de se retrouver acculés à la légitime défense. Ce qui s’est passé sur le « Marmara » est comparable à ce qui se passe quand un policier se fait agresser du seul fait qu’il représente l’ordre et se sert de son arme pour sauver sa peau. On peut penser que le policier en question dégaine trop vite, mais sur le fond de l’affaire, parmi les nations qui condamnent Israël, je pense qu’il n’y en pas une seule qui aurait laissé passer le « Maramar » sans en vérifier la cargaison.

C’est l’occasion de rappeler l’histoire récente de Gaza.

Israël a décidé de mettre fin à l’occupation de Gaza en aout 2005. Sur décision du gouvernement d’Ariel Sharon, l’armée à intimé l’ordre aux citoyens israéliens de quitter les lieux mêmes où beaucoup d’entre eux étaient nés. En novembre 2005 Israël a officiellement remis à l’Autorité palestinienne le contrôle de Rafiah, poste frontalier entre Gaza et l’Egypte. Tsahal s’est replié, marquant ainsi la fin de l’occupation.

La dignité avec laquelle s’est effectuée l’exode de milliers de familles israéliennes voyant leur passé et leur avenir s’effondrer sous leurs yeux fut poignante. Le panache avec lequel la nation s’est résignée à cette décision malgré des clivages idéologiques profonds est incontestable. C’est l’honneur d’Israël que ces femmes, hommes, soldats, ouvriers, policiers, agriculteurs, intellectuels athées ou rabbins érudits aient eu la sagesse de ne pas recourir à la violence autour d’une remise en question d’un terroir qu’Israël avait pourtant encouragé à mettre en valeur pendant des décennies. Malgré le désarroi de cette population expulsée par ses propres forces de l’ordre, c’est la raison d’Etat qui a prévalu. Le gouvernement d’alors su trouver les mots pour expliquer à son opinion publique qu’évacuer Gaza était un pas en avant, sinon vers la paix, du moins vers un apaisement.

Israël a donc, de sa propre initiative, quitté Gaza en pariant sur l’idée que ce serait pour les gazaouis un tournant historique qui leur permettrait de se développer et de prospérer. Au cours de réunions bilatérales précédant l’évacuation, des responsables palestiniens exprimèrent à leurs homologues israéliens leur soulagement de voir l’occupation prendre fin. Ils affirmèrent qu’on serait enfin en mesure de voir de quoi étaient capables les palestiniens. Ils assurèrent que Gaza s’avèrerait un « miracle économique », un « Singapour du Moyen Orient », un cas d’école pour le monde entier. Pour illustrer cette vision, des projets grandioses furent évoqués: réseau routier, port en eau profonde, centrale électrique, système d’égouts, aéroport, hôtels de tourisme, toutes ambitions auxquelles les places financières ne manqueraient pas de s’associer. (source : chronique de Dov Weisglass, journal israélien « Haaretz »)

On connaît la suite : le Hamas s’empare du pouvoir et installe à Gaza un régime impitoyable. Etant affilié aux « Frères Musulmans » l’idéologie du Hamas est plutôt la promotion de l’islamisme que du nationalisme. Pour ce faire, liquidation d’opposants, discrimination des femmes et règne généralisé de l’arbitraire. Ensuite, bombardements incessants du Sud d’Israël contre la population civile alors que personne ne doute, pas même le Hamas, qu’Israël a quitté Gaza avec la ferme intention de n’y plus jamais revenir.

Les israéliens et les égyptiens décrètent alors un blocus pour signifier au Hamas qu’il doit choisir entre la poursuite du terrorisme et la libre circulation des personnes et des marchandises. Laisser passer des cargaisons sans en vérifier le contenu apparaît comme impensable vis-à-vis des habitants de Sderot, de Beersheba ou d’Ashkelon qui après avoir été exposés pendant des années aux tirs du Hamas ne comprendraient pas qu’on le laisse se rééquiper à sa guise.

On assiste aujourd’hui à ce paradoxe qui fait qu’alors que certains affirment que la terreur et la misère sont l’effet de l’occupation, c’est le contraire qui se passe sur le terrain. La Cisjordanie connaît ces temps-ci une croissance économique sans précédent, or Gaza stagne sous la botte du Hamas qui l’empêche de prospérer en mettant l’éradication de l’Etat d’Israël comme priorité. On ne peut qu’en conclure que si le Hamas se rangeait aux côté de l’Autorité Palestinienne pour négocier avec Israël le principe de deux Etats pour deux peuples, alors le peuple palestinien tout entier accèderait à la fois à l’indépendance et à la prospérité. C’est ce que l’immense majorité des israéliens souhaitent.

« A un ami israélien » de Régis Debray à Barnavi

L’écrivain et essayiste Régis Debray a récemment écrit un ouvrage intitulé « A un ami israélien » où il s’exprime sur le conflit israélo-arabe en s’adressant à Elie Barnavi, historien et ex-ambassadeur d’Israël à Paris. Je suis pour ma part en désaccord avec Barnavi, mais de la manière dont on peut l’être avec un juif israélien que l’on respecte. Je suis sceptique quant à son opinion comme quoi la solution israélo-palestinien devrait être imposée de l’extérieur. A partir du moment où Israël est une démocratie, je ne vois pas en vertu de quoi les Etats-Unis ou l’Union Européenne seraient habilités à déterminer la politique de son gouvernement.

Quant à Régis Debray, et en dépit de sa très belle plume, je pense que son point de vue sur Israël à travers ses écrits est détestable. Il se sert de poncifs anti-israéliens (pêché originel, colonisation, religion, apartheid, etc.. ) qui relèvent d’un antisionisme primaire. Il a en revanche un penchant affectif pro-palestinien marqué, ce qui est son droit, mais ce qui ne lui donne pas celui de falsifier l’Histoire. Le péché originel n’est pas du côté d’Israël comme il le prétend : il est du côté arabe qui a refusé le partage de la Palestine en 1948.

Cependant le fond de la pensée de Régis Debray perce à travers ses sophismes. Son discours rappelle celui de certains pionniers du sionisme qui regrettent qu’Israël ne se soit pas développé en centre spirituel uniquement. Cela sonne bien, mais en réalité c’est ce qu’ont tenté sans succès les juifs tout au long de 2000 ans d’Exil, ce qui a abouti à la nécessité de se constituer en État souverain « à l’intérieur de frontières sûres et reconnues » (résolution 242 de l’ONU).

Debray ne va pas jusqu’à nier le droit à Israël à l’existence, mais il y met des conditions telles que cela revient au même. C’est l’archétype du Gentil qui n’est à l’aise qu’avec des juifs intelligents mais peu musclés, à la rigueur religieux, de bonne compagnie, mais qui savent s’éclipser quand il le faut. Bref, il trouve qu’Israël est trop juif.

Il y des gens qui critiquent durement Israël tout étant amis. Je ne trouve pas que Debray rentre dans cette catégorie parce ce que, comme dit Claude Lanzmann, il n’y comprend rien. Or quand on s’appelle Régis Debray et qu’on n’y comprend à ce point rien, ce n’est pas l’intelligence qui est en cause, mais l’amitié. Il illustre parfaitement l’adage selon lequel avec des amis comme lui on n’a pas besoin d’ennemis.

 

La raison contre la violence

J’ai assisté à une conférence-débat où une psychologue engageait le public à s’exprimer au sujet de la violence. En conclusion elle a fait une synthèse entre les opinions des présents et son propre point de vue.

Elle a estimé que la violence étant propre à la nature humaine, il n’était pas question de l’éradiquer mais plutôt d’en limiter les effets au moyen de la raison. Elle posait également de manière implicite que la violence relevait du mal alors que la raison relevait du bien, sans quoi l’argument ne tiendrait pas. C’est ainsi qu’elle en arrivait à lier raison et morale en inférant que la première débouchait sur la deuxième.

Je pense pour ma part que l’appel à la raison contre la violence doit être dépouillé de toute connotation morale, parce que d’une part la raison est amorale et que d’autre part la morale n’est pas raisonnable. Il y a à mon avis là une confusion des genres : soit on fait appel à la raison pour démontrer l’intérêt du sujet (l’homme violent), soit on fait appel à la morale pour démontrer le bénéfice de l’objet (la victime). Penser que ces deux intérêts peuvent coïncider est à mon avis angélique.

Le monde nous apparaît comme étant régi par la loi du plus fort au sens darwinien du terme. La violence en est l’expression. C’est le mécanisme dont se sert toute création, inerte, végétale, animale ou humaine pour s’adjuger le plus de place possible. C’est donc le sujet qui dispose de la plus grande force qui l’emporte, non pas parce qu’il en a décidé ainsi, mais parce qu’ainsi va le monde.

Je pense néanmoins que la raison bien comprise peut venir à bout de la violence.

L’homme diffère de l’animal en ce que ce dernier n’est mu que par ses émotions, incapable comme il est de se projeter dans le temps. L’animal pratique donc la violence dans l’immédiateté – parfois à son détriment – et de manière irréfléchie. L’homme, en revanche, est capable de se projeter dans le temps et d’anticiper les effets de sa violence. Un homme qui bat sa femme doit apprendre que ses coups pourraient l’éloigner de lui ou la tuer. S’il ne le craint pas alors il faut lui faire apparaître qu’il risque de finir en prison. Si cela non plus ne le dissuade pas alors il n’y a rien d’autre à faire que d’essayer de l’empêcher de nuire.

La raison appliquée à la lutte contre la violence, c’est peut-être la recherche d’un équilibre dans les rapports de force.

La morale, c’est autre chose.

Jean Sébastien Bach et Utube

Un violiste de premier plan s’est prêté à une expérience édifiante, diffusée sur Utube. Travesti en musicien de rue de Washington, il a joué pendant 45 minutes du Bach devant une station de métro sans attirer d’attention particulière. Sur le millier de passants qui a défilé, six se sont arrêtés pour écouter et vingt lui ont jeté une pièce sans ralentir le pas. Il a recueilli vingt-sept dollars alors que pour l’écouter en salle il fallait en débourser cent par personne.

Ce n’est pas l’expérience qui est étonnante, mais bien les conclusions qu’en tirent certaisn commentateurs. L’un dit « si nous ne prenons pas un moment pour nous arrêter et écouter l’un des meilleurs musiciens au monde jouer la meilleure musique jamais écrite, à côté de combien d’autres choses passons-nous? Un autre dit que « l’heure de pointe du métro n’est pas propice à l’appréciation d’une performance artistique ». Ce que ces réflexions ont en commun c’est qu’elles attribuent l’indifférence des passants à une espèce d’autisme dont ils seraient frappés quant le sublime ne se manifeste pas là où on l’attend. En d’autres mots, que ces mêmes gens sont pris d’extase en salle de concert, mais restent de marbre devant une bouche de métro.

Ce n’est pas du tout mon avis.

Je pense que cette expérience démontre que l’inculture qui règne en matière de musique est abyssale. Cela rappelle ce passage de « La Recherche » de Proust, où le narrateur raconte comment « Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », des Verdurin, une condition était suffisante mais elle était nécessaire : il fallait adhérer tacitement à un Credo dont un des articles était que le jeune pianiste, protégé par Mme Verdurin cette année-là et dont elle disait : « Ça ne devrait pas être permis de savoir jouer Wagner comme ça ! ».

Il y a extrêmement peu de mélomanes, non seulement parmi ceux qui prennent le métro, mais aussi parmi ceux qui paient 100 dollars pour aller au concert. Si les passants en question avaient pris le temps d’écouter le violoniste, la plupart n’auraient de toutes manières pas apprécié. Le problème c’est que les consommateurs sont nourris en décibels à satiété par l’équivalent musical de la restauration rapide, c’est-à-dire l’ingestion de produits où l’effort individuel est réduit au minimum.

Les morceaux joués par le violoniste étaient respectivement des extraits de la Partita No. 3 de Bach pour violon, BWV 1006 (Gavotte en rondo) et de la Partita No. 2, BWV 1004 (Chaconne). Quelle est la proportion de gens capables d’identifier ces morceaux au vol ? Minime, à n’en pas douter.

Si les passants n’ont pas été interpellés par les sublimes accents du violoniste c’était parce qu’ils ne comprenaient rien à la musique, et pas parce qu’ils étaient pressés.

De la délégitimisation d’Israël

Berjac me fait l’honneur de me citer dans son article « Quelques images pieuses israéliennes», en estimant que mes idées « ne doivent pas être loin de ce qui se fait de plus extrémiste » dans mon pays. Comme il se garde de préciser en quoi consiste mes idées, je me suis  relu afin de vérifier s’il y avait dans mes propos quelque chose qui justifiait  cette qualification, auquel cas j’aurais tenté de clarifier. Je n’ai rien trouvé, mais j’ai fini par comprendre que ce que Berjac, se basant sur l’Histoire  pour étayer son point de vue, qualifiait « d’extrémisme » était le fait même qu’Israël revendiquait le droit d’exister.

D’une part je ne vois pas en quoi le narratif de Berjac convaincrait les juifs de plier bagage après la reconnaissance par l’ONU et cent cinquante ans de d’épopée sioniste, et d’autre part il existe des analyses très convaincantes qui disent diamétralement l’opposé de ce qu’il infère.

Pour ma part je pense que cette polémique est dépassée, mais je recommande néanmoins l’analyse de l’intellectuel israélien Ben-Dror Yemini (http://www.france-israel.org/articles.ahd?idart=408),  traduite en français par M. Macina, qui rappelle les témoignages de Mark Twain, de Baker Tristram et de Jacques Finn, qui ont laissé des textes décrivant la Palestine du 19eme siècle en termes sinistres: « …Nous ne vîmes pas âme qui vive durant tout le voyage. …ces déserts inhabités, ces buttes rouillées et infertiles… « kilomètre après kilomètre, on ne voit rien de vivant. la Palestine est en majorité vide d’habitants ».

A la lumière de cette étude il apparaît que la Palestine était pratiquement vide au 19eme siècle, époque où elle faisait partie de l’Empire Ottoman, et que chaque parcelle de terre achetée par des juifs le fut en toute légalité. Les juifs vivaient d’ailleurs en Palestine au même titre que les arabes, dont nombre avaient afflué de pays voisins en voyant  décoller l’économie grâce à l’agriculture des pionniers juifs. En 1947, Au bout d’un siècle d’une cohabitation tumultueuse entre communautés juives et arabes, l’ONU a estimé qu’après le départ des occupants britanniques il valait mieux les séparer en créant deux Etats pour deux peuples. Les juifs ont accepté, les arabes ont refusé, et depuis lors c’est la guerre.

Mais quand bien même ce narratif-ci serait fantaisiste, la question qui se pose aujourd’hui est : que fait-on maintenant ? La vraie question – brûlante- est là.

Si la réponse est que les juifs n’ont rien à chercher en Israël, qu’ils n’ont qu’à s’exiler ou à se défaire de tout pour devenir minoritaires d’un Etat probablement islamiste, alors la probabilité que les israéliens acceptent est mince.

Mais si la réponse est qu’il faut deux Etats pour deux peuples, alors les israéliens l’accepteront parce qu’ils l’ont déjà accepté en 1947, à cette réserve près que cette fois-ci il faudra que l’autre camp se résolve à mettre un terme définitif au conflit, et non pas qu’il se limite à un cessez-le-feu en échange de concessions majeures côté israélien. On est loin du compte.

Pour le moment les palestiniens se font même prier pour négocier, et gaspillent un temps précieux en prétextant la poursuite de la colonisation alors que le processus de paix a justement pour objectif d’y mettre fin. Ce n’est pas parce qu’ils ont autre chose à faire, mais parce que nombre d’entre eux (donc pas tous, heureusement) rêvent encore et toujours de liquider Israël comme le clament le Hezbollah, le Hamas et l’Iran, c’est-à-dire ceux qui donnent le ton et sans lesquels aucun arrangement n’est envisageable.

Ben-Dror Yemini termine son analyse par les mots suivants, auquel je souscris sans réserve: « Les Palestiniens méritent respect, liberté et indépendance. Mais aux côtés d’Israël. Pas à la place d’Israël. Extrémisme ?

Le Monothéïsme juif est un rationalisme

Il faut un grand effort pour conceptualiser une abstraction aussi intégrale que celle du monothéisme juif. C’est pour cette raison que le judaïsme de terrain est pragmatique, et tolère que l’on puisse se représenter Dieu comme une espèce de Roi du monde, une superpuissance à l’échelle de l’Univers. C’est le chemin que parcourt l’enfant quand il croit au Père Noël et qu’un fois adulte il comprend que c’est un concept  et non pas une personne véritable. Ce principe s’applique à la compréhension du monothéisme juif, qui n’est pas un dogme mais une quête.

L’étude approfondie de la Thora ne met pas en scène un Roi du Monde, même s’il est vrai que le style métaphorique du texte biblique peut prêter à confusion. La vérité est que le Dieu de la Thora n’a rien d’anthropomorphique. Il y a de nombreux penseurs juifs qui admettent même – quoique dans des cercles restreints – qu’ils n’ont pas la foi,  mais qui sont convaincus que le judaïsme est un mode de vie tellement remarquable que la question de Dieu en devient secondaire. En même temps ils estiment qu’il est préférable de ne pas exhiber ce point de vue de manière trop ostentatoire afin d’éviter  de semer le trouble.

La question de l’existence de Dieu est problématique  parce que du point du juif cette question n’a de sens que si l’on détermine d’abord à ce qu’on entend par là. S’il s’agit d’un être formidable qui règne sur l’Univers tout entier, alors on fait fausse route. Ce n’est qu’une projection humaine, qui tout comme l’homme lui-même, est limitée. Quand bien même il y aurait un être tellement  grand et puissant qu’il serait capable de créer  et de gérer le monde entier, il faudrait encore et toujours poser la question de savoir d’où Il vient, depuis quand il existe, pourquoi il existe, et comment il se fait qu’Il existe. La vraie question est là.

Le Dieu du judaïsme n’est pas un être, mais une référence à l’existence à l’état pur. Vu sous cet angle Dieu existe, tout comme l’existence existe, étant entendu que ce n’est pas une substance mais un état que tout le monde peut constater.

L’intellect ne peut appréhender ni l’infini du passé ni celui de l’avenir. Reste la perception de la nature dont le judaïsme tente dégager un sens. La Nature a ses lois, et ne saurait être surnaturelle. Si les objets se mettaient à flotter en l’air ce serait qu’ils obéiraient encore à une loi de la nature. C’est ainsi que l’assertion  que Dieu est bon n’est pas une appréciation morale mais exprime qu’il ne pourrait, par définition, en être autrement. Le principe qui sous-tend cela est que le mal n’est qu’absence de bien, tout comme l’obscurité n’est qu’absence de lumière, tout comme le froid n’est qu’absence de chaleur.

Donc ni l’obscurité ni le froid ni le mal n’existent en eux-mêmes. C’est à partir de cette idée simple et naturelle,  mais infiniment profonde, que l’essentiel de l’éthique juive s’est construite.

L’intervention de Dieu dans la Nature ou dans l’Histoire, la notion de récompense ou de punition en rapport avec le bien ou le mal sont des représentations pédagogiques qui ne peuvent en aucun cas être pris à la lettre dans le judaïsme.

Le judaïsme est prophétique dans ce sens que le monde est imparfait, et que l’homme dispose à la fois de l’intelligence et du pouvoir pour l’améliorer. C’est dans ce sens que le messianisme est consubstantiel à la Création et appelle à un futur où le monde serait réparé. Mais pour que cela soit possible tout se passe comme si Dieu s’était retiré du Monde après la Création.

Ce qui donne de l’épaisseur au rôle de l’homme c’est justement que Dieu n’est plus là. En d’autres mots, que l’homme est libre.

Gideon Levy ou le droit de critiquer Israël

Gideon Levy est un chroniqueur  du  journal israélien Haaretz, où il dit régulièrement son rejet de l’establishment de son pays tout en reconnaissant volontiers qu’il y jouit d’une liberté d’expression totale. Il fait indéniablement preuve de courage en affichant ses opinions en Israël, mais est en même temps conforté par une audience de par le monde, puisque ses positions sont répercutées dans des organes irréductiblement hostiles à Israël. Alors qu’il revendique son attachement à Israël, il sert d’alibi à ceux-là mêmes qui sont déterminés  à liquider son pays, avec ou sans occupation.

Bien qu’à mon avis que Gideon Levy fasse fausse route du point de vue de la pensée, force m’est de reconnaître qu’elle est d’une grande cohérence, et que son inquiétude pour Israël parait sincère. Cette contestation s’inscrit d’ailleurs dans la tradition juive de par ses accents divinatoires. Il est tellement pénétré par ses analyses que plus il est isolé, plus il raidit  sa posture, tel le prophète Jérémie prédisant la chute de Jérusalem.  Il  est doué d’une espèce de force tranquille qui fait qu’il ne doute jamais de rien. Quant à ses contradicteurs, tout se passe comme s’il mesurait la justesse de ses idées à l’aune de l’irritation de ses adversaires.

Gideon Levy dit que l’occupation israélienne est illégale – comme si lui savait avec précision où se trouvaient les frontières d’Israël – mais omet de tenir compte de ceux qui donnent le ton dans l’autre camp – Hezbollah, Hamas, Iran -, qui estiment eux que Tel-Aviv et Haifa sont également en territoire occupé.

Israël s’est retiré de Gaza et du Sud-Liban avec le résultat que l’on sait. Gideon Levy pense néanmoins qu’Israël n’a pas à poser de conditions pour mettre fin à l’occupation. Pourtant cela tombe sous le sens qu’Israël craint de se retrouver dans la situation d’avant 1967, où il n’y avait pas d’occupation, mais où le pays était néanmoins harcelé par des voisins armés jusqu’aux dents.

Gideon Levy emboîte le pas à des  nations qui condamnent  Tsahal, alors que ces mêmes nations sont d’une barbarie sans nom chaque fois qu’ils se trouvent dans des situations analogues. L’Allemagne et le japon sont encore aujourd’hui subordonnés à des conditions imposées par les Alliés en 1945. Quand ceux-ci ont mis un terme à la guerre ils l’ont fait dans des conditions épouvantables pour les civils allemands et japonais. Pourtant personne de sensé ne doute aujourd’hui que les Alliés défendaient une juste cause. Ils ont occupé l’Allemagne pendant des décennies, et n’ont mis fin à cette occupation qu’après avoir acquis la certitude que l’Allemagne ne constituait plus un danger.

Gideon Levy suggère que la paix soit imposée de l’extérieur alors que cette doctrine s’avère d’une inefficacité patente, particulièrement ces temps-ci. Pour ma part j’ai la conviction qu’Israël fera le moment venu les concessions qui s’imposeront. Non pas sous la pression de puissances étrangères ni sous l’impulsion d’un homme providentiel, mais poussé par le bon sens du peuple israélien.

La dialectique de Gideon Levy est d’une simplicité biblique : quand les palestiniens commettent des crimes c’est parce qu’Israël les y accule. Ils ne sont donc jamais coupables de rien, tout comme l’enfant qui assassine ses parents et puis en appelle à la clémence du juge en tant qu’orphelin . Gideon Levy absoud le camp palestinien de tout, puisque la cause est toujours bonne dès lors que l’on est sous occupation. Il omet de rappeler que le monde arabo-musulman est pour quelque chose dans l’enlisement de cette occupation, et surtout des évènements 1967 qui en sont l’origine.

Gideon Levy est pris d’autisme lorsqu’il est reçu et acclamé de par le monde par des ennemis d’Israël qui camouflent à peine leur antisémitisme, rebaptisé antisionisme pour la circonstance. Il est vrai qu’il ne sympathise pas avec les islamistes, mais il n’en reste pas moins que sa dialectique les sert abondamment dans leur acharnement contre Israël.

Mon propos n’est pas de faire changer d’avis Gideon Levy, mais bien d’attirer l’attention de ceux qui l’écoutent sur le caractère unilatéral de sa critique. Il le reconnait d’ailleurs lui-même d’une certaine manière, parce que quand on lui reproche son peu d’empathie pour ses concitoyens qui souffrent, il répond qu’il y a bien assez de monde pour s’en soucier, et que pour sa part il préfère se pencher sur le sort de l’autre camp. La démocratie israélienne, c’est aussi ça.

Elle court tous les jours

Elle court
Tous les jours
Sur les dunes
Mais aussi
Le bitume

Elle est jolie
Cette jeune fille
Que j’ai vue
Entrevue
Et voulue
De mes mains
Ce matin

Son corps
Si menu
Presque  nu
Si agile
Élancé
Si fragile
Si musclé
S’est lancé
Sur les prés

Elle observe
Amusée
Mon air
Médusé
Joliesse
Refusée
A mon corps
Usagé

Rue du Tapin

Pavés humides
Abris sordides
Secrètes bâtisses
Fleurant la pisse

Port immense,
Quais en transes
Frêles grues
Aux ombres nues

Tant de belles
En recel
Cruel tapin
Leur seul chemin

Criards clients
Impatients
Ni nubiles
Ni dociles

Pauvres hères
En galère
Piètre clan
Si rebutant

Visite guidée
Factice musée
Muses fanées
Filles fatiguées

Leste affaire
Pour pas si cher
Sept minutes
Et droit au but

Prompte passe
Dans l’impasse
Sans nulle trace
De la face

Jambes moulues
Et corps rompus
Humeur   giclée
Ejaculée

L’attentat

Il pleut sans pluie
Une pluie de pleurs
Morne rumeur
D’un cri du cœur

Qui se meurt

C’était un passant
Qui passait
Par hasard
Tout à l’heure
Mais trop tard
C’était son heure
Ou trop tôt
C’est selon
Le Démon

Le passant
Démuni
Est fait

Stupéfait
Il vacille

Et Vas-y
Divine
Palestine
Ô terroir
De Terreur
Assassine

J’ai dormi

J’ai dormi
Sans mon cœur
Mais aussi
Sans bonheur

J’ai dormi
Aux quat’ vents
Sans roulis
Sans grand vent

J’ai dormi
Au Levant
Me couchant
Hors du Temps

J’ai dormi
Sans voler
Marauder
Chaparder

J’ai dormi
Bien aussi
Séquestré
A ses pieds

J’ai dormi
Sans la voir
Sans miroir
Sans espoir

J’ai dormi
Les yeux durs
Face au mur
Quelle torture

J’ai dormi
à l’envi
Mais aussi
sans envie

J’ai dormi
dans ma chambre
tout ravi
de l’entendre

J’ai dormi
Sur les  pierres
C’était hier
En hiver

J’ai dormi
En repli
En ivresse
En détresse

J’ai dormi
Sur la neige
Si légère
Ephémère

J’ai  dormi
Dans son nid
Sans caresse
Sur ses fesses

J’ai dormi
Sans souci
Dans cette ville
Si tranquille

J’ai dormi
Sans la  peur
Que s’en aille
La douleur

J’ai dormi
En folie
Tout à l’antre
Du bas-ventre

J’ai dormi
En ses cuisses
maléfice
Orifice

J’ai dormi
Tout réjoui
Avec l’autre
Qui se vautre

J’ai dormi
Sans conscience
De ma mie
En souffrance

J’ai dormi
Affaibli
Sans mes armes
Et en larmes

J’ai dormi
Tout petit
En délit
Dans mon lit

J’ai dormi
Toute ma vie
Mais maintenant
C’est fini

Israël prêt à payer le prix fort pour la paix

Il y a, en particulier dans l’opinion publique européenne, une confusion entre les effets de l’occupation israélienne et ses causes. Dans l’esprit de beaucoup d’observateurs il suffirait qu’Israël évacue la Cisjordanie pour que le conflit soit réglé. Or le conflit existait Bien avant l’occupation. Ce qu’on oppose généralement c’est que la guerre de 1948 a produit un exode qui a transformé des centaines de milliers de palestiniens en réfugiés. Mais en réalité cet exode ne fut jamais que la conséquence du refus arabe d’accepter le plan de partage de l’Onu en deux états souverains après le départ de l’occupant britannique. Sans ce refus il n’y aurait eu ni exode ni réfugiés palestiniens. Sans ce refus il y aurait peut-être aujourd’hui à côté d’Israël une Palestine moderne, laïque et prospère.

Si on considère que l’Etat d’Israël est illégitime alors aucun arrangement n’est possible. Les israéliens ne se laisseront jamais convaincre qu’ils ne sont pas chez eux. Mais aux sympathisants sincères de la cause palestinienne (il y en a beaucoup même parmi les juifs) qui pensent qu’Israël à autant le droit d’exister que la Palestine, à ceux qui souhaitent sérieusement la paix, je suggère qu’ils se tournent vers les ennemis d’Israël pour les adjurer d’accepter l’Etat juif de manière convaincante et définitive. Pour le moment c’est loin d’être le cas. Ceux qui donnent le ton du côté palestinien sont déterminés à lutter jusqu’a ce que l’Etat juif soit liquidé. Rien de moins. Ce sont eux qui le disent.

On peut être en désaccord avec la politique israélienne, et on doit condamner les dérives de l’occupation pour autant qu’elles existent. Mais je pense que sur le fond du problème la balle est du côté palestinien, or tout se passe comme si ceux-ci craignaient d’aboutir. Les tergiversations dont ils font preuve se retournent contre eux-mêmes. Quand ils conditionnent les pourparlers à l’arrêt de la colonisation cela n’a aucune retombée positive pour eux, et ils prolongent l’occupation alors que l’objectif du processus de paix consiste à y mettre fin. L’argument comme quoi les israéliens pratiquent le fait accompli sur le terrain ne tient pas, parce que chaque fois qu’il a fallu d’évacuer des territoires en échange de la paix, Israël l’a fait.

Israël s’est construit dans des conditions difficiles sur un territoire ingrat grand comme trois départements français. La Diaspora ainsi que des nations amies ont contribué à l’édification du pays, mais cette aide est sans commune mesure avec celle qu’ont déversée les pays arabes et l’URSS. Quand on pense aux milliards affectés par les rois du pétrole l’Iran et le monde communiste dans le seul but de liquider Israël, cela donne le vertige. Au lieu de construire une nation palestinienne, ces fortunes ont été englouties en ne fabriquant que de la rancœur, alors qu’aujourd’hui Israël est aujourd’hui un membre de l’OCDE, un Etat solvable et une économie en pleine croissance.

Les Alliés ont occupé l’Allemagne bien des années après la chute des nazis. Ils n’ont fini par partir qu’après avoir acquis la certitude que l’Allemagne ne constituait plus un danger pour la paix. Dans le même ordre d’idées Israël aspire à mettre fin au conflit et est prêt à payer le prix fort pour vivre en paix avec ses voisins.

A bon entendeur Salam.

Israël entre à l’OCDE

Il y a eu cette semaine un évènement d’importance majeure en Israël. Cela a fait peu de bruit, mais constitue néanmoins une dimension historique.

Après de longs et laborieux débats, Israël fait enfin partie de l’OCDE. Plusieurs pays membres y faisaient obstruction, mais ils n’ont finalement pu que s’incliner devant les faits.

Il y aura des répercussions économiques favorables pour Israël, mais cette nouvelle envoie aussi un signal fort au monde entier. L’accession d’Israël à l’OCDE, c’est la reconnaissance que ce pays aride, sans ressources naturelles, construit par des pionniers famélique mais déterminés, est sorti du sous-développement pour se joindre aux pays développés, ceci sur base de rigoureux critères économiques, politiques, sociaux et éthiques.

Israël et ses quelque sept millions d’habitants constituent une aujourd’hui démocratie moderne et prospère après avoir déjoué toutes les tentatives de liquidation, de délégitimation et de désinformation tout au long de ses 62 ans d’existence. C’est l’aboutissement de l’improbable rêve sioniste suite au vote de l’ONU de 1947 appelant à deux États pour deux peuples en Palestine.

Malgré l’anéantissement presque total du judaïsme européen au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les foyers spirituels, culturels et scientifiques juifs se sont reconstitués en Israël. Aujourd’hui, les universités israéliennes sont à la pointe dans les disciplines les plus diverses, de l’irrigation à la médecine, de l’éducation à l’informatique, de la nanotechnologie à la recherche spatiale, de l’archéologie à la physique nucléaire, de la littérature comparée à l’histoire de l’Art.

Conformément à la tradition juive qui est de partager le savoir, cette formidable vitalité est un facteur de progrès non seulement pour Israël, mais pour le monde entier.

C’est un grand jour. C’est une victoire sans larmes ni sang, et qui pourrait profiter à l’ensemble du Moyen-Orient.

Nationaliser le système bancaire (sans point d’interrogation)

L’activité bancaire devrait relever du service public, même au prix de perdre de son efficacité. Il y a quelques décennies, le téléphone, l’électricité, le gaz, la radio, la télévision, les compagnies aériennes et d’autres services appartenaient au service public. On n’était pas dans une économie étatisé pour autant. Plus tard on a fini par trouver qu’il fallait ouvrir ces activités au secteur privé en invoquant le principe de la concurrence, censée profiter au consommateur. Aux États-Unis les chemins de fer, les prisons, et même une partie de l’armée sont privatisés. Cela a pour résultat que les trains ne desservent que des routes rentables, que les prisons aspirent à un maximum d’embastillés, et que les mercenaires veulent un maximum de guerres. En Israël la Knesset a récemment torpillé de justesse un programme de prison privée, et c’est très bien ainsi. Je ne suis pas convaincu qu’il faille tout livrer à la concurrence dans un souci d’efficacité, sans quoi l’Etat ne servirait plus à rien. Pour revenir aux banques, je pense que la course à l’efficacité, contrairement à d’autres secteurs de l’entreprise, nuit à l’économie au lieu de l’aider, les profits qu’elles engrangent ne profitant pas à la collectivité.

Je pense que chacun est libre de risquer son argent, ce qui implique aussi que quand on s’en remet à des tiers il est du devoir de ces tiers d’informer leurs mandataires des risques qu’ils encourent. Mais le problème que je soulève concernant le système bancaire n’est pas celui de la fraude ni de l’abus de confiance, qui, cela va de soi, doivent être sanctionnés. Il s’agit de quelque chose de plus fondamental, qui fait que même quand les banques pratiquent la transparence, sont de bonne foi et s’entourent de précautions, le simple fait qu’il y ait des flux colossaux d’argent qui passent par leurs canaux entraîne qu’ils prélèvent une dîme qui à mon avis ne leur revient dans aucun cas de figure, parce l’État ne peut pas les laisser à leur sort, sauf exception (Lehmann Brothers, mais ce fut catastrophique).

Pour illustrer mon propos, il suffit de penser au Lotto. Il y aura toujours des gens pour y jouer, et il n’y a rien de mal à cela. Mais cela DOIT fonctionner comme une caisse appartenant à la collectivité. Il est anormal et immoral que le secteur privé en bénéficie. C’est pour cela que dans beaucoup de pays les Casinos sont interdits, et que dans ceux où ils sont autorisés c’est l’État qui prend la part du lion. Dans le même ordre d’idée, c’est dans ce sens-là que je pense que les banques ne méritent JAMAIS les bénéfices qu’ils font en pariant sur l’économie. Le système bancaire doit donc à mon avis être l’affaire de l’État parce que ce sont des entreprises qui jouissent d’un privilège régalien que rien ne justifie.

Le sionisme est un humanisme

Une partie importante du monde arabo-musulman aspire à la destruction de l’Etat d’Israël en tant que tel, et non pas à la rectification de ses frontières. Pourtant l’Etat d’Israël est reconnu par la communauté internationale comme une démocratie moderne dont la légitimité relève du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Le sionisme a permis aux juifs, que ce soit  sous domination turque ou britannique, l’édification d’un pays magnifique sur des terroirs ingrats ou des régions domaniales à l’abandon, ou encore achetées au prix fort à des propriétaires indifférents. Aucune de ces terres ne furent jamais prises par la force. Aucune armée ne vint jamais les conquérir. La sécurité sociale, les syndicats ouvriers, le système de transport, la police, l’université, la langue hébraïque, l’agriculture, le système politique, la culture, tout cela était vivant et bien en place dès le début du vingtième siècle.

Le monde arabe s’est opposé au vote de l’ONU de 1947 qui recommandait le départ de l’occupant britannique et le partage de la Palestine en deux Etats souverains, l’un juif et l’autre arabe. Il est tragique que les arabes de Palestine n’aient pas su mettre à profit le départ des britanniques pour créer un Etat moderne, prospère et démocratique comme Israël.

Le conflit israélo-arabe n’a jamais été un problème territorial, mais est la conséquence de la négation arabe de l’autre, le prochain, le voisin, le juif. La Nakba ne commémore pas la création de l’Etat d’Israël du 14 mai 1948, mais bien l’attaque concertée du lendemain – le 15 mai 1948 – avec pour objectif de  liquider Israël au lieu de vivre en paix à ses côtés.

Le monde arabo-musulman s’est embarqué dès 1948 dans une aventure épouvantable pour chasser les juifs de Palestine. Ce fut la première guerre israélo-arabe. La rhétorique belliciste des deux camps fit fuir des centaines de milliers de palestiniens en attendant qu’Israël fût liquidé. Les nations arabes du Moyen-Orient et de la méditerranée expulsèrent, spolièrent et contraignirent à l’exil près d’un million de juifs qui y étaient depuis des temps immémoriaux, souvent avant les arabes eux-mêmes. Ces juifs victimes d’un nettoyage ethnique refirent leur vie ailleurs, mais les centaines de milliers de réfugiés palestiniens devinrent au fil des générations des millions d’apatrides qu’aucun pays ne voulut jamais intégrer. Soixante-deux ans se sont écoulés depuis, mais on en est toujours là.

L’Organisation de la Libération de la Palestine fut créée en 1964, à une époque où la Cisjordanie et Gaza étaient sous contrôle jordanien et égyptien. Au lieu d’y proposer la souveraineté aux habitants et de leur permettre de créer un Etat palestinien, l’Egypte, la Jordanie et la Syrie, soutenus par l’ensemble du monde arabe, attaquèrent Israël sur toutes ses frontières en 1967 en vociférant qu’ils jetteraient les juifs à la mer. Ce fut la Guerre des Six-Jours. Les troupes israéliennes repoussèrent l’offensive de manière tellement radicale que dans leur élan ils investirent la Cisjordanie, Gaza, le Golan et le Sinaï. Ensuite ce fut les tristement fameux « NON » de Khartoum : NON à l’existence d’Israël, NON à la paix, NON à la négociation.

Pourtant la déclaration d’indépendance d’Israël de 1948 disait: « Nous tendons la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès de l’ensemble du Moyen Orient. »

Antisémitisme et modernité

Un juif vivant aujourd’hui en Occident n’a pas à craindre les institutions ni les pouvoirs en place. Mais peut-on croire que c’est définitif au regard de l’Histoire, en France où ailleurs, alors qu’il y a encore des gens en vie qui ont connu le « Statut des Juifs », quand on trouvait en plein Paris des panneaux « interdit aux juifs et aux chiens » ? Et comment oublier que, bien après la Shoah, l’Europe de l’Est, l’Union Soviétique et la plupart des pays arabes pratiquèrent un antisémitisme d’État dont on n’ose imaginer les effets si Israël n’avait été là pour accueillir les masses de juifs en déshérence ?

La modernité n’a rien changé à l’antisémitisme. De l’Argentine à la Russie, du Danemark à l’Afrique du Sud, de la Malaisie au Pakistan, du Venezuela à l’Iran, dans le monde entier des institutions ou des personnes juives sont le théâtre de violences physiques ou verbales de manière récurrente. L’idée que l’antisémitisme appartient au passé et serait dû à l’ignorance et à l’obscurantisme est fausse. Heidegger, Céline, Luther, Érasme, Maurras, Balzac, Wagner, Proudhon n’étaient ni ignorants ni obscurantistes.

Si Israël disparaissait, les juifs pourraient se retrouver à la merci d’un antisémitisme que rien n’arrête en temps de crise. Pense-t-on que l’Histoire est finie, que tout est dit sur la société humaine et qu’il n’y plus qu’à se laisser porter par la logique de la modernité pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Oublie-t-on que Voltaire fut un antisémite virulent ? Le Siècle des Lumières a permis l’émancipation des juifs, mais n’a en rien diminué l’antisémitisme. Au contraire : l’émancipation l’a renforcé, parce qu’en sortant des ghettos et  en devenant des citoyens à part entière, les juifs furent perçus comme des concurrents au plan intellectuel, politique, scientifique et économique.

Avancer qu’Israël n’a pas résolu la question juive parce que la guerre y sévit est inepte. C’est oublier que la France et ses voisins n’ont eu de cesse que de guerroyer tout au long de l’Histoire avant d’arriver à une pacification relative. Qui remet en question la légitimité de la France malgré les zones d’ombres qui certaines de ses frontières, en métropole comme ailleurs ? Pourquoi l’État d’Israël n’aurait-il les mêmes droits ?

Qui défendait les juifs avant l’État d’Israël ? Pour un seul Zola, combien de Maurras, combien de Drumont, combien de Brasillach, combien de Céline, combien de Laval ?

Le fait que la France ne soit pas officiellement antisémite ne change rien à l’intemporalité de la question juive, dont la seule solution légitime, pragmatique, pratique, praticable, pratiquée et qui sans aucun doute possible a fait ses preuves, c’est l’État d’Israël. Il y a une extraordinaire cécité à ne pas voir que la sécurité relative des juifs en Diaspora s’adosse à l’État d’Israël. Comment ne pas comprendre que chaque antisémite, qu’il soit une personne, un groupement ou un régime sait aujourd’hui que l’État d’Israël riposte à la judéophobie sans faillir, quel que soit l’endroit de la planète où elle se manifeste.

Quand le Conseil de l’Europe chercha un maestro pour adapter « l’Ode à la Joie » en hymne européen, il ne trouva rien de mieux que de confier la tâche à Von Karajan, immense musicien, mais ancien membre du parti nazi, pour chanter la fraternité humaine. Les nazis ont aujourd’hui pratiquement disparu, mais d’autres fanatiques promettent à leur tour d’éliminer ceux qui s’opposent à leur vision du monde.

On peut penser dans notre vieille Europe que ce nouveau fléau n’est qu’un mauvais rêve, que cela passera comme une mauvaise grippe. On peut le penser. Mais les juifs en Israël, sous le feu des missiles, n’ont que faire de ce que pense l’Europe, cette Europe judéophobe dont le sol n’est pas encore sec du sang juif versé dans l’indifférence la plus totale, toutes nations confondues. L’Europe et ses penchants criminels, comme dit Jean-Claude Milner, l’Europe amnésique traînant sa gueule de bois après un vingtième siècle sinistre, l’Europe titubant dans les relents des improbables noces nazies et staliniennes, l’Europe avachie qui s’ébroue, attend et remet tout à des lendemains qui forcément déchanteront.  Non, décidément non, cette Europe-là n’a pas de leçons à donner aux juifs.

Nationaliser les banques ?

Les banques font leur métier en permettant aux acteurs du commerce et de l’industrie de se couvrir contre les fluctuations du marché. Il y d’une part ceux qui désirent prévenir certains risques, et d’autre part ceux qui veulent bien prendre ces mêmes risques moyennant un prix fixé par l’offre et la demande. Ce mécanisme est indispensable au bon fonctionnement de l’économie, parce qu’il permet de faire circuler des liquidités plus rapidement que s’il fallait attendre les échanges physiques de marchandises ou de services.

Le problème que cela pose est que la dîme prélevée par les institutions financières  ne peut ni être contrôlée ni moralisée, parce que le système est aveugle, obéit à sa propre logique, et cherche à atteindre à la plus grande efficacité sans que personne y soit pour quelque chose. Ces bénéfices sont générés dans tous les cas de figure, que le marché baisse ou monte, parce qu’à toute perte il y à contrepartie positive.

Au fil d’une crise financière majeure qui a secoué le monde entier, il a suffit d’un coup de pouce sous la forme de crédits d’urgence ouvert par la Banque Centrale américaine pour que les grands financiers de Wall Street  renouent avec une profitabilité plus grande que jamais, ceci alors que l’économie globale peine à se ressaisir.

Ce processus est inhérent au système, et n’a pas grand-chose à voir avec de la fraude. Faute de pouvoir le réguler il me semble que les banques dont c’est le métier de parier sur l’activité économique devraient être nationalisées. Ainsi le produit de ces paris tomberaient dans les caisses de l’Etat et pourraient venir au secours du commerce été de l’industrie le cas échéant.

J’ignore si ce point de vue est réaliste, mais laisser le système bancaire engranger des bénéfices monstrueux tout en risquant l’argent de la collectivité ne me paraît pas acceptable du point de vue même du libéralisme. S’il est vrai  chacun doit est libre de parier avec son propre argent, il est déraisonnable que certains aient le privilège de le faire avec l’argent des épargnants et celui de l’Etat tout en ne prenant qu’un risque à sens unique, consistant à empocher le profit quand il existe, et à être renfloué quand la mise est perdue, le tout sans jamais y aller de sa poche. C’est ce cercle vicieux  qui abouti à ce que les grandes banques d’affaires gagnent souvent et ne perdent jamais, puisque qu’elles ne font jamais que perdre l’argent des autres. Ce procédé semble plus proche de celui de la Nomenklatura ex-soviétique que du capitalisme bien compris.

Maïmonide et le monothéïsme

Le point de vue que je mets en avant concernant est celui de Maïmonide. La raison pour laquelle j’aime le faire connaître provient du fait que ce personnage hors-norme est considéré par tous les courants du judaïsme – tous sans exception – comme la référence absolue depuis Moïse lui-même. Il y a donc consensus autour de la conception Maïmonidienne du judaïsme, puisqu’aucun érudit juif ne la conteste aujourd’hui (ce qui ne fut pas le cas au cours du siècle qui a suivi sa mort).

Maïmonide a écrit une œuvre monumentale, aussi bien scientifique, théologique que philosophique, dont son « Guide des Egarés » (ou « Guide des Perplexes »). Cet ouvrage, écrit en arabe mais pensé en hébreu, en grec et en latin, se veut une explication magistrale et exhaustive du monothéisme.

C’est cependant un témoignage dont n’est pas absent un certain élitisme. Maïmonide part de l’idée qu’il n’y a qu’une infime partie du peuple capable de participer du débat philosophique. Cependant il craint que le commun des mortels ne cherche à l’angoisse métaphysique un exutoire dans la superstition ou l’idolâtrie. Il pose donc que l’idolâtrie est à combattre en priorité parce qu’elle constitue un danger en ce qu’elle brouille la Raison.

Mais selon Maïmonide la Raison n’évacue en rien la question de Dieu, puisqu’elle ne saurait venir à bout de la question de l’Infini. Le judaïsme réduit donc la question de Dieu à sa plus simple expression en disant que Dieu est, tout en posant qu’il est impossible d’appréhender ce qu’il est, puisque sa manière d’être ne ressemble en rien à ce que nous entendons par là. On peut en revanche appréhender ses œuvres, c’est-à-dire le Monde.

C’est là qu’intervient la Thora, allégorie de la condition humaine face à la Nature. Maïmonide pense que si baser son mode de vie sur la Thora au moyen de l’exégèse du Talmud n’a pour effet ne fût ce que de contenir l’idolâtrie, alors l’essentiel du judaïsme est accompli. Vu sous cet angle, on comprend le scepticisme juif face au christianisme, qui apparait comme une régression païenne, et qui illustre ce contre quoi Maïmonide met en garde.